Insurrection violente ou pas ? (+ Monnaie + Francis Cousin) Entretien avec Jean-Christophe Chavanon

J’ai passé un moment avec Jean-Christophe Chavanon, hier soir au calme :

On a évoqué les aspirations actuelles (compréhensibles) à la violence insurrectionnelle, et l’alternative non violente de notre mutation générale en citoyens constituants, devenus enfin méfiants de tous les pouvoirs, par principe et par méthode.

Il n’est pas surprenant, il est même logique et prévisible, que les hommes forts (aspirant à un pouvoir sans partage) méprisent et combattent cette idée alternative, pourtant prometteuse, du point de vue populaire, si on la comprend bien.

Tâchez d’inviter la constitution dans la plupart de vos conversations avec des inconnus, et advienne que pourra.

Étienne.

PS : on aussi parlé de monnaie et de création monétaire sous contrôle populaire.

PPS : on a aussi dit quelques mots de Francis Cousin.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://facebook.com/story.php?story_fbid=10158212598077317&id=600922316

26 réponses à “Insurrection violente ou pas ? (+ Monnaie + Francis Cousin) Entretien avec Jean-Christophe Chavanon

  1. Bonjour
    après votre discours sur la violence
    se serai intéressant de connaitre votre opinion sur ce qu est entrain de mettre en place Michel onfray
    et s il vous invitai a y participer iriez-vous
    merci pour ce que vous faites
    on vous suit depuis le début

  2. Rollet Dominique

    Bonjour j’ai écouté votre interview sur le doute du pouvoir et le contrepouvoir. Félicitation pour votre réflexion étayée. À propos de la monnaie que pensez-vous de la prédication de l’effondrement de l’euro par Francois Asselineau et d’autres économistes suite au jugement du tribunal de Karlsruhe du 5 mai 2020
    Pour lutter contre les médias infeodalises aux pouvoirs j’ai adhéré au futur journal Front Populaire de Michel Onfray. Espérons une démocratie plus participative.

  3. « A PRIMER ON MONEY » (document en anglais) explique dans un langage simple le fonctionnement de notre système monétaire et indique les domaines dans lesquels une réforme est nécessaire. Il s’agit d’un rapport de la sous-commission du Congrès rédigé par le membre du Congrès Wright Patman en 1964.
    https://books.google.be/books?id=1WZFAQAAMAAJ&hl=fr

    le supplément « 169 questions et réponses » :
    http://usa-the-republic.com/banks/Money_Facts_(Q_&_A).html

  4. 1170 monoie «argent»
    1181-90 monoie «pièce de métal servant aux échanges, frappée par une autorité souveraine»
    1230 monnoie dou païs
    1245 monnoie «droit de battre monnaie»
    1296 monae corante
    1297 bone mousnoie
    2emoitié xiiies. fig. fausse monoie
    1305 monoye blanche
    1365 petite monnoie «ensemble de pièces de faible valeur»
    fin xives. «ensemble de pièces représentant la valeur d’une seule pièce»
    1653 fig. payer en la même monnaie «donner une chose équivalente, de même nature»
    1671 monoie «lieu destiné à la fabrication des monnaies»
    1690 (Fur.: Il y a deux sortes de monnoyes, l’une réelle, comme sont toutes les espèces qui ont cours; l’autre imaginaire et de compte, inventées pour la facilité du commerce, ou de la supputation)

    Du lat. Moneta, d’abord «mère des muses», surnom de Junon, puis nom du temple qui lui était dédié à Rome et où l’on fondait la monnaie, d’où les sens «hôtel de la monnaie» et «argent monnayé», également att. en lat. médiév. au sens de «droit de battre monnaie» (ca 820 ds Nov. Gloss.). L’étymol. pop. a rapproché à tort Moneta de monere «avertir», v. Ern.-Meillet.

    https://www.cnrtl.fr/etymologie/monnaie

  5. La monnaie devrait être gérée comme un bien commun. Ce n’est pas parce qu’une minorité en a fait leur monopole et nous l’impose que le concept de monnaie est mauvais en soi. Quand certains refusent l’utilisation de monnaies pour une future société, quelles fonctions de celle-ci refusent-ils ? le moyen d’échange ? l’unité de compte ? la réserve de valeur ? la spéculation ? Quel type de monnaie refusent-ils ? une monnaie dette ? sa gestion monopolistique ?
    J’ai comme l’impression qu’ils refusent « la monnaie » comme s’il existait qu’un seul type de monnaie, la monnaie des puissants (ou des tyrans).

    • Ce n’est pas parce qu’un outil est utilisé contre l’intérêt commun que cet outil est mauvais en soi. C’est son utilisation qu’il faut changer.
      Imaginons « le feu » comme outil. Il nous sert de moyen de cuisson des aliments, mais peut être utilisé aussi pour brûler la maison du voisin, brûler nos forêts, etc… Ce n’est pas parce que certains l’utilisent « mal » que nous devons le bannir.

    • Il faudrait écrire une constitution rien que pour la souveraineté monétaire , avec tous les ingrédients de l’autre constitution nationale : un pôle contrôle composé de toutes les ficelles pour la maintenir dans l’état sans qu’on puisse lui enlever une piécette , sans qu’elle soit une monnaie d’échange contre des armes , contre des hommes ( esclavage) , contre tout ce qui ne pas et qui appartient à l’humain !

  6. Mr Chouard, les pères fondateurs américains ont écrit le second amendement (les armes) justement pour défendre le premier. Vous n’obtiendrez rien sans violence, sans force, toute l’histoire le démontre.

  7. Ci-dessous ces deux extraits de deux articles écrit par le très regretté Janpier Dutrieux, financier remarquable, qui nous a hélas quitté en février 2019. Il produisit de nombreuses études financières et monétaires si bonnes pour la Justice dans les échanges économiques et sociaux. Entre autres, en particulier avec les études et les investigations documentées du Major Douglas sur le Crédit-Social, alias Démocratie Économique.

    sur Schwanenkirchen (Allemagne)
    la Wara
    (….)
    1931-1932. Il faut ajouter que dans toute l’Allemagne, des milliers de commerçants l’acceptèrent et que d’autres communautés comptaient appliquer ce système monétaire. Disons encore que ce mouvement eut une certaine influence en Allemagne : il combattit la politique déflationniste du gouvernement Broning et beaucoup de gens trouvèrent du travail.

    Mais le gouvernement se mit à s’occuper de l’affaire sous prétexte que la « wara » était une monnaie et son émission en contravention avec un droit que seul l’État possède. Au tribunal, la « wara » gagna le procès. Mais le gouvernement continua son opposition en prétendant qu’elle pouvait conduire à une dangereuse inflation… hélas! le gouvernement ne sut pas faire la distinction entre inflation qui part à zéro pour atteindre des chiffres astronomiques et la modeste « wara » qui part au bord du précipice pour ramener l’économie sur la terre ferme sans pour cela demander une aide extérieure… Finalement, l’arbitraire peut arrêter le bon sens: la wara fut interdite. Le résultat ne se fit point attendre: Schwanenkirchen et les autres villages pour lesquels la wara était « le fluide vital » de la machine économique furent de nouveau réduits au marasme complet…

    Un décret du Chancelier Brûning (dernier chancelier allemand avant l’arrivée de Hitler) en date du 30 octobre 1931, interdit formellement en Allemagne l’usage de la wara, de la monnaie timbrée et des bons d’échanges en général… La France ne s’est pas montrée plus libérale que l’Allemagne puisqu’elle interdit le fonctionnement des « Mutuelles d’échanges » que quelques pionniers franchistes avaient instituées dans notre pays…

    *

    sur Wörgl (Autriche, même époque que la wara)
    (….)
    Au 1er janvier 1933 (Hitler arriva au pouvoir le 30 janvier 1933), Wôrgl avait une nouvelle piste de ski (tremplin) et une piscine… Un nouveau pont en ciment armé portait l’inscription : «Construit en 1933 avec de l’argent libre».
    Déjà plusieurs communes voisines allaient être admises par Wôrgl dans le système. C’est alors qu’une plainte contre le maire de Wôrgl fut déposée à la Cour suprême de Vienne… Le Conseil municipal contre-attaqua… en prouvant :
    -- que la commune avait pu payer tous ses arrérages sur les impôts (120.000 schillings),
    -- qu’elle avait réussi à exécuter bon nombre de travaux publics de première nécessité,
    -- que le chômage avait été complètement résorbé,
    -- que l’économiste américain, le professeur Irving Fisher, de l’Université de Yale, avait envoyé en décembre 1932 une commission pour étudier cette expérience,
    -- qu’il ne s’agissait que d’une « monnaie auxiliaire » et non d’une monnaie véritable.

    Rien n’y fit ! De procès en procès, la Banque d’Autriche plaida l’atteinte à son privilège d’émission par cette monnaie « hérétique » (sic). La commune fut obligée de retirer ces « bons »…
    La manière dont le tribunal a débouté Wôrgl de son recours montre qu’elle reconnaissait les effets très positifs de cette expérience, qui avait conduit à une reprise économique rapide, mais qu’elle refusait de la laisser poursuivre, renvoyant de ce fait les citoyens à la misère.

  8. Quelqu’un peut-il m’expliquer comment on pourrait mettre en place le RIC sans une révolution ? Comment on peut reprendre les médias aux capitalistes (expropriation) sans Révolution ? J’aimerais bien qu’il soit possible de changer ce monde sans une Révolution mais celà ne semble pas possible. Pour mettre en place le RIC qui nous permettrait de sortir du capitalisme il faudrait en être sorti. Peut-être que si on était 10 millions dans la rue à réclamer le RIC… mais à ce moment plus besoin du RIC, on pourrait directement fonder la nouvelle société. J’aimerais bien comprendre où je me trompe comme dirait Etienne.

    • Nicolas RP2.0

      Bonjour Vincent 🙂

      Pour avoir pas mal écouté Chouard, son point de vue sur le RIC est qu’il est utile dans une société où le peuple n’a aucun pouvoir direct telle que la notre. Ca permet principalement de commencer à faire d’une société aristocratique une société démocratique, c’est un premier pas vers la démocratie.

      En revanche le RIC n’est pas utile dans le cas où la « révolution » qui sera fatalement « violente » à un moment, mais qui se base principalement sur une évolution des mentalités de l’ensemble des humains. Le principe est que ce n’est pas aux hommes de pouvoir d’écrire les règles du pouvoir, ce pouvoir ne doit pas revenir aux représentants mais aux représentés, aux citoyens, au peuple.
      C’est au peuple d’écrire lui-même sa constitution et d’instituer sa puissance politique et de la méthode de contrôle de la représentation, si représentation il y a toujours.

      Le RIC est envisageable comme un premier pas vers la démocratie tout en restant dans la constitution actuelle. La constitution citoyenne est un stade avancé où le peuple aura lui-même décidé de définir sa façon de gouverner.

      J’espère t’avoir éclairé, bonne journée à toi. 🙂

  9. Je ne savais pas que Jean-Baptiste Bersac était décédé…
    https://frappermonnaie.wordpress.com/
    https://www.youtube.com/watch?v=kvjstlFaxUw

    • https://blogs.mediapart.fr/segesta3756/blog/210217/les-controles-de-capitaux-une-idee-qui-fait-son-chemin-par-jacques-sapir
      Concrètement cela impliquerait des formes de contrôles des changes pour les Français passant des vacances à l’étranger, et une réglementation très restrictives, n’autorisant les entrées et les sorties de capitaux et ceci quelle que soit leur durée, que dans un régime d’autorisation préalable. Les entreprises françaises seraient sous obligation de rapatrier en moins de 48h les règlements faits à l’étranger et ne pourraient sortir l’argent destiné à des achats hors du territoire français que 24h à l’avance. Ceci impliquerait une montée en puissance de la Banque de France, à la fois dans son rôle de gendarme des transactions financières (qui seraient contrôlées électroniquement) mais aussi dans son rôle de refinancement des banques. Dans un système strict de contrôle des capitaux, le refinancement des banques devrait se faire prioritairement par la Banque de France, que ce soit à travers des opérations de crédits à 24 ou 48h ou que ce soit à travers différents types de mécanismes de prise en pension des titres détenus par les banques. Un tel système ne serait pas appelé à durer plus d’un an à 18 mois, mais il pourrait être réintroduit de manière discrétionnaire par l’État.

    • http://www.contretemps.eu/gouvernement-gauche-lordon/?fbclid=IwAR0VeFyfAqzQcRZACPKzxrDqhWcjMhXHRGn9ZGJuvZDI71g1XFjWZ6XdArg
      « Un autre régime, ça veut dire en mobilisant des moyens littéralement extra-ordinaires, j’entends hors de l’ordinaire institutionnel de la fausse démocratie. Par exemple : réinstauration flash d’un contrôle des capitaux, sortie de l’euro, donc reprise en main immédiate de la Banque de France, mais aussi nationalisation des banques par simple saisie, et surtout suspension, voire expropriation, des médias sous contrôle du capital. »

    • Pas mal l’idée de Paul Jorion : il faut redéfinir la valeur ajoutée! C’est peut-être là qu’on peut croiser avec Bernard Friot!
      https://www.pauljorion.com/blog/2020/05/27/video-plan-de-sortie-de-crise-de-20-associations/


      • Une sécurité sociale de l’alimentation, du transport de proximité, du logement, de l’énergie, de la culture…
        Chacun a une carte « vitale » dont l’argent est dépensable auprès de professionnels conventionnés (qui sont bien sûr alternatifs au système)

        • « Chacun a une carte « vitale » » => qui permet d’être remboursé : une monnaie purement numérique n’est peut-être pas souhaitable!

  10. Bernard Lietaer, monnaies alternatives -- Trans-Mutation 2012
    https://youtu.be/rU1Q8fHpybc
    un concentré d’idées en 6min

  11. La monnaie est un outil pour vivre sur le dos des autres. Discussion de café…
    Explications par Martouf sur l’histoire de la monnaie (en 23min !)
    https://youtu.be/O-mrJEBqQYg

  12. Je crois que depuis le temps, enfin, ça y est, le système politique sur lequel on a réfléchi est au point, il n’y a plus qu’à prendre le pouvoir dès la semaine prochaine.
    Non ? Bon, alors continuons alors à approfondir les concepts et à parler au conditionnel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *