Deuxième live avec Bascar : Quelle(s) stratégie(s) pour une « gouvernance liquide » ?

L’échange de la semaine dernière ayant paru intéressant, on a décidé de recommencer cette semaine (demain soir) 🙂

Je ne sais pas d’où sort ce titre ni ce que ça va donner, mais j’aime autant vous prévenir que les deux mots « gouvernance » et « liquide » allument tous mes warnings 🙂

Le lien du live (et du replay) :

Bonne nuit.

Étienne.

Fil Facebook corrspondant à ce billet:
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10158119559502317

, scientisme économique (néolibéralisme = URSS = UE), sécurité sociale VS insécurité sociale, STARVE THE BEAST ("affamer l'Etat" - slogan prétendument "libéral"). Mettez-le en favori avec son permalien.

18 réponses à “Deuxième live avec Bascar : Quelle(s) stratégie(s) pour une « gouvernance liquide » ?

  1. Méfions nous des expressions nouvelles. Gouvernance, gouverner, sous entend un chef et une troupe qui obéit. Contraire à la démocratie. Et adjoint à la notion de liquide … l’identification du chef disparait, il devient insaisissable et s’immisce partout (controle tout azimut par l’électronique, jusque dans nos WC). Voilà ce que ces deux mots accolés m’inspire.
    Cela ne me semble pas aller dans le sens de l’émancipation, des communs et de la démocratie.

    Je cite : « L’une des meilleures façons de résister , c’est d’être dans un oasis de SOLIDARITÉ et de FRATERNITE. Des associations se créent un peu partout dans le monde. Ce bouillonnement est très fécond mais ce mouvement ne parvient pas encore à se cristalliser en pensée politique » (Edgar MORIN, interview parue dans le journal l’humanité du 27/10/2019.

    Pour nous en sortir, il nous faudra tous désobéir (santé, justice, police, armée, administration fiscale, etc, etc) pour mettre en place des actions d’intérêt général. Telles que : réouverture de lits d’hôpitaux, fabrication de masques, etc, etc.

    MAIS comment organiser notre désobéissance à un pouvoir illégitime, non représentatif et corrompu par des lobbys (Blackrock, …) ? Comment organiser notre rébellion pacifique et sereine C’est à dire comment prendre et mettre en oeuvre des choix politiques et civils, chacun à sa place (le juge, le fonctionnaire des finances, le policier, le militaire, le médecin, etc, etc) et tous ensemble ?

    CAR nous savons faire ; tous nous maîtrisons nos métiers, chacun dans son domaine : par exemple les fonctionnaires des services fiscaux pour rétablir l’Impôt de Solidarité sur la Fortune, rétablir les contrôles des mouvements de capitaux pour interdire l’évasion fiscale, les juges pour faire appliquer ces décisions, etc, etc.

    ET C’EST ICI QUE PEUVENT TROUVER LEUR UTILITÉ LES SYNDICATS EN COORDONNANT TOUT CELA (AU LIEU DE NOUS FAIRE FAIRE DES MANIFESTATIONS QUI NE SERVENT PLUS À RIEN face à des gouvernements autistes, face à des élus sous pression des lobbys et qui ne représentent plus qu’eux mêmes).
    MAIS AUSSI AVEC L’APPUI DES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS, DES MOUVEMENTS CITOYENS ASSOCIATIFS tels que : (quelques exemples)
    https://www.colibris-lemouvement.org/
    https://france.attac.org/
    http://www.atterres.org/
    Pour la science : Sciences citoyennes -- https://sciencescitoyennes.org/
    Pour l’agriculture :
    https://terredeliens.org/
    … etc, la liste est longue d’associations qui connaissent la réalité de la vie de terrain, bien mieux que n’importe quel élu national, dans tout domaine.

    Un des rôle d’un parti politique en ce XXIème siècle ne devrait-il pas de susciter voir d’organiser le dialogue entre tous les Français plutôt que de courir après les financements des banques et des plus riches, pour accéder au pouvoir et servir ceux qui les ont financé ?
    http://ses.ens-lyon.fr/articles/le-prix-de-la-democratie-entretien-avec-julia-cage

    Les partis politiques font partis du problème et ne peuvent pas apporter de solution.

    De l’exercice du pouvoir législatif et de l’élection
    Regardez le principe de la tutelle (mesure de représentation juridique prononcée par le juge des tutelles permettant la protection par un tuteur qui va décider à la place de la personne majeure dont les capacités physiques ou mentales sont altérées, ou de mineurs qui ne sont pas protégés par l’autorité parentale après décès des parents ou retrait de l’autorité parentale).
    Dans notre système politique actuel, les citoyens ne décident de rien. Notre système politique actuel est donc une mise sous tutelle permanente. Une tutelle « élective », c’est à dire que la seule chose que nous pouvons décider c’est du choix des des tuteurs qui vont décider à notre place pendant la durée de leur mandat de tuteur élus. Et encore, ce choix du tuteur est très limité, il faut choisir sur une liste prédéfinie par les partis.
    Le système actuel considère que nous sommes, à vie, des mineurs, des personnes au mental altéré à vie, incapable de décider par nous-mêmes de ce qui est bien pour nous.

    La démocratie c’est le contraire de la délégation : si tu délègue ton pouvoir de décider à une tierce personne (qu’elle soit élue ou non, c’est pareil), tu n’est plus en démocratie, tu est sous tutelle. Disons en « tutellecratie ».

    Organiser une République Démocratique n’est pas impossible, c’est une question de volonté, de pédagogie et d’apprentissage. Des solutions existent.
    Un exemple :
    Localement : http://www.brestlalistecitoyenne.fr/php/leprogramme.php

    Nationalement : une explication ici d’une possibilité de démocratie directe :
    https://youtu.be/1wcgaQfTjPE
    le texte :
    http://www.democratie-directe.com/documents/Constitution_transitoire.pdf

    Pour nous affranchir des tutelles qui pèsent sur nous, nous devons certes comprendre le plus précisément possible la situation MAIS SURTOUT CE QUI NOUS MANQUE c’est de nous écouter, de nous entendre, et d’avoir un esprit de corps, c’est dire redéfinir un socle commun : un contrat social.
    La première brique de ce contrat social c’est la constitution. L’être libre ne peut véritablement l’être que dans une démocratie, une vraie démocratie c’est à dire sans délégation de pouvoir, sans tutelle. Cela concerne aussi nos entreprises.

    Nous pouvons commencer pas à pas par des choses facile à remettre en place car ayant été supprimées il y a peu et qui sont majoritairement souhaité comme par exemple rétablir l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune).

    Du rôle des politiques …… dans un système où ils ne devraient plus exercer le pouvoir législatif.
    Le politicien doit être avant tout un simple et modeste animateur de la vie politique citoyenne et non un décideur. Organiser la discussion, le débat, mobiliser les volontés, … il serait là seulement pour aider les citoyens à accoucher d’une décision, un peu comme une sage-femme.

    Bien vivre ensemble
    En créant un outil pour organiser les décisions collectives à prendre, nous pourrons trancher démocratiquement sur le sens à donner à notre vie en société et les objectifs à viser.
    Ma conviction est que l’organisation de notre vie collective doit permettre, autant que faire se peut, à chacun de s’épanouir.
    Pour nous épanouir, nous avons besoin d’une certaine liberté (de penser, d’agir, etc), d’être propriétaire exclusif d’un certain nombre de choses, et de subvenir facilement à nos besoins essentiels (se soigner, manger, se vêtir et avoir un toit). Personne ne devraient avoir à travailler dur pour que quelques uns s’enrichissent sans limite.

    MAIS pour que TOUS nous puissions avoir la possibilité de nous épanouir et de subvenir à nos besoins essentiels, notre liberté individuelle doit s’arrêter là où commence celle des autres, notre propriété privée doit s’arrêter là où commence celle des autres, etc.

    L’organisation de notre bien-vivre ensemble est une quête constante d’un équilibre entre les libertés de chacun, entre les désirs de chacun, etc.

    De nos jours nous voyons que certains d’entre nous exploitent honteusement leurs semblables, poussent leur droit de propriété, leur liberté au delà du raisonnable, poussant leur semblable à la pauvreté et au désespoir, et la Planète à l’agonie.

    Ces individus cherchent constamment à détourner à leur seul profit égoïste et égocentrique les institutions et politiques mise en place.
    https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_violence_des_riches-9782707182678.html

    https://www.youtube.com/watch?v=JEOj91N7tn8

    La seule raison qui donne une légitimité à l’existence d’institutions et à la mise en œuvre de politiques est d’organiser le bien-vivre ensemble en cherchant à maintenir l’équilibre garantissant les plus grandes opportunités d’épanouissement possible pour tous.

    Le néo-libéralisme n’est que la liberté du prédateur dans les pâturages, sans protection pour les mammifères en quête d’une vie harmonieuse non violente, qui au contraire se retrouvent géolocalisés et vidéo-surveillés par les prédateurs.
    Sortons du néo-libéralisme et mettons en œuvre la liberté pour une humanité bienveillante et limitons drastiquement le champ d’actions des prédateurs.

  2. Bonjour,
    SUPER EXTRA !
    Warnings et… préparation, Etienne !
    Je n’ai pas eu le temps d’ingurgiter le travail de Bascar malgré des références qu’il met en avant et que je connais un peu (Laborit, Girard, Sastre) et la passion que vos échanges allument et font aller vers ses vidéos +++.
    Intuition :
    -- intelligence du « trans » chez lui, cad ne pas se mettre au-dessus, même « neutre » ou d’apparence qui sacrifie et encore ! (type ou ex. : Etat, universalisme, laïcité comme a su énoncer et pratiquer le génie de la France)
    -- le mouvement dialectique ne crée-t-il pas le 3 ? Credo perso. Rien de révolutionnaire !?
    -- importance du tiers à la suite. Fondamental en ce qui me concerne. Objet ou je ne sais quoi ou qui en droit, pas pour rien du tout !
    Très stimulant, traversée, mouvement comme « appuis « (terme de trans explicite) donc réalisme, MAIS (je suis coincée, je sacrifie, foutue !) besoin de références pour avancer vraiment en toutes choses (il bute dessus je crois avoir compris), cad de la fixité, des règles (tablette de cire pas de marbre alors au moins),
    -- individu comme socle de la société et de la responsabilité, autre credo perso,
    donc oui Bascar et oui Etienne !
    Bonne émission. Amitiés !

  3. Le lien du live (et du replay) :

  4. une histoire de mots…
    Je trouve cette conférence de Jean-Paul Jouary éclairante sur les mots liés au concept de « démocratie » :
    https://youtu.be/nC3KItTIUig

  5. Comment les pères fondateurs du libéralisme ont pu organiser l’esclavagisme, s’ils défendent la liberté de tous ?

    • Les 3 règles de base du droit naturel, c’est les règles du « Monopoly ». Le 1er qui est propriétaire de tout a gagné. Bascar s’accroche à ces règles tout en constatant qu’elles ne fournissent pas les résultats escomptés (pour la majorité des individus sur terre, par contre pour une minorité de plus en plus réduite…).
      Par contre, il apporte des notions ou des critiques intéressantes et parfois surprenantes 🙂

  6. Ce libéralisme, c’est une vraie religion. Ses règles, soit disant naturelles, ce sont des dogmes. Mais dans les faits…
    Galilée avait dit de la terre qui tourne autour du soleil : « et pourtant elle tourne ».

  7. Le droit naturel est une construction inventée par des humains pour en asservir d’autres (cf Aristote & l’esclavage)
    Les libéraux reprennent cette construction et s’en servent pour leur entreprise d’asservissement des sociétés
    La nature n’a aucune finalité, ni aucun droit … elle s’adapte et se soumet à des lois physiques, biologiques et les humains, s’ils veulent un droit, doivent le construire eux mêmes, entre eux, en fonction de leur affects, de leur époque, des contraintes de l’espace qui les reçoit et des relations qu’il veulent entretenir avec le monde qui les entoure
    Un droit se construit et s’élabore en conscience, il s’inscrit dans un espace et dans un temps
    Surréaliste ce live

  8. La morale du libéralisme:
    « Le Loup et l’Agneau » Jean de La Fontaine 1668
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Loup_et_l%27Agneau

  9. Bonjour
    je ne suis pas un habitué des blogs et n est pas bénéficier de beaucoup d instruction
    veuillez pardonner mon style et ma grammaire
    j aimerais tout d abord dire a Mr chouard que ce qu il est entrain de semé est d une richesse énorme pour l avenir social de nos enfants
    -- Mr chouard vous êtes entrain de nous réveiller merci et quoi qu il arrive
    svp continuer votre chemin on est beaucoup derrière vous
    .Pour parler du débat ce que j ai compris c est que si on prend le fusil du chasseur qui nourrit sa famille et qu on le met a la place de l état
    etienne chouard veut en securisé l acces pour qu il n y est pas d accident
    et continuer a s en servir et bascar veut le detruire pour qu il n y est plus jamais d accident, mais j ai surtout vu quatre gilets jaunes , quatre belles personnes qui n arrivait pas a s’entendre pour , en conclusion nous offrir
    un début de stratégie pour sortir de cette merde
    P S : Mr chouard serait il possible légalement de trouver une petite commune qui accepterai de mettre en application votre façon de voir la démocratie (un petit laboratoire ) puis pourquoi pas on peu rêver de l étendre au canton puis au département etc etc …
    merci a tous les quatres

  10. Les discussions sur le libéralisme et le droit « naturel » à la propriété m’ont rappelé cet extrait tiré de « la lutte des classes » de Jack London 1903 :
    « Si entre ces deux classes il y a un conflit clair et vital d’intérêt, tous les facteurs sont présents qui font une lutte des classes ; mais cette lutte restera en sommeil si les membres forts et compétents de la classe inférieure sont autorisés à quitter cette classe et à rejoindre les rangs de la classe supérieure. La classe capitaliste et la classe ouvrière ont existé
    côte à côte et depuis longtemps aux États-Unis ; mais jusqu’à présent, tous les membres forts et énergiques de la classe ouvrière ont pu s’élever
    hors de leur classe et deviennent propriétaires du capital. Ils ont été en mesure de le faire car un pays non développé dont la frontière s’élargit a donné l’égalité des chances pour tous. Dans cette lutte ressemblant presque à une loterie pour la propriété de vastes ressources naturelles non possédées, et dans l’exploitation dont la concurrence des capitaux était faible ou inexistante, le membre capable et intelligent de la classe ouvrière a trouvé un domaine dans lequel utiliser son cerveau pour son propre avancement. Au lieu d’être mécontent en rapport direct avec son
    d’intelligence et d’ambition, et de faire rayonner parmi ses semblables un esprit de révolte aussi capable que lui, il les a laissés à leur sort et
    s’est taillé une place dans la classe supérieure.
    Mais l’époque de l’expansion continue, où une compétition a été organisée pour la propriété des ressources naturelles et la création de nouvelles industries, est révolue. L’Ouest le plus lointain a été atteint, et un immense volume de capital excédentaire se déplace pour être investi et tue dans l’œuf
    les efforts patients du capitaliste en puissance qui cherche à s’élever par une lente progression, en partant de débuts modestes. Les portes des opportunités ont été fermées pour toujours. Rockefeller a fermé la porte au pétrole, l’American Tobacco Company celle du tabac, et Carnegie celle de l’acier. Après Carnegie est venu Morgan, qui a verrouillé la porte à triple tour. Ces portes ne s’ouvriront plus jamais, et devant elles attendent des milliers de jeunes hommes ambitieux qui ne peuvent que lire l’affiche : ON NE PASSE PAS. Et jour après jour, d’autres portes se ferment, tandis que des jeunes hommes ambitieux continuent à naître. »

  11. Pourquoi vouloir changer la constitution ?
    Qu’est ce qui vous pose problème dans la constitution actuelle ?
    Qu’attendez vous d’une nouvelle constitution ?
    Je crois que plutôt qu’un débat stérile, c’est ces points là qu’il faudrait éclairer.
    Est ce qu’il existe quelque part une réponse à ces questions de bon sens.

    • Réponse à dsl :
      Le soucis avec la constitution actuelle est qu’elle n’offre à aucun moment au peuple la possibilité de s’exprimer directement sur la direction politique du pays.
      Le second soucis avec la constitution actuelle est qu’elle à été rédigée par les représentants et non par les représentés, vous imaginez donc qu’elle est profitable tout d’abord aux représentants et non aux représentés.
      Ensuite une constitution, c’est l’ensemble des règles du régime politique du pays et qui réponds à pas mal de questions telles que :
      -- A-t-on besoin de représentants ?
      -- Si oui, comment on les nommes, suffrage universel direct ou indirect, suffrage majoritaire, tirage au sort…
      -- Si nous avons besoin de représentants, comment pouvons nous les contrôler afin de vérifier qu’ils font ce pourquoi ils ont été désignés comme représentant.
      -- Comment nous instituons notre pouvoir politique en tant que peuple souverain.

      En 200 an d’élection parmi les candidats on arrive au résultat que ce sont les riches qui possèdent tous les pouvoirs (exécutif, judiciaire, législatif, économique, médiatique et militaire), on peut donc en conclure que ce n’est pas une réussite sur le plan démocratique et qu’il est désormais temps que nous puissions décider nous-même de notre destin commun.

      Bonne journée ! 🙂

      • Désolé mais je ne suis pas d’accord avec votre constat.
        Le pouvoir judiciaire est indépendant. On ne peut pas acheter son jugement avec son argent. Le droit qui s’applique aux riches est le même que celui qui s’applique aux pauvres.
        Le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif dépendent des élections, et les élections elle même dépendent de la majorité des voix donc du plus grand nombre et non des riches qui sont plutôt minoritaires.
        La constitution nous offre régulièrement de nous exprimer par le moyen des élections qu’elles soient présidentielles, législatives, européennes, régionales, communales…que le résultat ne vous convienne pas, c’est possible, mais vous ne pouvez pas prétendre que vous ne pouvez pas vous exprimer.
        Bref, je ne comprends toujours pas.

        • Bonjour 🙂
          Le pouvoir judiciaire n’est en rien indépendant, quand on voit sans arrêt des scandales de détournement d’argent (Balkany / Sarkozy / Tapie…) où les coupables ne vont pas jamais en prison, là où de l’autre côté un sdf qui vole un sandwich pour manger se prend 6 mois de prison ferme. La justice n’est pas non plus indépendante lorsque les procureurs et préfets sont choisis par l’exécutif.

          Ensuite l’élection peut se faire sous différentes formes, on pourrait par exemple dire qu’on vote pour tous les candidats et où on leur attribuerait une note. Intéressez-vous au vote par valeurs (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_par_valeurs).

          Enfin, l’élection en elle-même est quelque chose de mauvais, car elle place quelqu’un au dessus de vous tel un maître parce que « c’est lui le meilleur » et donc les citoyens peuvent se reposer sur ces « savants de la politique ». Le tirage au sort à l’effet inverse, il place la personne tirée comme serviteur de l’intérêt général et les citoyens iront naturellement plus le contrôler afin de vérifier qu’il fait correctement son travail.

          Pour terminer, l’élection parmi partis désavantage encore plus les petits car ces derniers n’auront ni l’argent pour le financement, ni la visibilité dans les médias. Sachant qu’il y a une nette corrélation entre la courbe de passage à l’antenne et le résultat d’une élection, il est tout à fait impossible pour un petit parti de se hisser parmi les gros bonnets.

          Et donc, vu que les règles ne sont jamais faites à l’avantage du peuple, il est temps de les changer afin d’instituer lui-même son propre pouvoir. 🙂

          Bonne soirée.

  12. Droit naturel et droit positif.

    https://www.philolog.fr/droit-naturel-et-droit-positif/

    Mystification et enfumage les deux mamelles du droit naturel

  13. Errico Malatesta Umanità Nova 1921:
    « La liberté que nous voulons n’est pas le droit abstrait d’agir comme on l’entend, mais le pouvoir de le faire; cela suppose donc pour chacun, les moyens de pouvoir vivre et agir sans se soumettre à la volonté des autres. Et comme la 1ère condition pour vivre est de produire, LA LIBRE DISPOSITION POUR TOUS DU SOL, DES MATIERES PREMIERES ET DES INSTRUMENTS DE TRAVAIL EST LA CONDITION PREALABLE DE LA LIBERTE. » (c’est du Friot avant l’heure)

    …et donc gérés en biens communs. J’ai envie de dire, plus il y a de biens communs, plus la liberté se diffuse à tous. Tout en sachant qu’atteindre la liberté parfaite n’existe pas.

  14. La liberté vue depuis l’anarchie…

    L’ANARCHIE C’EST PAS CE QUE TU CROIS

    https://youtu.be/U3Rs7Pjd8gM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *