Magnifique plaidoyer de Judith Bernard, pour le tirage au sort, la seule procédure démocratique digne de ce nom.

Magnifique plaidoyer de Judith Bernard, pour le tirage au sort, la seule procédure démocratique digne de ce nom.

Un peuple devenu constituant saura tenir en respect tous les voleurs de pouvoir.

Je prépare moi-même une réponse à Pascale Fautrier, et c’est si important que je vous demande un peu de patience ; je sais que ça urge, mais je vais quand même me relire et me corriger beaucoup.

Je vous remercie tous pour votre immense énergie positive. Ce serait juste impossible d’encaisser tout ça sans vous. N’oubliez pas, s’il vous plaît, d’être toujours très gentils, même quand vous êtes révoltés d’une injustice qui m’est faite. Un excès n’en justifie pas un autre. Jamais. Soyons nous-mêmes comme nous voulons que le monde devienne.
Encore merci, bande de virus 🙂

Les militants du sort portent un projet radicalement antifasciste.

http://blogs.mediapart.fr/blog/judith-bernard/241114/les-militants-du-sort-portent-un-projet-radicalement-antifasciste

24 novembre 2014 | Par Judith Bernard

Me voici donc sommée de m’expliquer : de m’expliquer, en tant que signataire du M6R, en tant que membre du Comité d’Initiative de ce mouvement, sur ma position favorable au tirage au sort pour la désignation de la Constituante, et sur mon « indulgence avec Chouard et sa mouvance », qui est supposée être une complaisance avec Alain Soral et ses discours délirants.

Le tirage au sort est désormais suspect ; voilà plusieurs fois qu’il est soupçonné d’être l’ingrédient d’un projet « fasciste ». La chose pourrait faire rire ceux qui découvrent cette polémique, elle est pourtant à pleurer tant elle procède d’un hystérique refus de penser selon les règles de la plus élémentaire rationalité. Pascale Fautrier, dans le papier où elle m’intime de me justifier, et même de démissionner des instances du M6R où je suis engagée, affirme en effet ceci : « Il y a quelque chose dans le tirage au sort qui a à voir avec ce raccourci anti-rhétorique qu’est le fascisme – auquel leurs partisans feraient bien de réfléchir. »

Reprenons donc les éléments du raisonnement, puisqu’on nous enjoint de réfléchir : ceux qui militent pour le tirage au sort sont pour la plupart engagés depuis longtemps dans une réflexion sur les institutions politiques. Ils observent que la « crise » où la France, comme d’autres démocraties occidentales, est plongée depuis des décennies ne trouve pas de réponse du côté d’un corps politique manifestement plus empressé à servir les intérêts du capital qu’à servir l’intérêt général. Cette incurie politique est essentiellement liée à la nature de nos institutions, et d’abord à la mère de toutes : la Constitution. Je l’écrivais dans ma déclaration d’adhésion au M6R, cette Constitution doit être réécrite, et cette fois elle doit être écrite par le peuple, et pour le peuple. Seul un processus constituant citoyen pourra instituer la puissance populaire qui passe par quelques règles élémentaires : la révocabilité des élus, l’interdiction du cumul des mandats, la reddition des comptes, le référendum d’initiative citoyenne, règles élémentaires, mais peu susceptibles d’être écrites par des élus qui n’y verraient (à juste titre) que contraintes limitant leur prospérité et leur carrière.

S’il faut des citoyens et non des élus pour écrire ces règles, la question de leur mode de désignation se pose : le tirage au sort se présente, parmi d’autres options, comme une solution raisonnable, expérimentée ici et là sur la planète – sans avoir précipité les peuples qui s’y étaient risqués dans le péril fasciste. Et l’on voit bien pourquoi : le tirage au sort repose sur la reconnaissance d’une absolue égalité entre tous les citoyens. C’est un outil parfaitement aveugle aux conditions de classe, d’origine, de religion ou de sexe, et la plus ferme garantie qui soit contre toute tentative de discrimination. En cela il est l’antidote d’un projet fasciste – volontiers porté, lui, sur la désignation d’une communauté jugée coupable, et désignée à l’opprobre ou à l’extermination. En outre, en confiant l’écriture des règles de la démocratie au peuple, dans l’hypothèse d’une Constituante tirée au sort, il se donne comme projet d’instituer la souveraineté populaire, enfin à même de se protéger des abus de pouvoir : tandis que le fascisme repose sur le culte d’un chef omnipotent, les règles auxquelles les militants du sort aspirent consistent toutes dans la limitation des pouvoirs des gouvernants, afin que nulle capture fasciste des forces de l’Etat ne soit possible. Le tirage au sort est donc, à ce titre également, un antidote au fascisme, et non son allié. Ceci est pour les principes de philosophie politique qui sous-tendent la vision portée par les militants du sort.

