Synthèse remarquable mais incomplète sur les ordonnances scélérates, imposées par les GOPÉ de l’UE

Synthèse remarquable, une fois de plus, de Jean-Luc Mélenchon contre la « loi travail » encore aggravée par les godillots du tyran, les valets « élus » de l’usurier « élu ».

Merci.

Mais il manque pourtant à cette synthèse une partie essentielle : François Asselineau a raison de souligner l’incohérence qui consiste à ainsi déplorer les conséquences cruelles des causes profondes qu’on ne veut pas combattre : la prétendue « Union européenne » est, avec les GOPÉ notamment mais pas seulement, le carcan qui aurait contraint tout élu quel qu’il soit à détruire le code du travail, les services publics, et toutes les institutions de la sécurité sociale ; et c’est ce même carcan qui contraindra tout président à nous martyriser plus durement chaque jour tant que nous n’en serons pas sortis.

Il faut sortir de l’UE comme on s’échappe d’une prison politique.

Naïvement peut-être, je souhaite un rapprochement entre la FI et l’UPR, qui associerait en un même mouvement de résistance à l’occupation une grande ambition de justice sociale et sa condition sine qua non, la sortie immédiate de l’UE, de l’euro et de l’OTAN.

En attendant, j’invite tous mes frères humains (et mes soeurs aussi, cela va sans dire) à se transformer en citoyens dignes de ce nom, c’est-à-dire en adultes politiques, par une pratique quotidienne des ateliers constituants, de manière à devenir progressivement capables, le jour venu, d’instituer eux-mêmes la société qu’ils désirent profondément.

Bon courage à tous les virus démocratiques, qui finiront bien par rendre mortellement malade le monstre oligarchique né de l’élection, grâce à l’antidote naturel et universel qu’est le tirage au sort, qui retire aux riches le moyen d’acheter le pouvoir politique.

Étienne.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10156008669232317

19 réponses à “Synthèse remarquable mais incomplète sur les ordonnances scélérates, imposées par les GOPÉ de l’UE

  1. Un tel rapprochement serait en effet souhaitable, mais il ne se fera que lorsque les militants de la FI se rendront compte que JLM les balade. Les échanges entre militants FI et UPR sont généralement courtois, enfin quand on a pas des hystériques et il y en a dans tous les partis, mais la plupart des militants FI restent convaincus de la validité de la fable « Plan A -- Plan B ».

    Mais il semble qu’il commence à y avoir des questionnements chez eux. Voyez à ce sujet l’article écrit pas Yavar Syiahkalroudi et publié hier : https://www.upr.fr/actualite/france/militant-de-france-insoumise-nest-sympathisant-upr-signore-yavar-siyahkalroudi

    C’est assez éclairant.

    • La fable plan A plan B c’est la stratégie de d’abord essayer de négocier avec les membres de l’U€ et dans un second temps d’appliquer unilatéralement les mesures du plan A, soit la France seule, soit avec d’autres Etats qui la rejoindraient.
      Le contenu du plan A est le même que celui du plan B. Les deux appellations ne concernent que le mode de mise en œuvre.
      Cette politique assume ouvertement de désobéir au traité, mais pas d’en sortir.

  2. Il y a des abus propremement franco-francais que Melenchon denonce mais pas Asselineau, et qu’il est pourtant important de denoncer.
    La corruption de nos grands elus et de grandes intreprises est franco-francaise et innacceptable. Les Suedois par exemple ont une tolerance zero vis a vis de l’abus de biens sociauxet de la corruption des elus. La servilite imposee aux francais au sein de l’entreprise, denoncee par Jaureset citee par Melenchon, existait avant l’UE, et ne peut pas etre reduite a la question de l’UE (qui est une vraie et grave question).
    L’UPR aurait certainement tout interet de rejoindre la FI, dont la vision et les combats, et les propositions vont tres loin, beaucoup plus loin que remettre l’UE en question : plus loin dans tous les domaines et a tous les niveaux. Voir le programme de la FI sur http://www.laec.fr
    Mais Asselineau n’a eu de cesse d’insulter Melenchon pendant la campagnee presidentielles, de le traiter de bouffon et de le denigrer, sans jamais faire ce que vous, Etienne, faites : apprecier et souligner la valeur du travail collossal fourni par Melenchon et les insoumis. L’inverse n’est pas vrai, en revanche. Jamais Melenchon n’a traite Asselineau de bouffon ni denigre son petit mouvement.
    Il est donc clair qu’Asselineau ne souhaite pas se rapporcher de la FI, et que son objectif n’est que l’affaiblissement des forces d’opposition a l’UE venue des forces humanistes et sociales de la France.

    • Ne vous trompez pas de cible Waki, Asselineau s’attaque bien davantage aux causes qu’aux effets. On peut tenter de colmater les brèches en soignant les effets, mais ça équivaut à mettre en emplâtre sur une jambe de bois. Il faut traiter la cause de ces dérives, et ça passe actuellement par la sortie de l’UE pour se débarrasser des obligations inhérentes aux traitées de l’UE.
      De plus, il est à mon sens imprudent d’assimiler les militants de la FI et Mélenchon. Autant je suis volontiers enclin à croire la bonne foi de ces militants, autant je considère Mélenchon comme le dernier des hypocrites que lui-même dénonce avec verve.

    • La FI est une petite unité de dis-sept personnes certainement plus active que tous les députés soumis ! Je rejoins votre analyse sur Asselineau profondément médisant sur tout , se regardant son passé d’élu ou de sous-fifre sous je ne sais quel président ! Sortir de l’U.E par l’article 50 du traité de Lisbonne qui dit ceci : Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
      Que dit l’article 50 ?
      L’article 50 définit les modalités d’un retrait volontaire et unilatéral, qui est un droit ne nécessitant aucune justification. Cette possibilité de retrait a été introduite en 2009, car « jusque-là, les traités ne prévoyaient pas de retrait volontaire et la doctrine demeurait partagée quant à l’existence d’une possibilité implicite de retrait unilatéral »( Vie publique) .

      L’article 50 prévoit aussi que l’Etat qui a quitté l’UE peut demander à y être réintégré en suivant la procédure, comme n’importe quel Etat européen (devenir Etat candidat, négocier l’adhésion, signer un traité d’adhésion). Il suffirait donc qu’une fois partie , la France pourrait avoir la malchance au cours d’un changement de président de retourner en prison et avoir ainsi toujours , un pied dehors un pied dedans !
      On veut du solide .

  3. Penser que Francois Asselineau est là pour diviser l’opposition c’est tout même fort: pendant la campagne qui parlait clairement de sortir de l’UE, Euro et de l’OTAN et essayait d’expliquer aux gens ce qui allait se passer?
    Il n’y avait qu’un seul candidat à ma connaissance sur cette ligne !
    Et je pense sincèrement que Francois Asselineau est plus digne de confiance que Melenchon pour la simple et bonne raison qu’il a toujours tenu la même ligne, même si elle n’était pas populaire et pouvait lui poser des problèmes de réputation (complotisme etc..). Il n’a pas eu de revirement de ligne pour des raisons électorales ou choses du genre. Il a toujours dit les choses clairement en ce qui concerne l’UE.
    Ce qui est étonnant c’est que rarement FI, après l’élection communiquait sur les GOPEs dans le médias lors des réformes sur le code du travail pour expliquer d’où cela venait.
    Car au final, il n’y a que 2 camps qui sont cohérents actuellement : LREM et UPR, les autres c’est de l’agitation qui ne sert qu’a capter un semblant d’opposition…

    • @ nunu | 7 février 2018 à 11:59
      « Il n’y avait qu’un seul candidat à ma connaissance sur cette ligne »
      C’est bien d’avoir des convictions mais ça ne devrait pas empêcher d’écouter les concurrents.
      à lire sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_France_insoumise

      « …/… Le 9 avril, le meeting de Jean-Luc Mélenchon rassemble plus de 70 000 personnes au Vieux-Port à Marseille. Principalement axé sur le thème de la paix, il a rendu hommage aux 30 000 personnes mortes dans la Méditerranée par une minute de silence. Sur les enjeux géopolitiques, il a réaffirmé sa volonté de sortir de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), afin de ne pas entraîner la France dans les guerres menées par les États-Unis, et ainsi d’agir dans le seul cadre de l’Organisation des nations unies (ONU). Pour finir il a brandit un rameau d’olivier en affirmant : « Je serai le président de la paix »…/… « 

  4. Un rapprochement FI et UPR…
    Il faudrait pour cela Mélenchon décide clairement de sortir de l’U.E car l’UPR sera sans concession à ce sujet. Et cela aura lieu quand Mélenchon sentira que cette idée pourra lui faire gagner des élections. C’est cette politique du « en même temps » chère à Macron et que Mélenchon maîtrise parfaitement aussi qui me fait penser que ce dernier trahit dans l’œuf la réécriture de la constitution défendue ici sur ce site. Il y aurait de quoi développer encore sur ce point.
    C’est extrêmement regrettable car la plupart de militants FI et UPR pourraient s’entendre sur une majorité de sujets. Les échanges entre les militants des deux mouvements sont courtois et constructifs.

    Tout se passe à la tête du parti.
    C’est Étienne qui nous a fait découvrir ici Simone Weil et qui nous à démontrer l’impossibilité d’arriver à une solution par la voie actuelle du vote. Et nous succombons encore et encore aux chants des sirènes, comme lors des dernières élections.

    Il faut attendre que Sire Mélenchon se décide enfin à mettre en place l’article 50, tout le reste n’est que perte de temps. Voilà ce à quoi nous sommes réduit.

  5. En tant qu’adhérent à l’UPR je sais qu’il y a énormément de militants honnêtes et sincères à la France Insoumise.
    Nous nous sommes régulièrement croisés lors des tractages.
    Il faut bien dire aussi que nous avons aussi une « forme » de respect cordial avec des militants d’autres mouvements.
    Au delà des opinions, il faudra bien que l’on se retrouve sur des analyses techniques précises, (Gopés, art.48, solde target II, bref le minimum)

    l’oligarchie souhaite deux choses: notre ignorance et notre division
    l’oligarchie craint deux choses: notre connaissance et notre rapprochement
    (çà marche aussi dans l’autre sens, alors à vous de voir…)
    amic
    Eric

  6. Intéressants commentaires de JLM :

    • La logique du système, ce serait à terme de supprimer les élections, qui ne font que le gêner inutilement. Le régime ne fonctionnerait alors plus qu’avec des dirigeants désignés par cooptation.

      • Oui Ronald, c’est pour cela que je n’arrive pas à faire confiance à un Mélenchon, même s’il m’est arrivé de voter pour lui, faute de mieux, car cette logique est totalement absente de son discours, à part quand il semble se forcer à parler de la 6ème constitution.

    • Interressant commentaire de JLM en effet, mais une fois de plus, il n’évoque jamais la cause des causes.
      Exemple à #23′ sur le sujet des travailleurs détachés : il dénonce très exactement le problème. Et il dit « le jour où nous aurons une majorité parlementaire nous abrogerons ».
      1/ encore faut-il qu’il ait la majorité
      2/ même si, il ne peut pas l’abroger car c’est une directive européenne.
      --> Donc une fois de plus, même si çà fait plaisir de l’entendre, c’est du gros pipeau.

      • Il dit que la France désobéira aux Traité, c’est sa stratégie pour prendre en compte cette objection.

        • Dans tous les cas, son discours témoigne d’un mode de pensée de l’Ancien Monde, et qui ne me convient pas dans les relations politiques que je souhaite voir advenir :
          -- Soit il n’envisage pas ni de modifier les Traités ni de leur désobéir. En ce cas, ce qu’il raconte est une simple fausse promesse à son électorat. Une saloperie, mais néanmoins assez classique en régime représentatif.
          -- Soit il sait qu’on ne modifie pas les Traités, et que leur « désobéir » signifie quitter l’Union. Mais il ne veut pas parler de quitter l’Union pour ne pas effrayer le bon peuple. Le but est meilleur, mais on reste alors dans un schéma classique où les représentants dirigent le pays en se méfiant du peuple.
          -- Soit il sait qu’on ne modifie pas les Traités mais aussi que les Etats puissants peuvent y « désobéir » sans conséquence pour eux. La France a longtemps dérogé au critère des 3 % de déficit sans être sanctionnée. On est ici dans l’idée que les accords ne sont rien et que la force est tout, ce qui est une très mauvaise base pour bâtir une Europe démocratique.

          Quoi qu’il en soit, avec le régime où nous vivons, il n’y a pas moyen de savoir ce que Mélenchon à derrière la tête, et en lui faisant confiance, on navigue vraiment à l’aveugle.

          • Il y a la lettre des traités, leur esprit et la réalité des négociations et même la mise devant le fait accompli.
            Comment expliquez vous, si je vous suis à la lettre, que le Portugal, sans quitter l’U€, puisse faire la politique économique qu’il fait depuis l’arrivée au pouvoir de cette coalition de gauche ?
            Boris Vian disait très justement qu’entre le noir et le blanc il y a une infinité de gris et aussi « il y a quelque chose qui cloche là dedans, j’y retourne immédiatement ! »

          • « il n’y a pas moyen de savoir ce que Mélenchon à derrière la tête, et en lui faisant confiance, on navigue vraiment à l’aveugle. »

            Depuis les élections présidentielles la FI se referre au programme « l’humain d’abord », avec lequel vous pouvez avoir des points de désaccord mais que vous ne pouvez pas ignorer.
            Je vous invite, pour approfondir, à la lectures des « livrets thématiques » dont bien sur celui sur la Défense.
            https://avenirencommun.fr/livrets-thematiques/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *