Scandale Alstom : qu’est-ce qui peut conduire un pays, progressivement, à se retrouver gouverné comme une colonie par des agents de l’étranger ?

Qu’est-ce qui peut conduire un pays, progressivement, à se retrouver gouverné comme une colonie par des agents de l’étranger ?

Cherchez la cause des causes.

Vente d’Alstom :
le dessous des cartes

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/01/05/31007-20150105ARTFIG00339-vente-d-alstom-les-dessous-des-cartes-par-jean-michel-quatrepoint.php

« Pour Jean-Michel Quatrepoint, la vente d’Alstom est un «scandale d’État». Le journaliste et économiste révèle que le gouvernement a délibérément confié à un groupe américain l’avenir de l’ensemble de notre filière nucléaire. »

[…] « Vendredi 19 décembre, dans un complet silence médiatique, les actionnaires d’Alstom ont approuvé à la quasi-unanimité le passage sous pavillon américain du pôle énergie du fleuron industriel. 70% des activités d’Alstom sont donc vendues au conglomérat General Electric (GE). Que cela signifie-t-il concrètement?

J-M Q : « Le protocole d’accord approuvé par Emmanuel Macron en novembre et voté par l’assemblée générale d’Alstom, le 19 décembre, est proprement hallucinant! tant il fait la part belle à Général Electric et ne correspond pas à ce qui avait été négocié et présenté au printemps dernier.

Au-delà des éléments de langage des communicants et de la défense de Patrick Kron, il s’agit, bel et bien de la vente – oserais-je dire, pour un plat de lentilles – d’un des derniers et des plus beaux fleurons de l’industrie française à General Electric.

Pour comprendre les enjeux, il faut rappeler quelques faits. Le marché mondial de la production d’électricité, des turbines, est dominé par quatre entreprises: Siemens, Mitsubishi, General Electric et Alstom. Le groupe français détient 20 % du parc mondial des turbines à vapeur. Il est numéro un pour les centrales à charbon et hydrauliques. Alstom Grid, spécialisé dans le transport de l’électricité, est également un des leaders mondiaux. Mais c’est dans le nucléaire qu’Alstom était devenu un acteur incontournable. Avec 178 turbines installées, il couvre 30 % du parc nucléaire mondial. Ses nouvelles turbines, Arabelle sont considérées comme les plus fiables du monde et assurent 60 ans de cycle de vie aux centrales nucléaires. Arabelle équipe les futurs EPR. Mais Alstom a également des contrats avec Rosatom en Russie et avec la Chine pour la livraison de quatre turbines de 1000 MW. Alstom, faut-il le rappeler, assure la maintenance de l’îlot nucléaire des 58 centrales françaises.

C’est désormais le groupe américain qui décidera à qui et comment vendre ces turbines. C’est lui aussi qui aura le dernier mot sur la maintenance de nos centrales sur le sol français… Nous avons donc délibérément confié à un groupe américain l’avenir de l’ensemble de notre filière nucléaire. »

[…]

« Les États-Unis sont nos alliés, mais il peut arriver dans l’histoire que des alliés soient en désaccord ou n’aient pas la même approche des problèmes, notamment dans la diplomatie et les relations entre États. Est-on sûrs qu’en cas de fortes tensions entre nos deux pays, comme ce fut le cas sous le Général de Gaulle, la maintenance de nos centrales nucléaires, la fourniture des pièces détachées seront assurées avec célérité par la filiale de GE ?

En outre, on a également oublié de dire qu’il donne à GE le monopole de la fourniture de turbines de l’ensemble de notre flotte de guerre. D’ores et déjà, le groupe américain fournit près de la moitié des turbines à vapeur de notre marine, à travers sa filiale Thermodyn du Creusot. Alstom produit le reste, notamment les turbines du Charles de Gaulle et de nos quatre sous-marins lanceurs d’engins. Demain, GE va donc avoir le monopole des livraisons pour la marine française. Que va dire la Commission de la concurrence? Monsieur Macron a-t-il étudié cet aspect du dossier ?

Enfin, il est un autre secteur qu’apparemment on a oublié. Il s’agit d’une petite filiale d’Alstom, Alstom Satellite Tracking Systems, spécialisée dans les systèmes de repérage par satellite. Ces systèmes, installés dans plus de 70 pays, équipent, bien évidemment, nos armées, et des entreprises du secteur de la défense et de l’espace. C’est un domaine éminemment stratégique, car il concerne tous les échanges de données par satellite. General Electric récupère cette pépite.

Quand on sait les liens qui existent entre la NSA, les grands groupes américains pour écouter, lire, accéder aux données des ennemis, mais aussi des concurrents, fussent-ils alliés, on voit l’erreur stratégique à long terme que le gouvernement vient de commettre.

Le ministère de la Défense a t il donné son avis? »

[…]

« Oui, il y a bien une corrélation entre l’étrange défaite de 1940, qui vit en quelques semaines l’effondrement de notre pays et celle, plus insidieuse et plus longue, qui voit le délitement de notre appareil industriel. »

Jean-Michel Quatrepoint

Source : Figaro Vox

—————–

Voir aussi :

RAPPORTS DU CF2R N°13
RACKET AMÉRICAIN ET DÉMISSION D’ÉTAT.
LE DESSOUS DES CARTES DU RACHAT D’ALSTOM PAR GENERAL ELECTRIC

http://www.cf2r.org/fr/rapports-du-cf2r/racket-americain-et-demission-etat-le-dessous-des-cartes-du-rachat-alstom-par-general-elec.php

http://www.cf2r.org/images/stories/RR/rr13.pdf

______________

Fil Facebook correspondant à ce sujet de préoccupation : https://www.facebook.com/etienne.chouard/posts/10153206702717317

[Edit (25 octobre 2015) :
[Empire en marche, bientôt chez toi (parce que tu roupilles)]

La vente d’Alstom, histoire d’une guerre économique

Un résumé intéressant — et révoltant — proposé par Stratpol, avec Eric Denécé et Jean-Michel Quatrepoint :

Ma question :
mais à quoi servent donc les prétendus « journalistes » français (presque tous vendus, littéralement, aux banques et aux marchands d’armes) ?
Marat, reviens !]

129 réponses à “Scandale Alstom : qu’est-ce qui peut conduire un pays, progressivement, à se retrouver gouverné comme une colonie par des agents de l’étranger ?

  1. Je ne connais pas bien le dossier, mais entre vendre Alstom aux Yankees et leurs payer des amendes, il doit pas nous rester grand chose…
    Dommage cette somme aurait pu grandement aider la décentralisation de l’énergie électrique en permettant aux clients d’être aussi fournisseurs…

  2. je vous parie que la prochaine société a être brader via une LBO ou au plus offrant sera AREVA car elle est aujourd’hui une cible parfaite car en faillite mais avec un potentiel de bénéf a court terme immense pour ce genre de rapace.
    Vite MACRON retourne chez ROTHSCHILD pour conclure l’affaire que tu fagocité comme ministre de l’économie et qui va te permettre de faire une com de ouf.

  3. Et puis G.E. ce ne sont pas n’importe quels étasuniens, c’est le top du top, armement, énergie, production musicale, prisons privées, transport, médical, entre autres… ils veulent te maquer du berceau à la tombe.

  4. Nos représentants sont prêts à tout pour défendre nos intérêts:

  5. Le président n’est-il pas le garant (pas trouvé de texte officiels !) de la souveraineté en matière d’industries stratégiques ?
    Pourtant en relisant la constitution :
    « Art 5 : Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.
    Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités. »
    Donc viol de la garantie de l’indépendance nationale (secteur de l’industrie stratégique) et non respect de la constitution !!
    Je demande l’application de l’article 68 !!

  6. L’hypothèse PN

    Pourquoi ils mentent, pourquoi ils trahissent, pourquoi ils sont inhumains.

    Ce n’est pas par hasard s’ils mentent.
    Ce n’est pas par hasard s’ils trahissent.
    Ce n’est pas par hasard s’ils édifient le contraire de l’intérêt général.

    Et il n’est pas étonnant qu’ils aient pondu l’expression « ressources humaines », qui va me servir de boot strap pour cette courte alerte.

    Qui ça « ils » au fait ?

    Ben euh, c’est tout simple, les pervers narcissiques, pardi.

    L’expression « ressources humaines » est en effet typiquement une expression susceptible d’être sécrétée par des pervers narcissiques.

    Pourquoi ?

    Ces gens qui nous ressemblent mais ne sont pas comme tout le monde sont caractérisés principalement par un déficit en empathie ( l’empathie étant la capacité à ressentir en soi ce qui est hors soi et chez l’autre, joie, tristesse, souffrance, plaisir, angoisse, espoir, toute émotion. C’est la capacité de co-vibrance qui est à la base de l’harmonie naturelle et de la cohérence naturelle, bien avant et à l’écart de l’organisation convenue et de la co-décision)

    Le déficit en empathie pourrait être d’origine physique ( panne du troisième cerveau et des cellules miroir ) ou consécutif à un trauma inhibant.

    Ceux qui en sont atteints sont dénués de sentiment et ne considèrent l’autre que comme une chose, un objet, une opportunité à utiliser, bref, une ressource.

    Au delà, il faut comprendre que dès l’enfance ils vont apprendre à dissimuler cette lacune, c’est quasi une question de survie car ils savent bien qu’être repérés serait pour eux dangereux.
    Ils sont donc très habiles à simuler l’émotion, voire la passion, l’enthousiasme, l’indignation.
    Ils « donnent le change » et sont comme poisson dans l’eau au milieu des empathiques, utilisant l’émotion comme un levier et non pas comme un espace de dignité à soigner.

    Sans humanité et munis du masque de l’humanité, ils sont particulièrement adaptés à la course au pouvoir. Où que ce soit, en famille comme au sommet de l’Etat.

    On les retrouve mécaniquement majoritaires aux postes clefs, en politique, dans la finance, dans l’industrie, dans tout ce qui est médiatique.
    Jusque dans les associations à but humanitaire.
    (Certains étonnements sans réponse trouvent ici la cause manquante)

    Logique qu’ils grimpent, car qu’attend le système d’un hiérarque sinon l’inhumanité déguisée en humanité. La capacité à souffler le chaud et le froid, amadouer par l’espoir mais trancher dans le vif et sans état d’âme quand la bête est mure.

    Ici s’explique cette étrange fréquence, qui nous estomaque et nous indigne, du mensonge politique récurrent et continu par ceux qui annoncent le paradis et construisent l’enfer.

    Il faut par exemple absolument observer les campagnes de Carlos Menem en Argentine et ses réalisations dès son élection. Mais ce n’est qu’un exemple, et nous avons ici en France un exemple clair, épaulé par une escouade de sosies.
    Je me souviens d’un député hurlant à l’assemblée à s’en péter les cordes vocales contre l’insanité gouvernementale et qui dix ans plus tard à son tour drésident peut faire pire en conservant le visage lisse.

    Ce problème est insoluble tant que nous conservons le régime de l’élection, qui déroule le tapis rouge au PN, et s’éteint de lui même quand on choisit le tirage au sort et la participation de tous. Car dans la population globale il n’y a pas plus de 3% de PN alors que dans les hiérarchies ça peut grimper à 10 ou 20 %. Dit on, je ne suis pas équipée pour vérifier ces chiffres.

  7. Mais qui sont les pervers narcissiques ?
    Voici peut-être un début de réponse dans le livre d’Alice Miller « C’est pour ton bien : Racines de la violence dans l’éducation des enfants » .

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_Miller
    (…)
    En rupture totale avec la psychanalyse dominante, qui qualifie trop souvent les expériences de l’enfance de fantasmatiques, elle quitte la Société suisse de psychanalyse et l’Association psychanalytique internationale en 1988.

    Le film La Chute ayant ravivé la discussion sur l’humanité d’Hitler, elle déclarait en janvier 2005 :

    « Malheureusement, on nie partout le fait que tous les monstres sont nés enfants innocents et deviennent bestiaux à cause de leur éducation brutale. Les terroristes qui décapitent leurs victimes, en Irak ou ailleurs, ne sont-ils pas des êtres humains, ne sont-ils pas, comme Hitler, devenus des êtres cruels et sans scrupules à la suite de leur enfance ? » (…)

    Leur succès vient aussi sans doute du fait que beaucoup de gens sont fascinés par les pervers narcissiques.

    • Merci

      La question de la genèse du mal reste je pense sans réponse. Peut être plusieurs causes, organiques ou blessures.

      je me garde de mentionner les pistes ésotériques.

    • Je n’ai pas lu ce livre, bien que convaincu que l’enfance fait l’adulte, je pense que l’exemple d’Hitler n’est pas le meilleur exemple pour étayer le processus de l’adulte violent.

      Je m’explique ; Hitler ordonne la violence, mais n’est pas l’exécutant, c’est le soldat qui fait acte de violence physique. Hitler certes est très violent dans ses propos et ses attitudes, mais c’est une violence psychologique, pas physique (était-il violent physiquement avec ses proches ?) Il est très probable qu’il ait tué, de ses « propres » mains, plus de personnes en tant que soldat en 14-18.

      Même si l’enfance fait l’adulte, je ne pense pas qu’un enfant victime ou témoin de violence fasse un adulte violent. Je pense que la réflexion à avoir est plutôt de se demander qu’est-ce qui dans l’enfance engendre le courage ou la lâcheté, le courage d’être violent avec la violence pour la terrasser, ou la lâcheté de la laisser s’imprégner et se propager.

      Comme il y a plus d’hommes violents que de femmes, cela veut-il dire que les garçons sont plus victimes de violence que les filles pendant leur enfance ? Je ne pense pas, pour moi c’est plus une question d’égo surdimensionné, celui qui a un égo surdimensionné s’imposera par sa force s’il est le plus fort ou par la force des autres s’il est plus faible.

      Donc, je n’affirme rien, car je ne connais pas grand-chose sur l’enfance d’Hitler, mais plutôt que de penser que sa violence de dictateur est le résultat d’un père violent, demandons-nous qu’est-ce qui a engendré un égo surdimensionné. Sa mère n’était-elle pas l’extrême opposé de son père ? Et la fusion des deux extrêmes aurait engendré un déséquilibre mental.

      • Dans une famille de six ou dix enfants, il peut y avoir « de tout ». La question des premières années de vie ne suffit probablement pas à expliquer.

        C’est vrai que les tranchées, ça a dû être très destructeurs non seulement des corps mais encore des âmes. Nombre de « poilus » sont rentrés alcooliques et violents bien que partis aimables ( témoignage plus que douloureux dans ma famille). Mais pas tous. Il y aurait donc un facteur perso.

        Certains chercheurs, mais soyons méfiants vis a vis des déterministes, estiment que le génétique intervient, ou des maladies « de naissance », comme le sont d’autres, plus physiques.

        Quoiqu’il en soit, la question est comment se protéger collectivement de ce phénomène de ludion inversé qui propulse au sommet l’inhumain.

        Les institutions pardi !

        et en particulier toute la pensée qui anime ce site et les amis d’Etienne.

        J’ai un peu pollinisé aussi par là :

        https://www.facebook.com/ana.sailland/posts/1606926309525660?comment_id=1608243449393946&offset=0&total_comments=8

        • Je suis d’une fratrie de 6 enfants, enfant ne maitrisant pas la compréhension et les mots, je m’exprimais par la violence physique pour faire savoir mes désaccords avec les méthodes parentales, qu’elles soient laxistes ou violentes (psychologiquement). Courage ou bêtise, cette approche m’a différencié des autres, je n’étais pas plus ou moins aimé par mes parents, mais ça a fait de moi un adulte différent de mes frères et soeurs.

          De mes frères et soeurs, je ne percevais pas leur lâcheté, je pensais qu’il était en accord avec les parents et contre moi. Maintenant, adulte, je suis plus tolérant que mes frères et soeurs avec le passé. La vengeance n’est pas un plat qui se mange froid, c’est une rancune qui nous bouffe.

          La violence, si elle n’est pas défensive, elle sera offensive.

        • encore je ne crois pas qu’il y ait « d’explications » psychologiques ou hormonelles.
          La théorie d’évolution de Darwin (il y a 100 ans!) a été réduite par ses élèves à un simple constat: le plus fort gagne, c’est comme cela dans la nature! -- alors que c’est absolument faux.
          1. Dans « la nature » il y a de tout.
          2. Darwin n’a jamais dit que l’homme était un animal.

          DONC: l’explication psycchologique essaye d’éclairer, mais comme a dit Ana aussi, il y a de tout, dans des circonstances pareilles.

          Ce qui m’énerve dans ces débats c’est de nier complètement toutes les capacités humaines: amour, empathie, courage, pitié, intelligence, charité, tendresse, humour, imagination, esprit. Of course cela n’est pas mésurable, mais part humaine, célébrés même dans pratiquement toutes les cultures humaines.

          C’est absolument ridicule de rester dans le piège de « chaque être humain peut devenir un monstre » etc. Non, je refuse.
          Il y a un cap à briser pour tuer, mentir volontairement, faire échouer qn. , voler etc.
          Celui qui le brise (adulte) doit en porter les conséquences. S’il ne le fait pas, les victimes ne sont pas reconnus de tels mais des produits hasardeux de soi-disant comportements humains. C’est faux.

          Mais l’éducation laique profite de l’absence de la peur pour nous faire croire qu’ « un être humain est capable de tout ». Non, IL ne l’est pas. Eux oui, mais pas « IL ». Il faut pas se laisser tirer dans leur merde.

          • Qui nie l’existence des sentiments humains positifs? Je n’ai vu personne dire cela. Ce serait aussi ridicule que de nier l’existence des sentiments négatifs…Les refuser c’est ton droit mais je pense que ça manque d’objectivité. D’ailleurs je me méfie de ce type de refus: comment être à même de se rendre compte que l’on fait du mal si l’on refuse l’idée d’en être capable? Avec ce type de schémas mental, assez commun, on peut facilement en arriver a travestir ses propres actes négatifs afin de les percevoir positivement.

            D’ailleurs je pense que c’est plus ou moins comme ça que fonctionnent les grands criminels. Je ne pense pas qu’ils soient dénués de sentiments ou d’empathie (ça existe peut être mais je pense que si c’est le cas c’est extrêmement marginal). Je pense qu’ils se persuadent, par des procédés divers, d’être bons et légitimes.

            autre remarque: qu’est ce que la laïcité vient faire la dedans? Tu voulais parler de l’athéisme? Parce que la laïcité, malgré les redéfinitions hasardeuses que l’ont voit s’appliquer ces derniers temps, ça reste la garantie de la liberté de culte…Tu n’est pas pour les guerres de religion? Je ne pense pas.

            Après l’athéisme qui provoquerait une absence de peur qui favoriserait les comportements immoraux? C’est pareil, je n’y crois pas tellement. Je ne dis pas à ça pour défendre les athées que je ne comprends pas plus que les croyants, je resterait profondément agnostique jusqu’à ce que je constate des preuves solides de l’existence ou non d’une divinité.

            J’ai vu des croyants avoir des comportements immoraux, j’ai même vu des gens qui utilisaient la religion pour les justifier et je ne parle pas seulement des tarés barbus sponsorisés avec nos impôts. Les gens qui pensent qu’une petite prière ou une petite pénitence va les laver de leurs mauvaises actions sont extremement communs.

          • Katharina

            ma réponse était à j.-Stephane.

          • Ce qui invaliderait mes remarques? Je crains que ça ne soit un peut court. Je pense que tu devrais les prendre en compte et traiter mes éventuelles objections si tu as des arguments. Refuser le débat pour une question d’ego n’est pas une réaction motivée par un sentiment positif par exemple, ça n’a rien d’un crime évidement, mais je cherche a pointer ces mécanismes que nous avons tous en nous.

    • Merci pour Alice .. une de mes lectures favorites fût un temps

  8. Bonjour,

    A prendre aussi en compte le fait que l’argent, à haute dose, rend con, inhumain, égoïste, mégalo… insensible aux autres finalement, et dangereux, puisque détenir plein de fric sur un compte permet de démultiplier le nombre d’actions à grande échelle que l’on peut entreprendre pour… soi-même, ses petites affaires ou son bon plaisir, et ce, en toute liberté, sans avoir de compte à rendre à personne, ni même à ceux qui subissent les conséquences directes (et souvent durables et désastreuses) de nos actions. Ce qui ne manque pas de favoriser l’irresponsabilité, la déconnexion avec le monde réel qui nous entoure, et divers autres pathologiques cliniques.

    • oui, un collègue médecin m’a expliqué que les riches ont tous les symptomes du toxicomane: il ne vit que pour cela, il abandonne les contacts emotifs, il lui faut augmenter les doses -- d’abord lentement, puis de plus en plus souvent, pour passer aux drogues dûres qui ne suffiront plus etc.

  9. Bof, j adhere pas tellement a cette hypothese PN…Tout le monde est plus ou moins PN et celui qui pretend ne pas l’etre l’est probablement a un stade plus avancé que les autres.

    De toutes facons ce qui cloche ce n est pas les personnes au sommet de la pyramide, le probleme c est la pyramide.

    • Oui, sauf que cette pyramide n’est pas tombée du ciel, que ce sont bien des hommes qui ont décidé de la mettre en place à un moment donné, et que ce sont encore des hommes qui décident de la maintenir au fil des années.

      Or, à qui ça profite, d’évoluer dans une structure pyramidale ? Sinon à ceux qui aiment se placer au-dessus des autres, et, en bénéfice secondaire, à ceux qui ne s’estiment pas assez pour accepter de se trouver en-dessous ?

      Si encore ceux qui souhaitent tant gouverner les autres savaient au moins d’abord se gouverner eux-mêmes… Mais soyons honnêtes, c’est très rarement le cas, et ça l’est encore moins aujourd’hui.

      Alors que ce soit en haut de cette pyramide ou en bas, il y a un problème psy : l’aspirant au pouvoir déborde de l’égo qui manque cruellement au soumis.

      Mais il n’y a pas que ça. Il y a la question des scrupules et des remords aussi.

      Le premier en éprouve nettement moins que le second, c’est ce qui lui permet de monter et d’écraser les autres, de faire des guerres, d’organiser le pillage à grande échelle ou la famine, de blanchir de l’argent, de cumuler les biens à outrance quand les autres en manquent, de lancer des opérations d’empoisonnement sur des populations entières etc etc. Et c’est aussi très souvent ce qui maintient le second en bas de l’échelle. C’est encore ce qui justifie l’emploi de programmes désensibilisant les soldats pour pouvoir ensuite les envoyer tuer. Il y a une conscience à virer pour perpétuer le crime.

      Et puis on ne me fera pas croire qu’il ne faut pas être un poil timbré pour envoyer une armée de CRS sur des manifestants juste munis de pancartes, de revendications et de frustration dans la rue, pour déclencher des guerres à des pays qui n’ont bien souvent rien demandé, pour appauvrir toute une population en spéculant, ou déclarer ou écrire de la merde méprisante à l’égard d’une majorité d’individus, comme un John Locke écrivait à l’époque son Que faire des pauvres…

      Moi j’explique ça par un degré de conscience amoindri (temporaire, c’est en tout cas ce que j’espère), mais on peut aussi appeler ça PN, puisque le résultat et les caractéristiques sont les mêmes. Et nier la différence qu’il y a entre le type qui a une conscience et des scrupules et l’autre qui se laisse aller à ses désirs de toute puissance ou de possessions ça revient à jeter dans l’ombre les efforts du premier et à mettre au rang de normalité le comportement déviant du second, bref, à brouiller les repères, et à mettre le flou sur ce vers quoi on devrait tendre.

      Et puis cela me fait penser qu’il y a la gentillesse aussi, dans cette histoire, et la bienveillance, avec en face méchanceté et la malveillance. Les enfants parviennent très bien à les distinguer. On savait encore nous aussi les distinguer il y a quelques décennies (écouter Guillemin), mais la grande loi de la relativisation générale, qui consiste à dire que tout est bien et mal en même temps, et que de ce fait tout se vaut (pratique, pour ceux qui veulent monter), nous a fait perdre certains réflexes mentaux, pour le meilleur, vu le monde rempli de joies dans lequel nous évoluons aujourd’hui…

      • si je pense à Pol Pot, qui, interviewé en éxil, était convaincu- avec les flammes du fanatique dans les yeux -- que sa besogne a été justifiée par le devoir de rapporter une nouvelle « culture » aux peuples … si je pense à d’autres criminels de la sorte, je suis sûre que le dommage collatéral de la pyramide est le maintien du pouvoir en maintenant le mesonge et la dupe pour ne pas être liquidé par les autres en haut de la fameuse pyramide enchérie par ces criminels.

        Si tu l’avoues , ton crime, les autres criminels de ta clique te tuéront. Voir Valls « El Blancos »: dès que quelqu’un attaque les autres criminels de sa clique, il devient despote peureux ( avec la flamme du fanatique dans les yeux) et reabuse de son pouvoir en massacrant tout critique. Ce qui prouve que ce sont les plus cons qui arrivent en haut, jamais les plus capables -- la ruse du plus capable dont ils abusent sans arrêt en initiant des concours, des examnes, des notes, des classes etc.
        Pour la création des sociétés participatives il faut des citoyens adultes, encouragés à créer et vivant avec toutes les générations ensemble.

        • « ce sont les plus cons qui arrivent en haut »

          Excellent résumé d’Alain ( propos sur les pouvoirs)
          Le lire quand même hihi.

      • Merci Oli.
        En effet, l’existence de la pyramide est instituée par ceux qui aiment l’occuper.

        Pour comprendre la différence entre conscience amoindrie et conscience morte, il suffira de regarder les vidéos où Klaus Barbie s’exprime.

        A Lyon, il était « parfait » . Un humain n’aurait jamais pu assumer son poste.

        Alors il peut paraître osé d’étendre ça à d’autres « suspects ». Mais justement, c’est ça le truc : leur habileté à se dissimuler.

        Il se peut que l’expression « pervers narcissique » rebute, qui vient des milieux psys dont à juste titre on se méfie. Peut être qu’avec « cynique sans état d’âme » ça passerait mieux.
        Mais nlescan, je ne vais pas ratiociner pour défendre une hypothèse, c’est juste un éclairage, en complément du concept de complot, et en complément du concept d’égrégore qui lui aussi passe mal.

        Il s’agit surtout d’étudier les mécanismes de la soumission du grand nombre au petit nombre sans nous référer aux concepts de bien et de mal, de riche et de pauvre, etc., voir les forces en jeu comme le fait un physicien qui étudie la balistique. On peut se planter, mais c’est à faire.

        Nous nous entendons souvent reprocher une philosophie simpliste du « tous pourris ». Il peut être intéressant dans ce climat de réfléchir au processus de concentration de l’insane là où précisément il ne devrait surtout pas être. Et surtout de réfléchir aux remèdes, dont le TAS.

        • Bonjour Ana,

          je suis sûre que la conscience, cette instance supérieure de l’être humain est toujours là, même chez des bourreaux,. Mais ils en ont peur.
          Pour éviter de les avouer leurs crimes et pour se cacher devant cette instance en eux-même, ils se justifient, ils mettent des théories, ils accusent, ils tournent autour du pot, ils deviennent agggressifs, despotiques (au nom de la paix!), ils attaquent le messager de la mauvaise nouvelle, le mettent au prison, etc etc.
          Tu peux tout voir déjà avec la clique de Valls. Cela dit qu’ils sont cuits. Mais avant ca, ils vont accuser tout le monde d’être des responsables pour « troubles publics », « incitation à la haine » etc etc.. Voir « Macbeth ». On n’échappe pas à la conscience.

          La conscience reste. On sait que ce sont souvent les générations`qui suivent qui l’ont, cette (mauvaise) conscience, à leur place.
          Mais ce sont eux qui en devraient porter les conséquences à leur viavnt. Et ils le savent- sinplement il ne faut pas compter sur leur intégrité qui n’a jamais existé avant, ni maintenant.

          On sait aussi que par le fait de l’avouer, la culpabilité va exclure le criminel de la société, et qu’il aura perdu son droit d’appartenance. Et curieusement, même si ces horreurs n’ont jamais eu que leur propre bien dans les yeux, ils en ont peur, ils ont peur de perdre leur appartenance. Commencent à chercher le malfaiteur pour prouver aux autres que ce ne sont pas eux.
          Mais la balance ne se produit seulement à ce moment-là: quand le coupable prend la responsabilité pour ses crimes sur ses épaules et l’assume. A ce moment-là les victimes sont respectés.

          • Ana Sailland

            Je ne vois pas pourquoi n’existerait pas une maladie des cellules miroirs.

            Ce qui ne réduit en rien mon optimisme 🙂

          • Katharina

            parce que la maladie serait une excuse, alors qu’il n#y a pas d’excuses.

          • Ana Sailland

            une façon intéressante de définir la réalité 🙂

          • Katharina

            commentaire lié à celui plus haut. « LA réalité »?

          • Ana Sailland

            La réalité clinique

          • Katharina

            Si je t’ai bien compris, « le » criminel lourd a une maladie (vu cliniquement), et donc n’est pas coupable.
            Je ne vois pas de quelle clinique diagnostiquant cela tu parles.

            J’avais noté que le crime n’est pas excusable et que c’est le criminel qui en porte la responsabilité et non pas un consensus sociétale qui prétend que tout le monde puisse être un criminel, donc excuse le crime.
            J’en suis sûre que même s’il y en a qui le disent, la vie te contredit à tous les coups.

        • Le crime par procuration est déculpabilisant.

          • Katharina

            J.- Stephane, c’est à moi que vous répondiez?

          • Il est vrai que mon commentaire ne s’est pas glissé là où je pensais qu’il irait, mais je ne répondais pas à un commentaire en particulier, mais à la trame qui tente de comprendre le cheminement qui amène une personne à commanditer un crime.

        • « Si je t’ai bien compris, » >>> non, tu me fais dire plus ou autre chose que ce que j’ai dit.

          Ce qui m’intéresse dans tout ça, c’est le mécanisme de concentration de l’insane là où il ne devrait surtout pas être, mécanisme directement lié à celui de l’élection.

          Je n’ai jamais parlé d’irresponsabilité.

          Barbie n’a pas été jugé irresponsable.

          « Google is your friend » 😉

          • Ana Sailland

            C’était @Katharina

            @Nesclan, je n’ai pas non plus parlé de folie. Il y a d’ailleurs un débat entre pros sur cette question, qui tranche plutôt sur non-folie.

            Le déficit en empathie est une donnée clinique. Il n’est pas la folie puisque les gens atteints sont opérationnels, capables de logique et de maîtrise, et même capables de se plier aux règles. Mais le problème c’est quand les règles nous heurtent nous et pas eux, là où nous nous insurgeons, eux pas.
            Par ailleurs, ils ont une propension naturelle à se trouver là où s’écrivent les règles : pour être là, n’avoir pas de scrupule est un avantage technique. Puis une fois là, ils participeront à l’écriture de règles « techniques », et sans référence à ce que nous nommons nous humanisme.

          • Ana Sailland

            le lien fourni par nanou développe bien le truc

      • Perso je ne pense pas qu il faille etre fou pour faire des horreurs, pas plus que je ne pense que l etre humain d il y a quelques decenies etait plus apte a differencier le bien du mal.

        Non, j ai vu des gens au bas de l echelle social faire des trucs vraiment mauvais, avec violence, pour des raisons d ego insignifiantes, ils n etaient pas fous, ils n ont rien gagne mais si tu les ecoutes ils te tordent le truc de facon a etre le heros, on est tous plus ou moins comme ca… Je n ai jamais vu de femme avoir ce type de comportement en direct, par contre j en ai vu manipuler leur homme pour un resultat sensiblement similaire…Et je n ai pas franchement l impression que ce soit neuf ce genre de trucs. La violence c est la testosteronne, la motivation c est les sentiments humains vils:ego, jalousie, envie, revanche, etc. Pas besoin d etre fou. Pour la justification a posteriori tu as les sempiternelles ideologies de type communautaristes… ca commence par ma gueule ca va a la famille, aux proches, a la religion, a la nation, a la couleur de l epiderme…tout peut constituer une communaute quand c est pratique et qu il s agit de se persuader que l on est bon et legitime. Pas besoin d etre fou.

        Les gens font des trucs degueulasse a tous les etages de la pyramide, ne sont pas fous, et se racontent des histoires pour avoir bonne concience, c est vieux comme le monde et c est pour ca que l on a besoin du droit.

        Pour la pyramide elle meme il ne faut pas oublier que c est une structure naturelle, on la retrouve chez d innombrable animeaux. La pyramide n a pas ete cree a deissin par des psychopathes, au depart c est l ordre naturel des choses qui a fait que les plus forts et les plus ruses ont pris le pouvoir, pas forcement des fous.

        Le probleme c est que c est une organisation primitive et non respectueuse des etres evolues que nous sommes et qui nous pousse justement a nous comporter comme des animeaux dans une meute.

        • le déficit en empathie est il de l’ordre de la folie ? Les spécialistes se posent la question et souvent répondent non. GoTo Google 😉

          • Katharina

            non, ceux qui commettent des crimes sont des criminels et devront porter les conséquences.
            voici pour encourager l’esprit critique et résistant:

            « En 2008, le professeur Cass Sunstein, conseiller du président Barack Obama et époux de l’ambassadrice US aux Nations unies, avait rédigé une note similaire [15].

            Il écrivait :

            « Nous pouvons facilement imaginer une série de réponses possibles.
            -- 1. Le gouvernement peut interdire les théories de la conspiration.
            -- 2. Le gouvernement pourrait imposer une sorte de taxe, financière ou autre, sur ceux qui diffusent de telles théories.
            -- 3. Le gouvernement pourrait s’engager dans un contre discours pour discréditer les théories du complot.
            -- 4. Le gouvernement pourrait engager des parties privées crédibles à s’engager dans un contre-discours.
            -- 5. Le gouvernement pourrait s’engager dans la communication informelle avec les parties tierces et les encourager ».

            En définitive, le gouvernement des États-Unis avait décidé de financer des individus, à la fois chez lui et à l’étranger, pour perturber les forums des sites internet « conspirationnistes » et pour créer des groupes leur apportant la contradiction.

            Ceci n’ayant pas suffi, la France est appelée à prendre des mesures autoritaires. Comme par le passé, les élites françaises, dont le Parti socialiste forme l’aile prétendument de gauche, se sont placées aux ordres de la principale puissance militaire de l’époque, en l’occurrence les États-Unis.

            Pour la mise en œuvre de ce projet, il reste à définir quelle instance, nécessairement administrative, sera chargée de la censure et quels en seront les critères. Ne soyons pas naïfs, nous nous approchons d’une inévitable épreuve de force.

            Voltaire, édition internationale »

            Moi je ne vois pas de maladie, mais de cruauté.

          • Ok, cependant je ne suis pas persuadé, ça reste une théorie, que les criminels manquent a ce point d’empathie.

            Je ne dis pas que ce n’est pas possible, le déficit d’empathie,mais je pense que c’est très marginal et si ce n’est pas de la folie alors c’est à peu près aussi peu fréquent. Les fous, les vrais, je ne parle pas des dépressifs, je parle des personnes souffrant de pathologies mentales lourdes, existent, mais ils sont, je pense, tout à fait minoritaires.

            Prenons par exemple l’archétype du criminel de guerre: le nazi. Les nazis semblaient tout à fait capables d’empathie lorsqu’il s’agissait de leurs jeunes têtes blondes, par contre leur idéologie a déshumanisé une partie de l’humanité dont les juifs ce qui leur a permis de les massacrer froidement. Je ne pense pas qu’ils jouaient la comédie lorsqu’ils aimaient leurs enfants, je pense par contre qu’ils se racontaient des histoires pour justifier leurs crimes.

            La ou tu supputes (il est dégueulasse ce mot) un déficit d’empathie je soupçonne en ce qui me concerne une idéologie mensongère et déculpabilisante (la il y a je te l’accorde perversion, mais c’est l’idéologie qui est perverse, pas forcément l’individu). Ce qui me fait penser cela c’est lorsque je constate que des sociétés entières au cours de l’histoires on eu des pratiques ignobles (esclavages, sacrifices humains, génocides et j’en passe) tout en étant capables d’une grande sensibilité à d’autres égards.

          • Mon com ci dessus répondait à ana

        • Bien sûr qu’on fait tous des conneries, en quoi cela exclut-il la présence de fous dans les hautes sphères ? Or, le pouvoir et l’argent rendent fous, et pour se trouver au sommet de la pyramide, il faut à un moment donné avoir désiré l’un des deux, ou les deux, en grande quantité. D’autant plus que plus on monte et plus on fréquente des types du même acabit, qui ont tendance à nous conforter, hélas, dans nos croyances et nos comportements.

          Et ce ne sont pas pour moi les plus forts ou les plus rusés qui accèdent au pouvoir mais les plus cons et les plus brutaux. Il est facile en réalité de « prendre le pouvoir » dans une situation, il suffit de parler haut et fort tout en montrant qu’on est sûr et certain de ce que l’on dit. Ça s’apprend, cette manière-là de parler, il y a même des écoles pour ça, et l’argent fait le reste dans les milieux politiques, mais qui ira justement apprendre à parler de cette manière, et dans quel but ?

          Enfin, si c’est pour se calquer sur les lois de la nature, il n’y a pas que l’exemple de la hiérarchie dont on puisse s’inspirer, il y a aussi celui de l’abondance et de la gratuité, qui s’observe très facilement dans les fruits, fruits qui contiennent de multiples graines pouvant à leur tour donner (enfin, ça c’est quand un fou ne décide pas du contraire) d’autres fruits.

          • En lien avec le dernier message de Katharina :

            Cela fait effectivement plusieurs années que j’observe un peu partout sur internet des personnes qui interviennent pour discréditer tout ce qui sort de la pensée officielle. En général, elles se reconnaissent au fait qu’elles utilisent toujours les mêmes tactiques, des tactiques d’apprentis politiciens souhaitant gagner à tout prix un débat, en écrasant dans l’œuf tout échange possible.

            Je suis aussi tombé là-dessus tout à l’heure :
            https://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/SignalerEtapeAccepter!load.action

            Je me suis toujours demandé s’ils commençaient à avoir peur de perdre leur place, il faut croire que oui…
            Qu’ils prennent internet, les gens se reparleront dehors.

          • Je n’exclus pas la présence de fous au sommet de la pyramide et je suis d’accord avec l’idée que le pouvoir rend fou, très souvent, ou en tout cas fait perdre le sens des réalités ce qui revient plus ou moins au même.

            Ce que je dis c’est que ce n’est pas forcément parce qu’ils sont fous, cons ou brutaux qu’ils sont au pouvoir. D’ailleurs le capitalisme a rendu le pouvoir héréditaire dans le plus pur style féodal.

            La plupart des « maîtres du monde » sont les enfants des précédents, ils n’ont pas vraiment eu a se hisser jusque là.

            Lorsque je parle des plus forts et rusés qui sont arrivés au pouvoir je me place dans une vision historique, je parle des origines de l’humanité.

            Lorsque je me base sur l’observation de la nature pour considérer que la pyramide est une structure sociale courante chez les animaux, je me base sur l’observation de ceux qui nous sont les plus proches a savoir les grands primates.

  10.  » La mairie de Lodève fait de son côté valoir l’article 16 du règlement du marché qui stipule que l’on peut se voir interdire de marché pour un comportement troublant la sécurité, la tranquillité ou la salubrité publique. « Celui-ci ne permet pas de faire du prosélytisme, précise la maire socialiste Marie-Christine Bousquet au journal Midi Libre.

    Si chacun affiche ses opinions politiques, on en arriverait bientôt à la bagarre ».  »

    Pour paraphraser la maire, la dictature (où l’on se tait) c’est la paix.

    http://www.bastamag.net/Menace-de-sanction-pour-avoir-affiche-sa-solidarite-avec-les-paysans

    • Hallucinant… Mais je ne suis meme plus surpris.

    • « L’ambassade d’Israël serait apparemment intervenue » … pour un tee-shirt sur le marché de Lodève (1) !? Cela devient de plus en plus déconnant, ma parole !

      (1) Située dans l’arrière-pays héraultais à 45 km de Montpellier, Lodève compte 7552 habitants. Ceux-ci s’appellent les Lodévois.

    • Oui, je crois.

      • moi aussi hihi

        • Je vous rejoins 🙂
          J’ai lu le livre qui est mentionné dans l’article, et il est réellement surprenant, un bon ouvrage, qui m’a étonné par sa précision médicale, précision qui dépasse de loin tous les articles que l’on peut lire sur le sujet aujourd’hui, ainsi que pas mal d’ouvrages psy sur des sujets similaires.

    • TRES bon article. Merci! Résume tout ce que l’on ressent.

      • en voilà un:

        dernière émission de Benoît Duquesne

        • Bonjour,

          Il y a aussi ce livre dans le même genre, dont j’avais déjà parlé :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Mars_%28essai_autobiographique%29

          Fritz Angst, l’auteur, est né dans une grande famille bourgeoise suisse. Il est tombé malade d’un cancer vers 30 ans et a écrit un livre sur l’éducation qu’il a reçue, une éducation de déviant, où il n’avait jamais le droit de vivre, de parler, de s’exprimer, où il fallait absolument coller au modèle et être toujours consensuel, poli, propre sur soi et sans avis personnel, une éducation enseignant finalement le paraître plutôt que l’être, et sans amour réellement exprimé.

          Pour avoir déjà parlé à des personnes qui ont reçu cette même éducation, dont une qui m’a d’ailleurs tenue exactement les mêmes propos que lui, sans l’avoir lu, et qui s’est retrouvée à devoir traverser des périodes psychologiquement très lourdes pour s’en sortir, je confirme, cette éducation est malsaine et forme des personnes au comportement malsain par la suite.

          L’émission du livre sur France Inter :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Mars_%28essai_autobiographique%29

          • Katharina

            Bonjour,
            exactement ce livre de Fritz Zorn -- je viens de l’emprunter et vais voir si je trouve le courage de le lire.
            Puis il y a Edward St.Aubyn qui a écrit une trilogie des horreurs comme fils d’ upperclass riche anglaise.
            Le printemps aidera à éveiller les esprits sains.

    • Nous sommes gouvernés par des individus qui ont beaucoup à perdre, contrairement à nous.

    • Exact.
      Livre à lire par tous, absolument.

      • « Ponérologie Politique », de Lobaczewski, le livre, bien sûr.


        • http://www.amazon.fr/La-pon%C3%A9rologie-politique-appliqu%C3%A9-politiques/dp/2916721126

          « Le premier manuscrit de cet ouvrage a été jeté au feu cinq minutes avant l arrivée de la police secrète en Pologne communiste. Le deuxième, rassemblé péniblement par des scientifiques travaillant dans des conditions, quasiment invivables, de répression, a été envoyé par l intermédiaire d un messager au Vatican. Aucun accusé de réception n a été transmis, aucun signe de vie n a été reçu du messager -- la manuscrit et toutes ses précieuses données était perdu. Le troisième manuscrit a été produit dans les années 1980, après la fuite en Amérique de l un des scientifiques qui avait collaboré au projet. Zbigniew Brzezinski l a supprimé. « La ponérologie politique une étude scientifique de la genèse du Mal, appliqué à des fins politique » a été façonnée dans le creuset même du sujet étudié. Des hommes de science vivant sous un régime répressif ont décidé de l étudier cliniquement, d étudier les fondateurs et les partisans d un régime du Mal pour pouvoir déterminer quel est le commun dénominateur dans la naissance et la propagation de l inhumanité de l homme envers l homme. Choquant dans la sobriété clinique de ses descriptions de la vraie nature du mal, poignant dans les passages plus littéraires où l auteur révèle les souffrances vécues par les chercheurs qui ont été contaminés ou anéantis par la maladie qu ils étudiaient, cet ouvrage devrait être lu par tout citoyen de tout pays qui se revendique d une base morale ou humaniste. Car il est certain que la moralité et l humanisme ne peuvent longtemps supporter les déprédations du Mal. La connaissance de sa nature, de la façon dont il crée ses réseaux et s étend, de la perfidie de son approche pernicieuse, en est l unique antidote. Introduction de Laura Knight-Jadczyk »

          • Katharina

            nécessaire pour digérer, voici Borat at British upperclass’ amusement
            https://www.youtube.com/watch?v=XfCqmCVbJYc

          • J’ai relu quelques passages de ce livre hier, et je crois qu’il est opportun d’en faire un petit résumé.
            Je ne suis pas spécialiste, je vais donc tenter au mieux de rapporter quelques idées qui y sont exposées, j’ai l’impression que leur compréhension peut nous éclairer.

            Alors, je redonne déjà la base de l’observation de ce psychiatre :
            -- 1% de la population en moyenne souffre de psychopathologie (héréditaire ou causée par lésion cérébrale) qui handicape profondément au niveau de l’empathie et dans la perception des émotions ou du bon sens populaire. Ce 1% a l’impression de vivre dans un monde inadapté à lui et va avoir tendance à rechercher le pouvoir pour se faire une place.
            -- 15% de la population en moyenne souffre de troubles psy importants (schizoïde, schizophrène, paranoïaque, caractéropathe, sociopathe, troubles narcissiques divers…). Plus le trouble est sévère, plus on retrouve ces personnes dans les cercle proches des psychopathes ; plus le trouble est léger, plus on les retrouve dans les organisations qui les servent ou assurent leur sécurité.
            -- le reste de la population se compose de personnes partageant majoritairement les mêmes valeurs (respect, dévouement, confiance… valeurs dites humaines), parmi eux se trouve quand même quelques blessés de la vie qui ont développé de petits troubles psy.

            Ce qui se passe ensuite au niveau sociétal, les observations du psy :
            -- des périodes de paix avec injustices, où la classe bourgeoise développe une forme de mépris vis à vis de ceux qu’elle spolie, afin de légitimer ses privilèges. Ce mépris se transmet ensuite de génération en génération, sous une forme de schizophrénie. La population quant à elle s’accommode assez bien des injustices, du moment que la paix règne.
            -- des périodes de conflits, où les psychopathes infiltrent des institutions et de grands mouvement sociaux, et en prennent petit à petit le contrôle, en rejetant ou en faisant démissionner les personnes normales de ces milieux, et en réunissant ou en attirant autour d’eux les autres personnes à problèmes psy majeurs. Ceci peut prendre longtemps, 10/20/30 ans… Jusqu’au contrôle total ou quasi total. S’en suit alors, progressivement, une contamination de toutes les strates de la société, une à une, et plus rien au final ne semble fonctionner normalement : ni l’économie, ni la technologie, ni la recherche, ni l’éducation, ni les relations sociales…

            Pendant les périodes de conflit :
            -- les pouvoirs des psychopathes tendent à se renforcer, et donc à vider toute la société de son sens premier et de ses buts communs, une nouvelle idéologie, déviante, se met en place
            -- une vague d’hystéricisation pousse les personnes à problèmes psy à les rejoindre, ou à adopter cette nouvelle idéologie
            -- une infime partie de la population se réveille, ces personnes voient ce qui est en train de se passer, non parce qu’elles sont plus intelligentes que les autres, mais parce qu’elles ont déjà vécu, au cours de leur vie, des expériences d’abus ou de terreur, elles savent donc en reconnaître les signes, et tentent d’en avertir les autres
            -- le reste de la population met du temps à réagir, car la plupart des gens n’ont tout simplement pas vécu d’expérience de terreur auparavant, ils ne peuvent donc imaginer ce qui est en train de se passer. Ils savent quand même, par intuition, que quelque chose cloche, mais ne parviennent pas à saisir quoi.
            -- des groupes de protestation et de dénonciation se forment néanmoins, groupes où l’on se réapproprie l’histoire et où cherche activement des solutions. Des points de vue alternatifs finissent par se répandre dans la population, et les psychopathes tombent des nues => ils ne comprennent pas pourquoi les gens réagissent, ils ne comprennent pas les valeurs qui les guident, ils ont donc tendance, une nouvelle fois, à renforcer encore leur pouvoir, et là, on débouche sur les pires périodes, historiquement parlant… Périodes qui ont aussi tendance à renforcer encore plus les valeurs chez les personnes qui subissent de plein fouet la nouvelle domination.

            Pour finir, les clés que donne le psy :
            -- se réapproprier notre histoire commune et la faire circuler
            -- faire connaître ces processus de dégradation d’une société pour prévenir et donner des repères
            -- faire connaître ces pathologies humaines, pour pouvoir les identifier et ne plus se faire avoir ou surprendre
            -- renforcer les liens sociaux
            -- remettre à jour nos valeurs communes (c’est, selon lui, ce qui est le plus efficace pour neutraliser le processus pathocratique, car ces valeurs sont ancrées en nous depuis plus longtemps, historiquement parlant, que la nouvelle idéologie déviante qu’on essaie de nous imposer)

            Ce psy ne préconise pas la vengeance, mais l’information, et même le pardon. Reste à savoir : qu’est-ce qu’on fait de ces personnes ? On les soigne ? Comment ?
            Parce que toutes les oppositions qu’on va mettre en place vont renforcer leurs pouvoirs, leur paranoïa, leur besoin de contrôle, leur violence… Et qu’une partie de la population est en place pour les protéger. C’est vraiment problématique.

            Bon, je vais m’arrêter là, j’ai tenté de vulgariser au mieux les propos de ce psy mais il est très technique, et donne bien plus de détails sur les maladies en question, les étapes de dégradation, les méthodes, les réactions… J’espère que c’est pas trop confus.

          • Merci Oli, c’est une psychanalyse très pertinente qui confirme que notre société est régie par les plus dangereux sociopathes…

          • merci, Oli, trés bon résumé, on reconnaît tout.

          • Ana Sailland

            Si je compare avec les réponses reçues autour du 9 mars, je constate une nette évolution des points de vue. Comme quoi dialoguer à plusieurs est toujours utile.

  11. The Lab, le film interdit

    Gilad Atzmon en a fait une très bonne recension. Extrait : « Ils sont clairs, sincères, même amusants à certains moments, parfois pleins d’esprit, et plusieurs d’entre eux pourraient même vous charmer si vous ne saviez pas de qui il s’agit. Mais ne vous y trompez pas, ils sont sinistres, certains d’entre eux sont manifestement psychotiques, ce sont des meurtriers de masse et ils sont libres. Ils vendent de la destruction et du chaos et le font brillamment. »

    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-laboratoire-israelien-et-les-cobayes-palestiniens-18655.html

    Bizarrement, ce doc est passé en décembre 2014 sur la Chaîne Parlementeuse. Le film a été perfidement et banalement renommé Vendeurs d’armes…Il est visible ici :

    • Sarkozy a introduit Kouchner au gouvernement. Tout le monde se souviendra de son rire fou quand un journaliste pose la question du trafic d’organes au Kosovo.
      Il y a des gens qui pensent que la guerre au Kosovo a même été initiée à cause de cela. Mais le monde croit que c’est un docteur qui a fait du bien aux pauvres. Eux, ils rient de notre empathie.
      Tout le monde se souviendra du rire dingue de Hillary Clinton quand le journaliste lui pose la question de la 3eme guerre mondiale.
      On connaît les crises d’hystérie de Valls, de Macron, de Hollande, la terreur de gens sur des postes importants. En Allemagne il y a des clients de psychopathie dans le ministère de l’intérieur et de la défense.
      Mais y en a qui rentrent dans leur jeu sans être psychopathe. Puis y a des gens qui introduisent des drogues qui rendent fous et cruel dans des clubs du monde entier. Puis les cons qui y participent en se croyant vachement branchés : j’en vois tous les jours dans les rues.
      Autre tendance: tu dis non à quelque chose, simplement parce que tu ne l’aimes pas et on te dit, t’es fasciste, plutocrate, tout ce que tu veux. Voilà c’est simple. la désolidarité. Mais on viendra nous expliquer que le mal est inhérent dans tout le monde comme les gens qui disent que l’homosexualité serait inhérente dans tout le monde et si tu ne la sens pas dans toi, ils te diront que t’es coincé.
      Comme les drogués de cocaine invitant toujours quelqu’un à partager la line -- puisqu’ils ne veulent pas être seuls.
      Le trouble est semé.
      Y a du travail, quoi.

    • Et là si ça ne marche pas…

  12. Claude Saint-Jarre

    Bonjour. Quelqu’un connaît une ou des Constitutions municipales?
    Merci…

  13. Pas trouvé 🙁

    Par contre tu peux observer les règles ou usages à Marinaleda ou Vandoncourt.

  14. Question : « qu’est-ce qui peut conduire un pays, progressivement, à se retrouver gouverné comme une colonie par des agents de l’étranger ? »

    Réponse : L’article 63 du TFUE

    http://article-50.eu/article-63-cest-quoi/

    • Qu’est ce qui peut conduire un pays à accepter un tel article ?

      Réponse : le gouvernement >>représentatif<<

      Dénoncer les traités ne suffit pas : il faut dénoncer l'organisation de l'état.

      Au minimum : Tout traité doit être soumis à référendum, reconsidéré tous les dix ans, aboli tous les trente ans ( abandon ou remise à zéro complète )

      • Les enfants ne doivent pas être tenus par les engagements de leurs parents

      • Ana tu fais de la démagogie anti républicaine.

        Un traité est un engagement entre deux ou plusieurs états. Il n’a pas force de loi.

        Il n’a force de loi que si les états le lui donnent en transposant son contenu en lois nationales par exemple ou comme avec les traités européens en modifiant la constitution nationale pour leur donner une valeur constitutionnelle.

        Un traité relève des relations inter gouvernementales. Et la question globale qu’il faut se poser c’est comment doit on prendre des décisions concernant les questions internationales, est-ce que les traités sont réellement une bonne façon de s’y prendre ?
        Sachant que l’inter gouvernemental a engendré entre autres choses l’OMC, l’UE, les G8 etc … on devrait se poser des questions.
        Et en ce qui me concerne, je pense que cela n’a rien d’étonnant quand on comprend que l’inter gouvernemental est oligarchique par nature vu qu’il s’agit de laisser ces questions à des ministres, à des diplomates et à des technocrates, c’est à dire à des personnes désignées et même pas élues.

        Il est donc cocasse qu’Ana mette en cause la représentation précisément quand il n’y a pas représentation.

        Ce n’est pas une question de représentation mais bien d’abandon à une oligarchie des questions parmi les plus importantes vu qu’il s’agit par exemple du partage des ressources de la planète, de la finance, des questions d’échanges économiques, des conflits etc …

        On voit bien l’insuffisance de la solution d’Ana car que peut-il sortir de bien de l’abandon de telles questions à une oligarchie ?
        Les référendums, on l’a vu dans plusieurs pays, et en France avec Maastricht, ne sont pas une garantie. Aussi si nous voulons une démocratie et que les souverainetés soient réellement respectées il faut agir en amont de la rédaction de ces traités et mettre en cause la méthode inter gouvernementale.

        L’alternative est l’intégration démocratique. C’est la belle idée originelle de l’ONU. Et c’est aussi qqpart ce qu’aurait pu être l’UE si le parlement européen avait un réel pouvoir et si les « représentants » représentaient réellement les gens, s’ils rendaient des comptes, si nous avions des recours et si il y avait réellement un débat démocratique et publique des questions qu’ils abordent et des décisions qu’ils prennent, et si tout cela bien entendu respectait les souverainetés de chaque peuple.

        Au delà de tout cela, il y a la question de la souveraineté justement et il est évident que tout ce qui concerne la souveraineté ne peut être décidé que par le souverain, c’est à dire le peuple, et que les représentants ne sont pas qualifiés à prendre ce genre de décisions, c’est ce qu’on explique depuis 2005. D’où peut être la confusion d’Ana qui ne différencie peut être pas les traités européens, qui sont de nature constitutionnels, et qui au minimum effectivement auraient du faire l’objet de référendums, avec les autres traités.

    • Qu’est ce qui peut conduire un pays à vendre ses bijoux de famille ?

      Réponse : le gouvernement >>représentatif<<

    • Les traités ne sont pas une cause, ils sont une conséquence.

      Si on soigne la conséquence sans soigner la cause, la conséquence reviendra.

  15. Claude Saint-Jarre

    Bonjour les amiEs

    On en entend parler sur tous les tons, n’est-pas ? et elle est au coeur
    des politiques d’austérité qui sont menées par tous les gouvernements au
    prétexte de « nous » vivons au dessus de nos moyens. Imparable argument
    stabilisateur pour nous faire rentrer la tête dans les épaules et
    accepter, tel un enfant surpris les doigts plongés dans la confiture,
    les justes sanctions.
    Voici une petite vidéo, agrémentée d’une animation très claire et
    pédagogique où l’économiste belge Pierre Bonfond est interviewé et où on
    comprend que la dette n’a rien à voir avec notre train de vie et que ne
    pas la rembourser est non seulement possible mais un acte parfaitement
    légal. Dans tous les cas, un message d’une extrême importance qui mérite
    d’être largement diffusé pour nous libérer des discours et arguments
    manipulateurs.
    http://youtu.be/ADrazPRLz-Y

  16. Claude Saint-Jarre

    ce mot est de Philippe Derudder

  17. Pourquoi dans le domaine privé l’actionnaire perçoit des dividendes, alors que dans le domaine public le contribuable se fait spolier ses investissements ?

  18. Au fait c est quand le prochain atelier en ile de france?

    Aves 2 autres collegues on s est rendu compte qu on etait des GV, y en a meme un qui m a sorti le livre de manin de sa poche ce matin, il se tappe la biblio Chouard ces jours ci.

    Au fait je remarque que les gens ont l air d attendre apres Etienne pour faire des ateliers… si on se met a faire les choses serieusement il pourra jamais etre la tout le temps…
    Ou alors c est encore moi qui suis a la bourre…
    Pour essayer de declencher de l atelier c sur face de bouc que ca se passe?

    Parceque nous on etait chauds pour s en tenter un dans pas trop longtemps…a bon entendeur salut.

  19. Qu’est-ce qui peut conduire un pays, progressivement, à se retrouver gouverné comme une colonie par des agents de l’étranger ?

    Un autre exemple : la Grèce.

    Mardi 10 mars 2015 :

    Manolis Glezos : ce que l’Allemagne n’est pas arrivée à faire par les armes, elle l’a réussi par l’euro.

    Dans un entretien accordé au journal chypriote « SIMERINI », Manolis Glezos critique le modèle de l’Europe « allemande » :

    « Cela semble différent, mais l’est-ce vraiment ? Ce que l’Allemagne n’est pas arrivée à faire à l’époque par les armes, c’est-à-dire créer une Europe allemande, elle arrive à le faire de nos jours avec la puissance économique et l’aide des USA et des autres vainqueurs de la 2e guerre mondiale -- soviétiques exclus, bien entendu, cela va de soi. La guerre froide a donné aux USA et à leur création, l’OTAN, la possibilité d’imposer leur volonté à l’Europe. Et le fruit de cette volonté, c’est l’Allemagne actuelle. »

    Parlant des réparations de guerre, le cadre historique de la Gauche Manolis Glezos estime que le Parlement européen et les rapports de force n’y sont pas favorables afin que des initiatives se soldent par une réussite. Il pense, néanmoins, que l’Allemagne sera de fait amenée à discuter avec la Grèce à ce sujet :

    « Le gouvernement allemand, ‘mal élevé’ jusqu’à présent à cause des autres européens qui cèdent constamment, ne pourra pas refuser ad vitam aeternam de discuter de la chose avec la Grèce. D’ailleurs, M. Prokopis Pavlopoulos, le nouveau Président de la République grecque, maîtrise parfaitement, en tant que juriste également, la question des dettes de l’Allemagne envers notre pays. En définitive, il apparaîtra à quel point les arguments des Allemands manquent de fondement, s’ils osent procéder à la signature d’un traité de paix avec la Grèce, au lieu de se contenter du régime peu clair de la « situation non-en-guerre » qui est actuellement en vigueur. Alors, ils seront contraints de payer. »

    Le député européen, qui a réuni un très grand nombre de voix aux élections européennes et qui s’est exprimé contre les dirigeants du parti en critiquant fortement l’accord à l’Eurogroupe du 20 février dernier, parle des difficultés auxquelles le gouvernement est confronté, en soulignant que la question de la souveraineté du Peuple et du respect de la Constitution est d’une importance cruciale :

    « Les promesses préélectorales et les déclarations concernant le programme du gouvernement ne peuvent être réalisées que si le pouvoir passe entre les mains du peuple. Syriza a promis la souveraineté populaire qui, pour la Constitution actuellement en vigueur, est le fondement du régime politique, bien que tous les gouvernements au pouvoir à ce jour l’ont ignorée et méprisée. Le peuple attend, avant toute chose, du gouvernement qu’il a élu, d’appliquer la Constitution. »

    http://www.okeanews.fr/20150310-manolis-glezos-ce-que-lallemagne-nest-pas-arrivee-faire-par-les-armes-elle-la-reussi-par-leuro

  20. La privatisation remet les biens publics au marché. Le marché n’est pas une démocratie, mais une oligarchie détenue par une poignée d’hommes. Les 80 personnes les plus riches sont plus riches que la moitié de la population mondiale la plus pauvre (3 500 000 000 individus). Le rapport de forces est énorme.
    Que nous reste-t-il ? Ce qu’il reste des biens publics, gérés sous une soit-disant « démocratie » au service des mêmes 1%. Changer cette « démocratie » ne pourra pas se faire sans réappropriation et répartition équitable de notre richesse. Le temps presse.

    • On privatise pour fourguer au secteur privé les entreprises publiques qui ne sont pas rentables, et ces crétins de capitalistes sont assez cons pour acheter les chemins de fer, les autoroutes, les télécoms, la télé, la recherche scientifique. Tout.
      Heureusement qu’ils sont là les capitalistes.
      Quelles poires !
      On les a bien eus.

      Mais Mais se dit mémé, ce qui est bizarre c’est qu’ils s’enrichissent et qu’on s’appauvrit.

      Bizarre bizarre
      tiens tiens j’ai dit bizarre

      Mais m’aurait on menti ?!? Magouille ?
      Ciel, me voici parano, donc complotiste, donc antisémite.

      Une seule échappatoire.
      Je vais cultiver mon jardin
      conseil de ce salaud de Voltaire
      Quel monde !!!!!!!!!!

      • Les dieux du passé, c’est du passé, l’avenir est aux dieux de la propriété, et à ce jeu, il n’en restera qu’un.

        Il possédera tout ici bas, même l’immatériel, il possédera jusqu’à nos âmes. Du livre jusqu’aux monuments, il couvrira le monde de messages à sa gloire.

        Les propriétaires s’indignent de la destruction de patrimoines culturels, et non des cultures en elles-mêmes puisque c’est leur oeuvre…

  21. Et si on les désertait, ces grands pôles de production, qu’ils soient privés ou encore publics ?
    http://youtu.be/M5JGqGYfWas

  22. Ici, à Francfort et partout, rendez-nous l’argent !

    http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7619

    • C’était hier, et ça recommencera demain (toujours « au nom de la paix et de la liberté », bien sûr), faute de Constitution digne de ce nom :
      La nuit où les Tokyoïtes ont été «bouillis et cuits à mort»

      http://www.liberation.fr/monde/2015/03/09/la-nuit-ou-les-tokyoites-ont-ete-bouillis-et-cuits-a-mort_1217244

      • claude saint-jarre

        Bonjour Étienne, Cet article montre l’horreur commise. Vous liez cela à la Constitution mal écrite. Puis-je avoir l’exemple d’articles qui auraient pu éviter un tel acte de barbarie?

        • J’essaye mais d’autres auront des idées

          --Ceux qui déclarent la guerre vont en première ligne.

          --Les grands patrons de l’industrie de l’armement vont en première ligne.

          --Les banquiers vont en première ligne.

          --Tout individu riche de plus de un million ( dollars ou euros on s’en fout ) va en première ligne.

          héhé, une bonne guerre comme y disent, s’ils y tiennent, qu’ils la fassent.

          • katharina

            pendant les temps d’une guerre il est interdit de la financer avec du budget de l’état en dehors la somme fixée dans le budget annuaire pour la défense.

          • +Installation d’un gouvernement d’Union Nationale géré en démocratie directe, nos ministres étant occupés sur le front
            + Récupération de la création monétaire
            + Mutualisation des richesses privées du pays
            + Privatisation des frais de fonctionnement de l’Etat à destination des millionnaires heureux sur le front

          • Il faut noter cependant que ce genre de disposition a aussi des effets collatéraux. J’ai lu (je ne sais plus où) que la conscription lors de la guerre 14-18 se faisait de manière relativement égalitaire en France. En face, l’Allemagne préservait à l’arrière ses élites et envoyait la populace au front. Résultat : après la guerre, celle-ci ayant mieux préservé les « compétents » a pu mieux redémarrer économiquement que la France.

          • Ana Sailland

            Ronald, reste à définir les élites.

            Bien sûr un banquier, au sens du système, est une élite, puisqu’il est nécessaire à la survie de ce système dont il vit. Mais ce n’est pas ça une élite, sinon les gardiens de prison sont des élites, eux aussi.

          • Bein, sans avoir creusé vraiment le sujet, je dirais qu’on peut définir comme élite les personnes dotée d’une compétence rare et potentiellement bénéfique à la société. Au point que dans la balance entre leur nuisance et leur utilité, on privilégiera cette dernière. Il faut alors mettre en veilleuse les griefs considérant que les avantages attendus par la mise en oeuvre de leurs compétences sont supérieurs. Exemple-type : Wernher Von Braun pour les USA.

          • Ana Sailland

            je sens qu’on a ouvert la boite de Pandore 😉

        • claude saint-jarre

          Bon, actuellement, nous sommes pris avec le Pentagone qui constitue 51% au moins de l’économie américaine, une économie de guerre ( livre Pengaton Capitalism, de Seymour Melman). Comment pacifier pacifiquement ce monstre? ( c’est lui, en gros qui a fait cette tentative de coup au Vénéz.) Quelle voie avons-nous pour écrire le Constitution américaine? ( sic) :0)
          D’autre part, j’ai déjà lu que le budget mondial pour la publicité et celui de la drogue sont supérieurs à celui des ministères de la défense. D’où un changement global et profond de toute la société planétaire est à faire et alors, la constituante( locale) est-elle suffisante? Peut-être.

          • claude saint-jarre

            Melman a aussi écrit: the Permanent war économy, non traduit.

        • Claude,

          Je suggère, en plus de ce qu’a déjà bien formulé Ana :

          1. Pas de guerre sans débat public et référendum préalables.

          2. Ceux qui ont voté oui à la guerre DOIVENT y aller eux-mêmes (sans aucun passe-droit).

          Avec ces dispositions constitutionnelles, avec une Constitution digne de ce nom, la presque totalité des guerres n’auraient pas eu lieu. J’en suis sûr.

          • claude saint-jarre

            C’est bien, Étienne, merci. Je pense aux armements nucléaires, dont Albert Jacquard disait qu’elles sont des forces presqu’autonomes, qui dépendent si peu de l’intervention des humains. Il es urgent de limiter le pouvoir également aux machines. Il faudrait en parler avec ceux qui avec Jacquard ont signé l’appel des cent, les anciens avec les médecins pour la prévention de la guerre nucléaire, qui ont fait beaucoup pour la prévenir. À Montréal, il y avait eu un Congrès de médecins russes et américains pour la prévention de la guerre nucléaire. Ce fut à l’époque très encourageant.

          • claude saint-jarre

            J’ai retrouvé cet appel des cent avec signatures.

          • Ana Sailland

            Plus en profondeur, il y a un truc qui concerne l’état.

            « L’Etat c’est nous » est certes un lieu commun, mais aussi un mensonge, ou au minimum une erreur. Comme le révèle par exemple un discours du type « maintenir la pérennité de l’Etat ». L’Etat est une entité transgénérationnelle dans laquelle s’impliquait l’ancêtre qui pourtant ne la contrôlait pas, dont nous héritons sans en avoir choisi ni les principes annoncés, ni les principes réels, ni les structures, ni les outils … de domination. Car l’Etat nous domine tous et décide de nous, définit le cadre restreint de nos pensées, de nos actes, de nos valeurs. Il domine même les « chefs d’Etat » qui malgré leur nom fanfaron n’ont pas la liberté de nous rendre la liberté ( ou n’osent la prendre).

            Nous sommes en général amoureux de la théorie de la séparation des pouvoirs selon Montesquieu. A juste titre. Mais s’il s’agit d’interdire que tous les pouvoirs soient concentrés (en faisceau, cf fascisme) en une seule main ou peu de main ( le but est joli mais sa réalisation douteuse) , s’il s’agit de cet énoncé prudentiel, nous devons comprendre que l’état, qui n’est pas nous, ni aucun d’entre nous, détient tous les pouvoirs. L’Etat est génétiquement fasciste, mais il est un tyran qui n’a pas de dimension humaine : construit sur les humains, il n’est pas humain.

            Et c’est bien l’état qui décide des devoirs du citoyen, qui les définit et les impose, la conscription obligatoire en particulier. (je ne suis pas hors sujet mais à « l’ombre » du sujet 😉 )

            Il peut y avoir au niveau des pouvoirs humains une vraie séparation des pouvoirs, mais le citoyen lambda, lui, ne voit pas ça sous cet angle. Lui il a tous les pouvoirs au dessus de lui, contre lui pourrait on dire (?), et il ne les ressent donc pas comme séparés mais unis. Pas aux mains du Président, qui passe et vogue dans une incohérence professionnelle, mais aux mains de l’Etat, par définition pérenne et stable.

            Vous remarquerez que l’Etat de Louis XV, celui de Pétain, et celui de Hollande, portent tous ce même nom, Etat. Pérennité sans valeur morale qui n’a pour fonction que d’être béton pour le corps social, quoiqu’il arrive.

            Le troufion de 1960 qui est convoqué pour aller en Algérie pourra ressentir cela comme une convocation pour aller tuer ses frères algériens, arabes, kabyles, musulmans, ou autres. Ce troufion là est blessé dans son âme avant même le premier combat de terrain. Et il aura beau hurler collectivement sur le quai de gare, comme ça s’est vu, il sera rattrapé à la matraque, encabané, envoyé de force sur le terrain, contraint de crapahuter dans le djebel un fusil en main.
            Nous en connaissons qui ont résisté jusqu’au bout, jusqu’à la mort parfois, en jetant les balles qui leur étaient confiées…

            Oui il y a du banquier et du député derrière tout ça, mais il y a aussi l’Etat, qui n’est pas nous.

            Contre les méfaits de l’Etat,des hiérarques, et des ploutocrates, nous pouvons et devons réfléchir à de bonnes institutions, qui protègent le peuple et ses individus, des abus de pouvoir, de la contrainte physique qui souvent va contre les valeurs fondamentales de l’espèce humaine, et mon blabla sur ces choses étranges qui ne sont pas nous mais nous définissent ( Etienne aura reconnu mon attachement au concept d’égrégore comme co-cause des causes), mon blabla est inutile en pragmatisme immédiat ou séculaire, mais je suis persuadée que si nous n’extirpons pas de notre paysage mental tout ce qui peut se substituer à nous le genre humain dans la définition de nos orientations, alors fatalement le piège se reconstituera, un jour ou un autre.

          • « Avec ces dispositions constitutionnelles, avec une Constitution digne de ce nom, la presque totalité des guerres n’auraient pas eu lieu. J’en suis sûr. »

            -Oui! mais ça c’est après! après que nous ayons obtenu le pouvoir constituant. adossé au pouvoir d’une démocratie en armes.

            Or, contre ton hypothèse d’une masse critique suffisante pour faire basculer le cours de ‘l’histoire’ (dans quatre cents ans? quatre milles ou quarante milles ans…); à la lumière des gesticulations criminelles tous azimuts du premier état terroriste, les ASU; j’ai de plus en plus difficultés à croire que nous pourrions y parvenir sans violences.

            À la fin, tant qu’une bande de psychopathes veulent et peuvent nous empêcher de vivre en paix, fussent-ils une misérable poignée, je ne crois pas que nous pourrons renverser le cours de leur délire sans nous battre. Rendant finalement hommage à Robespierre d’avoir pensé indispensable la neutralisation définitive des nuisibles…

          • « L’Etat est génétiquement fasciste » et caractériellement terroriste.

            Mais il y a des degré dans cette débauche, inversement proportionnels à leur proximité qui signifie humanité au détriment de machine.

            Le paradoxe c’est que la force est indispensable pour faire respecter le droit. Et c’est probablement ce qui nous manque le plus.

    • La tentative de coup d’Etat contre le Venezuela
      par Ignacio Ramonet

      http://www.cetri.be/spip.php?article3800

  23. L’Islande, elle, ne veut pas.

    L’Islande ne veut pas se retrouver gouvernée comme une colonie par des agents de l’étranger.

    Jeudi 12 mars 2015 :

    L’Islande annonce le retrait de sa candidature à l’UE.

    L’Islande a annoncé jeudi avoir retiré sa candidature à l’Union européenne, deux ans après l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement eurosceptique de centre droit qui promettait de mettre un terme au processus lancé en 2009.

    Le ministre des Affaires étrangères, Gunnar Bragi Sveinsson, a indiqué dans un communiqué avoir fait part de cette décision à la Lettonie, qui préside l’UE et qui en a informé la Commission européenne.

    « Les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne », a écrit le ministère sur son site internet.

    http://www.romandie.com/news/LIslande-annonce-le-retrait-de-sa-candidature-a-lUE/574430.rom

  24. L’Islande annonce le retrait de sa candidature à l’UE

    http://www.levif.be/actualite/international/l-islande-annonce-le-retrait-de-sa-candidature-a-l-ue/article-normal-371383.html

    Le ministre des Affaires étrangères, Gunnar Bragi Sveinsson, a indiqué dans un communiqué avoir fait part de cette décision à la Lettonie, qui préside l’UE et qui en a informé la Commission européenne.

    « Les intérêts de l’Islande sont mieux servis en dehors de l’Union européenne », a écrit le ministère sur son site internet. Un gouvernement de gauche avait déposé sa candidature à une époque où une grave crise financière avait ébranlé la confiance des citoyens dans leurs institutions, et suscité l’envie de rejoindre la zone euro au vu de la chute de la valeur de la couronne.

    Mais une question est toujours en suspens: comment combler le fossé entre Bruxelles et Reykjavik sur les quotas de pêche, pilier de l’économie islandaise. Ce sujet épineux n’a jamais été abordé lors des négociations entre juin 2011 et janvier 2013.

    Dès son accession au pouvoir en avril 2013, le parti de centre droit avait mis un terme aux discussions. Le Parti du progrès (centriste et agrarien) du Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson est farouchement opposé à l’Union européenne tandis que le Parti de l’indépendance (conservateur, proche des milieux d’affaires), plus divisé, a tenté d’imposer l’idée d’un referendum qui n’aura pas lieu.

    L’Islande a dit vouloir maintenir « des relations et une coopération étroites » avec l’UE, avec laquelle le pays est lié via l’Association européenne de libre échange (AELE) et la convention de Schengen qui permet la libre circulation des personnes.

    Source : le.vif.be

  25. Très intéressant :

    L’avènement de la société de prédation, conséquence du remplacement du travail de l’homme par la machine
    par Christophe Grand

    http://www.journaldumauss.net/?L-avenement-de-la-societe-de-1217

  26. AFFAIRE ALSTOM :
    OÙ EN SOMMES-NOUS ?

    par Loïk Le Floch-Prigent, ancien PDG de Rhône-Poulenc, d’ELF Aquitaine, de Gaz de France et de la SNCF

    http://www.cf2r.org/fr/tribunes-libres/affaire-alstom-ou-en-sommes-nous.php

    De temps à autre, les articles de presse font allusion à ALSTOM en reprenant des commentaires divers : commandes chez ALSTOM Transport ; compressions d’effectifs à Belfort chez ALSTOM Transport encore ; retombées de l’Assemblée générale où le PDG a indiqué que finalement c’était bien ALSTOM qui paierait l’addition de l’amende américaine mais que cela ne coutera pas aussi cher qu’on le dit ; actions gratuites distribuées aux cadres méritants ; dot de sortie du PDG… et il en reste encore bien d’autres dans les cartons !

    Ainsi, petit à petit, grâce à ces indiscrétions distillées ça et là, nous en sommes arrivés à faire oublier l’essentiel : les énormes mensonges, la perte d’un fleuron industriel et finalement une affaire d’Etat.

    Les mensonges, d’abord, sont nombreux. Ils émanent aussi bien de la direction de l’entreprise que du gouvernement sur la situation réelle de l’entreprise. Le diagnostic n’a jamais été effectué. Incompétence ? Non, plutôt enfumage généralisé. « Il n’y a pas le feu » avait dit le PDG, mais il décide fin avril 2014 l’inverse de ce qu’il avait dit en janvier… et nous passons sous silence les problèmes judiciaires de l’entreprise aux Etats-Unis, avec un haut cadre incarcéré et abandonné par son entreprise ! Désormais, il parait clair que le PDG de l’entreprise a conclu un accord avec le département de la Justice américain et qu’une de ses conséquences a été l’annonce, fin avril, de la vente de 70% de son entreprise à General Electric !

    D’après les documents de la justice américaine, comment comprendre, en effet, qu’un seul cadre ait été incarcéré pendant 14 mois alors qu’il n’était concerné que par 2% des affaires en cause, que le PDG et l’ensemble de la Direction, dans tous les secteurs d’activité, sont impliqués jusqu’en 2012 et qu’ils ont plaidé coupables ! Il ne s’agit donc pas d’affaires anciennes ! Comment ont pu être entamées des discussions avec General Electric au sommet de l’Etat, sans qu’au préalable ait été exigée la libération de ce cadre ? Or rien n’a été fait ! Ces problèmes judiciaires ont été oubliés alors que tous les interlocuteurs -- direction de l’entreprise, gouvernement français, responsables de General Electric et département d’Etat américain -- les avaient en tête à chaque instant. Ahurissant !

    À côté de ce mensonge énorme, toutes les autres bassesses sont dérisoires, y compris celle de l’AMF qui refuse obstinément de vérifier s’il y a eu ou non manipulation des cours !

    Deuxième mensonge, celui du ministre du Redressement productif qui annonce l’accord final comme une alliance entre General Electric et ALSTOM et non une absorption, avec, grâce à l’argent recueilli par la vente de la branche énergie, le sauvetage d’ALSTOM Transport. Les deux affirmations sont fausses et tout le monde le sait ! Il y a bien absorption et les 50/50 présentés par le ministre sont des 50+1/50-1 au profit de General Electric. Mieux, l’un d’entre eux, celui concernant la vapeur (charbon-nucléaire) est devenu un 80/20 ! Par ailleurs, après avoir dit pendant dix ans que compte tenu de ses activités cycliques, ALSTOM ne pouvait vivre qu’avec trois départements -- l’énergie, le transport et les réseaux -, comment un ALSTOM Transport pourrait vivre tout seul ? Rien n’a changé en dix ans, surtout pas le caractère cyclique de cette activité. On a donc menti sciemment, à la fois sur les raisons de cet accord et sur sa réalité, et ceci à tous les niveaux avec, cerise sur le gâteau, une absence totale de réaction syndicale au sein d’ALSTOM, mais aussi dans les entreprises EDF et SNCF et dans les fédérations et confédérations syndicales sensées défendre les salariés ! Une « omerta » troublante…

    Deuxième considération, on abandonne un fleuron de l’industrie française en racontant qu’on le sauve en l’adossant à un grand groupe international qui va préserver l’emploi, mais cela commence avec les réductions d’effectifs à Belfort chez ALSTOM Transport ! Et ce n’est pas fini ; cela va se poursuivre car les synergies annoncées par General Electric portent sur plus d’un milliard d’euros, il y aura donc des compressions d’effectifs. Les Français peuvent seulement espérer ne pas être en première ligne… du moins dans les mois à venir.
    Mais il y a plus grave, General Electric a souhaité, à juste titre, éliminer un concurrent dans les turbines à gaz tout en absorbant la partie maintenance de ce concurrent, activité à forte marge. Rien à dire, c’est son intérêt et cela aurait été la démarche de tout industriel sérieux type Siemens ou Mitsubishi. L’erreur d’ALSTOM dans les turbines à gaz est ancienne, il fallait trancher. Mais cette partie du département énergie n’était pas l’essentiel ; elle portait sur des produits « catalogue » où ALSTOM ne brillait pas et où General Electric excellait ! En revanche, sur la vapeur, (chaudières charbon et turbo-alternateurs nucléaires), sur l’hydraulique et sur les réseaux (grids et smart grids), General Electric n’a jamais excellé car ce sont des métiers plutôt du type « clés en mains », spécifiques pour chaque commande, « taylor made », ou EPC pour lesquels les Américains n’ont jamais eu une grande compétence. Il y a sept ans, ils ont d’ailleurs abandonné l’hydraulique pour cette raison ; ils ne sont pas dans les chaudières charbon, n’ont pas d’EPC et sont lilliputiens dans les réseaux alors que les concurrents sont déjà bien installés aux Etats-Unis.

    Par conséquent, cette absorption par General Electric n’a pas de sens industriel. Ce qui avait un sens c’était de garder une hégémonie ALSTOM sur ces secteurs avec une majorité et une direction française, d’autant plus que le turbo-alternateur Arabelle est un constituant essentiel du nucléaire français et que l’on comprend mal pourquoi la maintenance de nos 58 réacteurs doit demain devenir américaine. On abandonne donc un fleuron sans perspective d’avenir avec une perte d’indépendance évidente et sans véritable « gagnant ». Ce n’est pas l’intérêt de la France, pas celui de General Electric non plus, car cette entreprise n’a pas les hommes pour mener une politique gagnante dans ces secteurs qui ne l’ont jamais intéressé. Nous avons donc mené une opération « perdant-perdant » sauf si l’on considère que les problèmes judiciaires étaient les phares de cette affaire.

    Et c’est ainsi que l’on en arrive finalement à une affaire d’Etat ! Il est de l’intérêt de la France d’avoir la maitrise de son secteur énergétique et particulièrement de son secteur nucléaire. La transition énergétique -- c’est-à-dire la généralisation sur les réseaux des énergies renouvelables « intermittentes » (éolien, solaire), de l’appel, intermittent aussi, de la recharge des voitures électriques, la montée des effacements et la nécessité de satisfaire les clients -- va voir la montée en puissance des compteurs intelligents, des investissements sur les réseaux et des smart grids. Or, la France est un des leaders de ce domaine, ainsi que la compagnie européenne ABB. Nous avions un leader industriel incontesté, ALSTOM, et nous sommes en train d’abandonner cette pépite industrielle sur laquelle ont travaillé aussi bien les laboratoires publics qu’EDF, et bien sûr ALSTOM ! Au profit de qui ? De personne. Aujourd’hui, aucune politique industrielle n’est définie, aucune perspective n’est donnée. Non seulement 17 000 personnes travaillent dans ce secteur chez ALSTOM, mais également des milliers tout autour. Quel est l’avenir de cette activité fondamentale ? Dans le débat actuel sur la transition énergétique, il n’y a pas un mot ni à l’Assemblée nationale, ni au Sénat, ni bien sûr au gouvernement !

    Nous avons, avec ALSTOM le leadership mondial des turbines hydrauliques et des chaudières charbon, que voulons-nous en faire ? La seule réponse a été gouvernementale : le charbon est sale, nous ne voulons plus exporter de centrales au charbon. Cela veut-il dire que l’activité chaudières charbon -- qui pèse un millier d’emplois directs en France et beaucoup plus en cas d’installation -, est vendue aux Américains en leur demandant de tout fabriquer en dehors de France ? Quelle hypocrisie, quelle cécité ! Nous pourrions aussi exporter nos chercheurs et nos laboratoires publics… mais dans 150 ans il y aura toujours des chaudières charbon et il est dans l’intérêt du monde, et accessoirement de la France, que ces centrales soient propres. Or, les solutions d’ALSTOM sont en avance par rapport à la concurrence. Tout cela est lamentable et montre un amateurisme majeur dans notre société française soumise aux foucades ou aux idéologies. L’Etat montre ainsi ses dysfonctionnements et l’affaire ALSTOM, dans ses dimensions judiciaires et industrielles, montre une absence totale de vision et de préparation de l’avenir.

    Il n’est pas trop tard. Il est encore temps de réagir. C’est l’intérêt de la France, d’ALSTOM et de General Electric.

    Loïk Le Floch-Prigent

    Source : CF2R

  27. [Empire en marche, bientôt chez toi (parce que tu roupilles)]

    La vente d’Alstom, histoire d’une guerre économique

    Un résumé intéressant — et révoltant — proposé par Stratpol, avec Eric Denécé et Jean-Michel Quatrepoint :

    Ma question :
    mais à quoi servent donc les prétendus « journalistes » français (presque tous vendus, littéralement, aux banques et aux marchands d’armes) ?
    Marat, reviens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *