« L’argent des Banques Centrales n’est donné qu’aux malfrats » #QEforThePeople !

Juste avant la rencontre épatante avec Jacques Testart à Lyon, vendredi dernier, j’ai passé quelques minutes avec les jeunes journalistes d’Agence Info Libre. En voici la trace (27 min) :

Je vous demande pardon, ceux qui suivent mon travail depuis longtemps vont trouver que je radote (et ils ont bien raison 🙂 ) Mais bon, une autre façon de voir ça est de dire que je tiens résolument un cap précis mûrement réfléchi.

Pour les pressés, il existe (déjà) un extrait très court — 3 minutes, ça va ? 🙂 :

Merci à tous ceux qui m’écrivent tous les jours des messages d’encouragement très émouvants et à qui je n’arrive pas à répondre, souvent, faute de temps (vous êtes trop nombreux). Même si je ne réponds pas, comme un affreux jojo que je suis, je vous lis et je puise une grande partie de ma force dans vos messages, qui me montrent que je ne fais pas tout ça pour rien, que ça sert à quelque chose, à quelqu’un. Il faudra peut-être un jour composer un livre avec ces messages ; c’est vraiment très émouvant et chaleureux.

Bon, merci pour tout, donc, et n’oubliez pas de vous entraîner tous les jours à constituer, bande de virus 🙂

Étienne.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154044900692317

30 réponses à “« L’argent des Banques Centrales n’est donné qu’aux malfrats » #QEforThePeople !

  1. Rappel important de ce qu’il faudrait faire en urgence : distribuer des billets directement aux gens (sans passer par les banques, malheureux !), POUR RELANCER LA DEMANDE :
    http://chouard.org/blog/2014/10/12/epouvantails-ou-reflation-relancer-la-demande-avec-de-lhelicopter-money-vite/

    • Thierry Saladin

      Bonjour Etienne Chouard,
      J’ai été très déçu de constater qu’à deux reprises dans cette vidéo vous vous sentez obligé de céder au principe stupide (et à la mode: pfff!) consistant à saupoudrer votre discours de mots anglais:
      à 4’40 »:  » so called ».
      et un peu plus loin  » quantitative easing for the people ».
      Ressaisissez-vous, s’il vous plaît, et faites donc confiance à votre langue maternelle, le français, qui dispose de tous les mots pour exprimer parfaitement les nuances de la pensée humaine, et donc de la vôtre.
      Pardonnez-moi ce ton ironique, mais le Monsieur que vous êtes (avec un M majuscule, SVP!) n’a pas besoin que je lui explique ce qu’il adviendra du français avec de telles pratiques, qui hélas se banalisent.
      Du moins, j’ai la faiblesse de le croire en ce qui vous concerne.

      Respectueusement vôtre.

      Thierry Saladin

  2. Un autre choix d’économie est là, dans la Blockchain et les crypto-monnaies, il suffit de prêter attention et de participer.

    J’ai écrit un article qui traite ce sujet, la chaîne de blocs et ses applications.
    Les banques sont déjà dessus, ils anticipent.

    Le Club de réflexion sur les monnaies, les chaînes de blocs et les nouvelles attributions de valeurs.
    https://medium.com/@stosty/le-club-de-r%C3%A9flexion-sur-les-monnaies-les-cha%C3%AEnes-des-blocs-et-les-nouvelles-attributions-des-244b18fbdc0#.fn2shk6j9

    Tout commentaire est bien venu.

    • La partie monnaie est très intéressante mais encore plus la Blockchain comme outil d’échange non marchand sans intermédiaire garantie infalsifiable et en rajoutant le salaire à vie et la propriété d’usage le tout soutenu par une constitution écrite et défendue par nous le peuple constituant.
      Là est pour moi la modernité disruptive la seule possible sinon on aura l’esclavagisme assaisonné a la sauce dictature+guerre

    • Pardon d’ être un peu provo, mais les plaquettes sumériennes ne marchent pas mal non plus. A part la TRM tous ces systèmes me donnent la nausée. Elles font de nous des petits comptables (d’ une « valeur » accumulée, d’ un petit capital), des petits financiers. Pourquoi comptabiliser ce qui n’ a pas de prix, les biens communs ou richesse sociale réelle.
      Quand donc allez vous écouter certains qui parlent de critique de la valeur ? Ce ne sont pas des idiots, ils savent que le « métabolisme avec la nature » est une constante, l’ activité humaine. Mais :
      1) les sociétés de l’ êtres ou dites primitives étaient des sociétés de l » Abondance et non de stricte subsistance comme le laissent croire certains. Non ils ne passaient pas leurs temps à faire la guerre pour avoir des territoires de chasse, non ils ne passaient pas leur temps a chercher de quoi se nourrir. 2Heures par jour leur suffisaient aisément. Ils étaient plus dans l’ entraide localement bien sûr. C’etaient des sociétés de la guerre mais pas pour des raisons économiques (plutôt pour des questions d’ evitement de la consanguinité) (Voir archéologie de la violence de Pierre Clastres)
      2) l’ équation : Valeur (ou valorisation de la valeur c.a.d profit) = travail (salariat, travail abstrait (indifférencié) comme production de la valeur) = économie (dominante capitaliste) = capitalisme. Tout ça est lié à l’ economie de marché, au Capital comme sujet automate sorte de léviathan ne se mouvant que pour sa reproduction
      3) sortir du capitalisme c’ est sortir du travail et trouver une forme d’ organisation sociale où les êtres humains se « fédérent » pour réaliser leurs biens communs dont leur subsistance et autres richesses sociales.
      Ceux qui comme réseau salariat ne voyent que par le travail ont au mieux qu’ une vision centralisatrice du social. D’ ailleurs (coup bas) ils ne disent pas trop comment et sous quel contrôle citoyen ils vont gérer leur caisse d’ investissement. Lieu de violence sociale comme l’ explique B. Friot lui-même. Peut-être pensent ils à une sorte de soviet suprême planificateur.
      Par contre le dividende universel (et pas SALAIRE à vie) oui, la propriété d’ usage oui, la constituante tirée au sort oui. Mais de grâce pas de kolkhoze.
      Je suis peut-être encore à côté de la plaque … mais quand j’ entends « valeur non marchande », salariat etc ça m’ énerve .. le salariat est né AVEC le Capitalisme. La valeur est la valeur d’ échange née avec le Capitalisme.
      Lexique marxien progressif :
      http://www.palim-psao.fr/lexique-wertkritik-progressif.html
      Par exemple : « La spécificité du travail dans le capitalisme est qu’il médiatise les interactions humaines avec la nature, aussi bien que les relations sociales entre les gens. »
      Et surtout : qu’ est ce que la valeur ?
      http://www.palim-psao.fr/article-qu-est-ce-que-la-valeur-qu-en-est-il-de-sa-crise-52145983.html
      Pour moi la centralité ici est le tirage au sort d’ une constituante.
      Les banques sont au bord d’ une crise systémique majeure qui risque de provoquer de la « barbarie ». Fréderic Lordon l’ a bien expliqué.
      Alors oui toutes les solutions locales pour eviter ce désastre seront les biens venus. Mais pourquoi imaginer les plus sophistiqués alors que l’ Internet sera peut-être à genoux ?
      Pardon si j’ ai occupé le terrain à contre emploi
      Guy

      • et pour ceux qui ont la patience :
        http://sortirdeleconomie.ouvaton.org/
        notamment ‘vous avez dit monnaie’. Ils sont très inspirés par Alain Testard

      • Bonjour E.G,
        si l’on ne reprend pas la main sur la finance effectivement ça craint ,je ne voudrais pas non plus d’un kolkhoze ni d’ailleurs d’un Lordon transformé du jour au lendemain en leader mais si l’on y arrive avant la cata alors la monnaie ne va pas disparaitre car le troc qui peut marcher pour les échanges entre personnes qui se connaissent ne fonctionne pas pour des échanges entre inconnus sur de longues distances donc il faut bien un moyen d’échange qui a une valeur reconnut par les concernés et la chaine de bloc permet cela bien sur il faut comme avec le peuple constituant inventer, et on sait le faire, un moyen afin que ne se reconstitut pas des comités qui décident et donc reprennent le pouvoir.
        Ce n’est pas le capitalisme qui a inventer le commerce, la valeur il a juste transformer notre façon de l’interpréter.

        • Merci de votre réponse. J’ idéalise sûrement un peu en évacuant l’ échange un peu vite. Mais concernant tout ce quantitatif, je pense à la situation d’ un homme dans le désert avec une montre cartier, il meurt de soif, il propose un « échange » avec un bédouin, la montre contre le verre d’ eau. Où est passé cette putain de valeur ?
          Surtout que le bédouin devant l’ offense faite avec la tentative échangiste risque de lui foutre le verre d’ eau au visage.
          Bon, je plaisante
          Le don- contre don décrit par Marcel Mauss a beaucoup plus à voir avec le symbolique (l’ honneur et le religieux) qu’ avec l’ échange marchand.
          source wikipedia : « Mauss a le souci de saisir les réalités dans leur totalité : il élabore en ce sens le concept novateur de « fait social total » qui connaîtra un vif succès d’intérêt et d’usage dans l’univers des sciences sociales. Marcel Mauss considère qu’un fait social est intrinsèquement pluridimensionnel. Il comporte toujours à ses yeux des dimensions économiques, culturelles, religieuses, symboliques ou encore juridiques et ne peut jamais être réduit à un seul de ces aspects. »
          Le rapport purement marchand quantifié a une évidente relation avec le capitalisme car il n’ existe que pour « argent-marchandise-plus d’argent » formule du profit.
          Mais vous avez sûrement raison il y a sûrement un échange non régi par le profit
          Bonne journée
          G

          • binnemaya

            Votre idéal serait aussi le mien mais commençons par le possible qui en soi n’a jamais été réalisé ce serait déjà très bien.
            Sinon pour le reste je suis quasi d’accord

    • Sans rejeter l’idée complètement, rien que l’instigatrice du blockchain, j’ai nommé Blythe Masters (banque JP Morgan) avec ses credit default swap et le carnage que ça a engendré, ne présage pas forcément de bonnes choses.
      En // de ça, qu’il n’y ait plus que de la monnaie électronique nous assure un avenir ou nous ne pourrons plus disposer de notre argent librement.
      Esclave un jour, esclave toujours? ^^

      • c’est pour cela qu’il ne faut pas laisser cet outil uniquement aux mains des banques, GAFA etc sinon effectivement on retombe tjrs sur ce problème d’accès a notre argent mais le liquide le cash lui aussi est imprimé distribué par qui actuellement?

    • je pense que vous connaissez les monnaies libres
      http://fr.ucoin.io/
      il y as vraiment matière à reflexion

      https://www.youtube.com/watch?v=coFgDw2yH0g

  3. L’État profond contre la volonté prévalente des peuples
    entretien avec Peter Dale Scott


    http://maximechaix.info/?p=3053

  4. On en parle là : http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/entretien-avec-etienne-chouard-l-52632 où j’ai lu ce commentaire intéressant :

    « nous avons plus besoin de citoyens constituants que d’une constitution. Un papier ne constitue pas une force politique. Si constitution citoyenne il y a, sa force résidera entièrement dans la détermination des citoyens à la défendre.

    C’est à peu près ce que Démosthène disait pour les lois : « Cette force des lois, en quoi consiste –t-elle ? Est-ce à dire qu’elles accourraient pour assister celui d’ entre nous qui, victime d’une injustice criera à l’aide ? Non, elles ne sont qu’un texte écrit qui ne saurait posséder un tel pouvoir. Alors, qu’est ce qui fait leur force ? Vous-mêmes, à condition de les fortifier et de mettre en toute occasion leur puissance souveraine au service de l’homme qui les réclame : voilà ciment vous faites la force des lois, de même qu’elles font la vôtre ».

    L’intérêt des ateliers constituants est de faire émerger cette idée chez ceux qui y participent, la constitution devient leur affaire, elle devient l’expression de la volonté de la collectivité, c’est cette origine populaire qui doit contribuer à sa puissance. »

  5. Bravo
    Continuons

    Philippe Pascot
    auteur de

    « Délits d’élus » tome 1

    http://www.amazon.fr/Délits-délus-politiques-prises-justice/dp/2315004934

    « Pilleurs d’État »

    http://www.amazon.fr/Pilleurs-dEtat-Philippe-Pascot/dp/2315006368

    « Du goudron et des plumes » Délits d’élus tome 2

    http://www.amazon.fr/goudron-plumes-Délits-délus-Tome/dp/2315007097

    Cordialement

  6. Bonjour Étienne,
    A propos de l’association « Article 3 », vous dites que, si leur objectif est louable, jamais les élus ne nous donneront un véritable referendum d’initiative populaire. Or, cet argument n’est-il pas tout aussi valable pour la mise en œuvre d’une constituante citoyenne ?
    Ne faudra t-il pas, dans un cas comme dans l’autre, un vaste mouvement citoyen focalisé sur l’un ou l’autre de ces objectifs, un consensus populaire trop puissant pour que les pouvoirs actuels puissent s’y opposer ?

    Autrement dit, parvenir à l’un ou l’autre de ces deux objectifs nécessiterait-il des conditions si différentes ?

    Comme pour tout ce qui change, les forces en présences peuvent-être me semble t-il modélisées en un couple de résultantes de forces : celle qui contribuent au changement et celles qui s’y opposent.

    Il me semble donc que dans notre problème peut se résumer ainsi :
    1) lequel de ces deux objectifs aurait le plus grand pouvoir mobilisateur au sein du peuple ?
    2) lequel déclencherait les réactions d’opposition les plus puissantes ?

    1) Un dispositif dont le modèle existe déjà en Suisse et qui a fait ses preuves depuis longtemps (un argument puissant dont les prosélytes pourront se servir : ça n’a rien d’utopique, ça existe en Suisse ! ), ce qui minore l’effet de rejet dû à la peur de l’inconnu ; ou un processus dont on ne peut que conjecturer les conséquences et qui est logiquement générateur d’angoisses ?
    Un RIP qui, s’il n’a pas bouleversé la société Suisse (du moins pas encore, on voit que le RIP + média internet acquiert progressivement un pouvoir bien plus subversif, cf. referendum création monétaire) a néanmoins permis aux Suisses de résister à ce qui leur semblait inacceptable et à faire advenir des lois nouvelles ; ou un processus constituant plus radical mais qui demande un entraînement préalable à un hypothétique « match » dont on ne connaît pas la date ? (et n’est-il pas difficile de rester motivé, comme « en suspend » pour un évènement dont la date est au mieux inconnue ?).
    Un RIP qui pourrait facilement rallier les classes moyennes supérieures ou une constituante qu’ils devraient logiquement craindre, compte tenu de ses probables perspectives anarchisantes ou communisantes ?
    Enfin, un RIP facile sinon même immédiat à expliquer à la totalité de la population ou une constituante qui nécessite beaucoup plus de temps car plus complexe dans ses conditions, dans son organisation, plus déstabilisante aussi dans ses présupposés (de compétence politique des citoyens) et plus abstraite dans ses conséquences ?

    2) Que devraient craindre le plus les pouvoirs en place ou, autrement dit, contre lequel des deux projets lutteront t-ils avec le plus d’acharnement et de violence ?
    Une remise en cause radicale de tous leurs pouvoirs ou une diminution importante mais néanmoins partielle de leurs pouvoirs ?
    Un dispositif qui fonctionne déjà en Suisse et qui n’a pas (encore) fondamentalement remis en cause la structure des pouvoirs en Suisse ou une constituante qui porte en elle des conséquences potentiellement bien plus dangereuses et incertaines pour lesdits pouvoirs ?
    Et lequel de ces deux objectifs devrait affronter la coalition de pouvoirs supra-nationaux la plus vaste et la plus unie ? Celle qui fonctionne depuis des siècles sans avoir (du moins jusque là) montré de pouvoir contaminant ou un processus réellement révolutionnaire au potentiel autrement subversif ?

    Vous aurez probablement compris où je veux en venir… il me semble que d’une part, le RIP a un potentiel fédérateur bien plus important, ce fameux plus petit dénominateur commun qui permettrait de mettre d’accord des gens d’horizons politiques très différents sur l’essentiel pour concentrer nos forces et que, d’autre part, la perspective du RIP, bien moins intolérable aux puissants qu’une constituante, mobilisera moins leur forces (la concession du RIP n’étant pas une abdication).

    Et à ceux (dont je fais partie) qui considèrent que le RIP est insuffisant, que la Suisse n’est qu’une semi démocratie, je propose de réfléchir au RIP et à la démultiplication de ses potentialités par le Net comme à une étape, une tactique de « pied dans la porte » (chère aux puissants), ou encore un cheval de Troie…en effet, quel moyen plus efficace (et ne nécessitant même plus une insurrection car légal) aurions nous de faire advenir une constituante citoyenne que par une proposition spécifique dans le cadre du RIP ? Nous aurions alors une perspective claire, un calendrier avec échéances…de quoi motiver le plus grand nombre à s’entraîner pour devenir constituants !

    Même arrivés à ce point, et pour nous donner les meilleurs chances de faire passer cette proposition de constituante citoyenne, une étape nécessaire pourrait-être une proposition de RIP concernant la structure des média, la défiance populaire envers eux étant susceptible de rencontrer une forte adhésion. Une fois les média dominants court-circuités, une campagne RIP en faveur d’un processus citoyen constituant aurait de bien meilleures chances d’aboutir que sous le flux des mensonges, disqualifications et manipulations des meneurs d’opinions et autres chiens de gardes des puissants…

  7. Snowden : pourquoi le FBI fait semblant d’avoir besoin d’Apple pour débloquer un iPhone ?
    Edward Snowden n’a pas été tendre avec le FBI lors de son intervention à propos du récent conflit qui oppose Apple et la justice américaine. Pour lui, les arguments avancés par le FBI sont des « conneries ».

    http://www.presse-citron.net/snowden-pourquoi-le-fbi-fait-semblant-davoir-besoin-dapple-pour-debloquer-un-iphone/?ref=yfp

    L’ancien consultant de la NSA qui a volé une quantité impressionnante de données sur les programmes secrets des gouvernements américain et britannique en matière d’espionnage et de surveillance, est aujourd’hui exilé en Russie. C’est donc depuis Moscou qu’il a affirmé que le FBI n’avait jamais eu besoin de l’aide d’Apple pour déverrouiller un iPhone.

    Le FBI veut freiner le développement des technologies dans le futur

    C’est pourtant ce qu’affirment la Police et la justice américaine, qui souhaitent qu’Apple livre ses clés de chiffrement pour débloquer le téléphone du terroriste de San Bernardino. Tim Cook a refusé et a reçu le soutien de nombreux géants du web pour préserver cette part de liberté.

    Durant la conférence Common Cause qui s’est déroulée à Washington, Edward Snowden a souhaité donner son opinion au travers d’une vidéo puisqu’il ne peut sortir de Russie, étant considéré comme un traître par le gouvernement américain. Il a déclaré : « Le FBI dit qu’Apple a des moyens techniques exclusifs pour déverrouiller un iPhone. Avec tout mon respect… C’est des conneries». Selon lui, le gouvernement américain sait parfaitement déverrouiller un iPhone et il est ridicule de faire semblant de ne pas en être capable.

    Toujours d’après Snowden, l’objectif du FBI est très évident dans cette affaire, sous couvert des menaces terroristes dans le monde et sur le sol américain, le gouvernement souhaite influencer le développement des technologies dans le futur, en réduisant au maximum le degré de sécurité. L’État américain souhaite confronter les géants du high-tech à une question morale, afin de pousser le Sénat à légiférer sur la question. Le chef de l’unité antiterroriste de la police de New York, John Miller avait résumé la situation de manière manichéenne il y a peu, en affirmant qu’Apple a choisi son camp en protégeant les terroristes, les kidnappeurs, les voleurs et les meurtriers. Un autre haut responsable de la Police avait indiqué qu’Apple préférait protéger la vie privée d’un terroriste mort, plutôt que la sécurité nationale et les citoyens américains. Vu sous cet angle… que peut-on répondre ?

  8. Tiens, je l’avais oubliée celle-là 🙂
    Voici une vidéo qui dit justement
    « faites-attention-aux-poches-dans-lesquelles-on-met-l’argent » :

    Là aussi, je radote, mais vous ne devriez pas vous ennuyer 🙂

    Cette vidéo est un récapitulatif de mes interventions dans le film LA DETTE ; interventions qui sont restées dans le film pendant la première année de sa diffusion, et qui ont été censurées (oui, carrément supprimées) au moment où le film a été distribué en salle.
    Heureusement, on a gardé les passages censurés (ici, donc) et la vidéo du film complet :

    LA DETTE (film complet non censuré) :

    https://youtu.be/meSFbhdJ_3M

  9. [Le progrès fait rage] Encore un effort du gouvernement représentatif, progressivement, vers le contrôle total des administrés :
    La Justice va pouvoir examiner des ordinateurs en secret :
    http://datanews.levif.be/ict/actualite/la-justice-va-pouvoir-examiner-des-ordinateurs-en-secret/article-normal-479399.html
    (C’est en Belgique, mais ça viendra chez nous, évidemment, si ce n’est pas déjà le cas.)

  10. De facto, on peut lire tous les kindle d’Amazon pendant 14 jours gratuitement…

    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2016/03/17/ils-lisent-gratis-amazon-faille-permet-piratage-legal-263476

    Une bibliothèque municipale a reçu la visite d’agents de l’agence fédérale chargée de la sécurité intérieure, après avoir installé un relais TOR, utilisé pour naviguer de manière anonyme sur Internet. ( « Le code de déontologie de l’association nationale des bibliothèques américaines (ALA) est très clair : “Nous protégeons le droit de chaque usager au respect de sa vie privée et à la confidentialité de l’information recherchée et reçue, et des ressources qu’il consulte, emprunte, acquiert ou transmet”)

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/03/07/libertes-numeriques-aux-etats-unis-les-bibliothecaires-font-de-la-resistance_4877934_4408996.html#GkKtaliMjR21qMdl.99

  11. L’exemple de la commune de Saillans dans la Drôme est excellent et rejoint nos pensées a lire:http://www.reporterre.net/La-fonction-de-president-est-completement-depassee

  12. Voici un lien pour une pétition très intéressante :
    https://www.change.org/p/fin-de-cycle-pour-les-capitalistes-proclamons-la-r%C3%A9publique-sociale

    Cette pétition est basée sur l’article de Frédéric Lordon paru dans le journal « Le monde diplomatique » publié ce mois-ci.

  13. Méa culpa sur mes interventions parfois « idéologiquement » intempestives.

    Je suggère le visionnage de cette excellente vidéo sur l’ économie collaborative
    avec l’“économiste atterré” Benjamin Coriat et Diana Filippova, coordinatrice du think tank OuiShare. Débat organisé par médiapart présenté par la journaliste Rachida El Azzouzi. Où l’ on parle des communs et à la fin des affrontements notamment dans la question d’ appréhension de la façon de faire de la politique au sens noble.
    Excellent :
    https://youtu.be/Ou1IXf27w-k

    • je trouve juste un peu naïf de Mr Coriat, son « goût » pour la société Red Hat
      qui a certes permis un développement de Linux au sein des entreprises grâce à un bon support. Mais sans procés d’ intention :
      1) ce n’ est pas du pur Freeware au sens de Richard Stallmann et de la freesoftware fondation
      2) je me permets de douter de l’ excellence en terme de démocratie de leur modèle managérial

  14. N-ième tentative virale (pour les jeunes gens, j’imagine 🙂 )

    Source : https://www.facebook.com/video.php?v=10204569192140196&permPage=1
    (4 222 556 vues en mars 2016 sur cette seule copie publiée sur Facebook, 4 autres millions sur une autre, et puis…)

    🙂
    Il y avait presque tout, là-dedans.
    Manquaient juste les ateliers constituants.
    Et le contrôle populaire de la monnaie (évidemment publique), comme noyau premier de toute souveraineté.

    Lien vers le fil Facebook de ce signalement :
    https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154052940547317?pnref=story

  15. Michel Onfray chez Bourdin: « Je vais arrêter de voter »

  16. Oui, un livre ou un film sur tous ces témoignages et le chemin que parcourt votre pensée, le rhizome que vous êtes en train de constituer.
    Si l’idée d’un film vous intéresse, je suis prête à y réfléchir. Il faudrait en effet offrir une plus grande visibilité à votre travail et au désir de ceux qui vous suivent. En tous cas, j’y pense et peut-être ce projet prendra-t’il une forme plus précise dans ma tête.
    Bien cordialement,
    Lisa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *