[Passionnant] « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu. » Franck Lepage – Incultures (1) (vidéo 5 h 40, à connaître absolument)

Formidable conférence gesticulée (©) de Franck Lepage, passionnante, désopilante, très importante.

Ça fait des années que cette conférence a commencé à me transformer, je ne m’en lasse pas… et elle s’allonge sans cesse 🙂

Ceux qui ne la connaissent pas vont la dévorer.
Ceux qui la connaissent vont la dévorer aussi 🙂
C’est la version 5 h 40 — encore trop courte ! 🙂

Il faudra un jour retranscrire tout ça, en construire le plan détaillé minuté.
Il y a bien des perles précieuses dans ce document.

L’ancêtre 🙂 :
http://www.scoplepave.org/l-education-populaire-monsieur-ils-n-en-ont-pas

Savourons (le crayon à la main) et digérons ensemble ces pépites de mémoire des luttes : s’il vous plaît, signalez (en commentaires) vos minutages préférés, à extraire, à isoler, à republier, à retranscrire, et à commenter, compléter, corriger… Tâchons de mettre en valeur le meilleur.

Au plaisir de vous lire 🙂

Étienne.
_______________

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154790876052317

22 réponses à “[Passionnant] « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu. » Franck Lepage – Incultures (1) (vidéo 5 h 40, à connaître absolument)

  1. Des nouvelles de la lamentable privatisation de la SNCF :

    Rappel (universel) : un État digne de ce nom n’emprunte pas la monnaie dont il a besoin, il la crée.

  2. Grèves, retards, prix prohibitifs : pourquoi certains Britanniques veulent renationaliser leurs chemins de fer

    Les usagers dénoncent un service cauchemardesque au quotidien, entre retards, pannes, manque de place et annulations de dernière minute. Conséquence, une partie de la population et des responsables politiques demandent une reprise en main du rail par l’Etat. Explications.

    Un train circule près de Chinley, dans le Derbyshire (Royaume-Uni), le 14 février 2016.
    Un train circule près de Chinley, dans le Derbyshire (Royaume-Uni), le 14 février 2016. (JONATHAN NICHOLSON / NURPHOTO / AFP)

    « Renationalisez le réseau ferroviaire MAINTENANT ! » C’est le titre que les Britanniques pouvaient lire à la une du Daily Mirror, mardi 13 décembre. Dans une tribune, le journal dénonce, pêle-mêle, les tarifs « les plus chers d’Europe »et des dysfonctionnements quotidiens. Les citoyens d’outre-Manche sont nombreux à avoir réagi à cet appel à « reprendre le contrôle » du rail. Au Royaume-Uni, la privatisation des chemins de fer a été amorcée par Margaret Thatcher au début des années 1980. Treize entreprises privées se partagent désormais le réseau.

    Franceinfo vous explique pourquoi les usagers sont en colère.

    Parce qu’ils vivent l’une des pires grèves depuis vingt ans

    Depuis mardi 13 décembre, 300 000 usagers des lignes reliant le sud de l’Angleterre à Londres subissent une nouvelle grève, dans le cadre d’un conflit qui dure depuis des mois. Les conducteurs de la Southern Railway, opérateur privé missionné par le gouvernement, dénoncent la volonté de la compagnie de leur confier la fermeture et l’ouverture automatique des portes des wagons, jusqu’ici assurée par un second employé.

    La Première ministre, Theresa May, a qualifié cette grève d’« épouvantable ». Dans un discours au Parlement mercredi, elle a demandé un accord rapide entre les grévistes et la Southern. L’annulation de plus de 2 000 trains a exacerbé la colère des voyageurs, pour la plupart solidaires des grévistes, comme l’a constaté l’AFP à la gare londonienne de Victoria.

    Parce que le réseau fonctionne très mal

    Le train Londres-Brighton, qui quitte la capitale britannique à 7h29 tous les matins, n’est jamais arrivé à l’heure en 2015, rapporte l’AFP. Le bilan est consternant : quatre trains sur cinq sur cette ligne, assurée par la Southern Railway, étaient en retard en 2015. « Le matériel roulant est très ancien », rapporte une utilisatrice sur Twitter. « Nous payons des sièges et finissons par rester debout », déplore un internaute. « On m’a refusé un travail parce que je vivais dans une zone desservie par la Southern », affirme un autre.

    Parce que les prix sont prohibitifs

    Entre 1995 et 2015, le prix d’un billet de train a augmenté en moyenne de 117%. Il y a douze ans, un trajet entre Londres et Manchester coûtait 50 livres, soit 59 euros. Aujourd’hui, il faut débourser 166 livres, presque le triple.  

    Une étude GoEuro réalisée en 2016 montre que les trains britanniques sont les deuxièmes plus chers d’Europe après les suisses, avec plus de 20 euros en moyenne pour parcourir 100 kilomètres. Selon Andy McDonald, élu du Parti travailliste cité par le Daily Mirror, les usagers de la Southern dépensent en moyenne 17% de leurs revenus médians en abonnement pour les transports en commun, contre 7% en France et en Allemagne.

    La pilule est dure à avaler pour les usagers. Certains se souviennent encore de la promesse que leur avait faite le ministre des Transports de l’époque, John MacGregor, pour justifier la privatisation. « Je ne vois aucune raison pour laquelle les tarifs devraient augmenter plus rapidement avec des entreprises privées. Au contraire, ils seront plus flexibles et baisseront », avait-il annoncé en 1993.

    Parce que les trains sont bondés

    Jeremy Corbyn, le leader du Parti travailliste, n’a pas hésité à réaliser une vidéo pour illustrer le problème des trains bondés. Il s’est fait filmer assis sur le sol du train de 11h11 reliant Londres à Newcastle.

    Dans la vidéo, il dénonce « un problème auquel sont confrontés de très nombreux passagers », fustigeant au passage la compagnie Virgin. Qui s’est défendue en arguant que le train n’était pas plein ce jour-là.

    Selon des chiffres officiels relayés par le Daily Mirror, pendant l’heure de pointe, à Londres, 35% des passagers doivent rester debout. Le journal rapporte que le nombre de passagers a augmenté ces dernières années sans que les infrastructures évoluent.

    Parce qu’ils ont l’exemple d’une renationalisation réussie

    Pour appuyer leur demande de renationaliser le trafic, les usagers en colère s’appuient sur un exemple, celui de Rail Track. Cette société britannique chargée du réseau ferroviaire a directement été mise en cause, en 1999 et en 2000, quand deux accidents ont provoqué la mort de 35 personnes. Elle était alors noyée sous les dettes et les demandes de compensations. Dix ans après avoir décidé de la privatiser, l’Etat fait alors machine arrière et reprend son contrôle en 2003.

    L’Opinion souligne que cette reprise a été bénéfique pour le réseau : « Le retournement en matière de sécurité est presque total. » Aucun décès n’a été enregistré depuis 2007 et aucun employé n’a trouvé la mort depuis 2005, faisant du Royaume-Uni le deuxième pays européen le plus sûr en matière ferroviaire.

    Source : http://www.francetvinfo.fr/monde/royaume-uni/greves-retards-prix-prohibitifs-pourquoi-certains-britanniques-veulent-renationaliser-leurs-chemins-de-fer_1970117.html

    Commentaire des Économistes Atterrés : « avec la privatisation [des trains anglais], on leur avait prédit une baisse des tarifs. Ils ont augmenté de 115% en 10 ans. Et le service s’est considérablement dégradé. » :
    https://www.facebook.com/atterres/posts/1331633830221125

    • Une grève a toujours une bonne raison pour exister ! La casse du rail est aussi commencée en France depuis longtemps, surtout les petites lignes !

      Je reviendrai plus tard sur la vidéo de 5 h 40, 1 h 20, c’est le trait maximum que je puisse supporter de ce rire imposé à mon oreille gauche, son écran avaleur des paroles de Franck Lepage ! J’aurais adoré sans.

      Pour M.Lepage, tout se transforme, tout est donc critiquable et c’est plutôt rassurant… la culture des riches comme celle des pauvres aussi ! Et je mets les riches au défi de vivre avec les moyens à disposition des pauvres ! Je ne parle pas là des marginaux de notre actualité, ceux qui font la route, et celles et ceux en retours intermittents ! Mais bien des gens aux situations très précaires, souvent retraités, sans réels moyens de subsister qui n’altèrent en rien leurs connaissances acquises au cours de leur vie passée !

      La culture est une affaire d’arrosage ! Tout dépend de ce que l’on cultive, de la graine de crapule, à la graine de courge, il faut se baisser et seul le bon jardinier aura son rendu !

      ève

  3. La Grèce crève sous les coups meurtriers du régime assassin qu’est la prétendue « union européenne ». ÉC.

    Grèce: la honte et la colère

    La Grèce revient sur le devant de l’actualité avec un incident qui dit, en des termes d’une telle simplicité qu’elle en devient évidente, la réalité de l’oppression exercée par l’Union européenne sur ce pauvre pays.


    Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES), vient d’annoncer le gel du « toilettage » de la dette décidé par l’Eurogroupe du 5 décembre dernier. Cela signifie, en clair que Les créanciers européens de la Grèce ont suspendu les mesures prises sur la dette la semaine passée. Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe qui dirige de fait le MES, le dit sans ambages : « Les institutions sont arrivées à la conclusion que les actions du gouvernement grec semblent ne pas être en ligne avec nos accords »[1]. Ce qui est en cause est une mesure sociale, parfaitement dans la ligne de ce qui est autorisé au gouvernement grec par les dits « accords », au profit des retraités. En effet le mémorandum d’août 2015, signé on le rappelle sous la contrainte, le couteau sous la gorge, prévoit que la Grèce puisse disposer de sommes équivalentes à 40 % des excédents budgétaires supplémentaires dégagés par le pays. Or, cet excédent budgétaire s’est élevé en octobre 2016 à environ 3 milliards d’euros. Les mesures prévues par le gouvernement grec au profit des retraités ne couteront que de 674 millions d’euros. On le constate, le MES, et M. Dijsselbloem en particulier, mène une politique d’humiliation systématique du gouvernement grec.

    Rappelons que, depuis qu’elle applique les mesures d’austérité imposées par ses créanciers, la « Troïka » soit l’Union européenne, la BCE et le FMI, le PIB de la Grèce est revenu à son niveau de 2014. Les investissements (en capital fixe) sont descendus quant à eux sous leur niveau de 1996, autrement dit d’il y a 20 ans.

    Graphique 1

    Evolution du PIB et de l’investissement en capital fixe (à prix constants)

    a-01-grece-a

    Source : Elstat

    La situation est d’ailleurs d’autant plus dramatique si l’on regarde les investissements par secteurs. Dans l’industrie mécanique, on est au-dessous du niveau de 1997. Pour les transports, au niveau de 1996, et pour le logement bien en-dessous du niveau de 1996. Non seulement on affame et l’on assassine le peuple grec aujourd’hui, mais on lui retire tous les moyens de pouvoir un jour se redresser.

    Graphique 2

    Evolution de l’investissement en capital fixe par activité (à prix constants)

    a-01-grece-b

    Source : Elstat

    La situation de la Grèce est aujourd’hui à ce point dramatique que le FMI, qui en a pourtant vu d’autres, appelle les institutions européennes à autoriser les mesures prises par le gouvernement grec et à annuler une partie importante de la dette grecques. Mais, rien n’y fait et n’y fera. Les institutions européennes n’ont de cesse que d’obtenir la chute du gouvernement Tsipras et conduisent à son égard une véritable vendetta politique.

    Cela montre bien, s’il en était besoin, que la capitulation de juillet 2015 n’a servi à rien. Seule, une politique de rupture avec les institutions européennes, et avec l’Eurogroupe, pouvait permettre à la Grèce de retrouver un espoir. Il n’y a pas d’avenir pour la Grèce si elle reste dans la zone euro, ni d’ailleurs pour les autres nations de l’Europe du sud.

    Ce fut la responsabilité de Tsipras de refuser cela, et ce en dépit du mandat clair qu’il avait pu obtenir du peuple grec lors du référendum. Mais, le fait d’avoir trahi son mandat ne l’a pas sauvé de la vindicte des institutions européennes. Il faudra se souvenir de cela lors de l’élection présidentielle d’avril-mai 2017, et ne pas élire quelqu’un dont la main, au moment décisif, soit susceptible de trembler.

    Jacques Sapir

    [1] Godin R., http://www.latribune.fr/economie/unioneuropeenne/grece-leurogroupe-gele-lesmesures-sur-la-dette-624867.html

    Source : Russeurope, https://www.facebook.com/jacques.sapir/posts/946078925522026

  4. Prises de décision, pièges de la pensée

    Rémi Larrousse | TEDxVaugirardRoad

  5. Pauvre Grèce, dévastée par la prétendue « Union européenne »( !!! )

    La Grèce post-mémorandum : austérité, austérité, austérité !

    http://lvsl.fr/grece-bilan-une-annee-de-souffrances

    Source : le vent se lève

  6. Le sauvage chez l’enfant

    par Carol Black (avril 2016)

    LA REVOLUTION NE SE PRODUIRA PAS DANS UNE SALLE DE CLASSE

    http://mariannesouliez.com/2016/12/13/le-sauvage-chez-l-enfant/

    • LA RÉVOLUTION NE SE PRODUIRA PAS DANS UNE SALLE DE CLASSE
      À quoi donc pourrait bien servir une salle de classe après un réveil politique du prof ou intervenant ?
      Je vous souhaite une année à la hauteur de vos espérances , riche en évènements de grandes importances , pleine aussi de ces petits bonheurs résistants ! Bonne année 2017

  7. Un exemple de COLLOQUE, avec un jargon vraiment comique, celui-là même qui est si bien moqué par Franck :

    Les expérimentations démocratiques aujourd’hui -- Appel à contributions

    http://www.participation-et-democratie.fr/fr/node/2150/

    Je serais curieux de savoir si les participants à ce colloque vont y évoquer les ateliers constituants populaires (et contagieux) 🙂 et, si oui, dans quels termes 🙂

    Est-ce qu’un virus parisien (et courageux) pourrait y aller, et puis nous raconter ? 🙂

  8. On retombe dans le problème du « sénéchalisme ». Il ne faut pas que la forme contredise le fond. De la même manière qu’on ne peut pas attendre d’une élite-politiquement-consciente-guidant-le-prolétariat-vers-la-victoire instaure la démocratie, on ne peut pas espérer mobiliser monsieur tout-le-monde quand on emploie un jargon indigeste.

    En relisant lentement et en essayant de comprendre, le programme semble cependant intéressant. Il est d’ailleurs détaillé ici :

    http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/les-experimentations-democratiques-aujourdhui-programme-du-colloque

    Je n’ai juste pas vu comment on s’inscrit. J’espère qu’en plus ce n’est pas réservé à un cercle restreint !

    C’est vrai que « La problématique des communs (commons), au cœur des transitions en cours, déplace l’attention vers la construction de nouveaux partenariats dans des processus ascendants d’innovation sociale et écologique utilisant largement le numérique » semble directement rédigé par la méthode de Franck Lepage. Quant au « terrain politique d’une conflictualité que la concertation ambitionnait de dépasser par le dialogue et la recherche de solutions négociées », c’est sûr que ça fait avancer les choses 🙂

    Ils me semblent bien intentionnés, mais c’est vrai que leur méthode ne fera sans doute pas trembler le pouvoir. Comme l’écrit l’auteur, « on assiste également à l’émergence d’une novlangue aseptisant la dimension critique » (sic, je vous le jure !).

  9. [CRAPULERIE POLITICIENNE GÉNÉRALISÉE] Christine Lagarde jugée COUPABLE par la CJR MAIS DISPENSÉE DE PEINE !

    par MICHEL DELÉAN

    L’ex-ministre de l’économie a été déclarée coupable de négligence dans l’affaire de l’arbitrage Tapie par la Cour de justice de la République (CJR), ce lundi 19 décembre. Mais la Cour a choisi de la dispenser de toute peine. Une décision peu surprenante au vu de cette juridiction d’exception, conçue pour épargner aux politiques les foudres de la justice ordinaire. Mediapart met en ligne l’arrêt de la CJR. Le FMI se réunira « sous peu » pour examiner les suites à donner à cette condamnation.

    La formation de jugement de la Cour de justice de la République (CJR), où les parlementaires sont largement majoritaires, a déclaré Christine Lagarde coupable de négligence dans la gestion de l’affaire de l’arbitrage Tapie, ce lundi 19 décembre. La CJR ne retient toutefois cette culpabilité que sur un point de l’accusation du chef de négligence, et dispense de peine l’ancienne ministre et actuelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). La Cour n’a pas suivi les réquisitions de relaxe du procureur général Jean-Claude Marin.

    Christine Lagarde était jugée précisément pour « détournement de fonds publics commis par un tiers et résultant de la négligence » d’une personne dépositaire de l’autorité publique, et risquait un an de prison et 15 000 euros d’amende (selon l’article 432-16 du code pénal). La commission d’instruction (trois juges) de la CJR lui reprochait une série de négligences dans le choix, fait rapidement, de recourir à un arbitrage pour régler le litige entre Bernard Tapie et le CDR, puis la décision, tout aussi rapide, de ne pas engager de recours quand il est apparu que la sentence arbitrale coûterait 403 millions d’euros aux finances publiques et rapporterait en outre quelque 45 millions à Bernard Tapie au titre du préjudice moral.

    Christine Lagarde à l'ouverture de son procès © ReutersChristine Lagarde à l’ouverture de son procès © Reuters

     
    La CJR a relaxé Christine Lagarde pour la première partie des griefs, en estimant que le recours à l’arbitrage pouvait se défendre à l’époque, « compte tenu de l’échec des précédentes tentatives de médiation et des multiples contentieux auxquels il convenait, selon elle, de mettre fin en raison de leur durée et de leur coût ». En revanche, la Cour a considéré que « la décision de ne pas former de recours en annulation, prise 19 jours avant l’expiration du délai prévu par la loi », après la sentence arbitrale extêmement défavorable aux intérêts de l’État, et miraculeuse pour Tapie, constituait bien une faute pénalement répréhensible. La CJR note que Christine Lagarde est « avocate de profession » , dit s’être « impliquée personnellement dans la gestion du dossier », et déclare avoir été « consternée et stupéfaite » en découvrant la sentence arbitrale.Face à un préjudice moral aussi élévé qu’imprévu, la ministre a failli: « Une demande d’explications auprès de son cabinet, de l’APE et des représentants de l’Etat auprès de l’EPFR s’imposait pour comprendre le processus d’une sentence arbitrale aussi choquante », estime la Cour de justice. « Une telle demande aurait, sans nul doute, permis de découvrir, comme l’a fait plus tard la Cour des comptes, une modification de la rédaction du compromis d’arbitrage », et aurait pu « conduire à l’ouverture d’un recours en annulation ». La CJR retient également que la ministre n’a pas lu une note de l’APE sur le coût de cette sentence arbitrale, qu’elle n’a pas étudié la sentence elle-même, et qu’elle n’a pas consulté les adversaires de l’arbitrage avant de décider l’absence de recours. « L’ensemble de ces élements est révélateur d’une négligence dans la recherche d’informations à laquelle Mme Lagarde aurait dû procéder avant de prendre sa décison », estime la Cour.

    La CJR n’a pas trouvé trace d’instructions politiques données à Christine Lagarde, qui a assumé son choix de ne pas intenter de recours. Elle considère également que le détournement de fonds publics est suffisamment caractérisé, contrairement à la défense de l’ex-ministre. « La décision de la ministre de ne pas exercer un recours en annulation dont les chances de succès n’étaient pas négligeables a rendu, in fine, inéluctable l’appropriation frauduleuse par les époux Tapie de la somme de 45 millions deuros, ce qui constituait l’aboutissement d’un processus délictuel engagé de longue date », juge-t-elle.

    Mais afin de tenir compte à la fois de l’annulation de l’arbitrage en 2015, de la personnalité de Christine Lagarde, de sa « réputation nationale et internationale », et de la difficulté de ses fonctions de l’époque, alors que la crise financière mondiale commençait, la CJR l’a dispensée de peine, a expliqué la présidente Martine Ract-Madoux. Cette condamnation ne sera pas inscrite au casier judiciaire de Christine Lagarde.

    Lire ci-dessous l’arrêt de la CJR :

    Cette décision mi-chèvre mi-chou – pour ne pas dire plus – illustre une fois de plus la répugnance de cette juridiction d’exception à prononcer des sanctions contre les politiques, et ne rehaussera pas son prestige. Christine Lagarde n’a d’ailleurs pas daigné assister au prononcé du jugement, ce lundi au palais de justice de Paris : elle avait regagné Washington dès samedi, selon son défenseur Patrick Maisonneuve.L’actuelle directrice générale du FMI avait été bousculée pendant le procès, certaines de ses explications étant apparues peu convaincantes. La présidente Martine Ract-Madouxa dirigé les débats sans complaisance, et quelques parlementaires de l’actuelle majorité (comme Marie-Françoise Bechtel) ont posé des questions pertinentes à Christine Lagarde (ceux de l’opposition se sont montrés plus compréhensifs, quand ils ne sont pas restés muets).

    Les témoignages à charge de Bruno Bézard, fortement opposé à l’arbitrage Tapie quand il était directeur de l’Agence des participations de l’État (APE) à Bercy, et de Thierry Breton, le prédécesseur de Christine Lagarde au ministère de l’économie, qui l’avait implicitement contredite, ont sans doute pesé dans la balance. Vendredi 16 décembre, à la fin des débats, Christine Lagarde avait, dans une courte déclaration, à nouveau assumé ses décisions, prises « avec pour seul objectif la défense de l’intérêt général ».

    Dans le volet non ministériel de cette affaire, six personnes sont mises en examen et risquent d’être renvoyées prochainement devant le tribunal correctionnel : il s’agit de Bernard Tapie, Pierre Estoup, Maurice Lantourne, Stéphane Richard, Jean-François Rocchi et Bernard Scemama. L’arbitrage truqué ayant fini par être annulé en 2015.

    Pour statuer sur la culpabilité d’un ancien ministre accusé d’avoir commis une infraction dans l’exercice de ses fonctions, le vote des juges de la CJR se fait lors d’un délibéré (à l’issue du procès), à bulletin secret, et à la majorité absolue. La formation de jugement est constituée de trois magistrats professionnels, six députés et six sénateurs (lire sa composition sous l’onglet Prolonger). Enfin, un arrêt de la CJR peut, en théorie, faire l’objet d’un pourvoi en cassation pour un motif de droit, mais cela ne s’est encore jamais produit.

    Véritable usine à gaz, la CJR a été conçue en 1994, après le scandale du sang contaminé, pour épargner aux politiques les foudres de la justice ordinaire. Son fonctionnement consiste à filtrer très sévèrement les plaintes déposées contre les ministres (au stade de la commission des requêtes), à instruire paisiblement les plus sérieuses d’entre elles (au stade de la commission d’instruction), puis éventuellement à organiser un procès public quand cela devient inévitable.

    Le bilan de cette juridiction d’exception est famélique(lire notre analyse ici). De fait, seuls Edmond Hervé (dispensé de peine en 1999), Michel Gillibert (en 2004) puis Charles Pasqua (en 2010) avaient été condamnés par la CJR, longtemps après les faits, dans des circonstances critiquées, et sans qu’une peine de prison ferme ait jamais été prononcée. Pendant la campagne présidentielle de 2012, François Hollande avait annoncé son intention de supprimer la CJR. Une promesse non tenue.

    hollandecjr

    De son côté, le Fonds monétaire international a aussitôt fait savoir que son « conseil d’administration s’est réuni par le passé pour examiner les développements de l’action en justice en France. Il est prévu qu’il se réunira de nouveau sous peu pour en examiner les derniers développements ». Christine Lagarde a décroché cet été des pays actionnaires du Fonds la possibilité de faire un deuxième mandat en tant que directrice générale : il doit débuter en février 2017. Il semble peu probable, en l’absence de peine prononcée par la CJR et si le gouvernement français continue à la soutenir, qu’elle soit écartée de la direction de l’institution internationale.

    Le soutien de la France ne s’est pas fait attendre. Dans un communiqué diffusé par le ministre de l’économie Michel Sapin, on lit ceci: « Le gouvernement prend acte de la décision de la Cour de Justice de la République qui, tout en la reconnaissant coupable de « négligence », l’a dispensée de peine. Cette décision porte sur des faits antérieurs à la prise de fonction de Christine Lagarde à la tête du Fonds Monétaire International (FMI). Christine Lagarde exerce son mandat au FMI avec succès et le gouvernement maintient toute sa confiance en sa capacité à y exercer ses responsabilités ».

    Lire la composition de la Cour sous l’onglet Prolonger

    Source : Médiapart, le seul journal en France, désormais, qui n’appartient pas aux 10 barons voleurs :
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191216/christine-lagarde-jugee-coupable-par-la-cjr-mais-dispensee-de-peine
    Abonnez-vous : ces (vrais) journalistes ont besoin de nous !

  10. Franck Lepage sur l’école (court extrait

    la conférence complète sur l’éducation dure 4 heures) :

    Le site « Appel pour une école démocratique » dont parle Franck :

    http://www.skolo.org/

    https://www.facebook.com/ecoledemocratique/


    • Les profs aussi ont des problèmes ! Les ennuis sérieux des élèves devraient les interpeller davantage dans l’exercice de leur profession ! Non pas en se substituant à la place des services sociaux , mais en participant à la reconquête de l’élève en détresse en proposant des solutions après une écoute privée ou en groupe selon le cas ! Et je suis sûre que la leçon de géo sera suivie et apprise !
      Le tableau de ma classe est rarement pour moi , mais à 85% pour les gens qui viennent apprendre le français !
      c’est un exposé pour le moins inquiétant , parce qu’inconnu ! Comment faire pour ne pas laisser entrer l’argent en compétition avec les besoins en compétences ? Cette marchandisation me fait penser à une certaine période , peut-être encore d’actualité , qui consistait à chasser des têtes d’élites , sollicitées pour des postes clés dans certains domaines de pointe !
      Un truc de nature à déprécier tous les autres tout aussi méritants dans des secteurs différents ! Ces pratiques devraient être interdites dans la constitution à venir . Bon , je ne suis pas un robot ! lolol
      Bonne nuit
      ève

  11. [Fripouilles politiciennes, bandits cravatés] Scandale Lagarde, une «négligence» de 400 millions d’€ !…

    Source : Le Fil d’Actu

  12. Extrait remarquable (de 46:42 à 49:07) :

    « […] En tout cas les sommes sont là : qu’on ne vienne pas me dire qu’un pays qui est capable de distribuer un milliard de dispenses fiscales à des gens qui n’en font rien n’est pas capable de mettre le même milliard pour établir des lycées professionnels, établir des enseignants sur place, et ainsi de suite, ce n’est pas vrai, on peut le faire, et il n’y a pas besoin de s’évanouir en demandant combien ça va coûter 🙂 parce que de toute façon, cet argent-là, il est pas difficile à trouver : […] »

    Suit une tirade remarquable contre les banques : https://youtu.be/4vhQIa0KAtw?t=46m41s

  13. La politique étrangère Française (exercée par une caste en notre nom) semble être une bénédiction pour les industriels de l’armement :

    Ventes d’armes : la France bientôt devant la Russie ?

    https://francais.rt.com/economie/30957-ventes-darmes-france-bientot-devant-russie

  14. Un condensé de J.L.Mélenchon bien percutant , et nécessaire dans cette partie du globe un peu considérée comme entièrement à part ! Je le remercie d’avoir fait le déplacement jusqu’aux Antilles , tout comme vous jusqu’à l’île de la Réunion ! Ils ont besoin de cette reconnaissance je crois , de ne pas se sentir abandonnés à leur sort !
    Un film à voir si vous avez un peu de temps et si vous arrivez à le trouver ,  » Rue case nègres  » ! Long métrage tourné localement avec des artistes locaux dans un patois local à l’ époque du siècle dernier !
    Bonnes vacances à vous
    ève

  15. lien vers

    RUE CASES NÈGRES de Euzhan Palcy

    https://vimeo.com/33021389

  16. Prises de décision, pièges de la pensée

    quel intérêt ?
    quelle pertinence ?

  17. Bonjour

    à propos de Frank Lepage. Je ne le connaissais pas. C’est géant.
    je ne le connaissais pas… pas plus que vous. Vous êtes géant.
    vous entendrez parlez de nous car nous sommes sur la même longueur d’ondes sur beaucoup de points.
    Notre soutien moral dans un premier temps… qui sera suivi par une participation à l’élaboration constituante par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *