Argent, dette et Music-Hall : rendez-vous vendredi soir, au théâtre du Lucernaire (Paris)

Je vous propose de nous retrouver au théâtre cette fois, au Lucernaire à Paris, le vendredi 27 mars à 21h30, où nous échangerons, après le spectacle, à propos d’argent, de dette et de création monétaire :

http://www.lucernaire.fr/beta1/index.php?option=com_content&task=view&id=1836&Itemid=56#.VRM2K44QZMc

Il faut réserver, je crois.

——————-

Voici une bonne critique, sur Reg’Arts, qui donne bien envie d’aller voir :


http://www.regarts.org/Spect_music/argent-dette-et-musichall.htm

——————-

Ces temps-ci, je parle à nouveau principalement de la création monétaire affranchie des banquiers comme d’un objectif central et décisif pour l’émancipation des peuples contre le système de domination usuraire.

Hâte de vous y retrouver.

Je profite de ce billet pour vous remercier tous : vos innombrables marques de confiance et vos encouragements (en public et en privé), tous les jours, me donnent bien de la force et du courage. Heureusement que je vous ai :o)

Sacrée tranche de vie, vraiment. Merci.

Étienne.

32 réponses à “Argent, dette et Music-Hall : rendez-vous vendredi soir, au théâtre du Lucernaire (Paris)

  1. Ben oui c’est parce qu’on t’aime! Et heureusement qu’on t’a aussi! 🙂

  2. Tu es devenu un modèle de citoyen (tu te démènes pour avoir le droit d’être tiré au sort et de voter les lois) démocrate (tu veux bien discuter avec tout le monde, même ceux d’avis contraires ou diabolisés), ce modèle répond à un vrai besoin du peuple-nation (qui se reconnaît comme un peuple et qui se constitue en une nation).

    On est beaucoup à te suivre, à discuter de solutions, de comment propager le message, on est beaucoup moins à entamer des ateliers constituants, il faut du temps et un déclic.

    Pour ma part, j’aimerais imprimer en masse notre constitution actuelle, la distribuer comme base de travail avec un groupe de tout âge, même des enfants, et demander au groupe de faire ce travail de professeur, d’adulte, de corriger les imperfections, supprimer les phrases qui sont là pour décorer, et rajouter ce qui nous manque.

    Je sais que ce déclic arrivera quand j’aurai le temps de préparer ça (pour l’instant je suis un p’tit jeune qui essaie surtout de subvenir à ses besoins).

    Bref, j’écris tout ça pour te remercier des pistes que tu ouvres, et t’encourager à tenir bon quoi qu’il arrive.

    Merci Étienne !

  3. Que c’est loin 🙂
    Que c’est loin pour ce thème qui m’allume.
    Je vous souhaite une super soirée et l’émergences d’idées neuves.
    Et me réjouis de lire vos conclusions.

  4. Bonjour,

    faut-il forcement assister au spectacle pour venir au débat ?

    Merci pour tout

    Nicbab

  5. Merci Etienne de m’avoir ouvert les yeux sur notre système de pouvoir qui nous mène droit vers une dictature, où Hitler paraitra n’avoir été qu’une séance d’entrainement avant l’avènement d’un système complètement verrouillé qui nous enfermera pour longtemps.

    J’espère toujours qu’il y aura un sursaut populaire avant.

    A+

  6. Possible que je me pointe

  7. 1- La Grèce est en faillite.

    2- Les banques privées grecques sont en faillite.

    3- La Banque centrale de Grèce est en faillite.

    4- Mais à part ça, ça va.

    Vu la situation financière fragile du pays, la Banque centrale européenne (BCE) a enjoint cette semaine les banques grecques à arrêter d’acheter de la dette émise par Athènes, car cela fait peser un risque sur leur solidité financière

    Les banques grecques se refinancent à l’heure actuelle auprès de la banque centrale de Grèce, avec des prêts d’urgence, plus onéreux pour elles, dans le cadre d’un mécanisme d’urgence (ELA) de la BCE.

    Mercredi, la BCE a relevé à 71 milliards d’euros, contre 69,8 milliards précédemment, le plafond de ce financement d’urgence.

    Les coffres des banques grecques ont été fortement ponctionnés par les épargnants depuis décembre, début de la séquence électorale qui a porté Syriza au pouvoir. En février ainsi, où il a fallu attendre le 20 pour qu’un premier accord soit trouvé entre le nouveau gouvernement grec et ses créanciers, 7,6 milliards d’euros ont été retirés par les ménages et les entreprises, selon les chiffres publiés jeudi par la Banque de Grèce.

    Ces retraits font suite à d’autres de 4,2 milliards d’euros en décembre et de 12,8 milliards en janvier. A 140,47 milliards d’euros en février, cette épargne est au plus bas depuis mars 2005.

    Après la rencontre lundi du Premier ministre grec Alexis Tsipras avec la chancelière allemande Angela Merkel à Berlin, le gouvernement espère qu’une solution à ses problèmes sera trouvée très prochainement.

    Après cette rencontre, le climat politique a changé, a souligné le ministre grec de l’Economie M. Georges Stathakis.

    Toutefois, la bourse d’Athènes reflétait jeudi l’inquiétude des marchés, l’indice général a terminé dans le rouge, à -3,74% à 764,88 points.

    http://www.romandie.com/news/Athenes-optimiste-sur-un-accord-avec-lUE-au-debut-de-la-semaine/578927.rom

    • claude saint-jarre

      Serait-il possible d’avoir les coordonnées d’Éric Toussaint pour une analyse de la dette du Québec? Le site internet que j’ai vu ne donne pas cette information.
      Merci!

  8. L’État, le capital, l’internationalisme. Leçons de Grèce
    jeudi 2 avril 2015 à 18h30
    Rencontre-débat avec Frédéric Lordon & Panagiotis Sotiris

    EHESS -- École des hautes études en sciences sociales
    amphithéâtre
    105 boulevard Raspail
    Métro Saint Placide ou Notre Dame des Champs

    Le dispositif austéritaire doit être brisé en Europe. Cette tâche est à l’ordre du jour. Mais elle ne l’est pas partout : aujourd’hui, le maillon faible du néolibéralisme se trouve en Grèce. Au-delà de la situation grecque, cette situation impose une réflexion et un questionnement. Comment trancher le nœud gordien eurolibéral à partir d’un seul pays (ou d’un seul groupe de pays) ? Face au capital mondialisé, la « souveraineté populaire » a-t-elle encore un sens ? Les institutions qui combattent l’austérité peuvent-elles s’incarner dans l’État tel qu’on le connaît en Europe, avec ses sédiments capitalistes et autoritaires ?

    Face à ces questions, Frédéric Lordon, économiste, auteur notamment de La malfaçon, et Panagiotis Sotiris, philosophe et dirigeant du Front de la gauche anticapitaliste en Grèce (Antarsya), tous deux favorables à une sortie de la Grèce de la zone euro, proposent d’interroger ces trois termes, État, capital et internationalisme, au prisme des défis et des promesses que portent la résistance du peuple grec aux diktats européens et néolibéraux.

    Le jeudi 2 avril 2015
    18h30
    EHESS
    AMPHITHÉÂTRE FRANÇOIS FURET
    105 bd Raspail, 75006 Paris
    M°Notre-Dame-des-Champs ou Saint-Placide

    Source : http://paris.demosphere.eu/rv/38527

  9. Merci pour cette initiative, Etienne. Super soirée, divertissante et instructive !

  10. Bonjour,

    à propos de « la création monétaire affranchie des banquiers »
    je vous invite à écouter cette conférence du 19 mars, en duo, Paul Jorion et Bruno Calamnt
    https://www.youtube.com/watch?v=UOLhvnpe6ms
    ou
    http://www.pauljorion.com/blog/2015/03/26/ulb-paul-jorion-et-bruno-colmant-la-crise-en-europe-fatalite-ou-opportunite-a-bruxelles-le-19-mars-2015/
    notamment à partir de 50:05
    où il est question de la reprise en main des banques par l’Etat
    reprise en main qui n’est pas criée sur les toits bien entendu . . . !

  11. Ça a du leur écorcher la gorge mais l’ UE a reconnu que la démocratie (représentative c’ est à dire le système de la pègre ploutocratique ) ayant parlé, le peuple grec a le droit à un changement de feuille de route. Ils sont forcés de reconnaître le nouveau gouvernement comme légitime … putain quel effort … pendant ce temps là ils aiguisent leurs couteaux de boucher pour tailler dans l’ expérience in vivo … Comment mettre aux pas l’ Etat en laissant les grecques gérer leur obsolescence dans la paix sociale …. avec la complicité de .. heu .. l’ Etat ? De la nouvelle start-up de la misère à echelle d’ un peuple entier que va t il sortir .. voilà la question que les dirigeants de l’UE se posent .. qui dit cynisme ?

  12. Bonjour Eliade Guy. Merci pour cette info. Par contre pourriez-vous préciser sur quel page, blog ou site vous avez extrait cette information? Quelles sont vos source exactes, afin que nous puissions les vérifier?

    • Oui bien sur : sur le fil d’ actualité de ma page facebook il y avait une photo et ce lien (partagé par JL Mélenchon) … je dis d’ ailleurs que c’ est « tiré de la page de JL Mélenchon » ce qui n’ est donc pas exact c’ est un lien partagé par JL Mélénchon. Un dessin valant mieux qu’ un long discours pouvez m’ apprendre comment insérer une photo sur le blog d’ Etienne car j’ ai fait une copie d’ écran du lien en question
      Guy

  13. Sinon vous avez sur la page de JL Mélénchon cette même info en descendant dans sa page :
    https://www.facebook.com/JLMelenchon

  14. « Quelles sont vos source exactes, afin que nous puissions les vérifier? »

    Vous êtes plusieurs…?

    Çà surprend quand on s ‘aperçois que le monde change, c’est inéluctable, faut pas être pressé…
    L’info date du 12 février, merci qui ? Les journaleux.

    http://www.visir.is/iceland-jails-former-kaupthing-bank-bosses/article/2015150219597

    Bravo Guy.

    • Merci Jean-Luc .. je n’ ai fait modestement que transmettre en supposant que JL Mélenchon avait vérifié … enfin je ne suis pas journaliste et je vois que l’ info date un peu
      Mille excuses

  15. Grèce / Union européenne : la rupture est inévitable.

    Les deux camps se préparent à la rupture.

    Lisez cet article :

    La perspective d’une rupture semble désormais de plus en plus proche et il semble que chacun s’y prépare. Lors du défilé de la fête nationale du 25 mars, une femme a lancé un message d’encouragement à Yanis Varoufakis, le ministre hellénique des Finances. Ce dernier a répondu : « il faudra nous soutenir aussi après la rupture. » Faut-il y voir la preuve que cette rupture est acquise ? L’accord avec les créanciers semblent en tout cas désormais très difficile.

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-pourquoi-le-blocage-semble-indepassable-464866.html

  16. Glané sur le web : à ceux qui ne croient pas que les guerres de l’ OTAN ont une détermination économique il faut leur rappeler que l’ OTAN c’ est de l’ argent
    Moi je trouve ça drôle .. enfin en première lecture bien sûr

Répondre à nlescan Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *