[Inconstitutionnelle autonomisation de l’exécutif] Les policiers autorisés, « à titre exceptionnel », à porter une cagoule en intervention

Les policiers autorisés, « à titre exceptionnel », à porter une cagoule en intervention (en 2017, déjà)

« Le Parisien » s’est procuré une note interne de la Direction générale de la police nationale détaillant les conditions dans lesquelles les policiers peuvent intervenir le visage dissimulé.

Les policiers pourront-ils avoir le visage dissimulé pendant certaines opérations ? Selon une note interne qu’a pu consulter Le Parisien, la Direction générale de la police nationale a tranché. « La cagoule ne doit être utilisée qu »à titre exceptionnel’ (expression soulignée dans la note), ‘le principe général’ restant ‘le travail à visage découvert' », rapporte le quotidien lundi 3 avril, citant des extraits de ce document adressé le 9 mars aux 66 000 membres de la sécurité publique.

Le port de la cagoule ne pourra être autorisé que dans le cadre de « missions balisées : opérations en lien avec la radicalisation, le terrorisme, le grand banditisme, escorte de détenus sensibles, assistance à des services spécialisés… », énumère Le Parisien, précisant que le texte interdit le port de la cagoule pour « les agents chargés de prendre en compte les enfants lors d’une perquisition ». « Enfin, chacun est tenu d’afficher son numéro de matricule », détaille encore Le Parisien.

Une demande des policiers

Pour expliquer ce souhait d’anonymat réclamé par les policiers, le quotidien évoque notamment l’assassinat d’un couple de policiers à leur domicile de Magnanville (Yvelines), le 13 juin 2016. « Depuis un an, nous réclamions l’élargissement du port de la cagoule en nous heurtant à un mur. Il a fallu ce drame pour que l’on débouche sur un plan sécurité publique allant vers une plus grande anonymisation des procès-verbaux des fonctionnaires », selon le secrétaire national adjoint du syndicat Alliance, Benoît Barret, cité par Le Parisien.

Ainsi, « l’administration a commandé quelque 80 000 exemplaires noirs en tissu jersey avec une ouverture ovale au niveau des yeux. Près des deux tiers seraient déjà arrivés dans les services », détaille le quotidien.

Source : Le Parisien, avril 2017, https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/les-policiers-autorises-a-titre-exceptionnel-a-porter-une-cagoule-en-intervention_2127963.html

.

Mon commentaire :

Comme y tendent tous les exécutifs, à toutes les époques, la force publique française S’AUTONOMISE, s’affranchit elle-même progressivement de tout contrôle — ce qu’une vraie constitution empêcherait absolument et sévèrement.

Bientôt, on pourra parler de force « publique, entre guillemets parce qu’une poignée d’individus s’en seront arrogé la maîtrise et l’utiliseront comme une milice sauvage contre leurs victimes désarmées, les citoyens.

Rappel : article 16 de la DDHC, Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 :

Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Le pouvoir exécutif en France maîtrise le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Confusion des pouvoirs. Nous n’avons pas de constitution. Nos vies et nos libertés dépendent du bon vouloir arbitraire d’un tyran, qui dicte ses lois, terrorise ses opposants politiques et contrôle la justice.

La responsabilité criminelle des juges, dans notre historique descente aux enfers, sera sûrement pointée par les historiens du futur.

Mais si l’on cherche la cause première de cet abus de pouvoir généralisé et impuni, la cause causale, la cause des causes, il faut bien comprendre notre part de responsabilité, nous qui ne fixons personnellement AUCUNE LIMITE à nos représentants.

#PasDeJusticeSansCitoyensConstituants

Étienne.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10157806699112317


Quelques signes des VIOLENCES D’ÉTAT — POLICIÈRES ET JUDICIAIRES — qui PROUVENT que nous n’avons pas de constitution digne de ce nom :

10 réponses à “[Inconstitutionnelle autonomisation de l’exécutif] Les policiers autorisés, « à titre exceptionnel », à porter une cagoule en intervention

  1. Merci Étienne.
    Je relaie.
    Amicalement,
    BlueMan.

  2. Sur le super Assange…Viktor Dedaj très bon sur le sujet

    https://youtu.be/jG42Qi7q0vk

  3. Non mais où on vit, là ?

    Martyrisés par la police pour ne pas avoir traversé la rue comme il faut

    Le fait
    1) de ne pas avoir de constitution,
    2) d’être désarmés,
    et 3) d’avoir une police pareille
    risque de nous coûter progressivement très très cher  

    Au Chili, les policiers mettent de la soude caustique (!) dans l’eau des pompes qui chassent les manifestants, parait-il…

    • Ça pue la soumission tout ça !
      Toutes les autonomies sont remises en questions !
      Les clous pour traverser sont glissants , faire attention où l’on met nos pieds !
      Nous savons où nous allons…

      • La peur est rarement bonne conseillère. Comme dit Yoda « la peur mène à la colère, la colère mène à la haine et la haine mène à la souffrance ».

        Il faut à mon sens bien distinguer d’une part les petits ou grands abus de pouvoir commis de manière isolée par des agents sans qu’ils n’en aient reçu l’ordre (ce qui est vraisemblablement le cas de cette vidéo), et d’autre part une violence injuste qui serait commandée par le pouvoir et exécutée par la police qui prend alors la qualité d’agent d’exécution. Les deux n’ont à mon sens rien à voir.

        Autant je suis à 300% défenseur de l’idée d’un garde citoyenne armée tirée au sort avec des mandats courts entre 1 et 2 ans. Autant je ne perds pas de vue que même avec les meilleures institutions possibles, dans l’état actuel de conscience de l’humanité , il y aura toujours des débordements et des injustices, des abus de pouvoir, malheureusement parfois plus graves qu’une garde à vue injustifiée de 24 heures (sans minimiser la gravité d’une telle chose).

        Donc à mon sens il n’est pas forcément bien indiqué de se sentir menacé ou d’avoir peur, ou de tirer des conclusions globales, d’un cas particulier qui certes provoque légitimement une émotion vive, mais peut aisément être qualifié de « monté en épingle », si utilisé pour tracer des conclusions générales.

        D’autre part en terme de violence, il faut indiquer qu’il en existe une toute autre qui me paraît au moins aussi prégnante (du moins dans mon expérience sur le terrain). Et celle-ci vient du peuple directement. Du vol avec violence, au tabassage parfois gratuit, jusqu’à l’assassinat à l’arme blanche. Les pompiers se font agresser et parfois caillasser dans des missions de sauvetage de vie, ce qui est honteux. Je ne dis pas ça pour faire peur. Je n’ai pas peur et j’accepte la situation. Mais simplement il me parait exagéré de nous présenter un peuple naturellement tout gentil et incapable de la moindre exaction qui serait constamment martyrisé par des instituions sans lesquelles tout serait parfait.

        Enfin mettons nous à la place d’un tiré au sort de la garde citoyenne. Qui accepterait de quitter sa vie tranquille pour se mettre au risque d’une vengeance par une bande de voyous, suite à une mission de justice véritable et de défense de ses concitoyens qu’il a effectué ? Est-ce que les citoyens tirés au sort ne seraient pas également attirés par se protéger, et pouvoir dormir sur leurs deux oreilles, même sans aucune volonté d’autonomisation par ailleurs ? Donc je n’ai pas d’avis tranché sur cette question car aucune des deux alternatives ne me paraît franchement bonne.

  4. Bonjour Etienne.

    Je te remercie pour ce travail colossal que tu fais qui nous éclaire tou(te)s, en nous invitant à la réflexion, à chercher par nous-mêmes, à s’ informer, à se questionner, à refaire société, à débattre…. pour nous transformer. Aujourd’hui tu as entraîné tout un bataillon avec toi… Tous ces milliards de neurones qui se sont connectés ! C’est pas rien !

    Je viens de retrouver un vieux post de sity.net datant de 10/15 ans, évoquant (entre autre), le cas de la peine de mort dans la Constitution européenne. Source: https://www.syti.net/ConstitutionAnnexes.html

    Cette analyse nous éclaire sur la dérive totalitaire et policière de l’Europe par le biais « d’annexes » intégrées à « l’anticonstitution européenne » et ignorées du public, dont les médias se gardent bien de nous parler. Il me semble important d’en parler, en voici un petit résumé :

    CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX / PARTIE II DE LA CONSTITUTION
    Article 2- Droit à la vie
    1.Toute personne a droit à la vie
    2.Nul ne peut être condamné à la peine de mort, ni exécuté.

    CONVENTION EUROPEENNE DES DROITS DE L’HOMME
    Source: https://www.echr.coe.int/Documents/Convention_FRA.pdf
    Protocole n°6 (p. 40 et 41)
    Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales concernant l’abolition de la peine de mort
    Strasbourg, 28.IV.1983
    ARTICLE 1
    Abolition de la peine de mort
    La peine de mort est abolie. Nul ne peut être condamné à une
    telle peine ni exécuté.
    ARTICLE 2
    Peine de mort en temps de guerre:
    Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour
    des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de
    guerre (…)
    TITRE I -- DROITS ET LIBERTÉS p.6
    ARTICLE 2
    Droit à la vie
    1. Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La
    mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, sauf en
    exécution d’une sentence capitale prononcée par un tribunal au
    cas où le délit est puni de cette peine par la loi.

    2. La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de
    cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force
    rendu absolument nécessaire :

    a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ;

    b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher
    l’évasion d’une personne régulièrement détenue

    c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une
    insurrection
    .

    Voilà, tout est dit.

    En clair, la Charte des droits fondamentaux ne s’applique pas en cas d’insurrection ou d’émeute, ni en temps de guerre, ni en cas de « danger imminent de guerre », ce qui est une définition très subjective et qui ouvre la porte à tous les abus.

    Mai 1968, une grève générale, une occupation d’usine ou une manifestation telle que les Gilets Jaunes peuvent être assimilés à une insurrection ou une émeute, et peuvent donc servir de prétexte à l’annulation des droits civiques.

    On comprend mieux pourquoi un Luc FERRY ose dire : il faut leur tirer dessus !!

    On comprend mieux aussi l’utilisation d’armes de guerre lors des manif gilets jaunes, on comprend mieux l’indifférence du gouvernement face au blessés et aux morts.

    A débattre avec Régis de Castelnau…!…

    Salutations chaleureuses,

    Véronique

  5. On peut aussi noter un autre détail : la novlangue lorsqu’on parle de l’armement des forces de l’ordre.

    Ainsi, ils utilisent des LBD (Lanceurs de Balles de Défense) ou des grenades de désencerclement. Ces termes sous-entendent qu’ils sont équipés pour se défendre. Mais dans la pratique, ils les utilisent comme armes offensives. Lors des manifestations, ils ne sont en effet jamais attaqués par les manifestants, ce qui justifierait l’emploi de ces équipements. S’ils s’en servent alors qu’ils ne sont nullement agressés par qui que ce soit, il y a un sacré problème, et bien entendu toute la presse continue imperturbablement à employer ces termes pour désigner ces matériels.

    • Moi je comprends balles destructrices et grenades anti rassemblement …… matériels de guerre ! Ce sont des soldats dressés comme des criminels qu’on utilise pour prendre possession des lieux stratégiques ! Ils se croient dans « Call of duty  »
      Que tous les grévistes portent un équipement policier identique !
      Si nous arrêtions de regarder cette presse ……..

  6. Salut Étienne,

    J’espère que tu vas bien, et que tu réussis à te remettre des événements de juin dernier. J’ai vécu cela comme une grande injustice et une attaque à intelligence.

    Si je peux me permettre, tu parais moins optimiste que l’année dernière à la même époque. Bon je le suis également. Je trouve que cet optimisme te donnait un supplément d’âme.

    Je renouvelle mon soutien, et mes remerciement pour tout ce que tu as fait. Je pense que l’histoire s’en souviendra. Et la pénétration des idées de tirage au sort et de RIC dans la société française reste remarquable. Le degré d’impact qu’un seul citoyen que tu es a pu avoir sur la société est énorme. La convention citoyenne pour le climat est encore là pour le montrer, que ce soit du reste en pratique une arnaque ou non peu importe c’est un signe que l’idée du tirage au sort fait son chemin dans les esprits.

  7. Un gilet jaune relaxé et libéré de prison après 4 mois à cause de mensonges de la BAC

    https://www.gj-magazine.com/gj/un-gilet-jaune-relaxe-et-libere-de-prison-apres-4-mois-a-cause-de-mensonges-de-la-bac/

    Camille Hallut (LDH Montpellier) à la sortie de prison de Sullivan GJ -- Villeneuve Lès Maguelones 10/01/2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *