Un livre pour les citoyens constituants en herbe : « Comment changer une constitution ? Les nouveaux processus constituants. »

« Comment changer une constitution ? Les nouveaux processus constituants », c’est le titre d’un nouveau livre publié chez nos frères québécois, sous la direction de Eugénie Brouillet et Louis Massicotte, qui devrait bien intéresser les citoyens constituants apprentis que nous sommes 🙂

Merci à Benoît qui nous a signalé ça dès le mois de juin (j’avais complètement raté ça) et merci à Catherine et Léo qui l’ont remis sur le dessus de la pile, et exposé dans le (très précieux) wiki des GVs pour qu’on ne le rate pas :

http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Comment_changer_une_constitution_%3F

L’auteur résume son propos :

Je viens à peine de commander ce livre, je ne sais donc pas encore ce qu’il vaut vraiment, mais je suis sûr qu’on va y trouver des tas de choses utiles pour notre réflexion sur la nécessité absolue d’un processus constituant populaire pour établir une démocratie digne de ce nom.

Extrait du livre :

Comment changer une constitution ? Les nouveaux processus constituants

Bon, et nous… il faut qu’on écrive un livre — théorique et pratique — sur les ateliers constituants 🙂

hum 🙂

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10155587166022317

6 réponses à “Un livre pour les citoyens constituants en herbe : « Comment changer une constitution ? Les nouveaux processus constituants. »

  1. claude saint-jarre

    Commentaire d’un Kébékoi: Comment changer la Constitution… il s’agit de changer la Constitution canadienne… car le Québec n’en a pas. Alors, pour le Québec, ce serait : Comment créer une Constitution. ( …)

  2. a priori il date de 2011 : https://www.pulaval.com/produit/comment-changer-une-constitution-les-nouveaux-processus-constituants
    Il y a un extrait en pdf du livre avec le sommaire. Il ne parle ni de l’expérience tunisienne ni de l’islandaise, puisqu’il a été écrit avant…!

  3. Ecrire un livre théorique ET pratique, un mode opératoire pour organiser des ateliers constituants me semble être une priorité. Cette absence explique en partie pourquoi si peu de personnes qui soutiennent l’idée d’une réécriture de la Constitution se mettent à écrire des articles.
    Outre cela, il est aussi important que des facilitateurs aguerris (tel Hakim de SynerJ) forment d’autres facilitateurs pour disséminer en local la pratique des ateliers constituants. Un facilitateur est celui qui à l’art et la manière, la méthode et la pédagogie pour subjuguer un auditoire, le rendre actif, le mettre en mouvement…Bref le contaminer : http://lesabstentionnistesengages.fr/atelier-constituant-a-montreuil-le-18-juin-2016-la-democratie-dorigine-citoyenne-reecrire-la-constitution-pourquoi-comment/

    Sans cela : un livre théorique et pratique sur le déroulé d’un atelier constituant + des facilitateurs qui forment à leur art d’autres facilitateurs (Hakim est demandé 🙂 alors une réécriture citoyenne de la Constitution restera uniquement une belle idée. L’immense majorité d’entre nous, dont je fais partie, ne se mettra pas à réécrire le moindre article.

    A bon entendeur 🙂

  4. Etienne Chouard : J’apprécie tout ce que vous faites pour tenter de redonner la souveraineté au peuple français et je mesure à vos actes vos immenses qualités de cœur et votre humanité. Mais je pense qu’il manque un maillon à votre analyse de la situation, un maillon essentiel dans le combat que vous menez. J’aimerai vraiment que vous réfléchissiez aux arguments suivants qui sont rodés, car je les utilise en solitaire contre le système depuis une ving-taine d’années avec des résultats assez surprenants. Je vous indique ci-après quelques-uns des arguments éprouvés avec des retours très positifs, y compris des accusés.
    Ces arguments s’appuient sur la Constitution actuelle qui me fournit tous les éléments juridiques nécessaires pour mener n’importe quel combat contre les dérives des pouvoirs actuels, financiers ou politiques :
    Pas une violence ne peut être légale dès lors qu’elle n’est pas légitime : c’est écrit en toutes lettres dans le préambule. Mais faut-il encore le lire attentivement, hors de tous les préjugés que le Conseil Constitutionnel entretient. Il faut le lire en sachant que la hiérarchie des normes confère au préambule un rôle incontournable au point que toutes les lois qui le suivent doivent être écrites et interprétées pour servir les objectifs définis par le préambule qui a valeur de droit prioritaire. Et quand on analyse ce qui est écrit dans le préambule, il y a une mine étonnante de critères, qui vont orienter chacune des lois et rendre totalement impossibles, non seulement les petites violences, mais aussi et d’autant plus les crimes contre le peuple… Ou plutôt contre des catégories du peuple établies par les politiques qui se placent dans la première ! Et qui s’attribuent de nombreux privilèges. Pas des petits privilèges correspondant à des revenus moyens, mais des gros privilèges interdits depuis la Révolution, dans un conflit d’intérêts évident. Le gros souci pour ces individus fiers de leur réussite, c’est que leur fausse interprétation volontaire et cynique de la Constitution est la cause directe d’un grand nombre de morts prématurées, que des études médicales ciblent et chiffrent … Ce qui les rend personnellement et individuellement responsables de ce résultat criminel. Et pas de chance, il se trouve que tout ça répond à la définition de la discrimination et du racisme… C’est douloureux pour eux et pour nous, car nous faisons tous l’erreur de ne pas avoir tenu notre rôle d’adulte. Mais ça laisse entrevoir beaucoup d’espoirs : inutile de prouver quoique ce soit puisque c’est déjà écrit et c’est la référence. Après, on pourra améliorer ce qui doit l’être.

    J’ai donc ré-écrit une explication de la Constitution actuelle à partir du Préambule, totalement opposée à l’interprétation qui en est faite actuellement pour servir les seuls avantages de la caste au pouvoir.
    Si vous me laissez une adresse mail, je propose de vous transmettre un exemplaire en 2 ou 4 pages en PDF, à des fins de diffusion gratuite éventuelle, dans le cas où ceci vous paraitrait d’intérêt commun, sous cette forme ou sous une autre.
    Quelle que soit votre réponse, je vous remercie sincèrement de l’exemple que vous donnez, malgré les bassesses des uns ou des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *