[Éducation populaire] Guillemin nous rappelle « L’Été 1914 », une histoire essentielle pour comprendre aujourd’hui et la guerre qui vient

C’est le 11 novembre, anniversaire de la fin de la grande boucherie de 14-18, la grande guerre des classes, premier massacre industriel des pauvres par les riches.

Hier, j’écoutais Guillemin (pour la dix millième fois), et précisément il me parlait de l’été 1914, période du déclenchement du massacre par les riches au pouvoir.

Et en écoutant Guillemin, je me disais : « il faudrait retranscrire tout ça, mot pour mot ; tout y est important, pour que les enfants d’aujourd’hui comprennent pourquoi et comment on va les envoyer, encore une fois, de faire tuer à l’aide d’énormes mensonges ».

Je ne sais pas si un virus trouvera du temps et du courage pour retranscrire cette précieuse vidéo, je l’espère, mais en tout cas, je vous la signale, ci-dessous, et je vous la recommande chaleureusement.

Proverbe du jour : Un citoyen malin, tous les matins, en allant au turbin, s’écoute sans faute un bon petit Guillemin 🙂

Henri Guillemin :
l’été 1914

Autre lien pour cette vidéo : https://youtu.be/72PtZve-Yvc
_________

Rappels :

• J’ai composé une sorte de table des matières de tous les sons et images que nous avons de Guillemin ; c’est là :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/05/04/218-henri-guillemin-explique-robespierre-et-les-revolutions-francaises_la-fausse-et-la-vraie

• La série passionnante « L’autre avant-guerre (1871-1914) » est là :
http://www.rts.ch/archives/dossiers/henri-guillemin/3477314-l-autre-avant-guerre-1871-1914-.html

______________

À propos de Guillemin, je suis en train d’avancer doucement dans un petit livre que Patrick Rödel vient juste d’écrire sur son oncle : « Les petits papiers d’Henri Guillemin ». Patrick écrit bien, il nous montre un regard décalé (et donc bien intéressant) sur un homme que nous sommes de plus en plus nombreux à aimer.

—–

Premier lien Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153787073612317?pnref=story

Deuxième lien (rappel 2016) :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154672289982317

62 réponses à “[Éducation populaire] Guillemin nous rappelle « L’Été 1914 », une histoire essentielle pour comprendre aujourd’hui et la guerre qui vient

  1. Je viens d’acheter « l’affaire Jésus », non pas par passion pour ce thème mais parce que je crois que c’est son dernier livre. Nous pouvons être athées, ou laïques, ou spiritualistes laïques, mais qui que l’on soit, la foi de Guillemin est touchante et fait partie de son charme. Son travail avec Marc Sangnier a été marquant et colore sa pensée, certainement.
    (((De mémoire, j’ai pour nous cette précieuse citation de Marc Sangnier : la démocratie, c’est le système qui porte à son maximum la conscience et la responsabilité du citoyen)))

    Pour l’affaire 14-18, l’autre avant guerre remonte pour lui à la fin du second empire. C’est passionnant.

    https://www.youtube.com/watch?v=XFerS2_2rD8

  2. Jacques Pauwels : 1914-1945 : de la « grande guerre des classes » à la fausse « bonne guerre »

    «1914-1945 : de la « grande guerre des classes » à la fausse « bonne guerre» par from Les Films de l'An 2 on Vimeo.

  3. Jacques R. Pauwels:
    BIG BUSINESS AVEC HITLER

  4. Jacques Pauwels
    LE MYTHE DE LA BONNE GUERRE
    Les USA et la Seconde Guerre mondiale

  5. Je trouve les trois livres de cet historien absolument passionnants.
    La conférence de Jacques Pauwels m’a conduit à revoir « Les sentiers de la gloire », de Stanley Kubrick, et c’est toujours aussi révoltant, ben sûr.

    LA GUERRE, C’EST D’ABORD ET SURTOUT LA GUERRE D’UNE CLASSE CONTRE UNE AUTRE : LES RICHES GRADÉS CONTRE LES PAUVRES TROUFIONS.

    le film « Les sentiers de la gloire » :

    1 http://www.dailymotion.com/video/x6n1iu_les-sentiers-de-la-gloire-1-6_shortfilms

    2 http://www.dailymotion.com/video/x6n2h7_les-sentiers-de-la-gloire-2-6_shortfilms

    3 http://www.dailymotion.com/video/x6n3vc_les-sentiers-de-la-gloire-3-6_shortfilms

    4 http://www.dailymotion.com/video/x6n5cd_les-sentiers-de-la-gloire-4-6_shortfilms

    5 http://www.dailymotion.com/video/x6n6d5_les-sentiers-de-la-gloire-5-6_shortfilms

    6 http://www.dailymotion.com/video/x6n6qe_les-sentiers-de-la-gloire-6-6_shortfilms

  6. Salut Etienne,
    on peut également rajouter « le complot synarchiste » de Annie Lacroix-Riz et un petit texte matinale revigorant de CallebIrri sur agoravox :
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/il-n-y-a-plus-de-debat-l-esclavage-173933?utm_source=feedburner&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

  7. « Ce qui m’attriste c’est que cette guerre qui finira inaugure une guerre qui ne finira point entre les assassins et les assassinés ; et l’assassin pour moi ce n’est pas l’Allemand, c’est le Français dans son fauteuil.

    Les maux humains comme guerre, abus de pouvoir, absurde concentration des richesses, ne sont possibles que par l’incroyable aveuglement de ceux qui passent pour instruits.

    Résister à la guerre et résister aux pouvoirs, c’est le même effort. Voilà une raison de plus d’aimer la liberté d’abord.

    L’honneur national est comme un fusil chargé. »

    Alain.

  8. 14-18 : « On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels » (video)
    Michel Collon & Denise Vindevogel, 26 juin 2014

    http://www.michelcollon.info/14-18-On-croit-mourir-pour-la

    En cette année anniversaire, les médias racontent « comment » a eu lieu la Première Guerre mondiale (dix millions de morts), mais jamais pourquoi. « Morts pour la patrie », proclament tous nos monuments officiels. Mensonge ! 14-18, c’était déjà une guerre du fric. Non seulement chez les « méchants » (Allemagne, Autriche), mais aussi chez les « gentils » (France, Angleterre, Belgique…), le véritable enjeu était : quelle puissance dominera le monde et contrôlera ses richesses ?

    C’était aussi une guerre des classes dominantes contre les pauvres, contre leurs propres travailleurs, exterminés froidement.

    Michel Collon mène l’enquête avec trois historiens : Jacques Pauwels (« 14-18, une guerre de classe »), Anne Morelli (« Principes de la propagande de guerre ») et Lucas Catherine (« Des tranchées en Afrique »). Vous serez surpris par leurs révélations à contre-courant.

    La question est donc : comment peut-on, aujourd’hui, répéter les médiamensonges d’il y a un siècle ? Serait-ce lié aux médiamensonges d’aujourd’hui ?

    Un tout grand merci à Denise Vindevogel (montage), Jean-Jacques Mathy (images), Romain Dormal (son), ainsi qu’à Nicolas Castillo et Jean-Pierre Vanparys. Merci à vous de regarder cette vidéo entièrement. Pour comprendre à quel point on nous manipule, aussi sur l’Histoire.

    Et merci de nous soutenir. En effet, avec cette équipe et d’autres amis, Investig’Action prépare pour la rentrée une chaîne vidéo avec toutes sortes de productions, de formes et durées diverses, afin de mener aussi la bataille de l’info sur le terrain des images. Projet stratégique, projet ambitieux, on a besoin de votre soutien !

    -- Pour donner un coup de main à l’équipe vidéo : coordination@investigaction.org
    -- Pour soutenir notre projet de chaîne vidéo, versez un euro symbolique ici :
    -- Rejoignez les Amis d’Investig’Action

  9. Autre conférence, plus récente, de Guillemin sur cette question :
    6 novembre 1978 : Les origines de la Première Guerre mondiale

    http://www.club-44.ch/?a=7&search=3&guest=35217&id=Henri%20Guillemin&archive=170730

  10. Je ne connais pas l’influence de Guillemin dans la partie Suisse Allémanique, il y a toujours ce barrage de la langue.

    Et inversement vers la Suisse Romane : le Suisse Ivo Sasek (qualifié de gourou sectaire, chrétien intégriste, révisionniste, négationniste, complotiste et -remplissez les pointillés(iste)), a fondé une télévision sur internet, dénommée Klagermauer (Mur des Lamentations) dont le but est de lutter contre la terreur quotidienne des médias.

    https://de.wikipedia.org/wiki/Ivo_Sasek

    https://www.youtube.com/watch?v=Of3szVmwTcI

    Ici, Daniele Glanser est invité par Ivo Sasek pour donner une Conférence (passionante) sur la Stratégie de la Guerre Masquée, devant des centaines de personnes. Klagermauer fait penser à une télé dissidente comme ERTV, mais en beaucoup plus gros :

    https://www.youtube.com/watch?v=uz4NaV50wh0

    Voir aussi l’interview de ce journaliste, Udo Ulfkotte sur le sujet des « journalistes soudoyés », racontant la réunion de chefs de rédaction avec des militaires hauts placés de l’ONU.

    https://www.youtube.com/watch?v=mqFe-izk9kk (à 13mn)

    Si après ça vous sentez toujours plus proche des théories factuelles de la transparence étatique que des théories factuelles de conspiration, je ne peux rien pour vous !

  11. Je m’aperçois que j’ai dit une ânerie, la salle bondée n’est pas Klagermauer TV, mais une autre organisation fondée par Ivo Sisek, la Coalition Anti-Censure.

  12. En m’attachant aux dernières paroles d’Henri Guillemin dans la première vidéo, -- que « la France » se serait engouffrée dans l’affaire guerrière afin d’imposer l’impôt sur le revenu (ceci n’étant pas une affirmation définitive ! nous assène-t-il avec malice et respect de la vérité scientifique), me font me demander ce que brûle d’accomplir aujourd’hui les détenteurs du pouvoir et de l’argent (je bégaie avec ces derniers mots, c’est entendu). J’aurais en effet comme un soupçon de farouche volonté… et j’aimerais y voir clair.
    Qu’est-ce qui est très important aujourd’hui de ce bord ultra-minoritaire ? Et jusqu’où lui sera-t-il loisible de pousser les masses ?

    Très intéressant pour moi dans cette vidéo toujours (et pourtant c’est la deuxième fois que je la visionne, avec un laps de temps assez important entre les deux regards), ce sont :
    -- le bouleversement des répartitions sociales si visibles avant guerre : l’inflation du salariat (et donc amenuisement du nombre de petits patron, sinon des « propres patrons »), l’amaigrissement drastique de la population agricole (en m’interrogeant parallèlement sur les notions si propres de secteur tertiaire à la moins chouette : secteur primaire, -- qui est rarement reprise d’ailleurs),
    -- la banalité et même l’estime du bien-fondé de l’impôt sur le revenu en France aujourd’hui.
    L’impôt comme prélèvement de la richesse produite par le travail humain (mais aussi l’abondance naturelle de la planète, -- qu’il faut certes extraire ou récolter avec pas mal de bras ou d’énergie fossile) avant que d’être une redistribution (absolument manipulable par le pouvoir, qui plus est -- et source inépuisable de contrôle et de maniements des plus pauvres notamment… Sait-on que les CAF ont un droit de regard bancaire sur les allocataire du Rsa, par exemple -- loi « train de vie » -- là, je m’étouffe toujours…) est par trop oublié.
    L’impôt comme ressource ancestrale de perpétuation d’un système dit civilisé (et toujours d’enrichissement d’une classe), derrière les habits de justice contemporains ?

  13. Pourquoi la France est-elle le pays qui a le plus fusillé « pour l’exemple » pendant la Grande guerre ?
    http://www.bastamag.net/Grande-Guerre-un-tour-du-monde-des
    « Plus l’état-major est incompétent, plus il y a de fusillés »

  14. @Etienne
    Impossible de laisser un commentaire dans le sujet « [Rappel, pour les 60 000 nouveaux venus depuis un an] Devenons citoyens ! Entretiens à propos d’une démocratie digne de ce nom »
    Le « répondre » a disparu…petit bug momentané ?

    • Cher Joss,
      je viens d’essayer de comprendre pourquoi ce bug afflige le fil en question, mais je ne trouve pas de panne (toutes les balises HTML sont assez simples en amont).
      Auriez-vous une idée de cause pour expliquer (et corriger) cette panne, svp ?
      Bien amicalement.
      Étienne.

      • Désolé. Je ne peux pas vous aider dans ce domaine. Un visiteur éclairé de ce blog aurait peut-être la solution ?
        Bonne recherche

  15. Vendredi 13 novembre 2015, vers 23 heures :

    Nous sommes en guerre.

    • Hum… ?
      D’habitude, BA, vous développez un peu plus 🙂

    • contre qui?
      le capital amorale par essence a déjà provoqué 2 guerres mondiales une 3ème serait tout sauf un évènement… mais juste la suite logique de l’effondrement du taux de rendement de celui-ci.

      • binnemaya.
        -- 1 : la « panne » est antérieure de 2 jours au 13 novembre
        -- 2 : vous avez parfaitement raison, le taux de rendement de la fortune des oligarques est arrivé à son maximum et ne peut plus croître avec les « règles » du jeu établies. En admettant que ces règles ne sont plus respectées par ces derniers, depuis longtemps parce que les lois nous interdisent de réagir, qu’elles vont être modifiées par eux-mêmes par des dérégulations imposées par le TAFTA, afin de leur donner tous les pouvoirs sur les Etats et que ces règles vont leur permettre de prendre possession de tous les biens publics qu’ils ne pouvaient pas « acquérir », auparavant, votre synthèse est tout à fait juste. Ils vont nous anéantir par l’argent qu’ils possèdent déjà. C’est leur arme de destruction massive.
        Juste une remarque : comment les propriétaires des multinationales, celles qui fabriquent des denrées alimentaires ou des objets de consommation ont-ils fait pour obtenir leur fortune?
        Leur fortune vient de la consommation : c’est parce que nous consommons qu’ils sont riches . Logiquement, si nous étions « intelligents » ce serait quoi la solution pour gagner cette guerre économique que nous n’avons aucune chance de gagner par ailleurs? Sommes-nous capables de nous priver de « consommer » un certain temps, nous qui possédons quelques « réserves », avant qu’ils soient en mesure d’exiger des « perdants »qu’ils leur en cèdent une partie ou tout?
        La « cause commune » contre la « cause » de tous les maux de la communauté.

  16. Sang, peur, chaos. Affreux réveil. La ville devenant enfer.
    Hier 14-18. Les paysans bretons et corses particulièrement touchés (Morvan Lebesque). La multiplication du droit de débits de boissons pour permettre aux veuves de vivre ensuite (J.-Jacques Monnier/ Bretagne).
    Ou comment la guerre offre toujours aux pouvoirs actifs (nous serions les pouvoirs passifs) des perspectives inespérées et toujours plus larges (de destruction des gêneurs et/ou inutiles, outre la mise au pas généralisée).

    La revue de Presse du site Lieux communs encore intéressante ce matin. (voir toute la semaine à droite de l’écran ou s’abonner)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/675-revues-de-presse
    (voir à droite)
    Et un constat (sans originalité) :
    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/11/06/31003-20151106ARTFIG00125-3-millions-d-arrivants-comment-la-commission-europeenne-favorise-le-chaos-migratoire.php

  17. Samedi 14 novembre 2015, vers midi :

    ALERTE – Dans un communiqué, l’Etat islamique revendique les attentats de Paris :

    « Communiqué sur l’attaque bénie de Paris contre la France croisée »

  18. ALERTE – Dans un communiqué, l’Etat islamique revendique les attentats de Paris :

    « Communiqué sur l’attaque bénie de Paris contre la France croisée »

    Extrait du communiqué :

    « Dans une attaque bénie dont Allah a facilité les causes, un groupe de croyants des soldats du Califat, qu’Allah lui donne puissance et victoire, a pris pour cible la capitale des abominations et de la perversion, celle qui porte la bannière de la croix en Europe, Paris. »

  19. Expérience Orwellienne vécu ce samedi 14 nov 2015 : je dispose de centaines de livres au format epub depuis des années. Format flexible et ouvert, ça fonctionnait très bien. J’ai acheté il y a peu le dernier livre du journaliste Jean-loup Izambert  » 56, l’état Français complice des groupes criminels TI  » en format epub pour 10 euros.

    http://www.is-ebooks.com/produit/108/9782368450871

    Je voulais partager avec vous quelques citations : j’ouvre le livre : tous les textes et les notes ont été effacés. Ne restent plus que les titres, sous-titres et les images.
    L’ayant sauvegardé sur d’autres supports, j’en fait donc nouvelle copie sur mon bureau windows se7en. Redisparition du texte, que ce soit en utilisant les logiciels sigil ou calibre. Même chose su ordi portable (non connecté) sous Windows XP . Je vérifie avec la même opération avec le précédent ouvrage d’Izambert  » Crimes sans chatiment  » que j’avais également acheté en version epub, là aucun problème.

    J’en déduis une chose : il est indispensable pour qui veut conserver des documents non seulement à discrétion mais intacts, d’établir un protocole strict : mettre tous ses documents après inspection dans un  » bac à sable « , cad non-connecté à un terminal. C’est tout le piège des nouveaux système Android interdisant toute copie ne passant par un terminal (disons Google).
    D’autre part, je dois changer de système pour conserver et lire mes epubs.

    Concrètement, voici le premier livre que Microsoft m’interdit de lire…

    • effectivement après vérif les garder sur un support externe pour les sauvegarder est impératif.Mais en plus n’utiliser que du logiciel libre est encore mieux moi j’utilise Voyager depuis longtemps et c’est magnifique.
      J’espère me tromper mais je vois bien notre « cher Hollande » nous supprimer de la toile bientôt car vous savez bien que « l’unité nationale » çà ne se discute pas

  20. Vos guerres, nos morts
    Une bien bonne analyse des causes premières des attentats,
    par Julien Salingue :

    http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2015/11/vos-guerres-nos-morts.html

    Vos guerres, nos morts

    Fragments.

    Ce sont les nôtres qui sont morts la nuit dernière.

    À la terrasse d’un restaurant, dans un bar, dans la rue, dans une salle de concert.

    Les nôtres.

    Morts parce que des assassins ont décidé de frapper en plein Paris et de tirer dans la foule, avec pour objectif de faire le plus de victimes possible.

    11h30. Sarkozy vient de déclarer : « Nous sommes en guerre ».
    Pour une fois je suis d’accord avec lui. Ils sont en guerre.

    Vous êtes en guerre, vous les Sarkozy, Hollande, Valls, Cameron, Netanyahou, Obama. Vous êtes en guerre, vous et vos alliés politiques, vous et vos amis patrons de multinationales.

    Et vous nous avez entrainés là-dedans, sans nous demander notre avis.

    Afghanistan, Iraq, Libye, Mali, Syrie… Nous n’avons pas toujours été très nombreux à protester. Nous n’avons pas suffisamment réussi à convaincre que ces expéditions militaires ne feraient qu’apporter toujours plus d’instabilité, de violences, de tragédies.

    Là-bas, et ici.

    Car la guerre n’a pas commencé hier soir. Et elle n’avait pas commencé en janvier lors des tueries de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Elle avait commencé bien avant.

    En janvier, j’écrivais ce qui suit :

    L’une des causes de la sidération qui a touché de larges secteurs de la population, y compris les cercles militants, est la (re-)découverte de cette vérité : oui, la France est en guerre. Une guerre qui ne dit pas toujours son nom, une guerre dont on discute peu dans les assemblées, dans les médias et plus généralement dans l’espace public, une guerre contre des ennemis pas toujours bien identifiés, une guerre asymétrique, mais une guerre tout de même. Les récentes tueries l’ont rappelé de manière brutale à qui l’ignorait, refusait de le voir ou l’avait oublié : la France est en guerre, la guerre fait des morts, et les morts ne se comptent pas toujours chez l’adversaire.

    Contre qui la France est-elle en guerre ? Selon les discours et les périodes, contre le « terrorisme international », contre le « jihadisme », contre la « barbarie intégriste », etc. Ce texte n’a pas vocation à discuter de ces dénominations imprécises, des généralisations abusives qu’elles impliquent et des paradoxes qu’elles sous-tendent (alliances à géométrie variable, soutien à des régimes dont les politiques favorisent le développement des courants « jihadistes », participation à des interventions militaires qui renforcent ces courants, etc.). Il s’agit plutôt de souligner que la France a, en réalité, emboîté le pas aux États-Unis de George W. Bush dès septembre 2001 (guerre en Afghanistan, législation « antiterroriste ») et fait sienne, sans toutefois le dire, la rhétorique et la politique du « choc de civilisation ».

    Voilà près de 14 ans que la France était en guerre sans l’assumer.

    Aucune raison de modifier une ligne de cet extrait. Et dire cela, ce n’est pas manquer de respect aux victimes ou à leurs proches.

    L’émotion, l’indignation et la douleur sont évidemment légitimes. Et les assassins qui ont bousillé des centaines, des milliers de vies hier soir, sont inexcusables.

    12h. Daech vient de revendiquer. Évidemment. Eux aussi, ils sont en guerre.

    D’après l’AFP, citant un témoin présent au Bataclan, l’un des assaillants aurait crié : « C’est la faute de Hollande, c’est la faute de votre président, il n’a pas à intervenir en Syrie ».

    On peut fermer les yeux et se boucher les oreilles. Et se laisser enfumer par la rhétorique dépolitisante du « terrorisme aveugle », forcément inexplicable.

    Mais les assassins de Paris ne sont pas des pauvres types irresponsables, « fous » ou manipulés par je-ne-sais-quels-services-secrets. On en saura plus dans les heures et les jours qui viennent, mais nul doute qu’ils auront un profil et un discours à peu près similaires à celui des Kouachi et de Coulibaly, à propos desquels, toujours en janvier, j’avais écrit ça :

    Les tueurs ont un discours (voir leurs interviews et vidéos, dans lesquelles ils parlent de la Syrie, de l’Iraq, des offenses faites aux musulmans en France et dans le monde, etc.) ; un corpus théorique (voir notamment l’article publié par Mediapart) ; des références organisationnelles (État islamique, al-Qaeda dans la péninsule arabique).

    (…) Ils se pensent, rationnellement, en guerre contre une certaine France, et ils se considèrent, rationnellement, en situation de légitime défense. En témoigne cette déclaration de Coulibaly dans sa vidéo posthume : « Vous attaquez le Califat, vous attaquez l’État islamique, on vous attaque. Vous ne pouvez pas attaquer et ne rien avoir en retour ».

    Oui, Daech fait de la politique. Ce sont des assassins, mais ils font de la politique.

    Et hier soir ils ont frappé fort, très fort.

    Aveuglément ? Oui et non.

    Oui, parce qu’ils s’en sont pris à des gens qui ne sont pas directement impliqués dans cette guerre, des gens dont le seul crime était d’être là, des gens qui auraient pu être ailleurs et être encore parmi nous aujourd’hui.

    Non, parce que frapper de la sorte, c’est lancer un message : « Votre pays est en guerre contre nous, et tant que cette guerre durera, aucun d’entre vous ne sera en sécurité ».

    Ils font de la politique. Détestable, mais de la politique.

    Nous vivons dans un monde en guerre. La Russie, la France et les États-Unis bombardent la Syrie. L’Arabie Saoudite bombarde le Yémen. Les « opérations » françaises se poursuivent au Mali. Obama a annoncé que ses troupes ne quitteraient pas l’Afghanistan.

    D’après le Haut Commissariat aux Réfugiés, il n’y a jamais eu autant de réfugiés et déplacés qu’aujourd’hui, et il n’y a aucune raison que les choses s’améliorent.

    Le bilan, à l’heure actuelle, est de 128 morts. 128 morts de trop.

    Le 13 novembre 2015, 128 morts.

    128, c’est beaucoup. C’est effrayant.

    C’est presque autant que la moyenne quotidienne des morts en Syrie depuis mars 2011.

    Presque autant que la moyenne quotidienne, oui : 250.000 morts depuis mars 2011, ça fait presque 4500 morts par mois, soit près de 150 morts par jour.

    Avis au prochain qui nous expliquera qu’il ne comprend pas pourquoi les Syriens fuient vers l’Europe : depuis plus de 4 ans et demi, c’est le 13 novembre tous les jours en Syrie. Et c’est votre nouvel allié Assad qui en porte la responsabilité première, en ayant réprimé sauvagement un soulèvement alors pacifique.

    Nous vivons dans un monde en guerre. Et cela permet à certains de faire des affaires.

    La France se félicite de vendre ses machines de guerre à l’Égypte. La France se félicite de vendre ses machines de guerre à l’Arabie Saoudite. La France se félicite de vendre ses machines de guerre aux Émirats arabes unis.

    Mais la France s’étonne, s’indigne, s’insurge d’être elle aussi ciblée.

    Hypocrisie. Lâcheté. Mensonge.

    Les chiens sont lâchés. Leurs babines écument.

    Il va falloir tenir bon.

    Retour au mois de janvier :

    Toute réponse guerrière, sécuritaire, stigmatisante ou aveugle aux réalités économiques, politiques et sociales de la France de 2015 est non seulement condamnée à échouer mais, qui plus est, un pas supplémentaire vers les tueries de demain.

    Nous y sommes. Demain, c’était hier soir.

    13h. Cambadélis annonce que « la France en guerre vient de subir une épreuve de guerre ».

    Ils disent et ils répètent que la France est en guerre. Mais quand ils disent ça, c’est pour dire « nous sommes en guerre ». Un « nous » dans lequel il voudrait nous impliquer.

    Non. 14 ans de votre guerre n’ont apporté, aux quatre coins du monde, que toujours plus de violences, de tragédies, et de nouvelles guerres.

    Si l’Iraq n’avait pas été rasé, Daech n’existerait pas.

    Paul Valéry disait que « la guerre est un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas ».

    Il avait raison. Ce sont toujours les mêmes qui trinquent

    Et si on veut que tout ça s’arrête, il va falloir, une fois le choc passé, tout faire pour mettre un terme à cette fuite en avant vers la barbarie généralisée.

    Il n’est pas trop tard. Il est encore temps de passer à autre chose. Radicalement.

    En refusant l’injonction « avec nous, ou avec les terroristes ».

    En refusant les appels à l’unité avec les bourreaux et les fauteurs de guerres qui construisent chaque jour un monde plus barbare.

    En refusant leur monde fondé sur l’exploitation, le vol, la violence, l’injustice, les inégalités, la mise en concurrence de ceux qui devraient s’unir.

    Se battre pour un autre monde, qui est non seulement possible, mais plus que jamais nécessaire.

    Garder le cap et ne rien concéder sous la pression de l’émotion ou de la sidération.

    Tu pourras me taxer d’angélisme si tu veux. Mais mon angélisme n’a jamais tué personne. Contrairement à ton « pragmatisme ».

    Il est plus que jamais temps de « résister à l’irrésistible ». Sinon on va tous y passer.

    Alors, non, Cambadélis. Non, Sarkozy. Non, Hollande. « Nous » ne sommes pas en guerre.

    Ce n’est pas ma guerre, ce n’est pas notre guerre. C’est votre guerre.

    Et une fois de plus, ce sont nos morts. Comme à Madrid en 2004, comme à Londres en 2005, comme en Égypte il y a quinze jours, comme à Beyrouth cette semaine.

    Et comme partout où vous semez la terreur.

    Vos guerres, nos morts.

    Vos guerres, no more.

    Publié par Julien Salingue à 14:10

  21. Une autre bonne analyse des causes premières, très documentée,
    par Maxime Chaix, sur DeDefensa.org, reprise par les-crises.fr :
    La guerre secrète multinationale de la CIA en Syrie et le chaos islamiste
    http://www.les-crises.fr/maxime-chaix-la-guerre-secrete-multinationale-de-la-cia-en-syrie-et-le-chaos-islamiste/

  22. Pierre Conesa :
    « C’est nous qui avons déclaré la guerre ! »

    http://www.les-crises.fr/pierre-conesa-cest-nous-qui-avons-declare-la-guerre/

    « Pierre Conesa est ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Défense (France).

    Spécialiste des questions stratégiques internationales et en particulier militaires. Pierre Conesa est un praticien des relations internationales et stratégiques qu’il a pratiqué pendant une vingtaine d’années au ministère de la Défense dans différents services (autres qu’administratifs). Il a été à la création de la Délégation aux Affaires stratégiques comme sous directeur Questions régionales puis comme Adjoint au Directeur. Il a été rédacteur du Premier plan stratégique de soutien aux exportations d’armements, Adjoint au Directeur des Relations internationales de la Délégation Générale à l’Armement chargé de la politique d’exportations, puis chargé auprès du CEMA d’un rapport sur le Renseignement d’Intérêt militaire. Il a conçu le Campus de Défense de l’Ecole militaire. Il a dirigé pendant les huit dernières années un important cabinet d’Intelligence économique.

    Il est par ailleurs maître de conférences à Sciences Po et à l’ENA. Il est également consultant pour France 24, membre du Conseil scientifique de la Fondation Res Publica. »

  23. John Kerry vient de dire qu’il y aura une nouvelle Constitution en Syrie bientôt. Belle occasion pour mousser l’idée de l’écriture citoyenne de la Constitution en Syrie.

  24. Le terrorisme ne se combat pas par la guerre
    Un entretien (ThinkerView) passionnant avec Pierre Conesa
    (signalé par l’indispensable et quotidien les-crises.fr )
    https://www.les-crises.fr/le-terrorisme-ne-se-combat-pas-par-la-guerre-par-pierre-conesa/

  25. “Les États occidentaux ne peuvent combattre le jihadisme en soutenant ses parrains pétromonarchiques !”
    par Maxime Chaix
    http://www.les-crises.fr/les-etats-occidentaux-ne-peuvent-combattre-le-jihadisme-en-soutenant-ses-parrains-petromonarchiques-par-maxime-chaix/

  26.  » Si l’UOIF se veut le moteur neuf de l’islam dans l’Hexagone, une grande partie des musulmans français se soumet sans toujours le savoir, et depuis un quart de siècle, à l’influence des Frères musulmans alors soutenus par l’Arabie Saoudite. Par une étrange tradition, les imams en France sont nommés ou par l’Algérie ou par le Maroc. Mais ces deux pays ne maîtrisent qu’à la marge, via leurs amicales et associations, la vie réelle des mosquées. Les vrais maîtres du jeu sont les bailleurs de fonds. Depuis trente ans le volant est donc entre les mains des pétromonarchies du Golfe, et avant le boum qatari, l’Arabie Saoudite a bien labouré le champ de l’islam intégriste. Riyad a arrosé de billets le courant le plus conservateur de la religion, sans que personne, ni à gauche ni à droite, lève les yeux au ciel.(p195) (…)

    En février 2011, dans la foulée de la chute de Ben Ali, l’émir et son compère Premier ministre, HBJ, estiment qu’il est temps de faire tomber Kadhafi. Les raisons de ce coup de lame dans le dos ? Un ancien fonctionnaire de la DGSE, reconverti dans les affaires, répond : « L’argent est la religion. Ou la religion est l’argent. Le cheikh Hamad Al-Thani, irrémédiable messianiste, qui estime être le dernier des wahhabites purs et durs, imagine opportun de restaurer, en Libye, le royaume senoussi et l’islam musclé qui est sa doctrine. » Très vite, des couturières sont assignées à la fabrication du drapeau de feu le roi Idris. Les étendards seront ensuite livrés aux révoltés de Benghazi par les agents des forces spéciales du Qatar, comme on le fait dans les stades les jours de match. L’emblème renaissant va désormais pousser sur les maisons, les édifices publics et les 4x4 des rebelles. Doha a aussi décidé de déclencher cette « guerre de libération » pour des raisons financières. (p252) (…)

    En Seine-Saint-Denis, le département le plus musulman de France, les voix des religieux pèsent lourd. Eric Raoult a bien compris qu’être député vaut bien une messe. A travers leurs réseaux dans les banlieues, les colloques à Doha, les « prix diversité » qui entretiennent l’amitié et les dîners au Fouquet’s, les Qataris ont déjà leur vivier d’obligés. Ils seront très utiles pour l’aboutissement du vrai « plan banlieue », qui reste l’imposition du wahhabisme.(…)

    Lors des élections à l’Assemblée constituante du 24 octobre 2011, le mouvement Ennahda obtint un gros score dans la communauté tunisienne de France. Ce jour-là, 110 000 Tunisiens, soit presque la moitié des électeurs immigrés, votèrent pour le parti de Dieu. Soit, en pourcentage, autant que dans une Tunisie profondément islamisée et en pleine crise économique, sortant de vingt-trois années de dictature de Ben Ali ! Vivant dans une société démocratique, celle de France, et plutôt bien « intégrés », comme le disent les sociologues, ces Tunisiens se sont malgré tout ralliés à un islam conservateur… Etrange ? Non, après des dizaines d’années où, dans les mosquées de l’Hexagone, ils ont été laissés sous l’influence d’imams intégristes, des salariés de Riyad ou Doha. (Au lecteur qui, se méprenant sur le résultat de cette enquête au cœur de la seconde religion de France, assimilerait son résultat à une quelconque hostilité-envers les musulmans, nous devons une réponse. Et dire que nous sommes informés des travaux de chercheurs comme Pierre Tevanian ou Thomas Deltombe, quand ils dénoncent l’utilisation de l’islam comme épouvantail ou comme masque: un moyen lâche de rendre le racisme «acceptable», (ce qui nous préoccupe ici n’est rien que le Qatar et son idéologie intégriste dont le rêve non écrit est d’annihiler toute liberté qui ne viendrait directement de Dieu.)  »

    Extraits de  » Le vilain petit Qatar  » 2013 de Nicolas Beau

  27. Appel de Michel Collon :
    L’émotion exige de vrais débats

    http://www.michelcollon.info/L-emotion-exige-de-vrais-debats.html?lang=fr

  28. Qui est responsable des attentats du 13 novembre à Paris ?
    par Ariane Walter :
    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qui-est-responsable-des-attentats-174065

  29. Dominique de Villepin à propos de l’Etat islamique :

    Pierre Conesa à propos de l’engagement français en Syrie

  30. Passionnant et important bouquin, d’actualité :
    Les armées secrètes de l’Otan : réseaux stay behind, opération Gladio, et terrorisme en Europe de l’Ouest
    http://www.franceculture.fr/oeuvre-les-arm%C3%A9es-secr%C3%A8tes-de-l-otan-r%C3%A9seaux-stay-behind-op%C3%A9ration-gladio-et-terrorisme-en-europe-de
    Livre essentiel, publié chez le petit mais courageux éditeur Demi-Lune :

    http://www.editionsdemilune.com/les-armees-secretes-de-lotan-p-16.html

    • Daniele Ganser
      Sur les armées secrètes de l’Otan:

      Sur la stratégie masquée de la guerre:

      Ils sont prêts à tout pour protéger leurs intérêts et maintenir leur pouvoir quitte à supprimer une partie de la population. Triste humanité.

  31. l’UPR, sur ses tract pour les régionales, propose les commissions de citoyens tirés au sort en public pour contrôler les actions du conseil régional.
    Ainsi que le référendum d’initiative Populaire.

  32. Attentats de Paris : la responsabilité écrasante de l’exécutif français
    Par Guillaume Borel, pour Arrêt sur info.ch, le 14 novembre 2015 :
    http://www.les-crises.fr/attentats-de-paris-la-responsabilite-ecrasante-de-lexecutif-francais/

  33. « Un traumatisme collectif, un coup d’état, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste, plonge tout un chacun dans un état de choc. C’est ainsi qu’après le choc, tel un prisonnier dans un interrogatoire, nous redevenons des enfants désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger. »

    « Milton Friedman, le prix Nobel d’économie de 1976 aux théories ultra libérales, comprit très tôt ce phénomène et conseilla aux hommes politiques proches de ses idées d’imposer immédiatement, après une crise, des réformes économiques douloureuses et impopulaires (privatisations effrénées de l’école à la santé), avant que les gens n’aient le temps de se ressaisir. Il qualifiait cette méthode de traitement de choc, c’est-à-dire préparer le terrain à l’introduction de « réformes » radicales axées sur la libéralisation des marchés. »

    Naomi Klein : « la stratégie du choc : la montée du capitalisme du désastre »

  34. Confusionnisme.info comme naguère conspis hors de nos vies est une assez bonne (faut pas éxagérer non plus) source d’infos………………………………………………………………… à l’envers :

    Les sites amis mis en avant sont une bonne compilation de leurres sous pavillon libertaire, social ou marxiste (tel l’inénarrable mondialisme.org) tandis que tous les gens que ce site calomnie fournit presqu’à chaque fois l’occasion de découvrir de vrais résistants, comme par exemple Etienne Chouard :

     » Etienne Chouard fonctionne comme un lobby à l’extérieur de son réseau, sur Internet et dans les mouvements sociaux, en utilisant le secret, l’entrisme et la manipulation. Il baptise ses fans, autour de lui, ses « Gentils Virus » en mission pour diffuser sa parole (évangéliser), surnommée avec grandiloquence « Le Message », de façon très organisée, un peu partout et le plus souvent sous couvert d’anonymat. Faut-il s’étonner du choix du mot virus ? Un virus est le vecteur, non pas d’un progrès, mais d’une maladie, et son étymologie ne souffre aucune ambiguité : virus en latin signifie poison. » (on n’est pas très loin du protocoles des sages de sion à l’assaut du monde)

    http://confusionnisme.info/2015/03/18/le-vrai-visage-detienne-chouard/

    Autre exemple : passage en garde à vue et mise en demeure du collectif Pièces et main d’oeuvre (oh, de vrais résistants!) pour masculinisme :

    http://confusionnisme.info/2015/02/17/une-brochure-sur-le-masculinisme-en-milieu-anti-industriel/

    Tout le fiel de ce site (qui est un peu une synthèse) étant de répandre la confusion en prétendant combattre le  » confusionnisme « , à répandre la paranoïa ou la délation en prétendant combattre le  » conspirationnisme « , à entretenir le sexisme en prétendant combattre le  » masculinisme « . En ce sens ce site est extrémiste.

  35. Mes condélances, ami(e)s françai(es). Le livre de Yaris Varoufakis encense la culture Française. Dans un autre monde est possible, il écrit, ce que je ne savais pas, que  » L’islam interdit les prêts à intérêts.Les musulmans n’admettent pas que l’on s’enrichisse en percevant des intérêts- c’est-à-dire sur la dette d’autrui.( page 62).

  36. David Van Reybrouck :
    « Monsieur le Président, vous êtes tombé dans le piège ! »

    http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/151115/monsieur-le-president-vous-etes-tombe-dans-le-piege

    L’écrivain et historien belge David Van Reybrouck considère que François Hollande est tombé dans le piège des terroristes. « Vous avez accepté leur invitation au djihad avec enthousiasme. Mais cette réponse, que vous avez voulue ferme, fait courir le risque monstrueux d’accélérer encore la spirale de la violence. Je ne la trouve pas judicieuse. »
    ____________

    Monsieur le Président,

    Le choix extraordinairement irréfléchi de la terminologie que vous avez utilisée dans votre discours du samedi après-midi, où vous répétiez qu’il s’agissait d’un « crime de guerre » perpétré par « une armée terroriste » m’a interpellé. Vous avez dit littéralement :

    « Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis près du Stade de France, est un acte de guerre, et face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. C’est un acte de guerre qui a été commis par une armée terroriste, Daech, une armée de terroristes, contre la France, contre les valeurs que nous défendons partout dans le monde, contre ce que nous sommes, un pays libre qui parle à l’ensemble de la planète. C’est un acte de guerre qui a été préparé, organisé, planifié de l’extérieur et avec des complicités intérieures que l’enquête fera découvrir. C’est un acte de barbarie absolue. »

    Si je souscris pleinement à la dernière phrase, force est de constater que le reste de votre discours est la répétition angoissante et presque mot à mot de celui que GW Bush a tenu devant le Congrès américain peu après les attentats du 11 septembre : « Des ennemis de la liberté ont commis un acte de guerre contre notre pays. »

    Les conséquences de ces paroles historiques sont connues. Un chef d’État qui qualifie un événement d’acte de guerre se doit d’y réagir, et de rendre coup pour coup. Cela a conduit Bush à l’invasion de l’Afghanistan, ce qui était encore admissible parce que le régime avait offert asile à Al Qaeda – même l’ONU avait approuvé. A suivi alors l’invasion totalement démente de l’Irak, sans mandat de l’ONU, pour la seule raison que les É.-U. soupçonnaient que ce pays détenait des armes de destruction massive. À tort, s’est-il avéré, mais cette invasion a conduit à l’entière déstabilisation de la région, qui se prolonge jusqu’à aujourd’hui. Le départ des troupes américaines en 2011 a laissé le pays dans une vacance du pouvoir. Et c’est peu après, lorsque dans le sillage du Printemps arabe une guerre civile a éclaté dans le pays voisin, que l’on a pu constater à quel point l’invasion militaire américaine avait été pernicieuse. Dans le nord-ouest de l’Irak déraciné et l’est de la Syrie déchirée, entre l’armée gouvernementale et la Free Syrian Army, assez d’espace s’était manifestement créé pour que se lève un troisième grand acteur : DAECH.

    Bref, sans l’invasion idiote de Bush en Irak, il n’y aurait jamais été question de DAECH. C’est par millions que nous avons manifesté contre cette guerre en 2003, moi aussi, la désapprobation était universelle. Et nous avions raison. Cela, pas parce que nous étions capables de prédire l’avenir, nous n’étions pas clairvoyants à ce point. Mais nous en sommes pleinement conscients aujourd’hui : ce qui s’est passé dans la nuit du vendredi à Paris est une conséquence indirecte de la rhétorique de guerre que votre collègue Bush a employée en septembre 2001.

    Et pourtant, que faites-vous ? Comment réagissez-vous moins de 24 heures après les attentats ? En employant la même terminologie que votre homologue américain de l’époque ! Et sur le même ton, bonté divine !

    Vous êtes tombé dans le panneau, et vous l’avez fait les yeux grands ouverts. Vous êtes tombé dans le panneau, Monsieur le Président, parce que vous sentez l’haleine chaude de faucons comme Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen vous brûler la nuque. Et vous avez depuis si longtemps la réputation d’être un faible. Vous êtes tombé dans le panneau. Des élections se préparent en France, elles auront lieu les 6 et 13 décembre, ce ne sont que des élections régionales, mais après ces attentats, elles seront placées sous le signe de la sécurité nationale, à n’en point douter. Vous êtes tombé dans le panneau à pieds joints, parce que vous avez fait mot pour mot ce que les terroristes espéraient de vous : une déclaration de guerre. Vous avez accepté leur invitation au djihad avec enthousiasme. Mais cette réponse, que vous avez voulue ferme, fait courir le risque monstrueux d’accélérer encore la spirale de la violence. Je ne la trouve pas judicieuse.

    Vous parlez d’une « armée terroriste ». Pour commencer, rien de tel n’existe. C’est une contradictio in terminis. Une « armée terroriste », c’est un peu comme pratiquer un régime boulimique. Des pays et des groupes peuvent avoir des armées ; s’ils ne parviennent pas à en former, ils peuvent opter pour le terrorisme, c’est-à-dire pour des actions ponctuelles dont l’impact psychologue est maximal au lieu d’un déploiement structurel de forces militaires avec des ambitions géopolitiques.

    Mais une armée, dites-vous ? Soyons clairs : jusqu’ici, nous ignorons si les auteurs des faits sont des combattants syriens revenus ou envoyés. Nous ne savons pas si les attentats ont été tramés dans le califat ou dans les banlieues et « quartiers ». Et bien que certains indices laissent supposer qu’il s’agit d’un plan global émanant de la Syrie (la quasi-simultanéité de l’attentat-suicide au Liban et de l’attaque éventuelle d’un avion russe), force est de constater que le communiqué de DAECH est venu bien tard, et qu’il ne contient pas d’autres éléments que ceux qui circulaient déjà sur internet. Ne serait-il pas question de coordination ou de récupération ?

    Pour autant que l’on sache, il pourrait s’agir d’individus incontrôlés, sans doute pour la plupart des citoyens français revenus de Syrie : ils y ont appris à manier des armes et des explosifs, s’y sont immergés dans une idéologie totalitaire, cryptothéologique et s’y sont familiarisés aux opérations militaires. Ils sont devenus des monstres, tous tant qu’ils sont, mais ils ne sont pas une armée.

    Le communiqué de DAECH glorifait les « lieux soigneusement choisis » des attentats, vos propres services soulignaient le professionnalisme de leurs auteurs : sur ce point, remarquons que vous parlez la même langue. Mais qu’en est-il, en réalité ? Les trois hommes qui se sont rendus au Stade de France où vous assistiez à un match amical de football contre l’Allemagne semblent plutôt être des amateurs. Ils voulaient sans doute pénétrer dans l’enceinte pour commettre un attentat contre vous, c’est fort possible. Mais celui qui se fait sauter à proximité d’un McDonald et n’entraîne qu’une victime dans la mort est un bien piètre terroriste. Qui ne fait que quatre morts avec trois attentats-suicides, alors qu’un peu plus tard une masse humaine de 80 000 personnes sort de l’enceinte, est un bon à rien. Qui veut décimer le public d’une salle avec quatre complices, mais ne bloque même pas la porte de sortie n’est pas un génie de la stratégie. Qui s’embarque dans une voiture et mitraille des citoyens innocents et sans armes attablés aux terrasses, n’est pas un militaire formé à la tactique, mais un lâche, un enfoiré, un individu totalement dévoyé qui a lié son sort à d’autres individus du même acabit. Une meute de loups solitaires, ça existe aussi.

    Votre analyse d’une « armée terroriste » n’est pas probante. Le terme que vous avez employé, « acte de guerre » est extraordinairement tendancieux, même si cette rhétorique belliqueuse a été reprise sans honte aucune par Mark Rutte aux Pays-Bas et Jan Jambon en Belgique. Vos tentatives de calmer la nation menacent la sécurité du monde. Votre recours à un vocabulaire énergique ne signale que la faiblesse.

    Il existe d’autres formes de fermeté que celle de la langue de la guerre. Immédiatement après les attentats en Norvège, le premier Stoltenberg a plaidé dans détours pour « plus de démocratie, plus d’ouverture, plus de participation ». Votre discours fait référence à la liberté. Il aurait aussi pu parler des deux autres valeurs de la République française : l’égalité et la fraternité. Il me semble que nous en avons plus besoin en ce moment que de votre douteuse rhétorique de guerre.

    Traduction du néerlandais par Monique Nagielkopf

  37. Une constitution digne de ce nom (d’origine populaire) permettrait à un peuple digne de ce nom (des citoyens constituants) de s’opposer aux représentants qui veulent lui imposer la guerre.

  38. excellente analyse le Livre de Pierre-Jean Luizard à lire :
    https://lundi.am/Le-piege-Daech

  39. Parafox Les Guignols de l’Info et la Théorie du Complot

    • Salut Étienne, je l’avais oubliée.
      Cette vidéo résume tout ce qui ce passe, comme avant 1914, puis à nouveau après 1918.
      Bref, elle devrait être diffusée dans les écoles pour expliquer aux enfants les attentats.
      S’il y a des profs sur ce fil, diffusez-la !

  40. Comment pouvons-nous débattre sur un plateau télévisé pour comprendre ce qui se passe en ce moment ?

    Ecoutez les 8 premières minutes, à la fin Kimyongur ne sait plus ce qui peut dire ou ne pas dire !!!

    https://www.youtube.com/watch?v=8exGVWGQTn8

  41. Avez-vous remarqué une chose étrange:
    le 11 Novembre, jour des commémorations de la fin de la 1ère GM, deux jours avant les attentats, on a fêté… son déclenchement, sous couvert de centenaire… Maintenant, c’est l’état policier pour au moins trois mois. Certains, hauts placés, j’en suis sûr, rêvent de plus.

    Hervé

  42. L’homme qui a orchestré le sauvetage du secteur bancaire outre-Manche rejoint le conseil d’administration de la banque américaine Morgan Stanley.

    Morgan Stanley recrute Alistair Darling, ancien ministre britannique des Finances

    http://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/021545024817-morgan-stanley-recrute-alistair-darling-ancien-ministre-britannique-des-finances-1183105.php#xtor=RSS37

    OU EXEMPLE DE COLLUSION ENTRE LE POLITIQUE ET LA FINANCE…

  43. Pour comprendre ce qui nous condamne (pour l’instant, mais en profondeur) à la guerre, lire aussi
    Alain (Émile Chartier), “Mars ou la guerre jugée”.

    C’est un des plus grands livres que je connaisse pour réfléchir aux causes profondes qui conduisent à la guerre, et aux causes intimes qui nous conduisent à accepter la guerre, encore aujourd’hui.

    L’obéissance d’esprit est toujours une faute (Alain) :

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/12/28/177-l-obeissance-d-esprit-est-toujours-une-faute-alain

    Le livre à télécharger :

    Alain : Mars ou la guerre jugée (1936)


    http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/mars_ou_la_guerre_jugee/mars_ou_guerre.html

    (Attention : comme dans tous les documents Word du très précieux site Classiques de UQAC, pensez à modifier les MARGES du document avant de l’imprimer : passez en A4, au lieu du format canadien qui met nos imprimantes en panne.)

  44. Ping : Démocratie directe | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *