[Trahison des élites] mécanismes du VOL DES COMMUNS par nos prétendus « représentants »

Histoire des PRIVATISATIONS

On devrait arrêter de parler de « capitalisme » et préférer le mot CRAPULISME, comme conséquence cauchemardesque du faux « suffrage universel » (élire des maîtres au lieu de voter les lois).

NOTRE CAUSE COMMUNE, urgente et incandescente, c’est d’apprendre dès aujourd’hui à INSTITUER NOUS-MÊMES NOTRE PUISSANCE POLITIQUE, pour résister enfin victorieusement aux parasites marchands (la classe oisive) qui ont pris le contrôles des sociétés humaines depuis 200 ans.

Le drapeau du grand bouleversement sera #CitoyensConstituants

Étienne.

Apprenons à écrire nous-mêmes notre contrat social, notre constitution, en peuple digne de ce nom.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10157073662242317&id=600922316

5 réponses à “[Trahison des élites] mécanismes du VOL DES COMMUNS par nos prétendus « représentants »

  1. L’oligarchie tire sa puissance – et son pouvoir absolu – de la propriété des ressources essentielles, qui en fait sont nos biens communs :
    « Celui qui tient la gourde dispose d’un pouvoir absolu sur ceux qui ont soif… » (C’est pourquoi ils cherchent à tout privatiser)

    La gestion collective des biens communs et leur propriété collective doivent donc être inscrites dans la constitution.
    Ainsi les oligarques redeviendraient des citoyens ordinaires.

    Le petit bouquin en lien précise tout cela, et montre ce que devrait être le système de demain : un « communisme libéral » (…) voué à la réparation des dégâts écologiques et sociaux occasionnés durant des siècles par l’oligarchie capitaliste.

    “Comprendre l’Arnaque capitaliste, Imaginer le système d’Après !”
    pdf gratuit :
    https://www.dropbox.com/s/0tfvv3pim5lv299/Comprendre%20l-Arnaque%20capitaliste%2C%20Imaginer%20le%20système%20d%27Après%20%21.pdf

  2. « …/… On devrait arrêter de parler de « capitalisme » et préférer le mot CRAPULISME, …/…  »
    Mais non, mille fois non !
    La notion de crapule ne dit rien du système économique qui permet la spoliation alors que la notion de capitalisme énonce en condensé le fondement du système.
    Le capitalisme c’est la recherche de l’accumulation avec ses outils propres que sont notamment la propriété privée des moyens de production, le prêt à intérêt et la spéculation.
    Supprimez par la loi ces trois outils et vous tarirez les sources essentielles de la spoliation.
    Remplaçons la propriété privées des moyens de production par la propriété d’usage du collectif entreprise, remplaçons le prêt par une caisse d’investissement abondée par des cotisations et interdisons les paris sur les prix.

  3. Le problème est bien là : la très sacrée et sainte propriété privé des moyens de production, clé de voute du capitalisme.

    D’où la « vaineté » (vanité ?) d’Asselineau et de l’UPR de taper sur l’UE qui n’est qu’une corroi de transmission, une tentacule de la pieuvre MAIS PAS SA TÊTE.
    Sortir de l’UE ne changera pas grand chose, l’exploitation de l’Homme et de la Nature par le capitalisme et son oligarchie continuera.
    Il faut avant tout sortir du capitalisme.
    https://www.colibris-lemouvement.org/

  4. Il faut bien commencer par un bout.

    Sortir de l’UE est le première étape, qui n’a rien de vaine. Regardez la tronche des oligarques face aux référendums qui vont à l’encontre de leurs visées.

  5. « Qu’est-ce que le capital ? C’est tout ce que les Etasuniens n’ont pas. Non, je ne parle pas seulement de choses matérielles. Je parle des droits, de la propriété, des responsabilités. Personne ne possède la planète, la démocratie, l’avenir. Tout le monde possède la planète, la démocratie, l’avenir. Chaque insecte, arbre, abeille. Chaque rivière, océan, montagne. Chacun se possède soi-même. D’abord et avant tout. Ou alors, ce ne sont que des esclaves, n’est-ce pas ? Personne ne possède votre droit d’exister, sauf vous. Et pourtant, en Amérique, vous n’avez même pas le droit d’exister. Ceux qui ont ce droit vous ont pris en gage. Vous devez leur racheter indéfiniment votre droit de vivre et ils vous prendront tout.

    Capital n’est donc pas le bon terme. Il n’exprime pas, n’éclaire pas, n’explique pas le phénomène que je viens de décrire. Mais c’est le seul que nous ayons pour l’instant. En tout cas, j’espère que vous avez compris comment on en est arrivés là où nous en sommes. »

    Umair Haque
    https://www.levilainpetitcanard.be/le-premier-pays-pauvre-des-pays-riches-medium/

    …et à la fin de leur vie, leur famille n’ont pas de quoi payer les frais d’obsèques, ce qui permet à des gens peu scrupuleux de leur faire croire qu’ils vont s’en occuper moyennant un prélèvement de tissus sur corps , pour, en réalité le revendre en pièces détachées pour servir de sujet d’études scientifiques…
    …il vaut encore mieux cesser de se reproduire, ou alors…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *