« Portrait d’un tueur : LE STRESS » : illustration chez les babouins de la centralité du TIRAGE AU SORT dans une société apaisée et heureuse, débarrassée du stress imposé par ses mâles alpha

Je vous recommande ce documentaire animalier, très intéressant et d’une portée politique fondamentale.

L’intérêt de ce reportage va croissant et culmine à la fin. J’y retrouve cette idée essentielle, développée par Platon (déjà !) : *** le pire qui puisse arriver à une société est de laisser ceux qui veulent le pouvoir (les mâles alpha) y accéder ***, car ces individus-là dégradent la vie des autres en terrorisant (stressant) tout le monde, directement ou indirectement, consciemment ou pas.

À partir de la minute 41, notez cette expérience — lourde de sens politique pour nous tous — d’une société « normale » de babouins (société où règne la terreur quotidienne pour le plus grand nombre d’être agressé et harcelé par un mâle alpha), société « normale-stressée » littéralement transformée, et DURABLEMENT, en société apaisée et bienveillante, « exceptionnelle-destressée », heureuse en un mot, transformation déclenchée accidentellement par l’empoisonnement général (et la mort) de tous ses mâles alpha.

Conclusion : pour apaiser nos sociétés, je ne dis pas de tuer tous nos mâles alpha, mais au moins de les priver mécaniquement de tout pouvoir. C’est donc une éducation populaire centrale, à réaliser nous-mêmes pendant des décennies : pour vivre heureux, nos petits d’hommes doivent apprendre leur responsabilité personnelle à priver de pouvoir ceux qui désirent le pouvoir.

Vous me voyez venir 🙂 C’est peut-être le rôle principal (même si ce n’est pas le seul) du tirage au sort en politique que de priver les dominants de la possibilité de dominer.

Je vous laisse apprécier :

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10155575513852317

16 réponses à “« Portrait d’un tueur : LE STRESS » : illustration chez les babouins de la centralité du TIRAGE AU SORT dans une société apaisée et heureuse, débarrassée du stress imposé par ses mâles alpha

  1. Autre outil universel pour nos débarrasser d’une peur redoutable :

    DE L’EAU POTABLE PARTOUT DANS LE MONDE GRÂCE À LA WARKA WATER !


    http://positivr.fr/warka-water-tour-eau-potable-arturo-vittori/

  2. claude saint-jarre

    Le tirage au sort et l’eau potable, mon quota de bonnes nouvelles est atteint porur aujourd,hui!! Merci…:)

  3. claude saint-jarre

    J’ai une idée farfelue, je ne sais si elle est possible: un.e maire, dans une Commune accepte de commencer un programme de mesure des télomères de sa population ( volontairement); puis, enseigne comment les rallonger et refait une nouvelle mesure, disons après trois mois d’entraînement! Peut-Être un embryon de nouvelle société apparaîtra…

  4. Tous les professeurs de l’Éducation Nationale sont aussi comme les mâles alpha. On leur a donné un pouvoir qu’ils désiraient et ils en abusent exactement comme les élus. C’est étonnant que les élus éclipsent à ce point les professeurs. … Tous les profs veulent/désirent la domination qui va avec. Y’a le même problème avec les parents également. Qu’on en finisse avec l’éducation nationale. Luther disait qu’on est tous prêtres. Oui, on est également tous profs et tous élèves. Sylvain -- http://www.descolarisation.org

  5. Je propose le génocide immédiat de 99% des mâles (humains), le 1% restant serait parqué dans des camps de production de sperme et suffirait largement pour la perpétuation des femmes (avant une éradication totale dès que possible via une spermatogenèse issue du génie génétique).
    La terre serait alors le témoin de cette société horizontale, sans conflit d’affect, sans domination, sans guerre, sans violence que construirait aussitôt les femmes enfin débarrassées du mal des mâles.

    Je ne demande qu’une petite faveur avant d’être exterminé : pouvoir être le témoin de la survenue de cette Eden féminin. Amen !

    • claude saint-jarre

      je reconnais le discours féministe radical des années 90. Mais l’étude de la condition masculine donne aussi à réfléchir. L’intérêt par les hommes envers leur condition est trop souvent interprété par un certain féminisme comme de l’antiféminisme. C’est pourquoi j’ai abandonné et me suis orienté vers le bonheur, puis vers le plan c.

  6. La dominance, la propriété, le plaisir, la lutte, la révolte, la fuite, l’inhibition de l’action, stress, angoisse, agressivité,…
    Pr HENRI LABORIT, extraits tirés du film « Mon oncle d’Amérique » d’Alain Resnais.

    Le livre à lire absolument: « la nouvelle grille » H. Laborit.

    Partie 1:

    Partie 2:

    Extrait de fin:
    « Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici que cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chance qu’il y ait quoi que ce soit qui change ».

    Résumé:
    « Selon Laborit, la conduite est réglée par quatre éléments : la consommation (boire, manger et copuler), la récompense, la punition (avec pour issues la lutte ou la fuite) et enfin l’inhibition de l’action.

    Il reprend la théorie de Paul D. MacLean des trois niveaux cérébraux (ou « cerveau triunique », qui guidait la réflexion neuroscientifique à l’époque) :

    Un cerveau reptilien, commun à tout le règne animal, qui assure nos réflexes de survie et qui dirige notre comportement de consommation;

    Un deuxième « cerveau », le cerveau limbique, commun à tous les mammifères, celui de la mémoire, qui guide notre comportement de récompense : il nous fait fuir les expériences que l’on a connues douloureuses (Chat échaudé craint l’eau froide) et agir pour rechercher le plaisir. Si toutes les issues sont bouchées, l’inhibition de l’action provoque le stress et déclenche des maladies;
    Notre troisième « cerveau », le néocortex, plus développé chez l’espèce humaine, permet d’associer des idées provenant d’expériences différentes plus abstraites. Il ne nous sert hélas bien souvent qu’à tenir un discours qui permet de justifier nos deux premiers comportements.

    Le néocortex devrait nous permettre de comprendre que ces deux premiers cerveaux n’instaurent que des comportements de domination entre les hommes. Or l’homme n’est fait que de son contact avec les autres hommes. Ne pas être conscient qu’il faut au moins canaliser les instincts de domination (puisque nous ne pouvons les éliminer), ne peut conduire qu’au malheur individuel et collectif. Ainsi, selon Laborit qui conclut le film, connaître ces mécanismes ne permettrait certes pas de les éliminer, mais au moins de les utiliser pour faire autre chose, de même que l’étude patiente des lois du mouvement n’a nullement supprimé la gravité, mais nous a permis néanmoins d’aller nous promener sur la Lune ! »

  7. Enthousiasmants efforts collaboratifs 🙂

  8. Passionnant Lê et sa chaîne Science4All :

    La morale des hooligans (LA NÔTRE !!) | Démocratie 27

    Presque tout ce qu’explique Lé est passionnant
    (et sur un ton souvent très marrant)

  9. L’expérience des rats-plongeurs et son analogie à notre société humaine :

    ou en quelque sorte « l’occasion fait le larron ».
    « l’occasion », c’est l’organisation de notre société humaine, avec l’établissement des échelles hiérarchiques de dominance et des discours qui permettent de les consolider.

    D’où l’importance de fixer nos règles de société (notre Constitution) de manière à éviter cette déviance naturelle et l’importance d’en être bien conscient (l’éducation citoyenne, les ateliers constituants).

    • On ne s’en lasse pas 🙂

      J’en avais parlé sur le blog en 2013 :

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/12/31/297-la-democratie-representative-est-elle-une-imposture-entretien-avec-dlr-n2-dec-2012#c13304

      Hiérarchie chez les rats

      Une expérience a été effectuée sur des rats.

      Pour étudier leur aptitude à nager, un chercheur du laboratoire de biologie comportementale de la faculté de Nancy, Didier Desor, en a réuni six dans une cage dont l’unique issue débouchait sur une piscine qu’il leur fallait traverser pour atteindre une mangeoire distribuant les aliments.

      On a rapidement constaté que les six rats n’allaient pas chercher leur nourriture en nageant de concert.
      DES RÔLES SONT APPARUS qu’ils s’étaient ainsi répartis :
      deux nageurs exploités,
      deux non nageurs exploiteurs,
      un nageur autonome
      et un non nageur souffre-douleur.

      Les deux exploités allaient chercher la nourriture en nageant sous l’eau. Lorsqu’ils revenaient à la cage, les deux exploiteurs les frappaient et leur enfonçaient la tête sous l’eau jusqu’à ce qu’ils lâchent leur magot. Ce n’est qu’après avoir nourri les deux exploiteurs que les deux exploités soumis pouvaient se permettre de consommer leur propre croquette. Les exploiteurs ne nageaient jamais, ils se contentaient de rosser les nageurs pour être nourris.

      L’autonome était un nageur assez robuste pour ramener sa nourriture et passer les exploiteurs pour se nourrir de son propre labeur. Le souffre-douleur, enfin, était incapable de nager et incapable d’effrayer les exploités, alors il ramassait les miettes tombées lors des combats.
      La même structure-deux exploités, deux exploiteurs, un autonome et un souffre-douleur se retrouva dans les vingt cages où l’expérience fut reconduite.

      Pour mieux comprendre ce mécanisme de hiérarchie, Didier Desor plaça six exploiteurs ensemble. Ils se battirent toute la nuit. Au matin, ils avaient recréée les mêmes rôles. Deux exploiteurs, deux exploités, un souffre douleur, un autonome.

      Et on a obtenu encore le même résultats en réunissant six exploités dans une même cage, six autonomes, ou six souffre douleur.

      Puis l’expérience a été reproduite avec une cage plus grande contenant deux cents individus. Ils se sont battus toute la nuit, le lendemain il y avait trois rats crucifiés dont les autres avaient arraché la peau.
      Moralité: plus la société est nombreuse plus la cruauté envers les souffre douleur augmente.

      Parallèlement, les exploiteurs de la cage des deux cents entretenaient une hiérarchie de lieutenants afin de répercuter leur autorité sans même qu’ils aient besoin de se donner le mal de terroriser les exploités.

      Autre prolongation de cette recherche, les savants de Nancy ont ouvert par la suite les crânes et analysés les cerveaux. Or les plus stressés n’étaient ni les souffre-douleur, ni les exploités, mais les exploiteurs. Ils devaient affreusement craindre de perdre leur statut privilégié et d’être obligés d’aller un jour au travail.

      Se pourrait-il que pour chaque espèce animale il existe une sorte de grille d’organisation spécifique ?

      Quels que soient les individus choisis, dès qu’ils sont plus de deux, ils s’empressent de tenter de reproduire cette grille pour s’y intégrer.

      Peut-être que l’espèce humaine est tributaire elle aussi d’une telle grille.

      Et quel que soit le gouvernement anarchiste, despotique, monarchiste, républicain ou démocratique, nous retombions dans une répartition similaire des hiérarchies.

      Seules changent l’appellation et le mode de désignation des exploiteurs.

      Bernard Werber

      © Albin Michel

      http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/hierarchie_rats.html

      ____________________

      Ceci dit, il me semble qu’on n’est pas forcé de conclure de façon aussi pessimiste que Bernard Werber, car ces comportements (assez désespérants) n’apparaissent en fait qu’à deux conditions, si j’ai bien compris :
      1) il faut qu’il y ait pénurie (car en cas d’abondance, il n’y a plus de bagarre) et
      2) il faut qu’il n’y ait aucune police (aucune institution régulatrice).

      Or ces deux paramètres nous sont accessibles, à nous autres humains, pour peu qu’on s’occupe un peu, personnellement, de nos institutions (monétaires et politiques) 😉
      Donc rien n’est perdu 🙂
      Mais il faut nous mettre au travail et apprendre à constituer une meilleure société 🙂

      • Depuis 2 ans (j’ai du retard), je m’efforce de comprendre le fonctionnement de nos sociétés humaines en adoptant « la nouvelle grille » de lecture d’Henri Laborit.

        Ces comportements où les échelles hiérarchiques de dominance s’installent, on les retrouvent dans la nature et bien entendu chez les humains (non avertis)…où il n’y a aucune règle qui permet une véritable répartition homogène des pouvoirs entre individus.

        La pénurie induit la compétition (ou la lutte) entre individus (ou entre groupes). Dans nos organisations au pouvoir centralisé, elle peut être volontairement déclenchée (par les dominants du moment), au moyen de la dette, le chômage, la famine,… »diviser pour régner » 😉
        Il suffit de penser aux rescapés d’un crash d’avion qui seront obligés à la fin de manger leur voisin pour survivre (pénurie déclenchée par le sort). Au départ, tant que la collaboration (ou l’entraide) permet à chacun de s’y retrouver, elle a le dessus sur la compétition. Mais un moment donné, quand la survie du groupe ne permet pas la survie de chacun (la pénurie apparaît), tout bascule et la compétition prend le dessus.

  10. Bonjour ,
    Je rejoins Mme Natacha Polony dans son livre ! Elle nous dit qu »il est capital d’avoir des professeurs à la hauteur de leurs tâches » pour permettre à l’élève , le moins décidé , d’ acquérir un niveau suffisant d’instruction .
    Je n’ai aucune dent contre le corps enseignant qui fait sûrement tout ce qu’il peut !
    Nous savons tous qu’un désordre national , voir plus loin…. , arrive toujours dans un climat de manque ( eau , nourriture , confiance , éducation , argent ..)
    La migration avec d’autres facteurs d’entrée en survie en est un exemple ! De plus , elle alimente de tout par besoins d’accéder au standing et s’étend vers les fléaux souterrains déjà existants ! Une personne en mal de lettres va chercher sa domination vers les moins courageux !
    L’ Alpha peut en sauver quelques-uns !
    Apprendre :
    Le français , ça s’impose ….
    Les pancartes
    L’heure
    Se reconnaitre sur le globe
    Faire le basique des maths
    Cuisiner l’alimentaire
    Les sensibiliser à la connaissance de l’autre
    (sept ethnies différentes l’an passé)
    Remplir les dossiers administratifs ,(sécu , pôle emploi , services médicaux
    Organiser des moments collectifs , avec de grosses difficultés pour les femmes à accepter d’entrer en cours avec un monsieur !
    Mais avec les plus jeunes , c’est génial ! Les échanges sont toujours fructueux , et nous avons évidemment plus de réussite avec ceux qui parlent le français dans la famille d’accueil . Ils acquièrent assez vite un système de défense et d’entente . Je n’ai pas l’impression de perdre mon temps libre de retraitée !
    Bonne journée

  11. Franck Lepage explique
    LA CONSTANTE MACABRE :

    • Le nom de cette sacrée laide m’était inconnu… , trêve de plaisanterie …. « la constante macabre » a encore de beaux jours devant elle si j’en crois la ligne directive qu’ont pris les élus !
      Si l’enseignement continue son « triage » des individus exploitables selon les besoins de la hiérarchie des normes , nous ne sommes pas prêts d’en sortir !
      (De source sûre par notre vécu familial , si le cycle primaire scolaire a été bien mené , que son but a été atteint , il est fort probable qu’un « tri » aura du mal à passer dans le cycle secondaire , si les parents s’en soucient et sont très présents ) ! Faire appel à son jugement le plus précieux dans la justesse et la justice , pour les intérêts des enfants et de l’enseignement reçu !
      Le point fort des « trieurs » réside dans le fait que les copies ne sont pas ou peu comparées pour évaluer une échelle de notes par rapport au travail fourni !
      L’appréciation des travaux des élèves s’en sort faussée ! L’opiniâtreté devrait faire résonner le questionnement et sa raison doit lui fournir le motif !
      Ce motif , qu’il ne comprendra PAS s’il a été plusieurs fois atteint par ce qui se nomme «  » L’impuissance apprise «  » (autre sacrée laide), une colle-roche (bernique) qui se colle à nos basques pour la vie sans que l’on comprenne pourquoi !
      Dans  » l’impuissance apprise « , on a l’apprentissage de la vie au minimum vital , ce qui fait de l’humain un content de peu sans recherche de plus ! Cette exclusion éloigne des sentiments humanistes , empathiques , et les amène à être centrés sur eux-mêmes , dépossédés du souhait d’entreprendre , de l’initiative même de vouloir pouvoir faire ….
      Donc , l’école , gérée comme elle l’est maintenant en France est une fabrique de main-d’oeuvre à bas coût prévue pour le fonctionnement de ce système , tout comme la Chine et peut-être aussi d’autres pays qui cultivent la compétition !
      Je suis consciente de participer , toutefois sans compétition , ni notes , ni échelle d’évaluation à une sortie vers le haut, pour ce système !
      Ma constante a grandement dévié , innocemment , sans faire exprès !
      Avoir des papiers , c’est secondaire , c’est même tû , mais on fera tout pour les avoir et obtenir une deuxième naissance !
      L’accompagnement , l’écoute , l’aide à assimiler les coups de coeur devenus bleus d’avoir rencontré autant de cailloux sur les chemins à risques de ce voyage vers les inconnus !
      Tous et toutes contents (tes) d’être en vie .
      Alors quand l’un ou l’autre décroche une autorisation de travailler sur le territoire , une carte de séjour pour un an , un OUI au résultat du DELF , …. ben c’est génial , tout simplement !

  12. Faut-il vraiment en passer par là ….. Brrrr ?!
    Rien que le titre n’est pas engageant , mais je vais prendre sur moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *