Archives pour l'étiquette robespierre

[Résumé dense, 37 min] Les électeurs-enfants doivent MUTER en citoyens-adultes (adultes politiques et DONC économiques)

Si vous ne connaissez pas cet entretien (c’est un rappel), (avec presque tout ce qui compte le plus, à savoir et à faire savoir, de mon point de vue), il devrait vous plaire (j’espère) 🙂

Bonne rentrée à tous, bande de virus 🙂 avec, j’espère, une bonne grève générale, illimitée et reconductible, avec occupation des usines et ateliers constituants, un peu partout sur terre 🙂


Deux conseils de lecture pour la rentrée, deux tout petits livres, puissants, enthousiasmants, épatants épatants épatants :

Simone Weil (magnifique) : grève et joie pure

(éditions Libertalia)


http://www.editionslibertalia.com/catalogue/a-boulets-rouges/simone-weil-greves-et-joie-pure


Noam Chomsky (passionnant) : Sur le contrôle de nos vies

(ou « La Conférence d’Albuquerque »)

(Édition Allia)


http://www.editions-allia.com/fr/livre/454/sur-le-controle-de-nos-vies-br-ou-la-conference-d-albuquerque

Contrôle social des forces armées. Réflexion publique avec Laurent Henninger

C’était à Paris, le 7 juin 2014, au Palais de Tokyo, dans le cadre de l’exposition « Flamme éternelle » :

http://chouard.org/blog/2014/06/03/prochain-atelier-constituant-sur-les-forces-armees-a-paris-samedi-7-juin-2014-16-h-avec-flamme-eternelle/

Publication chez Utovie des Actes du colloque « Henri Guillemin et la révolution française : le moment Robespierre »

Les Éditions Utovie viennent de publier les Actes du colloque « Henri Guillemin et la révolution française : le moment Robespierre ».

J’avais adoré cette journée, très émouvante et passionnante, et j’aime ce livre, plus intéressant encore : je suis sûr qu’il plaira beaucoup à de nombreux virus.

• Plan de l’ouvrage (175 pages) :

– Préface, par Édouard Mangin
– Le mot d’accueil de Philippe Guillemin
– Sur l’élaboration du Robespierre de Guillemin, par Patrick Berthier
– Sur Robespierre et Rousseau, par Claude Mazauric
– Robespierre, théoricien et acteur d’une République démocratique et sociale, par Florence Gauthier
– Henri Guillemin et Robespierre : contre-histoire du gouvernement représentatif et propositions de prolongements constituants, par Étienne Chouard
– Robespierre ou la terreur des droits de l’homme, par Yannick Bosc
– Argent et corruption sous la Terreur, par Olivier Blanc
– Robespierre et la religion dans l’historiographie (1794-2012), par Marc Belissa
– Le problème Robespierre : celui de son héritage, ou de ses héritiers ? par Serge Deruette
– Les conférences retrouvées d’Henri Guillemin sur la Révolution, par Patrick Rödel
– Actualité et vitalité de Guillemin, par Edwy Plenel
– Postface, par Michel-Antoine Rognard
– Notices sur les contributeurs du volume

• Préface d’Édouard Mangin :

« Au-delà de parachever le travail fourni pour que cet événement ait lieu, l’édition des actes du colloque « Henri Guillemin et la Révolution française – le moment Robespierre », qui se déroula le 26 octobre 2013 à l’Institut catholique de Paris (ICP), procure pour les organisateurs un double plaisir, ou plutôt, un plaisir à double détente, teinté à la fois de nostalgie et de désir de reconduire ce qui est toujours un peu une aventure.

La première émotion provient des textes eux-mêmes. Relire les interventions, c’est assurément les redécouvrir à froid et en savourer la profondeur, la portée et les subtilités, sur un thème peu courant et surtout plein d’enjeux, où les opinions se diffractent pour de multiples raisons, parmi lesquelles la méconnaissance des faits ou le parti-pris idéologique.

« La Révolution française – le moment Robespierre » est en effet un sujet suffisamment riche et complexe pour qu’on ne l’enferme pas, serait-ce dans la plus belle des chapelles, ou le plus imposant des temples. À cet égard, la diversité des intervenants peut être perçue comme un reflet de la démarche non conventionnelle d’Henri Guillemin, constituée à la fois de recherches historiques scrupuleuses, et d’affirmations sans ambages, de convictions puissantes et intimes nées d’extraordinaires intuitions sur le sens de l’Histoire et les lois humaines ; rassemblant à la fois le déploiement logique des faits propre à l’historien, et l’appel aux forces de l’imaginaire de l’écrivain.

Relire ces textes c’est aussi, au-delà d’eux, revivre cette belle journée particulière d’automne : un site à l’architecture composite et évocatrice ; une journée ensoleillée, la dernière de la saison ; une salle, la fameuse salle des Actes de l’Institut, pleine d’un public intergénérationnel, extrêmement attentif, et qui n’a pas désempli de la journée.

Tout cela offre une première invitation au voyage, pour paraphraser le poète, un voyage réunissant tous ceux qui, à un titre ou à un autre, contribuèrent à cette aventure.

J’ai parlé d’une double détente. Il y a effectivement un second plaisir, moins immédiat, plus lent à émerger et qui s’impose particulièrement aux organisateurs du colloque.

Malgré eux, en relisant ces textes, ils revivent le fil des événements qui ont précédé la journée du 26 octobre, les joies et les déconvenues qu’ils ont vécues, toutes péripéties propres à ce genre d’événement. Comment en effet oublier l’émotion de cet inconditionnel d’Henri Guillemin, dont la voix signait l’avancée en âge, qui me téléphona un matin pour connaître les horaires du colloque. « Vous habitez Paris ? — Non ! s’exclama-t-il, j’habite à 500 km et je viens en voiture spécialement pour lui, pour Guillemin ! » Ou cet étudiant me demandant des adresses d’amis bienveillants ou d’hôtels bon marché près de l’Institut catholique, car il venait de Bruxelles et avait même décalé ses congés en apprenant la tenue du colloque. Ou encore cette femme qui dans sa jeunesse avait découvert Henri Guillemin à travers ses conférences télévisées, ce qui l’avait marquée à jamais dans le choix de ses études et de son travail, et qui me parlait d’Henri Guillemin avec tant de ferveur et d’intelligence que je l’imaginais aisément faire partie des intervenants pour une prochaine fois.

Revivre la genèse du colloque amène immanquablement à revivre le chaleureux déjeuner de janvier 2013 au cours duquel Edwy Plenel, plein d’enthousiasme, confirma le partenariat de Mediapart ainsi que sa présence à la table ronde finale. Sur ce point, le soutien de Mediapart, en mettant notre blog d’information sur le colloque en première page dès le début de septembre, nous a été très précieux. Car comment mobiliser le public sans communiquer ? Il y eut aussi Témoignage chrétien avec le beau texte de Patrick Rödel en une du numéro du 17 octobre 2013. Et enfin, je me souviens de l’immédiate mobilisation de l’association des Amis de Robespierre pour le Bicentenaire de la Révolution (ARBR) qui activa très efficacement son important réseau, créant le flux régulier des premières pré-inscriptions. Presque tous les messages reçus à travers ces relais furent accompagnés de remerciements et d’encouragements.

[…]

L’œuvre d’Henri Guillemin est si vaste et si utile par ces temps de pensée molle et confuse, presque urgente à faire vivre aujourd’hui, que d’autres voyages apparaissent nécessaires. Sans doute. Et c’est bien pour cela que le frêle esquif actuellement à quai, clapotant sagement dans son port d’arrivée, est prêt à appareiller de nouveau.

Édouard MANGIN

• Présentation du colloque :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2013/09/21/341-samedi-26-oct-2013-colloque-henri-guillemin-a-paris

• Vidéos du colloque :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2014/01/08/360-les-videos-du-colloque-2013-henri-guillemin-et-la-revolution-francaise-le-moment-robespierre

• Le texte de mon intervention :
Henri Guillemin et Robespierre : contre-histoire du gouvernement représentatif et propositions de prolongements constituants

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Etienne_Chouard_Henri_Guillemin_et_Robespierre_oct_2013.pdf

Je remercie tous ceux qui ont organisé cette rencontre chaleureuse et utile, et qui ont eu la gentillesse de m’y inviter. J’envoie un salut particulier à Patrick Berthier, qui a écrit des pages très émouvantes sur Guillemin, et qui a édité mon texte avec un soin méticuleux et un grand respect.

Merci aussi aux Éditions Utovie, de rendre disponibles, et donc de garder vivants, tous les travaux d’Henri Guillemin.

Étienne.

Edwy Plenel / Étienne Chouard : le journalisme et les lanceurs d’alerte (Marat, Robespierre, Guillemin, Assange, Snowden, Manning…)

Pour ceux qui auraient loupé cet échange au cours de la table-ronde du colloque Henri Guillemin d’octobre dernier, le jeune et gentil virus Benoît nous a préparé cette courte et intéressante vidéo.

Je le remercie chaleureusement de conserver ainsi dans les mémoires, par son travail d’observation, d’analyse et de montage vidéo, ce moment Guillemin Robespierre Assange Snowden Lash Dewey Marat que j’avais bien aimé.