[Ennemis du peuple] Ceux qui se prennent pour « les élus » sont les fléaux de l’humanité. L’antidote universel contre leur accès au pouvoir est le tirage au sort, mais celui-ci ne sera institué et protégé que par des citoyens devenus personnellement et massivement constituants

Pendant que nos « élus de la république » détruisent impunément une à une toutes les protections sociales et toutes les institutions de l’état de droit (au profit des usuriers, leurs maîtres), les nouveaux nazis du moment — « élus de dieu » israéliens et américains « sionistes » —, racistes, colonialistes, impérialistes, terroristes, déporteurs, génocidaires, assassins, voleurs, menteurs, espionneurs, violeurs, exploiteurs, empoisonneurs, affameurs, bombardeurs, imposant à Gaza, comme exemple intimidant de terreur impériale, des camps de concentration et d’extermination, un apartheid abject et les pires crimes contre l’humanité, ces nouveaux monstres totalitaires conduisent impunément le monde entier vers une nouvelle tuerie générale, mensongèrement drapés dans l’expression « démocratie », avec l’aval dégoûtant, écœurant, révoltant, des faux « journalistes » qu’ils ont tous pourris en les achetant avec leur sale fausse monnaie 🙁

Putain d’impuissance politique de merde…

Au diable les « élus », au diable !

Étienne.


Bruno Guigue : Massacre colonial pour “un jour de gloire”

55 morts et 2400 blessés dont 1200 par balles. C’est le dernier bilan de la sanglante journée du 14 mai 2018 dans la bande de Gaza. Mais pour Netanyahou, c’est un “jour glorieux”. Lors de la cérémonie d’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, il a remercié Donald Trump avec des trémolos dans la voix. “Quel jour glorieux ! Souvenez-vous toujours de ce moment, c’est un jour historique. C’est un grand jour pour Jérusalem et pour l’État d’Israël. Un jour qui restera dans nos mémoires pour des générations et des générations”. Cette journée restera dans les mémoires, en effet, mais pour ce qu’elle est vraiment : un nouveau massacre colonial.

Déversant un déluge de feu sur des manifestants palestiniens désarmés, l’appareil répressif israélien s’est surpassé dans l’horreur. Où sont ses laudateurs habituels, toujours prompts à répéter le laïus officiel sur cette vertueuse armée israélienne pénétrée d’impératifs moraux et soucieuse d’épargner les civils ? On ne les entend guère, ils rasent les murs. Quand les courageux pionniers de l’idéal sioniste se livrent à un pogrom en direct, ces imposteurs fielleux et abonnés aux plateaux-télé ont la mine basse et le regard chafouin.

Mais peu importe. D’autres se mettent à l’ouvrage, bien décidés à maquiller la scène de crime. Hypocrites, les médias français prennent le relais, nous expliquant du bout des lèvres que “les tensions sont vives” et qu’il y a des “affrontements à la frontière”. Quel sens de l’euphémisme ! On se demande bien, d’ailleurs, de quelle frontière il s’agit, car Israël n’en a aucune. La bande de Gaza est un morceau libéré – et assiégé – de la Palestine historique. Lorsque ses habitants veulent se rendre dans une autre région de la Palestine, ils rentrent chez eux, tout simplement. Parler de frontière, c’est faire comme si l’occupation était légale, c’est joindre le mensonge à la justification du forfait colonial.

Cette journée du 14 mai est la plus meurtrière depuis la guerre de l’été 2014 contre Gaza. Mais une fois de plus, dès qu’il s’agit de nommer l’oppression subie par les Palestiniens, les mots sont démonétisés, vidés de leur substance, frappés par une censure invisible. On connaît la rengaine : “Israël a le droit de se défendre”, les colonies sont des “implantations », les résistants des “terroristes”, le mur de séparation “un mur de sécurité”, Israël une “démocratie”, les manifestants de Gaza des “provocateurs” et des “extrémistes”. Dans cette novlangue invasive, les expressions apparemment les plus anodines sont trompeuses.

Au nom de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, par exemple, appelle “toutes les parties à agir avec la plus grande retenue, afin d’éviter des pertes de vies humaines supplémentaires”. On savait déjà que l’UE ne servait à rien, mais il faut avouer que cette inutilité finit par se voir de très loin. Dans le même registre, “la France, elle, appelle l’ensemble des acteurs à faire preuve de responsabilité afin de prévenir un nouvel embrasement au Proche-Orient”, déclare le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Sournoises à l’excès, ces formules laissent entendre que deux peuples s’affrontent sur le champ de bataille, alors qu’il s’agit de la révolte d’un peuple colonisé contre le colonisateur. Elles font comme si le conflit provenait d’une double intransigeance et qu’il suffisait, au fond, de ramener à la raison les forces antagonistes pour rétablir la paix. On sait ce que signifie cet angélisme de façade : il s’agit d’obtenir la reddition de ceux qui protestent contre l’occupation. D’une lutte de libération, cette rhétorique lénifiante fait une obscure querelle. Son artifice, dans le meilleur des cas, consiste à renvoyer dos-à-dos l’occupant et l’occupé, comme si les responsabilités étaient partagées.

En attendant, la débauche de violence de l’occupant fait renaître l’atmosphère sanguinaire des pires massacres coloniaux. Enracinée dans les esprits par une idéologie raciste, la diabolisation du Palestinien autorise toutes les transgressions. Des citoyens israéliens s’installent sur les miradors pour assister en direct aux tirs à balles réelles sur cibles humaines. Quel beau spectacle ! Après tout, les héros de “Tsahal” excellent dans leur spécialité. Flinguer des civils, hommes, femmes et enfants confondus, c’est quand même plus facile que vaincre le Hezbollah au Liban-Sud ou aller chercher le combattant palestinien, à la baïonnette, dans les ruelles obscures de Gaza.

“Nos soldats défendent nos frontières”, déclare Netanyahou. Va-t-il également proclamer l’époustouflante victoire de sa vaillante armée ? Déjà, durant l’été 2014, le bombardement massif et meurtrier d’un immense camp de réfugiés était censé relever, dans la novlangue sioniste, du paradigme de la victoire militaire. Comme si le bilan de ce bain de sang perpétré à distance pouvait s’apparenter à celui d’une guerre remportée à la loyale, sur un champ de bataille, face aux soldats d’une armée digne de ce nom, l’Etat-colon se vantait de ses turpitudes. Aujourd’hui encore, comme un serial killer de série B, il se regarde dans le miroir, fasciné par sa propre image mortifère.

Bruno Guigue.
 
https://www.legrandsoir.info/massacre-colonial-pour-un-jour-de-gloire.html

33 réponses à “[Ennemis du peuple] Ceux qui se prennent pour « les élus » sont les fléaux de l’humanité. L’antidote universel contre leur accès au pouvoir est le tirage au sort, mais celui-ci ne sera institué et protégé que par des citoyens devenus personnellement et massivement constituants

  1. Monsieur Chouard nous a ouvert les yeux à tous, il nous soutient et
    peut ētre nous soutiendra t il après mais il ne peut pas tout faire
    tout seul, il serait grand temps pour nous tous de prendre notre besace
    et d entreprendre le changement tant espéré, Aide toi et Dieu t aidera!
    une désobéissance civile serait certainement efficace mais il y a ceux qui se nourrissent du système, ceux qui ont peur que ce mouvement échappe à tout contrôle et devienne violent, ne pas oublier l immigration présente qui espère prendre notre place d esclave.
    nous avons besoin que certain scientifiques, intellectuels, coordonnateurs d hommes, puisse se retrouver momentanément dans se mouvement en laissant leur quant à soi de côté, et n oublient pas que leur avenir de privilégier est menacé autant que leur vie, ils ne seront spontanément pas plus à l abris d un mouvement mondial de colère, leurs galeries souterraines ne les protegera pas plus. il serait grand temps que chacun réfléchisse, les pires sont ceux qui regarde sans rien faire, notre société actuelle a perdu tout son panache !

    • Bonsoir !
      Non ! L’ immigration présente n’espère pas prendre notre place d’esclave , ils ne sont là que parce qu’ils ne peuvent plus rester dans leur pays ! Entre les groupes de Daesh qui fait la loi à leurs frontières , les obligeant à traverser , contourner d’autres pays pour fuir le danger , la guerre , la famine , le manque d’eau , les conditions inexistantes du confort corporel , le chaos à tous les étages , que leur reste t-il ? Leur corps , un reste de famille , et un espoir de survie aussi mince qu’une feuille de papier à cigarette !
      Quand aux privilégiés , ça leur passe haut au-dessus de la tête , ils ont l’argent et la possibilité de prendre leurs avions persos pour s’envoler là où il n’y a plus de menaces pour eux ! Mais qu’ils se cassent …….
      Certains sont actifs silencieusement , c’est plus discret !

  2. Bonsoir !
    HUBURISITÉ ……..un mot à vous ?
    y a pas plus simple ?

  3. Un scandale insupportable. Seuls les gueux vont en prison. La nouvelle aristocratie ne va jamais en prison. Exemple : Jérôme Cahuzac fait partie de la nouvelle aristocratie (hommes politiques, banquiers, hauts fonctionnaires, grands patrons, journalistes). CONCLUSION : la nouvelle aristocratie est la classe sociale des privilégiés. La nouvelle aristocratie subira le sort de l’ancienne aristocratie en 1793.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/05/14/01016-20180514ARTFIG00346-affaire-cahuzac-le-verdict-attendu-ce-mardi.php

  4. Les nouvelles sont chaque jour consternantes et s’accumulent. On en oublie les précedentes. Israël massacre des gens qui sont en camp d’internement forcé et le président de la Knesset vient se faire applaudir à l’assemblée nationale, qui vote à tour de bras des lois ineptes même lorsqu’elle pourraient emporter l’adhésion générale, radio Macron nous abreuve de nouvelles de sa serenissime majestée et quand on ose leur mettre le nez dans leur merde, ces journaleux se rebiffent…

    Nous n’en est pas au niveau de dénuement et de misère des habitants de Gaza dont la seule solution est d’aller au martyre mais il va nous en falloir encore des tonnes avant de nous mettre à bouger, ce n’est pas un million de personnes dans la rue en France qui vont tirer l’ensemble de la population :

    -- ceux qui endurent, qui font le dos rond en se disant que ça pourrait être pire, qui subissent, consentent à tout, les beaux endimanchés qu’on voit à la télé, surement très éduqués et intelligents, ils ne peuvent qu’avoir raison, ils disent qu’ils nous protègent c’est l’essentiel…

    -- ceux qui vivent correctement avec juste un peu de difficultés, du moment qu’ils peuvent encore aller en week-end et en vacances, s’acheter une nouvelle télé et dépenser au super-marché,

    -- ceux mieux nantis qui ont un peu de commisération pour les autres ici ou ailleurs, qui votent « à gauche » sont écolos et le reste du temps vivent bien, sortent, se cultivent -- ciné, théatre, expo, musées -- font du tourisme à l’autre bout du monde -- c’est important de connaitre les autres gens et c’est chouette l’avion -- Il arrive qu’ils descendent dans la rue par conscience mais retournent vite à leur mode de vie dispendieux. Certains aident leur prochain, participent ou donnent de l’argent à des associations, font de l’alphabétisation…, ça compense un peu leur appartenance à une classe supérieure, d’ici à partager…

    Notre impuissance, la cause des causes d’Etienne, ne se résoudra pas dans l’activisme des groupes constituants, pas plus que dans nos manifestations, même festives, elle est ancrée bien plus profondément à tel point que la misère extrême des palestiniens nous attriste sans nous révolter ou nous révolte sans nous faire bouger. On veut bien donner de l’argent, sans savoir réellement à quoi il sert mais, ne nous demandez pas de réagir autrement, on a autre chose, mille choses à faire, d’ailleurs c’est l’heure de se mettre à table, vous voudrez bien m’excuser et puis « ça pourrait être pire !».

    • Une chose importante, chercher à ce que l’on soit les plus nombreux possible à être bien informé sur la réalité du monde.
      Même si c’est un début, ça commence par là…et peut-être qu’alors, nous arriverons au point de basculement, comme expliqué par exemple, ici:

      La théorie du 100ème Singe : ferez-vous basculer le monde ? -- Grandir, ensemble #58
      https://www.youtube.com/watch?v=5rp-HIUDXx0

    • Oui ! Endimanchés pour aller à la messe prier pour que rien ne change de leur côté en accentuant la litanie sur les gens qui se font massacrer sans que rien ne bouge effectivement ! Quand edf sera en grêve , on pourrait espérer de voir Big Brother s’effacer des écrans ! Les nerveux vont râler , les assidus aux séries se mettront des films de toute nature , les joueurs de tout sport en profiteront pour faire la clôture de l’année , les mères de famille passeront la tondeuse et les enfants sortiront dans la rue voir les copains du coin pour faire qques conneries , mais personne ne se posera la question de savoir comment tourne la terre ….sans les guerres , sans les catastrophes climatiques , sans les nombreux réfugiés en recherche de survie , sans tous les voleurs délinquants qui nous ruinent depuis longtemps ! Les enfants d’aujourd’hui feront comme leurs parents hier et avant -- hier , ils regarderont sans broncher le monde s’écrouler , si tant est qu’il reste qque chose à écrouler !

    • Merci Bruno.

      Comme « allocation la plus efficiente des ressources » financières, on repassera : on ne peut pas faire PIRE (qu’un marché dérégulé) :

      [···] « Un sujet sur lequel il n’y a guère de débat de fond : les économistes s’accordent sur le fait que dans une zone monétaire intégrée, les excédents de l’un pèsent sur la capacité des autres à les rattraper,notamment parce que les financements vont en priorité aux profils moins risqués. Un cercle vicieux qui fait que l’Allemagne ne peut qu’améliorer ses performances économiques, en investissant plus et en exportant toujours plus, alors que les autres qui ne peuvent user de l’outil monétaire pour améliorer leur compétitivité ne font que rester à la traîne. » [···]

      Source : La-Pravda-Des-Milliardaires, édition locale boursicoteuse dite « Euractiv » :

      https://www.euractiv.fr/section/economie/news/budget-propre-ou-fin-de-la-zone-euro-lultimatum-de-la-france-a-lallemagne/

  5. La dernière issue qui peut permettre de sauver le principe du régime représentatif est le gouvernement populiste. L’expérience italienne actuelle est intéressante à ce titre.

    Tel qu’il est présenté actuellement, le contrat de gouvernement publié ce jour semble répondre aux attentes des électeurs des partis concernés.

    D’ailleurs, on peut parier que dès qu’il l’auront lu, les médias français vont le couvrir d’injures.

    À noter, si les rédacteurs ne sont pas idiots, ils doivent bien comprendre que leur programme implique une banqueroute de l’Italie, ou au moins une dévaluation ; sans le dire ouvertement, ils sous-entendent une rupture avec l’euro. Après, c’est comme le programme socialiste de 1981, on verra ce qu’il en restera en pratique.

    Le résumé du programme publié ce jour :

    1. Bce -- I titoli acquistati dalla Bce con il quantitative easing vanno esclusi dal calcolo del rapporto debito/pil. Ripensare la politica monetaria unica.
    2. Fisco -- Per le persone fisiche l’aliquota fiscale avrà due scaglioni: 15% e 20%, per le società flat tax al 15%. Evitare l’aumento dell’Iva previsto dalla clausola di salvaguardia.
    3. Tav -- Stop alla Tav Torino-Lione.
    4. Alitalia -- Rilanciare l’Alitalia, serve un vettore nazionale aereo.
    5. Pensioni -- Stop alla legge Fornero. Pensione minima a 780 euro mensili. Taglio delle pensioni d’oro sopra i cinquemila euro mensili non giustificate dai contributi versati.
    6. Rapporti internazionali -- Alleati con gli Usa, ma togliere le sanzioni alla Russia. Rivalutare la presenza dei contingenti italiani nelle missioni internazionali. Ridiscutere i trattati Ue.
    7. Migranti -- Un centro di permanenza temporanea dei migranti da rimpatriare in ogni regione. Prediche in italiano e chiusura delle moschee irregolari. Rimpatriare gli occupanti abusivi di immobili se stranieri irregolari.
    8. Occupazione -- Introduzione del salario minimo orario per il lavoro.
    9. Reddito di cittadinanza -- 780 euro mensili, ma il beneficiario non potrà rifiutare più di tre offerte di lavoro in due anni.
    10. Vaccini -- Tutelare i bambini a rischio di esclusione sociale per le norme sui vaccini.
    11. Rom -- Chiudere i campi nomadi irregolari.
    12. Rai -- Piu’ trasparenza per la Rai.
    13. Massoneria -- Chi appartiene alla massoneria non può entrare al Governo.
    Source :
    https://www.agi.it/politica/bozza_contratto_governo_m5s_lega_salvini_di_maio-3908977/news/2018-05-17/

    Traduction personnelle :

    1. BCE -- Les titres achetés par la BCE dans le cadre du Quantitative Easing doivent être exclus du calcul du rapport dette/PIB. Repenser la politique monétaire unique.

    2. Fiscalité -- Pour les particuliers, le taux d’imposition sera de deux fourchettes : 15 % et 20 %. Pour les sociétés une imposition forfaitaire 15 %. Éviter l’augmentation de la TVA prévue par la clause de sauvegarde.

    3. TGV -- Arrêter le TGV Turin-Lyon.

    4. Alitalia -- Relancer Alitalia, comme transporteur aérien national.

    5. Pensions -- Abolir la loi Fornero. Rente minimale de 780 euros par mois. Réduction des « pensions d’or » au-dessus de cinq mille euros par mois non justifiées par les contributions versées.

    6. Relations internationales -- Alliés avec les États-Unis, mais lever les sanctions contre la Russie. Réévaluer la présence des contingents italiens dans les missions internationales. Réexaminer les traités de l’UE.

    7. Migrants -- Un centre de séjour temporaire pour les migrants à rapatrier dans chaque région. Prédication en italien et fermeture des mosquées irrégulières. Rapatrier les occupants illégaux de biens immobiliers s’il s’agit d’étrangers en situation irrégulière.

    8. Emploi -- Introduction du salaire horaire minimum pour le travail.

    9. Revenu de citoyenneté -- 780 euros par mois, mais le bénéficiaire ne peut refuser plus de trois offres d’emploi en deux ans.

    10. Vaccins -- Protéger les enfants à risque d’exclusion sociale par des normes de vaccination.

    11. Rom -- Fermer les camps de nomades irréguliers.

    12. Rai -- Plus de transparence pour la Rai.

    13. Franc-maçonnerie -- Ceux qui appartiennent à la franc-maçonnerie ne peuvent pas entrer dans le gouvernement.

    • merci Ronald, j’observe aussi ce qui se passe en ce moment en Italie.

    • A la suite de l’analyse du programme du futur gouvernement italien, certaines critiques disent que nous allons vers plus d’Etats Unis d’Europe, que nous céderons plus de souveraineté nationale vers la souveraineté de l’UE. Plus de pouvoir sera transféré à l’Union et c’est alors que des règles sur le budget comme « la règle d’or » n’aura plus de raison d’être puisque le budget ne sera plus de la compétence d’un état. Toutes ces règles seraient des moyens transitoires dans une fin de limiter nos pouvoirs économiques et dans l’attente du transfert de cette compétence vers l’UE. Et seulement à ces conditions, après transferts des compétences (pertes totales de souveraineté), que l’UE interviendrait comme « sauveur » des peuples, jusqu’alors écrasés par une gestion « nationale ».

      Cela me fait penser au triangle dramatique:
      persécuteur-victime-sauveur…le rôle de l’UE.

    • Ils ne se cachent plus de recevoir les marionnettistes 😉
      Intervention du Président italien Mattarella devant la Commission Trilatérale (invitée dans les Salons italiens):
      https://www.youtube.com/watch?v=osAOCzCZFM0
      …vous aurez remarqué dans la salle, JC Trichet 😉

      Toutes les nations sont bien noyautées, ils ont pensé à tout depuis des années. Aujourd’hui, Mattarella sous les ordres des Puissants, refuse le nouveau gouvernement italien:
      https://www.youtube.com/watch?v=BD1l8GmY2PU
      Di Maio (Mouvement 5*) y explique son impuissance. Que reste-t-il de nos « démocraties » de façade, le crépis ne tient plus.

      • Le régime italien est différent du régime français en ce sens qu’il n’est pas présidentiel. Le président n’est cependant pas simplement protocolaire mais intervient dans la nomination des ministres et doit la valider. L’idée est de créer un contre-pouvoir aux chefs de partis (J’imagine que c’est sur le modèle du Roi d’Italie qui avait pu partiellement faire contrepoids à Mussolini). L’inconvénient est que si les deux ne s’accordent pas, cela crée un blocage. Le système aux USA aboutit au même résultat avec un Trump systématiquement bloqué par le Congrès ou la cours suprême.
        Alors, dans le cas présent, c’est le contre-pouvoir pro-UE qui crée le blocage, mais on ne peut pas vouloir des contre-pouvoirs seulement quand ils vont dans notre sens. Parce qu’en France, il n’y a pas ce système de « checks and balances » et une fois le président élu, il a pratiquement tous les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire en main, et les gens ne sont pas non plus contents parce que cela conduit à l’autocratie. Je ne sais pas s’il y a un système idéal. A mon avis, il faudrait bien séparer et distinguer les fonctions des institutions, pour éviter les concentrations de tous les pouvoirs en peu de mains, et en même temps que chacune ait son domaine propre, et que les autres ne puissent pas empiéter dessus pour l’entraver.

  6. Je viens juste de lire le pt 13. (pas encore lu le reste). ceci implique qu’au moins Berlusconi ne peut plus entrer dans le gouvernement. 😉 il va apprécier…

  7. le pt. 1 : du fait qu’une part de la dette détenue par la BCE est possédée par la Banque d’Italie. Contrairement, en Angletterre, la dette détenue par la BOE ne rentre pas dans le calcul dette/PIB !!! ce qui est logique, la poche droite n’a pas de sens d’être endetté vis à vis de la poche gauche, c’est le même pantalon 😉 la banque nationale doit faire partie de l’état, on n’est pas endetté vis à vis de soi-même. Cela est absurde. Sauf si une partie de l’état (le petit nombre) n’a pas les mêmes intérêts que l’autre partie (le grand nombre).

  8. le pt 10: du fait de l’obligation vaccinale (comme en France), encore une atteinte aux libertés individuelles.

  9. [Vidéo clash] Ambassade US à Jérusalem : « Coup de pied dans la fourmilière » ou « machineries infernales » ?

    https://www.les-crises.fr/video-clash-ambassade-us-a-jerusalem-coup-de-pied-dans-la-fourmiliere-ou-machineries-infernales/

    Richard Labevière est épatant 🙂

  10. Pierre Hillard chez Tepa : Le nouvel ordre mondial va-t-il gagner ?

  11. « Les politiques trichent avec nous ! » Rencontre avec PHILIPPE PASCOT (1/2)

    « On prépare des générations d’abrutis » Rencontre avec PHILIPPE PASCOT (2/2)

  12. Projet de la Montagne d’or : la Guyane résistera-t-elle aux sirènes de l’industrie minière ?

    17 Jan 2018 HELENE FERRARINI -- pour Investig’Action
    https://www.investigaction.net/fr/projet-de-la-montagne-dor-la-guyane-resistera-t-elle-aux-sirenes-de-lindustrie-miniere/

    En Guyane, le débat public sur le projet de mine d’or s’ouvre dans un climat houleux

    6 avril 2018 / Hélène Ferrarini (Reporterre)
    https://reporterre.net/En-Guyane-le-debat-public-sur-le-projet-de-mine-d-or-s-ouvre-dans-un-climat

  13. (« Macron humilié (ou remis à sa place) par un député belge » )

  14. Un article évoquant la suite des événements sur le front italien :

    Le double standard de Di Maio sur le JEFTA et le CETA.

    Il n’y a pas que le CETA, le traité de partenariat économique et commercial entre l’Union européenne et le Canada. Il y a aussi l’accord de libre-échange JEFTA entre l’Union européenne et le Japon. La différence entre les deux est que le premier était fortement combattu par le Mouvement 5 étoiles, alors que le second ne l’était pas. La preuve en est que la semaine dernière, le ministre du Développement économique, Luigi Di Maio, a déclaré que lorsque le CETA arrivera dans l’hémicycle, la majorité la rejettera. Ceci malgré le fait que l’accord, qui est déjà provisoirement opérationnel depuis septembre dernier, a eu des répercussions positives sur les exportations italiennes.

    En fait, dans le contrat gouvernemental il est écrit que « en ce qui concerne le CETA, le MES China, le TTIP et les traités de même inspiration, nous nous opposerons aux aspects qui entraînent un affaiblissement excessif de la protection des droits des citoyens, et une atteinte à la concurrence loyale et durable sur le marché intérieur ». Mais ces derniers jours, le ministre de l’Agriculture, Cundinaio, a déjà commencé à faire savoir qu’il voulait « étudier » le contenu du CETA et ne pas se précipiter pour porter la question à l’attention du Parlement. Mais entre-temps, les choses se passent différemment sur le front de l’accord de libre-échange Japon-UE. Le vice-premier ministre Di Maio a en fait ouvert la voie au JEFTA. La ligne du gouvernement sur l’accord UE-Japon a été annoncée sur le Blog du Mouvement étoiles où le traité commercial a été présenté comme « bon pour les citoyens, les PME et Made in Italy ».

    Quelques jours plus tôt, dans un entretien avec La Repubblica, Di Maio avait fait savoir que le gouvernement enverrait des « observations » concernant les traités commerciaux. Et il n’est pas clair s’il faisait référence au CETA (mais maintenant il n’est plus possible d’envoyer des « observations ») ou le JEFTA (idem). Sur le Blog, cependant, nous lisons que, puisque l’accord a été paraphé par la Commission en 2017, « le gouvernement italien actuel n’a donc pas été en mesure d’influencer les négociations, puisqu’elles avaient déjà été conclues avant sa mise en place ». Il y a des points sur lesquels le gouvernement a des doutes « mais malgré certaines critiques, il a considéré l’accord comme dans une large mesure acceptable à la lumière des avantages qui seront apportés aux exportations italiennes et parce qu’il s’agit d’un accord utile pour les PME et les citoyens italiens ».

    La suppression des droits, explique le M5S, sera également avantageuse pour l’industrie agroalimentaire italienne car l’accord « garantira la protection de 46 indications italiennes protégées ». Mais le CETA lui aussi garantit 41 DOC et DOP, mais pour le gouvernement, cela ne convient pas. Peut-être y a-t-il d’autres problèmes ? Nous ne le savons pas. Dans le post on lit que « L’accord ne contient pas la clause ISDS ou le tribunal de l’investissement, ce mécanisme diabolique qui était présent dans le TTIP et qui permet aux entreprises de poursuivre les États ». Étonnamment, même le CETA ne contient pas la clause qui prévoit la création de l’ISDS (Investor-State Dispute Settlement). Dans le cadre de l’accord avec le Canada, des systèmes de tribunaux d’investissement (SCI) ont en fait été créés.

    Pourtant, selon Carlo Petrini de Slow Food, « Le JEFTA représente un nouveau coup pour le système de qualité agro-alimentaire sur lequel repose une grande partie de l’agriculture européenne et donc italienne » parce que « le traité ne protège qu’un petit nombre de dénominations d’origine, laissant un énorme espace de conquête pour le faux Made in Italy ». Ce sont les arguments de M5S contre le CETA au cours des derniers mois, mais de manière évidente, pour une raison étrange, ils ne s’appliquent pas à l’accord de libre-échange avec le Japon. Également dans le programme électoral, le Mouvement a écrit que les traités internationaux de libre-échange « offrent souvent peu de protection aux États membres de l’Europe méditerranéenne face aux coups portés directement à certains secteurs de l’économie nationale ».

    Aujourd’hui, malgré les promesses des 5 étoiles, l’Europe et le Japon ont signé l’accord ; pour le signer, le président de la Commission Jean-Claude Juncker, le président du Conseil européen Donald Tusk et le premier ministre japonais Shinzo Abe. La signature du ministre du Développement économique a mis en colère les partisans de la campagne « Stop TTIP » qui dénoncent la « trahison » de Di Maio et du Mouvement 5 étoiles vis-à-vis des engagements pris lors de la campagne électorale. Et aussi parce que le M5S n’a rien fait pour assurer la transparence sur le JEFTA. À ce jour, il n’est possible de lire le contenu de l’accord que grâce à la fuite publiée par Greenpeace. Mais ceux qui s’étonnent que le Mouvement au gouvernement soit si éloigné des positions tenue dans l’opposition devraient lire la réponse donnée au Parlement sur la question de la vente d’armes italiennes utilisées pendant la guerre au Yémen. Comme on le sait, M5S s’est toujours opposé à la vente d’armes à l’Arabie Saoudite, dénonçant sa prétendue « illégalité ». À ceux qui ont demandé si le gouvernement avait l’intention de changer les choses, le sous-secrétaire aux affaires étrangères, Manlio Di Stefano, pour les F35, a répondu que « les évaluations ont lieu dans le cadre d’une consultation entre les pays alliés et l’UE, en tenant compte également des relations bilatérales et de la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme ». En bref, le M5S n’a pas non plus d’impact sur d’autres questions importantes.

    Source : https://www.nextquotidiano.it/di-maio-jefta-ceta/ Traduction personnelle

    Mon commentaire :

    Je croyais en fait que dans les nouveaux partis qui n’avaient encore jamais été au pouvoir s’engageaient des gens idéalistes qui croyaient à leur discours. Puis, une fois que le parti était parvenu au gouvernement, affluaient des opportunistes attirés par les avantages qui le gangrenaient. Ces opportunistes prenaient alors progressivement le pouvoir au sein du parti, et tout en gardant le même discours, trahissaient en fait le programme. Mais au moins, il fallait plusieurs années pour que la volte-face se fasse. Après, les électeurs se lassaient de se faire rouler, et changeaient de vote. J’espérais donc qu’avec l’émergence de partis « populistes », on pouvait avoir quelques progrès, du moins pendant une mandature, avant que le parti ne soit corrompu. Ce qui est très étonnant, c’est que maintenant, il n’y a même plus ce délai pendant lequel les nouveaux partis arrivés au pouvoir tiennent leurs engagements. On l’avait déjà vu avec Syriza, on le voit maintenant avec le M5S : ils trahissent du tout au tout leurs électeurs dès l’accession au pouvoir. Et bien entendu ceux-ci sont impuissants à redresser la barre. Je suis surpris de me dire que donc des personnes militent dans un nouveau parti pendant des années en tenant devant tous un discours dont ils savent déjà qu’il feront l’inverse, et ce sans même avoir la certitude d’arriver au pouvoir !

    Aussi, je pense qu’il n’y a aucun espoir à mettre dans les partis populistes tels qu’ils sont organisés actuellement (du moins ceux de gauche ; ceux de droite semblent appliquer plus rigoureusement leur programme). Il faut agir plus en amont et exiger que déjà les institutions du parti soient contrôlées par la base et qu’il n’y ait pas la possibilité que les dirigeants s’émancipent du programme prévu.

  15. RUFFIN rappelle Montesquieu et la séparation des pouvoirs :

    Tous les députés devraient être abonnés à sa chaine youtube pour prendre de la graine 😉

  16. J’SUIS PAS CONTENT ! #173 : Affaire Benalla : et ça continue encore et encore…
    https://www.youtube.com/watch?v=RsD3vbvFH2Q

  17. Macron l’acteur épouvantail
    https://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/macron-l-acteur-epouvantail-73542

    Emmanuel Macron : « Une belle image avec un bel acteur pour un « beau » film », décrypte Éric Zemmour (RTL, 30 mai 2017)

  18. Argent Monnaie

    Etymologie de « argent »

    L’argent vient du Grec » argos »[1] (« αργος ») signifiant « blanc » [2], luisant.

    Le grec « argos »[3], luisant vient lui-même du sanskrit « rjrah[4] » et « arjuna[5] », brillant, immaculé.
    En les faits le mot grec « argos »[6] signifie blanc, et brillant, mais son deuxième sens désigne celui qui ne travaille pas la terre, et pour Hérodote désigne un paresseux, un oisif ![7]

    L’argent ou la monnaie ?

    « La première monnaie de paiement, à Sumer, à été la mesure d’orge, le grain [8].
     » Cest de la vie agricole, donc, que surgit la monnaie, non de l’élevage (comme à Rome,
    « pecunia »[9] ; enGrèce , boüs[10] ; dans l’Inde « rupia » [11] »

  19. « Clash Macron vs étudiante Burkinabée »
    nov. 2017
    Macaron scotché -- minute 2:14 -- et paf!… mdr

  20. La perversion mondialiste de l’enfance
    est « en marche »!
    (sournoisement mandaté via lobby extérieur à l’institution scolaire)
    Mais pas pour les riches, qui eux suivent l’enseignement privé…
    deux poids, deux mesures, d’un côté les élus, de l’autre, les goyms, laissé en vie uniquement en vue d’aplanir leur chemin d’oisiveté matérialistes, aussi avide d’objets de lux que de luxure, jusqu’à trépas.

    Qu’attendent les parents pour exiger de virer tous les pédophiles qui trônent au pouvoir?!
    Sinon, comment s’étonner de ce qui « se voit » pondu dans ces nouvelles directives en matière « d’instruction » scolaire…

    « Vers la légalisation de l' »éducation sexuelle » obligatoire
    dès le plus jeune âge »

    https://www.partisansfrancelibre.fr/_media/legaliser-la-pedophilie-les-verts-en-revaient.-lonu-va-le-faire.mp4

    Pour la protection de la santé des nourissons, ça avance dans le bon sens en Italie
    https://www.marianne.net/monde/italie-la-ministre-de-la-sante-veut-mettre-fin-aux-vaccins-obligatoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *