Archives mensuelles : novembre 2015

Cinq leçons de l’expérience ratée de l’Islande dans la création d’une constitution écrite par les citoyens, par Hélène Landemore

Je vous signale ce texte très intéressant qui vient d’être publié sur le blog de « 123REVEUR » :

Nous, tous les gens du Peuple.
Cinq leçons de l’expérience ratée de l’Islande dans la création d’une constitution écrite par les citoyens. Par Hélène Landemore.

Qui doit rédiger la constitution d’un pays démocratique, et par conséquent de tous les pays? La réponse semble évidente: ses habitants. Pourtant, les constitutions des États existants, y compris ceux démocratiques, ont généralement été écrites par des petits sous-ensembles peu représentatif d’individus. Solon est censé avoir à lui seul posé les fondements de la démocratie athénienne. La Constitution américaine a été écrite par quelques dizaines d’hommes blancs. Dans les exemples plus récents de processus constitutionnel, seules les élites habituelles sont impliquées: les politiciens professionnels et les bureaucrates de l’État. Au mieux, des élus ou rédacteurs constitutionnels démocratiquement autorisés représentent métaphoriquement « Nous, le peuple. »

Non seulement les processus constitutionnels typiques sont exclusifs et élitistes, mais ils ont aussi tendance à être caractérisé par un manque total de transparence. Les Pères Fondateurs américains ont intentionnellement gardé leurs délibérations cachées du public pour essayer de se protéger des passions populaires. Même les théoriciens politiques contemporains tels que Jon Elster insistent pour que le processus constitutionnel idéal soit en forme de sablier, avec des moments de consultation largement ouverts en amont et en aval de la rédaction, mais avec une partie centrale très étroite, correspondant au moment exclusif et fermé de l’écriture réelle par une élite.

L’expérience récente en Islande de remaniement de la constitution a remis en cause les hypothèses qu’un processus constitutionnel doit être exclusif et opaque. En 2013, ce pays est passé très près d’inscrire dans son droit constitutionnel le texte écrit de la façon la plus inclusive et transparente du monde. Cette expérience, surnommé en anglais « crowdsourced constitution », devrait être une source d’espoir et d’inspiration pour les gens autour du globe qui veulent écrire ou ré-écrire leur propre contrat social.

Le processus constitutionnel islandais comprenait trois caractéristiques originales. La première, sous le nom de Forum National, est une consultation en amont du processus, par un groupe démographiquement représentatif de 950 citoyens, choisis quasiment au hasard parmi la population. Ces citoyens ont été rassemblés durant toute une journée et il leur a été demandé d’énumérer les principes et valeurs qu’ils aimeraient voir intégrés dans la Constitution islandaise. Ils ont identifié, entre autres, les droits de l’Homme, la démocratie, la transparence, l’égalité d’accès aux soins et à l’éducation, un secteur financier plus fortement réglementé, et la propriété publique des ressources naturelles islandaises.

La deuxième particularité de ce processus est une assemblée de rédacteurs de la constitution sélectionnée parmi un groupe de 522 citoyens, excluant délibérément les politiciens professionnels (discrédités aux yeux du public depuis la crise financière de 2008). L’assemblée résultante était caractérisée par une relative parité de genre (10 femmes et 15 hommes), et une diversité de professions, allant au delà des médecins et avocats habituels, comprenant un agriculteur, un pasteur, un directeur de musée d’art, un animateur de radio, un président de syndicat, un porte-parole des consommateurs, un étudiant et un cinéaste. La présence de Freyja Haraldsdóttir, une militante des droits de l’homme touchée par la maladie des os de verre, illustra remarquablement que la souveraineté populaire ne doit pas être représentée que par les hommes valides, d’âge moyen en costume et cravate.

La troisième particularité du processus islandais est la décision prise par ces 25 rédacteurs constitutionnels d’utiliser les médias sociaux pour ouvrir le processus à l’ensemble des citoyens et recueillir des commentaires sur les 12 projets successifs. Toute personne intéressée par le processus constitutionnel était en mesure de commenter le texte en utilisant les médias sociaux comme Facebook et Twitter, ou en utilisant le courrier électronique et le courrier régulier. Au total, cette phase d’écriture collective généra environ 3.600 commentaires pour un total de 360 suggestions. Bien que la foule n’a pas au final « écrit » elle même la constitution, elle a fourni des contributions précieuses. Parmi celles-ci se trouve la proposition Facebook d’établir un droit constitutionnel à Internet, qui a abouti à l’article 14 de la proposition finale.

Enfin, le caractère inclusif du processus a été renforcé par un niveau de transparence qui, bien que limité, était sans précédent. Par exemple, le déroulement du Forum National a été diffusé sur internet en streaming pour que tout le monde puisse le suivre. De même, alors que le travail des membres du Conseil Constitutionnel s’est déroulé principalement à huis clos, il incluait des réunions ouvertes au public, qui ont été filmées, enregistrées et diffusées sous forme de fichiers PDF sur la plate-forme en ligne du Conseil.

La proposition constitutionnelle résultante a été approuvée en tant que base d’une constitution future par les deux tiers des électeurs au cours d’un référendum en Octobre 2012, mais le projet de loi qui reposait sur elle a finalement été bloqué par le Parlement au printemps suivant. Ce résultat, bien que décevant, est loin de prouver que les procédés démocratiques constitutionnels sont voués à l’échec. Puisque l’on peut espérer que d’autres seront expérimentés dans le futur, la question devient: que peut-on apprendre de l’expérience islandaise ? Cinq leçons semblent particulièrement importantes pour toute nation qui aurait l’intention de s’y mettre.

1. Planifiez soigneusement.

Il est important de souligner ce point, tant certains aspects de l’expérience islandaise semblaient un peu trop improvisés. Par exemple, lorsque les élections à l’assemblée constituante ont eu lieu, on ne savait pas ce qui se passerait une fois son travail terminé. Le Parlement fera-t-il de nouvelles révisions du texte? Fera-t-elle l’objet d’un référendum? Il est plus difficile pour la population de comprendre et de prendre le processus au sérieux s’il semble mal planifié. De même, lorsque le choix se porte sur un mode de conception de type crowdsourcing, les moyens doivent être alloués en conséquence. Alors que le moment de crowdsourcing aurait pu conduire à une libération de la boucle de rétroaction vertueuse entre la foule et le Conseil Constitutionnel, ce dernier ne semblait pas avoir le temps, les outils ou la formation nécessaires pour traiter soigneusement les entrants de la foule, expliquer comment il les prenaient en compte, et formuler des réponses argumentées au public.

2. Justifiez publiquement (et si possible en débattre) des choix de conception des procédures.

Dans la mesure où un processus constitutionnel vise à être inclusif et transparent, il faut que les choix de conception clés le soient aussi. Dans le cas des islandais, plusieurs choix semblaient un peu arbitraire. Par exemple, il n’est pas clair pourquoi le Forum National a favorisé des pratiques d’agrégation d’opinion plutôt que des pratiques de délibération, ou pourquoi l’assemblée constitutionnelle comprenait 25 membres élus, par opposition à, disons, 100 membres choisis au hasard. Davantage d’efforts à justifier les choix de conception par avance auraient probablement augmenté la qualité ainsi que la légitimité, la lisibilité et la crédibilité du processus. À cet égard, il pourrait en fait avoir été une bonne idée de faire un examen de la partie du processus du Forum National, ou utiliser le crowdsourcing aussi à ce stade précoce.

3. Soyez conscient des conditions du changement.

Dans l’expérience islandaise, le référendum populaire était l’une des trois étapes que devait franchir la proposition de constitution avant d’être adoptée, et le résultat positif de ce référendum n’était même pas contraignant. Les deux autres étapes, soit l’approbation par le parlement en place puis par celui post électoral, étaient probablement de trop. Étant donné que les conditions de changement constitutionnel ne font eux-mêmes généralement pas l’objet de débat (étant dictés par la Constitution actuelle), il aurait été plus sage d’avoir l’objectif moins ambitieux de réviser quelques articles clés plutôt que de réécrire l’ensemble du document. La situation est différente pour un pays qui rédige sa constitution pour la première fois.

4. Ne pas essayer de contourner entièrement les autres institutions représentatives existantes.

Les membres du Conseil constitutionnel se considéraient comme étant en dehors du système existant et en lutte contre ses élites retranchées. Cette position aurait peut-être été gagnante juste après la crise, mais sur le long terme, elle a nuis à leur légitimité et mis en péril leur travail. Le processus islandais a ainsi souffert de l’antagonisme avec plusieurs acteurs clés: La Cour suprême, qui a annulé la première assemblée constituante élue en Janvier 2011 pour ce qui semblait être des irrégularités de procédure mineures durant les élections; le Parti libéral, qui a dénoncé l’ensemble du processus comme illégitime depuis le début; la communauté universitaire, qui n’a pas cessé d’exprimer son scepticisme quand à la complexité du processus; et les médias, qui l’ont ignoré la plupart du temps. Le succès de tout processus constitutionnel est largement tributaire du ralliement des principaux acteurs politiques et du maintien de sa légitimité sur toute sa durée.

5. Utilisez sagement les experts.
Le rôle des consultants-experts dans le processus devrait être clarifié dans une sensible division du travail en collaboration avec, en particulier, les membres de l’assemblée constitutionnelle. Avoir impliqué des magistrats dans la formulation de la proposition constitutionnelle Islandaise était probablement une bonne idée (pour s’assurer d’un vocabulaire précis et compatible avec les traités internationaux), mais à plusieurs reprises cela s’est terminé par une distorsion de l’intention des rédacteurs. Les interventions des experts n’étaient pas seulement une violation de la souveraineté populaire, mais ils ont aussi objectivement dégradé la qualité de la proposition.
Bien que cela n’a résulté d’aucun changement constitutionnel actuel, l’expérience Islandaise a définitivement mis à l’épreuve la vision d’un processus constitutionnel exclusif et secret, créant un précédent pour un projet plus démocratique. Espérons que cela inspirera davantage d’expérimentations de la sorte dans un futur proche.

Hélène Landemore est française, diplômée de Harvard et professeur assistant en science politique à Yale (États-Unis).

Source anglais : http://www.slate.com/articles/technology/future_tense/2014/07/five_lessons_from_iceland_s_failed_crowdsourced_constitution_experiment.html

Merci beaucoup à Olivier P pour la traduction de cet article important, je ne te connais pas mais je t’aime mec <3

Approfondir : Utopie perdue, leçons d’Islande, par Smari McCarthy (Parti Pirate Islandais).

Source : https://pouvoiraupeuple.wordpress.com/2015/11/25/cinq-lecons-de-lexperience-ratee-de-lislande/

Fil de commentaires sur Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153811529712317?pnref=story

[On passe à l’acte] Prochains ateliers constituants, demain samedi et plus tard, à Paris, à Nancy et ailleurs…

Chers vous tous 🙂

Vous avez été des milliers (et des milliers), à aimer et à partager le précédent billet, qui résumait cette vérité, bien d’actualité : « Une constitution digne de ce nom (d’origine populaire) permettrait à un peuple digne de ce nom (composé de citoyens constituants) de s’opposer aux représentants qui veulent lui imposer la guerre. »

POURTANT, malgré cet élan spontané (pour l’idée de nous auto-constituer), vous n’êtes PAS — pas encore — des milliers (et des milliers) à vous entraîner, pied à pied, « pour de vrai », à constituer 🙁

Mais qu’est-ce qui vous retient donc ?
Qu’est-ce qui vous empêche, vous personnellement, de passer à l’acte, massivement, puisque vous pouvez le faire librement (pour l’instant) ?
Si vous trouvez (le frein qui nous gêne), soyez gentils de m’en parler.

Demain samedi et les semaines suivantes, auront lieu des ateliers constituants : l’un à Paris (le 21/11), l’autre à Nancy (fin de semaine prochaine, date à fixer), et d’autres encore, parfois délocalisés (sur Internet) (descendez dans la page pour voir les ‘Tâches réalisées’, l’incroyable ‘Calendrier’, triable à volonté.

• Formulaire d’inscription à l’atelier de demain samedi (21 nov. 2015), à Paris :

• Le 29 novembre (probablement), il y a un atelier prévu à Nancy :
https://www.facebook.com/events/506675856180244/

• Le 5 décembre, il y a une atelier constituant organisé sur le net :
https://www.facebook.com/events/399197716946252/
http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Compte-rendu:pad

J’espère que vous y serez nombreux, et que vous allez nous dénicher (et nous signaler) des libellés que nous pourrons tous réutiliser 🙂

MAIS, si vous êtes loin de Paris et de Nancy, OU si vous n’êtes pas libre ce samedi, vous pouvez, non, VOUS DEVRIEZ créer vous-même votre propre atelier, un MINI-atelier, tout seul ou à deux ou à trois, avec vos amis et avec un inconnu ou un voisin (pour alimenter la contagion), où vous voulez, quand vous voulez, le temps que vous voulez, sur les articles que vous voulez, en approfondissant ou pas comme vous en jugez, EN ADULTE, autonome, en train de s’émanciper, sans y être autorisé, tout seul comme un grand, et/ou avec vos proches eux aussi constituants.

Je vous signale ici quelques prochains ateliers constituants ; faites-les connaître s’il vous plaît pour qu’ils soient bien contaminants ; mais n’oubliez pas que CE SONT VOS PROPRES ATELIERS, vos initiatives individuelles, une myriade de mini-ateliers constituants (populaires et contagieux), qui prépareront le mieux notre future émancipation politique.

Repérez et signalez vos prochains ateliers, MAIS AUSSI vos compte-rendus (sans oublier 🙂 ) : sur le wiki des GV (qui est une mine inépuisable de ressources précieuses pour bosser l’idée du Plan C), vous trouverez (dans le menu) à gauche un lien ‘Ateliers constituants’, puis, dans le sommaire (au milieu), un lien ‘Calendrier’ (ce n’est pas tout à fait le même que le ‘Calendrier’ du menu à gauche) qui vous permettra, le plus simplement du monde, de créer un nouvel événement (signaler un prochain atelier) :

Le tout est de d’abord ‘s’inscrire’ (créer un compte) et ‘se connecter’, pour pouvoir ensuite ‘Modifier’.

N’ayez pas peur, vous ne pouvez rien abîmer ; le plus simple est d’essayer 🙂

Merci à tous, pour tout ce que vous faites, tous les jours un peu, comme des colibris, des colibris constituants 🙂

Bien amicalement.

Étienne.

PS : quelques rappels de ressources pour organiser vos propres ateliers :

• Préparation d’un atelier constituant : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Cat%C3%A9gorie:Atelier_constituant#Pr.C3.A9paration_d.27un_atelier_constituant

• Aides et méthodes de délibération :
http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Cat%C3%A9gorie:Atelier_constituant#Aides_et_M.C3.A9thodes_de_d.C3.A9lib.C3.A9ration

• Etc. : http://wiki.gentilsvirus.org/index.php/Cat%C3%A9gorie:Atelier_constituant

Et encore un argumentaire, bref, pour qu’on s’en occupe tous vraiment, maintenant, tout le temps :

Une constitution digne de ce nom (d’origine populaire) permettrait à un peuple digne de ce nom (composé de citoyens constituants) de s’opposer aux représentants qui veulent lui imposer la guerre

Une constitution digne de ce nom (d’origine populaire) permettrait à un peuple digne de ce nom (des citoyens constituants) de s’opposer — à tout moment, souverainement — aux représentants qui veulent lui imposer la guerre.

Lien Facebook

[Éducation populaire] Guillemin nous rappelle « L’Été 1914 », une histoire essentielle pour comprendre aujourd’hui et la guerre qui vient

C’est le 11 novembre, anniversaire de la fin de la grande boucherie de 14-18, la grande guerre des classes, premier massacre industriel des pauvres par les riches.

Hier, j’écoutais Guillemin (pour la dix millième fois), et précisément il me parlait de l’été 1914, période du déclenchement du massacre par les riches au pouvoir.

Et en écoutant Guillemin, je me disais : « il faudrait retranscrire tout ça, mot pour mot ; tout y est important, pour que les enfants d’aujourd’hui comprennent pourquoi et comment on va les envoyer, encore une fois, de faire tuer à l’aide d’énormes mensonges ».

Je ne sais pas si un virus trouvera du temps et du courage pour retranscrire cette précieuse vidéo, je l’espère, mais en tout cas, je vous la signale, ci-dessous, et je vous la recommande chaleureusement.

Proverbe du jour : Un citoyen malin, tous les matins, en allant au turbin, s’écoute sans faute un bon petit Guillemin 🙂

Henri Guillemin :
l’été 1914

Autre lien pour cette vidéo : https://youtu.be/72PtZve-Yvc
_________

Rappels :

• J’ai composé une sorte de table des matières de tous les sons et images que nous avons de Guillemin ; c’est là :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/05/04/218-henri-guillemin-explique-robespierre-et-les-revolutions-francaises_la-fausse-et-la-vraie

• La série passionnante « L’autre avant-guerre (1871-1914) » est là :
http://www.rts.ch/archives/dossiers/henri-guillemin/3477314-l-autre-avant-guerre-1871-1914-.html

______________

À propos de Guillemin, je suis en train d’avancer doucement dans un petit livre que Patrick Rödel vient juste d’écrire sur son oncle : « Les petits papiers d’Henri Guillemin ». Patrick écrit bien, il nous montre un regard décalé (et donc bien intéressant) sur un homme que nous sommes de plus en plus nombreux à aimer.

—–

Premier lien Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153787073612317?pnref=story

Deuxième lien (rappel 2016) :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10154672289982317

Devenons citoyens ! Entretiens à propos d’une démocratie digne de ce nom :

L’an passé, le 20 février 2014, sous le ciel pluvieux de Paris, j’ai évoqué quelques idées qui me semblent importantes avec « Devenons citoyens ! ».

Pour que ces échanges restent bien vivants (et peut-être utiles aux nouveaux venus), pour nous aider à nous passer le mot entre nous (« ce n’est pas aux professionnels de la politique d’écrire la constitution, c’est à nous, c’est au peuple lui-même d’instituer la société qu’il veut »), je récapitule ici (en un seul billet) les douze petites vidéos qui sont nées de cette rencontre :

1 QUELS SONT LES DÉFAUTS DU GOUVERNEMENT REPRÉSENTATIF ? (5 min.)

Commentaires : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2014/02/22/374-quels-sont-les-defauts-du-gouvernement-representatif-paris-20-fevrier-2014

2 QUELS SONT LES GRANDS PRINCIPES DE LA DÉMOCRATIE ? (5 min.)

Commentaires : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2014/03/01/377-quels-sont-les-grands-principes-de-la-democratie

3 LA RÉPUBLIQUE FAVORISE-T-ELLE LA DÉMOCRATIE ? (5 min.)

Commentaires : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2014/03/08/380-la-republique-favorise-t-elle-la-democratie

4 LE PUBLIC AUX MAINS DES INTÉRÊTS PRIVÉS (4 min.)

Commentaires : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2014/03/16/382-le-public-aux-mains-des-interets-prives

5 INDIVIDUALISME ET DÉMOCRATIE : CE N’EST PAS UN PROBLÈME (7 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/03/22/individualisme-et-democratie-ce-nest-pas-un-probleme/

6 FAUT-IL UN « CHEF » DANS UNE DÉMOCRATIE ? (6 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/03/31/faut-il-un-chef-dans-une-democratie/

7 COMMENT ÊTRE EFFICACE POUR RÉTABLIR UNE VRAIE DÉMOCRATIE ? (5 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/04/05/comment-etre-efficace-pour-retablir-une-vraie-democratie/

8 ÉTIENNE CHOUARD EST-IL UN GOUROU DE LA DÉMOCRATIE ? (6 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/04/29/etienne-chouard-est-il-un-gourou-de-la-democratie/

9 QUI PEUT ÉCRIRE UNE CONSTITUTION ? (5 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/05/09/qui-peut-ecrire-une-constitution-5-min/

10 DÉMOCRATIE, RELIGIONS ET LAÏCITÉ (4 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/05/17/democratie-religions-et-laicite/

11 COMMENT SE FINANCE UNE DÉMOCRATIE ? (10 min.)

Commentaires : http://chouard.org/blog/2014/05/27/comment-se-finance-une-democratie/

12 CONSEILS DE LECTURES ANTI-ESCLAVAGISTES (12 min.)

http://chouard.org/blog/2014/06/10/conseils-de-lectures-anti-esclavagistes/
______

Lien Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153786614737317

Des problèmes d’élection ? L’impuissance n’est plus une fatalité !

Témoignage :

A 45 ans, je redécouvre la vie d’Homme

Posted by Jérôme qui t’aime


Musicien raté, gauchiste moribond, ingénieur soumis, ouiouiste obstiné, le ventre mou et la conscience gélifiée, Jérôme Choain n’est pas à proprement parler un homme susceptible de susciter l’intérêt de ses concitoyens. C’est un homme normal. Jusqu’à ce que sa vie bascule. Il en parle en toute franchise, n’élude aucun détail de son intimité flappie. Un témoignage rare:

« J’allais abandonner tout espoir. Je m’étais presque habitué à cette vie passive, j’avais la démocratie en berne, j’étais résigné: je ne serai plus jamais un Homme.

Et puis un jour un ami m’a conseillé un site. J’y suis allé sans grand espoir, les solutions miracles, on en a soupé.


Ce fut un choc! J’ai découvert des tas de gens qui avaient le même problème électile que moi, tous partageaient leur expérience avec beaucoup de générosité et de bienveillance. Pas de prêchi-prêcha: du débat, du partage, de la vergogne, et tout cela totalement gratuitement. En à peine 6 mois, j’avais retrouvé la niac, ma femme n’en revenait pas, j’avais retrouvé l’envie.

Pourtant ils n’ont pas manqué les oiseaux de mauvaise augure qui ont voulu salir mon désir de reprendre ma vie en main: “fais gaffe, c’est une secte”, “arrête de penser, il y a des professionnels pour ça”, “ne prend pas ça, ce sont des molécules populistes très dangereuses”, “Attention aux effets secondaires fascisants” et j’en passe…


Cela fait des mois que je suis ce traitement totalement naturel et croyez moi, je ne me suis jamais senti aussi bien. Aucun effet secondaire en dehors d’un trop plein d’échanges parfois difficile à juguler.

Je me suis enfin réveillé, et je ne suis pas prêt de me rendormir!

J’invite tous ceux qui souffrent à tenter l’expérience: je ne demande pas de me croire sur parole, je propose d’en parler, ensemble. »

Source : jcfrog.com/democracy4all

Fil Facebook : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153778178007317

Pourriture professionnelle chez les professionnels de la politique : un nouvel exemple écœurant

Voici ce que vient d’écrire Flore Vasseur sur son mur :

« Chers tous et toutes

Il y a une semaine je vous présentais mon travail (film de 52 min sur Arte) sur l’action de Larry Lessig pour dégager l’action politique de l’influence de l’argent.

Après plusieurs expérimentations pour placer ce sujet au cœur de la campagne présidentielle, il avait décidé de se présenter lui même aux élections. En un mois, il avait recueilli la mise de fond minimum auprès d’internautes et atteint le 1% nécessaire d’intention de vote pour faire partie des grands débats télévisés entre démocrates, grand’messe incontournable des élections. Le prochain débat démocrate a lieu le 14 novembre et Lessig, techniquement, devait en être.

LE PARTI DÉMOCRATE A MODIFIÉ LUNDI LES RÈGLES D’ACCESSION À CES DÉBATS.
Lessig a annoncé qu’il suspendait sa campagne.
Les idées puissantes se remarquent à la résistance qu’elles déclenchent.
C’est tragique et sous nos yeux.

Je doute que Lessig ne s’arrête là. C’est David contre Goliath version fin de la démocratie américaine. Je sais que ce sujet vous intéresse. Organisons nous pour que le sujet (de la corruption endémique) ne passe pas à la trappe.
Au cas, voici la version youtube du film »


___

Je pense à Flore​, qui se donne tant de mal depuis le début pour relayer auprès de nous ce combat courageux de Larry Lessig contre la corruption politique. Elle doit être bien triste, en voyant le valeureux citoyen bâillonné par les politiciens professionnels.

C’est rageant. Ça confirme (s’il en était besoin) combien CE N’EST PAS AUX HOMMES AU POUVOIR D’ÉCRIRE LES RÈGLES DU POUVOIR. C’est à se dire que les professionnels de la politique sont ontologiquement, dans leur être même, par nature et pour toujours, forcément, des ennemis du peuple. On se retient de penser cela, on se force à ne pas généraliser, mais cette pensée revient sans cesse, comme une évidence criante.

Je pense de plus en plus profondément qu’il n’y a pas de démocratie sans tirage au sort. L’élection est profondément anti-démocratique, car elle conduit MÉCANIQUEMENT, fatalement, à la professionnalisation de la politique, professionnalisation qui est précisément le fléau que la démocratie (la vraie) cherche à tout prix à éviter.

Je vous invite à découvrir (et relayer) le film passionnant que Flore a réalisé pour nous raconter cette aventure (un film qui a été rediffusé il y a quelques jours sur Arte).

Faites connaître tout ça autour de vous, si vous le jugez utile.

Le niveau monte.

Merci à tous, pour tout ce que vous faites (pour que le niveau continue à monter) 🙂

Étienne.

Fil Facebook correspondant à ce billet :
https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153773269532317?pnref=story