Cela devrait suffire, mais il faut apparemment se positionner sur Soral, sur qui se focalisent désormais les controverses qui traversent actuellement le débat : cette polarisation autour d’un seul homme est absurde et regrettable, mais puisqu’il faut lever le malentendu – les militants du sort étant désormais accusés d’être des « soraliens » déguisés, ayant entrepris de « noyauter » le mouvement pour la 6ème République avec une idéologie d’extrême-droite (et je redis que c’est irrationnel puisque les militants du sort refusent catégoriquement toute figure de « chef » ainsi que tout projet discriminatoire, qui sont les ingrédients constitutifs de cette idéologie toxique), alors je vais le dire : Soral produit un discours que j’exècre. Les relents antisémites, sexistes et homophobes qui émanent de ses allocutions suffisent à discréditer pour moi sa position politique, qui me paraît délirante : parce qu’il tend à la discrimination d’une communauté jugée inférieure (les « pédés ») ou d’une autre jugée dangereusement puissante (les juifs), parce qu’en outre il appelle à un « despotisme éclairé » de sinistre augure, il incarne à mes yeux un projet de société haïssable, et absolument à l’opposé de la démocratie exigeante, réelle et non pas seulement invoquée, pour laquelle je milite. Je l’écris sans peine – et pourtant je m’inquiète qu’il faille désormais se prêter à ce rituel de la condamnation publique de Soral pour s’acheter un certificat de légitimité à participer au débat public.

C’est essentiellement parce qu’Étienne Chouard a jusqu’à présent refusé d’en passer par ce rituel de condamnation publique qu’il est accusé d’être un soralien déguisé. Qu’il ait montré à l’égard de Soral une coupable indulgence, en le qualifiant, quand on l’interrogeait sur lui, de « résistant », sans dénoncer vigoureusement son antisémitisme, est une chose certaine : je l’ai maintes fois interpellé là-dessus, et nous sommes nombreux à lui avoir demandé de clarifier ses positions d’une manière qui ne permette plus de malentendu. Cette indulgence avec l’homme, en effet problématique, ne doit cependant pas être prise pour une complaisance envers les idées fascisantes dont Soral est l’expression : il n’y a pas trace chez Étienne Chouard de la moindre orientation antisémite, homophobe, sexiste, ni la moindre fascination pour une société assujettie à un chef – puisque, comme je le répète inlassablement, en militant du tirage au sort il met au dessus de tout le refus de toute discrimination, et l’aspiration à un contrôle citoyen de tous les pouvoirs.

D’une manière générale, il est urgent que le débat sur le tirage au sort, et plus généralement sur les procédures envisagées pour la désignation de la Constituante (mixte d’élection et de tirage au sort, écriture participative à l’échelle de toute la société par la voie des outils numériques dont nous disposons désormais…) ait lieu dans des conditions dignes de son importance. C’est-à-dire sans que cette idée, en soi insoupçonnable de dérive totalitaire, soit entachée par des amalgames calomnieux ou des articles diffamatoires quant aux personnes qui s’en font les porte-parole. Ce qui est en jeu ici est la réflexion sur la refondation d’une démocratie qui instaure enfin réellement la souveraineté populaire : c’est un combat historique, qui mérite mieux que les invectives personnelles, d’abjectes calomnies, et cette sorte de chasse aux sorcières que d’aucuns semblent vouloir remettre au goût du jour, déguisant sous les oripeaux d’une lutte prétendument « antifasciste » le refus d’un débat authentiquement démocratique.

Judith Bernard.

Source : http://blogs.mediapart.fr/blog/judith-bernard/241114/les-militants-du-sort-portent-un-projet-radicalement-antifasciste

199 réponses à “Magnifique plaidoyer de Judith Bernard, pour le tirage au sort, la seule procédure démocratique digne de ce nom.

  1. Bon soir, je me permets d’ajouter:
    pour moi, cette discussion est une simple compensation. On fera mieux de continuer à préparer la constitution écrite par le peuple pour le peuple. Vous n’avez rien à vous reprocher. Pourquoi tomber dans le piège de la justification? Il n’y a rien à justifier, ni même à affirmer que vous êtes vraiment, vraiment, mais vraiment contre Soral… Faut continuer son chemin. C’est normal que cela n’allait pas être de la tarte. Puisque l’idée est vraiment révolutionnaire. Courage!

      • Si Soral le seul point qui vous intéresse, vous avez donné avec votre « commentaire » un autre exemple que votre seul intérêt d’apparaître ici est de chercher la zizanie.

        • Vous avez menti en prétendant qu’Etienne était opposé à Soral et à ses idées, cette vidéo prouve le contraire.
          Et vous le saviez très bien car je vous avais déjà fait voir cette vidéo.
          Vous avez donc essayé de manipuler les autres intervenants.
          Vous devriez avoir honte.

          • J’ai menti?
            Je réponds à un texte de Judith Bernard. Vous voyez dans mon commentaire à elle un mensonge. On peut faire cela, mais au risque de se disqualifier soi-même comme vous êtes en train de le faire.

            je devrais avoir honte? C’est sûrement bien pour vous de se répérer au 21ème siècle aux méthodes d’éducation déjà vieillo au 19ème. J’adore les méthodes du 19ème siècle. Mais au 19ème siècle, voyez-vous? D’ailleurs qui vous a qualifié de pédagogue vis-à-vis de ma personne? Ah, c’est Pascale Fautrier! Eh bien, vous êtes en bonne compagnie!

          • C’est quand même dingue vous allez nier ce qui est écrit 2 messages plus haut :
            Il n’y a rien à justifier, [b]ni même à affirmer que vous êtes vraiment, vraiment, mais vraiment contre Soral…[/b]
            Menteuse.

          • « car je vous avais déjà fait voir cette vidéo. »

            Sandy. mais ce n’est pas vous qui m’avez « fait voir » cette vidéo…
            et ce n’est pas à Etienn que j’avais répondu…
            et ce n’est pas sain de continuer vos qualifications style parodie de parodie de paroodie de quelqu’un qui a été parodié dans un film de Luis Bunuel par Fernando Rey. Le prêcheur ne devient pas moins ridicule à votre imitation si vous comprenez ce que je veux dire…

            Ah! Une idée: pourquoi pas écouter à ce qu’Etienne dit réellement dans cette vidéo?

            Un avis: m’appeler « menteuse » ne deviendra pas plus vrai quand vous le répétez…

  2. @Etienne:

    Désolé du hors sujet mais je viens de penser à ça il y a 5 minutes en écrivant un mail pour un ami.

    Tu distingues en général 3 types de tirage au sort:
    Constituant/ législatif/ contrôle.

    Perso j’en distinguerai 4:
    1- Contrôle
    2- Législatif décisionnaire (vote les lois à notre place)
    3- Législatif propositionnel (fait des proposition de loi mais ne peut le voter)
    4- constituant (Bien-sur! 🙂 )

    Car le 2 et le 3 sont quand même bien différent. Et à ma connaissance, il y avait le 3- à Athènes mais pas le 2-.

    Pierre.

  3. C’est sous la soit-disant démocratie représentative que nos plus grands fascistes ont été mis au pouvoir par le Capital : Hitler, Mussolini,…et j’en passe certainement. Si Soral aime le chocolat et j’aime le chocolat, cela ne veut pas dire que je suis un fasciste. Si Soral aime le tirage au sort, cela ne veut pas dire que cela est mauvais. Et si un jour, il déteste le tirage au sort, tant pis pour lui.

    • Qu’il aime ou non le chocolat, ALADIN a suffisamment ironisé sur la gentillesse d’ETIENNE pour que cela le disqualifie d’entrée et pose question quant à la volonté politicienne ou ces manœuvres en coulisse de certains à vouloir les amalgamer tous deux dans le même discours et la même démarche ^^ de toute façon, pour quelqu’un (ALADIN) qui se réclame d’un despotisme éclairé, je trouve le Tirage au Sort bien déplacé, et s’il lui venait un jour à le vanter, il est à parier qu’il puisse s’agir en ce cas de pure démagogie, le préalable et le minima de tout fascisme qui se respecte.

  4. J’aurais voulu poster un commentaire sur le dernier billet de Pascale Fautrier, mais je ne peux malheureusement pas ! Si quelqu’un ce sent de lui poser la question suivante ?!

    « Donc si je vous comprends bien Pascale Fautrier vous êtes pour l’écriture d’une nouvelle constitution, pour une 6ème république, mais que entre vous ? C’est à dire que avec les personnes avec lesquelles vous vous sentez proches politiquement ?! Du coup vous faites quoi des autres personnes ? Les gens de droite, d’extrême droite, les anarchistes ??? »

    C’est dingue de lire des propos de personnes comme ça !

    Ça se veut anti-fasciste alors que ça comporte comme des fascistes !
    J’aimerais bien savoir ce que pense Alain Soral du TaS ?!
    Ça confirmerait bien des choses.

  5. Merci Judith Bernard. Quel imbécile nécessité de mouiller sa chemise pour des idioties. (l’ anti-réthorique ? veut-elle glorifier la rhétorique de sciences pô, des partis) Quelle perte d’ énergie de lutter dans la dé-territorialité des polémiques des manges merde.
    Il est une nécessité nécessaire et impérative de territorialiser le processus constituant .. j’ essaie d’ écrire un texte sur les ateliers virtuels sur l’ Internet, réflexion que je garderais pour moi car c’ est évidemment démotivant. Aujourd’hui j’ en serais à trois ateliers .. le collectif Étienne en est à 100 ? 200 ? 500 ? 1000 ?
    Le principe de subsidiarité est un ancrage dans le territoire, la commune, le quartier et c’ est ça qui pourra faire obstacle au black-out de l’ Internet, de la téléphonie etc ..
    Merci et bravo au collectif Étienne
    PS : j’ ai vu le débat avec David sur le G1000 en Belgique … voilà bien une étape importante … commune, fédération de communes (pourquoi l’ oligarchie en place veut-elle supprimer les départements ?), Europe, internationale. La main tendue avec les belges est plus important qu’ un atelier virtuel sur l’ Inter-pas-net. Si on lit l’ Internationale de James Guillaume (editions Gerard Lebovici) on voit le fonctionnement libertaire de la délibération (de la base au sommet. R.Char) contre la coterie du parti marxiste. Communiste non-autoritaire, de conseil (conseillisme) voilà bien des grands mots, des gros mots?, mais la commune ou le quartier voilà l’ échelon territorial de base qui peut défier un État d’ urgence. Nous sommes en État d’ Urgence face au connexionnisme capitaliste alors organisons les quartiers/communes.
    Bisosunours

  6. juste un autre lien à un autre « mouvement », où on se crache dessus… ce n’est pas clair quelle partie est mise en scène et quelle partie est vraie… ou peut-être à chaque côté une partie mise en scéne et une partie pas vraie?

  7. Sur son mûr FB, P Fautrier s’explique, il en ressort ce qui m’a toujours fait détester les partis, quels qu’ils soient.

    Ils sont perpétuellement à la recherche de discordes, de disputes, d’adversaires et de conflit, par construction ils sont condamnés à cette logique, et ils ne servent pas l’intérêt public et national.

    • .. allez je mange un peu de merde .. c’ est ce qui fait le sens de la polémique (Mr) Soral qui prend au piège (Mr) Soral lui-même, diviser pour éblouir par le spectacle du même (aliénant et réifiant), qui crée son parti .
      Ce spectacle raconte à qui veut l’ entendre .. Peuple vous avez besoin de nous ! Nous vous représentons !! Vous ne sauriez acquérir une réelle autonomie !! L’ autonomie ne réside que dans sa perte : l’ assujettissement aux partis et à l’ avant-garde éclairée ! On connaît ça donne le mur de Berlin et l’ assassinat des marins de Kronstadt ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Stepan_Petrichenko )
      Ce qui emerge de Tunis à Hong-Kong .. C’ est touche pas à mon Être !

  8. Le texte appelant à une VIe République disqualifie d’emblée le projet.

    Il y a est en effet dit : « Je demande l’élection d’une assemblée constituante qui fonde avec les citoyens la 6e République. »

    AVEC LES CITOYENS, pas par les citoyens. Tout est dit.

    Il paraît que la société civile est actuellement bien représentée dans le processus démocratique avec le CESE et les CESER. Quand on voit le pouvoir qui leur est donné (aucun, juste celui de produire de la paperasse) ET qui les compose, on ne peut qu’être soupçonneux de ce « avec les citoyens ».

    La formule est bien trouvée : chacun l’interprétera comme il veut, mais elle dit bien que le citoyen n’est pas au centre du processus constituant, ni en tant que rédacteur, ni en tant qu’horizon (celui-là étant la République -- pour elle-même -, et le « pays »).

    Quant aux « nouveaux droits personnels, écologiques et sociaux », d’une part, ils désignent bien l’intérêt premier porté par la future Constitution : le droit personnel plutôt que le droit social (fer de lance anglo-saxon) ; d’autre part, on se demande bien quels sont ces « nouveaux » droits. Les anciens sont obsolètes ? Enfin, ces nouveaux droits sont assujettis à un « besoin ». Lequel ? Pour quoi faire, dans quel cadre, pour qui ? Pour l’économie ? Pour la croissance ? Et qu’est-ce que ça veut dire dans l’Europe, le besoin de « notre pays » ? Vu que notre pays ne peut presque plus rien faire puisqu’il est privé de sa souveraineté. On voit l’ampleur de ces nouveaux droits, à l’heure où il est question du TAFTA.

    Je trouve la rédaction de ces 3 lignes à des années-lumières de la clarté et de l’intelligence humaniste et citoyenne de la Déclaration des droits de l’homme de 1789. Ces 3 lignes sont d’une pauvreté d’esprit affligeante. Les gens qui les ont rédigées y ont longuement réfléchi et les ont pesées et soupesées (enfin, ce devrait normalement être le cas) : cela accouche d’une sorte de nov-langue qui fait table rase du passé et promet exactement le même avenir, un avenir où le citoyen n’a pas plus de droit de décision et voit passer ses droits sociaux derrière ses droits personnels.

    Bref, ce projet m’inquiète.

  9. Judith, je suis un peu déçu là. Pour introduire mon propos, je vous vous poser cette question. À votre avis, quelle critique porte le plus ses fruits dans l’esprit de Soral et de ses supporters : la vôtre quand vous dites comme tout le monde que Soral est antisémite, sexiste et homophobe ou celle de Chouard quand il dit que Soral est un résistant authentique mais qu’il n’est pas respectueux des homos et qu’il n’est pas démocrate ?

    Judith Bernard est habituée à porter des critiques fondées sur les écrits et y oppose des arguments. En revanche, dès qu’on en vient à Soral, je constate qu’elle ne vaut pas mieux que les adversaires hystériques de Soral, ceux-là même qui s’acharnent aujourd’hui sur Chouard, avec les mêmes techniques. Judith, je ne vous en veux pas de ne pas bien connaître les propos de Soral. Ses livres (j’en ai lu un seul, Comprendre l’empire) n’ont aucune qualité littéraire ni académique et ses apparitions sur Internet glacent le sang à première apparence tant la forme est provocatrice et insultante.

    On peut être d’accord ou pas avec Judith sur le cas Soral (« antisémite », « sexiste » et « homophobe ») mais on est obligé de constater qu’il ne doit pas dire que des choses fausses pour s’attirer à la fois tant de supporters et les foudres du pouvoir. Alors j’aimerais poser cette autre question à Judith : derrière les insultes et les provocations de Soral, qui sont certes incessantes, n’y a-t-il pas un petit quelque chose de vrai sur des sujets comme le sionisme, l’antiracisme institutionnel et la féminisation ? Disons qu’au lieu de vous laisser aller, même en pleine conscience, à la lapidation publique de Soral sur ces points, vous vous seriez grandie à reformuler au plus juste les propos de Soral sur l’un d’entre eux pour montrer votre capacité d’écoute et de débat, et enfin contredire ce qui vous parait dangereux.

    Pour dire les choses autrement, la ligne de défense consistant à dire « il n’y a aucun lien entre nous, nos idées et le Mal » revient à tomber dans le piège tendu par ceux qui s’inquiètent de l’influence du tirage au sort. C’est une ligne de défense complètement inefficace, car on vous ressortira toujours un de vos amis qui a parlé avec un autre type qui a mis un lien vers le site de Soral. Il est impossible de se défaire de cette stratégie si l’on accepte de rentrer dans son jeu !

    La seule ligne de défense durable qui vous permettra de maintenir votre intégrité intellectuelle sur la longueur, c’est celle de Chouard : discuter avec tout le monde, valider les points qui vous paraissent justes et contredire les autres, puis continuer à discuter sur les points de désaccord. Vous Judith, votre ligne de défense vous obligera très rapidement à surenchérir sur le Mal, personnifié par nos détracteurs en Soral, Dieudonné, Bricmont, etc, et bientôt Chouard. À terme, cela vous mènera à dire la même chose que vos détracteurs sur bien des sujets et non ce que vous pensez vraiment.

    Moi, perso, j’aimerais pas finir comme ça, alors ressaisissez-vous :D.

    Je vous aime bien quand-même, parce que vous êtes courageuse mais quand-même, il faudrait écouter quelqu’un avant de le critiquer !

  10. Il y a urgence sans tomber dans « Capitalisme ou Barbarie » : je lis :
    Cela dit, cette rupture historique ouvre en même temps aux structures sociales dans l’impasse des marges de manœuvre pour un dépassement conscient et émancipateur du régime capitaliste en déroute, afin de prévenir une chute dans la barbarie qui se profile déjà à la périphérie.

    Voilà la vraie course faire sens dans un dépassement conscient et émancipateur .. dans la radicalité de l’ entraide et de l’ Amour.
    http://www.palim-psao.fr/article-plongee-dans-la-guerre-civile-mondiale-par-thomasz-konicz-124568714.html

    • La force tranquille n’ a pas de peur

    • Les vertus (épistémiques) ne connaissent pas la division

      • Je lis :
        Il s’agit de questionner le problème des qualités personnelles nécessaires pour parvenir au vrai, ou du moins pour effectuer une recherche intellectuelle. Le problème n’est plus amputé de sa dimension émotionnelle au seul profit d’une vie intellectuelle idéalisée et détachée de son ancrage affectif (qui est aussi inefficace pratiquement qu’elle induit en erreur les théorisations pédagogiques pour comprendre ce que signifie « penser »).

  11. la ‘fausse gauche’ du m6r, exige de Judith B qu’elle se soumette au rituel de bannir Soral de la bien séance publique et Judith, bonne fille, s’y prête pour rabibocher le débat.

    Ce faisant, cette fausse gauche s’exonère de critiquer ses positions bienveillantes sur le fascisme européiste et financier que par ailleurs Soral critique, et qui lui donne droit au débat en faveur de la démocratie, quand bien même ce serait de sa part une avancée masquée pour promouvoir son despotisme éclairé.

    La démocratie, et chaque citoyen responsable sait d’une part, que Soral est plus ‘un déconneur’ monté en épouvantail qu’un véritable danger pour la démocratie d’autant qu’il la revendique et ne s’y oppose pas et d’autre part, que des procédures réellement démocratiques, donc celles qu’on désire mettre en place, ont beaucoup plus à craindre de fanatiques comme ‘les’ sénéchaux qui s’y opposent et font tout pour l’empêcher; en leur nom propre ou pour le compte de qui? au fait.

    Les seuls ennemis de la démocratie sont ceux qui cherchent à diviser les forces constitutives du peuple. En attendant tout cela n’est que prétexte pour s’asseoir sur la critique du fascisme financier européiste. Carence qui empêche d’en finir avec cette gauche ‘ de couleur’, et c’est pas du rouge, ce serait plutôt du blanc! la couleur politique des monarques et des théocrates.

    • à ceci prêt qu’ il vient de quitter sa posture de déconneur/aventurier/déconstructeur/essayiste pour créer un parti et faire du fric avec :
      1) ses livres
      2) les spectacles de Dieudonné
      Tant qu’ à faire de déconstruire faisons le à moitié et par ici la bonne soupe

      • Je n’ai pas le lien avec moi, parce que je n’y attache pas non plus davantage d’importance que ça, mais de mémoire, dans une vidéo récente qu’il a faite avec dieudo pour annoncer la création de leur parti, ils annoncent clairement qu’ils sont des déconneurs, et que leur création de parti est ‘pour une part importante’, une fuite en avant pour instrumentaliser leurs défense contre les retours de leur critique du système. ce que je crois assez volontiers.

        En tout état de cause, et pour le moment ces gens là ne mettent pas l’émergence du processus constituant populaire en péril. Contrairement à d’autres gauchistes autoritaires et patentes qui eux se prennent très au sérieux!

    • tu planes à combien toi? Depuis quand Soral est devenu un pro démocratie? Tu l’as jamais entendu parler ou quoi? Un mec qui fait la promotion d’un coup d’Etat, déjà c’est louche mais quand il le dit lui même, comment tu peux encore le défendre? Tu l’aimes à ce point là?
      C’est quand même incroyable comme les gens sont des moutons et se sentent obligés de suivre un chef, soit ton propre chef…

      • ais je dis quelque part que Soral etait pro démocrate ?

      • je crois que tu ne sais lire .. ou bien tu le fais exprès

        • tu as posté pendant qu ej’écrivais^^
          Je parlais à Mic El 😉

          • Momo, je remercie Éliade d’avoir répondu a ma place(- par hasard, mais tu n’aurais pas du te sentir visé éliade)! mot pour momo je signe!

            je ne l’aime ni ne le défend. il m’indiffère! le soso.

            Mais je fais remarquer que certaines instances soi disant gauchistes utilisent la bannissement de Soral comme prétexte pour ne pas critiques leur propre position autoritariste et antidémocrate, européiste, et j’en passe. Ce qui est une des causes majeures du délitement de la gauche. ELLE N’A QU’A CESSER D’ÊTRE AUTORITAIRE !

    • Jolie analyse ! (Mic El, 13h15)

      • @Mic El (18h23)

        « autoritariste et antidémocrate, européiste, et j’en passe.  »

        Je suis d’accord, à part pour l’Europe où je voudrais une « Europe des peuples » et non capitaliste comme c’est le cas aujourd’hui.

        « Mais je fais remarquer que certaines instances soi disant gauchistes utilisent la bannissement de Soral comme prétexte pour ne pas critiques leur propre position  »

        Je suis d’accord également, mais il faut aussi les comprendre. Les idées que défends Soral sont à l’opposé de la gauche et je pense qu’elles sont très dangereuses. Le fait est là pour moi, un jour où l’autre il faut choisir son « camp » (même si ça paraît triste comme ça).
        Car nous ne vivons pas dans un monde magnifique, et il existe certaines personnes qui prônent l’intolérance, et ces gens là, pour construire une société harmonieuse, il faut les combattre, pour quelqu’un de gauche en tout cas (si on a pas envie que le passé se reproduise).

    • pas difficile d’imaginer quelques scènes à venir (Soral est le nouveau Le Pen pour les médias, même pire, vu que Le Pen aussi crache sur lui) :

      -- Cette idée complotiste de tyrannie de l’Europe M. Chouard, ça ressemble à du Soral ! Je croyais que vous vous en étiez éloigné ?..

      -- Pourtant vous saviez que Soral était antisémite. Vous êtes bien contre l’antisémitisme ? Je me demande c’est tout, je ne suis pas dans le secret de votre âme

      -- le tirage au sort est bien défendu par M. Chouard ? Je croyais pourtant qu’il s’était éloigné de l’antisémite fasciste Alain Soral ? Pas tant que ça alors ?

      -- Vous êtes contre l’antisémitisme alors finalement… Très bien, répétez-le, parce que c’est important. Vous rejetez donc Alain Soral et son discours délirant d’un supposé lobby ? parce que vous n’êtes pas antisémite, si ?

  12. Bonjour,

    je trouve que ce que dit Judith Bernard est très bien, mais pourquoi Etienne ne pas prendre position contre Soral (et le FN aussi, dans ces moments de replis nationalistes, ça me semble être une bonne idée quand même).

    Car dans cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=P835JQmtKOk tu dis que c’est ne pas être politisé que de dire que Soral est fasciste et antisémite. Or jusqu’à preuve du contraire, Soral veut instaurer (comme l’a si bien dit Judith) un despotisme éclairé, et il nous fait croire qu’une fois, du haut de sa toute puissance, qu’il aura « éclairé » le peuple (ou virer les juifs et les autres qui le font chier), il mettra en place un tirage au sort (la bonne blague).

    Voilà ce que dénoncent les antifascistes, la reprise du tirage au sort par des fascistes (car mettre en place un despotisme et donc un Etat fort, c’est du fascisme, inutile de faire un dessin sur l’avenir du mouvement révolutionnaire et sur les autres contestataires si ça se produit, il dira que ce sont des sionistes et le tour est joué, mais il suffit de voir son réseau pour voir qu’il traîne surtout avec des autoritaires acharnés, et que la liberté il s’en tape pas mal).

    Quand tu dis que l’UMP et le PS sont fascistes, tu es sérieux? Ils sont au service du capital ok (comme tout parti politique) mais de là à dire « fascistes » faut pas pousser, les opposants (quoique ça chauffe ces temps ci) ont quand même un minimum le droit à la parole, dans un Etat fasciste c’est pas vraiment le cas, inutile de parler des chemises noires je pense.
    En gros tu es sur que tu es politisé (que tu connais vraiment l’histoire du fascisme et de l’extrême droite et ce qu’ils ont fait aux anarchistes par exemple? Et pas à travers Soral, car pour lui tous les gauchistes sont des trotskistes, et les antifascistes sont les fascistes, bref tout à l’envers).
    Que tu te dises anarchiste, je veux bien, mais défendre des gens qui veulent un Etat tout puissant avec une police toute puissante, je vois pas en quoi c’est anarchiste.

    Bref pour moi tu fais le jeu des ces personnes qui s’en foutent pas mal du peuple, et si tu te renseigner un peu plus tu verrais les déclarations de Soral sur les juifs, c’est pas juste de l’antisionisme (pareil pour Dieudonné au passage). Un jour où l’autre il faut prendre position contre l’intolérance et le pouvoir, et arrêter de rester flou (comme ces personnes restent floues sur leur antisémitisme d’ailleurs).

    Je comprends que tu ne veuilles détester personne, que tu te dise que ces gens sont pas tous des idiots, mais il faut voir, au delà des personnes, ce que leur projet politique apporterait. Et personnellement je trouve pas ça très beau. Pour beaucoup, en défendant ces personnes, tu défends leur projet politique, donc pas étonnant que tu te fasses fichés parmi les « fascistes »…

    Merci de m’avoir lu et bonne journée.

    • hop hop .. pas si vite … c’ est quoi ces mots … bonne journée .. qui mets la planète à feu et à sang sans États d’ Âmes ?
      Merci de m’ avoir lu … bonne journée .. je vais boire mon faux rhum .. ma TAZ de thé donc 🙂

    • Momo .. vous n’ avez pas répondu : ais je dis quelque part que Soral etait pro démocrate ?

      • regarde plus haut…

        Et sur le « bonne journée » il y a quoi qui te choque en fait? C’est juste de la politesse, on a pas le droit?

        • heu .. quiproquo .. je devais être énervé .. je n’ ai pas beaucoup dormi .. je vous prie de m’ excuser momo

        • Arrêtez de jouer, Momo, les temps sont plus que sérieux.

          • C’est vrai que je m’amuse à perdre mon temps à écrire sur un blog, c’est vraiment marrant…

            Plus sérieusement, j’ai pas le droit de pas avoir ta vision des choses et de demander des éclaircissements sur certains points?

            Car je pense que la situation politique actuelle vaut le fait qu’on soit clair dans ce qu’on dit. C’est pas ma faute si Soral clame haut et fort qu’il est national socialiste et qu’Etienne continue de dire que c’est un « résistant ». Vu qu’il dit que c’est un anarchiste, alors c’est, pour moi, la plus grande traîtrise qui soit.

            Je veux juste une réponse, d’Etienne ou de quelqu’un d’autre s’il a l’envie de me donner son point de vue, mais avec des arguments par contre 🙂
            « Arrêtez de jouer, Momo, les temps sont plus que sérieux. »: ça c’est pas un argument pour prendre un exemple.

  13. Un parti ne peut être démocratique, il n’est que le vivier d’oligarques en devenir. Le peuple est un et indivisible, chaque citoyen ne peut en être exclu pour ses idées, il incombe à la société d’harmoniser toutes différences et divergences sans user de la force et de l’oppression.

  14. @Momo
    « Car je pense que la situation politique actuelle vaut le fait qu’on soit clair dans ce qu’on dit. »
    Pas la situation politique mais le show bizz politico-médiatique. On ne peut pas entrer dans ce jeu là sans y laisser des plumes quoi qu’on dise : on va (peut-être) arriver à se mettre d’accord (comment ?) sur un guignol (fasciste pas fasciste, anar pas anar, gauche pas gauche etc…) et alors, il y en a plein d’autres, ça n’a aucun intérêt, il faut justement laisser tomber ce bébé avec l’eau du bain du système actuel.

    • Le système actuel on est bien d’accord, mais certains guignols ont des projets de société quand même, et il est intéressant de voir ce que c’est non? (et voir dans quoi ça nous entraînerait?)

      • Oui mais quand tu vois le nombre de post qui concerne le même sujet, à savoir si Etienne est ce qu’il est (et entre nous il est lui-même, alors ?) ou autre chose (quoi ?) et si chacun des guignols a un vrai programme (on peut rajouter plein de gens : Sarko v/ Hollande etc, sa vie, son oeuvre et pourquoi Etienne ne lui -qui?- a pas encore parlé -- à qui?-).
        Je pense de plus en plus que le bruit va envahir ce blog et le discréditer, j’ai déjà du mal à suivre les propos pertinents.
        D’ailleurs il serait bien de synthétiser les propositions de marche à suivre pour atteindre le début du commencement, avant quoi -mais de quoi?- et les pauvres qu’est-ce qu’on en fait ?
        Ce que je dis n’apporte pas grand chose mais au moins le propos est bref !

        • Ben personnellement j’aime bien savoir ce que pensent ceux qui proposent des alternatives, après c’est différent pour chacun j’imagine.

        • Celui qui se bat pour la démocratie se bat pour que tous gouvernent et non pas pour que lui-même gouverne, ni même son parti. Donc ce qu’il pense des thèmes périphériques est très secondaire puisque s’il « gagne » il disparaît.

          Les thèmes périphériques sont passionnants, nous devons les traiter, mais ne serons jamais d’accord sur tout : le désaccord sur ce qui est second est inéluctablement partie du paysage.
          Que ce qui est second ne nous fasse pas perdre le nord, ni notre énergie.

          Certains thèmes sont me semble-t-il utilisés pour salir le mouvement vers la démocratie. Je vois là une nuisance volontaire.

  15. Momo,
    « Plus sérieusement, j’ai pas le droit de pas avoir ta vision des choses et de demander des éclaircissements sur certains points?  »

    Bon je ne sais pas si tu connais « Ma vision des choses » pour pouvoir ainsi dire. Mes propos d’ailleurs ne sont pas si intéressants que cela.
    Alors entretemps, vous feriez peut-être mieux d’étudier bien, mais vraiment bien les propos d’Etienne Chouard et de ceux qu’il a conseillé de lire ou à voir, plus les commentaires liés à ces textes AVANT de chercher à tout prix un penchant fasciste qi’il vous faut à tout prix trouver maintenant puisque c’était marqué dans L’Express… c’est se mettre dans le jeu médiatique, (comme disait Thierry, je suis de cet avis) mais il y a tellement de choses à FAIRE.

    • Je ne dis pas qu’Etienne est fasciste, mais qu’à cause du fait qu’il « défende » (on peut quand même pas dire défendre non plus c’est trop fort je pense) Soral, certains (et c’est pas étonnant) se disent qu’il est complaisant avec lui et donc qu’il penserait comme lui, et moi je dis que rester dans le flou à son propos ne l’avantage pas et qu’il devrait dire si le projet politique de Soral le dégoûte ou pas?
      C’est tout…

    • Contrairement à certains d’entre nous ici qui opérons plus ou moins sous le sceau de l’anonymat et poussons la liberté de penser et de réflexion parfois/souvent jusque dans ses derniers retranchements, si je puis dire, ÉTIENNE, au contraire, se doit à une certaine réserve en tant qu’intervenant public, sans compter que ces thématiques comme cet engagement touchent des réalités et des enjeux d’une extrême importance (…), comme il se doit également à la diplomatie dans ces interactions, ces partages, cette écoute attentive d’autrui, ce mi minium en même temps que ce postulat de toute démarche démocratique authentique et sérieuse… ÉTIENNE est suffisamment cohérent dans son discours et intègre dans sa démarche pour je point se poser ou exiger à tout prix une réponse ou ce genre de précision, d’avis plus tranché encore sur untel ou untel. Combien de fois lui ai-je posé indirectement ou non une question sans en voir jamais la réponse ni la couleur, lui qui reçoit des notifications à ne plus savoir quoi en faire et moi parfait anonyme ^^

      • Oui je comprends et je m’attends pas à une réponse de sa part, mais pour moi même si on défend le tirage au sort qui est censé profiter aux 99%, on met de côté les antagonismes qui existent (de par son histoire, sa culture ou sa réflexion) au sein du peuple. Et comment être sur que par un vote, une minorité ne se fasse pas opprimée par la majorité à cause d’une certaine loi?

      • Car l’intérêt général ne peut aller contre l’intérêt individuel, comme chacun des deux a ses priorités, ses exigences mais également ses limites, la loi du plus grand nombre, de la majorité ne pouvant en imposer à la dignité et à la liberté des individus, le bien commun états avant tout ce respect de tous et de chacun, plaçant la nécessité économique et politique à l’étalon du citoyen et des individus, la société étant au service des Hommes et non ces rapports de force et de lois nous obligeant et nous contraignant sans cesse davantage… bref, c’est bien à nous de définir au départ ces rapports égalitaires entre nécessités communes et souveraineté individuelle, en d’autres termes, se donner les moyens de mener à terme les projets utiles à tous, voir au plus grand nombre, une majorité sans pour autant léser personne : bon sens, logique, respect, écoute, didactisme, réflexion, délibération, consensus.

        • … le bien commun ‘étant’ et non ‘états’_ou quand le Verbe fourche ^^

          • Je suis d’accord mais je pense qu’aujourd’hui pas mal de personnes restent intolérantes et trop égoïstes hélas.
            Et puis prenons un exemple, le mariage pour tous. C’est plus égalitaire non? Pourquoi tant de personnes sont sorties dans la rue pour vouloir le supprimer? Pourtant ils devraient aussi avoir cette liberté en tant qu’individus non?
            Un changement de mentalité je pense est nécessaire, mais j’ai pas l’impression qu’on pousse vers cet objectif ces temps ci.

  16. @momo,
    En parlant d’Étienne tu dis: « Que tu te dises anarchiste, je veux bien, mais défendre des gens qui veulent un État tout puissant avec une police toute puissante, je vois pas en quoi c’est anarchiste. » et plus drôle mais malheureusement beaucoup plus chien de garde : »En gros tu es sur que tu es politisé (que tu connais vraiment l’histoire du fascisme et de l’extrême droite et ce qu’ils ont fait aux anarchistes par exemple? »

    Je voudrais bien rester aussi poli et courtois qu’Étienne, mais ce n’est pas mon tempérament.

    Momo t’a viré antifa ou quoi, tu tenais des propos beaucoup plus sensé il y a quelques mois! où mais où a-tu entendu Étienne défendre un état puissant et une police puissante, ni même entendu défendre des gens qui défendent un état etc…

    Soral n’est pas la question! ce n’est ni un objet ni un sujet.

    Le propos n’est pas la!

    La question est : doit-on obéissance aux potentats sénéchaux, et à la cohorte d’autoritaristes de gauches qui EXIGENT qu’Étienne bannisse Soral. Quand la situation est comme le dit parfaitement J Stéphane : »Le peuple est un et indivisible, chaque citoyen ne peut en être exclu pour ses idées, il incombe à la société d’harmoniser toutes différences et divergences sans user de la force et de l’oppression. »et surtout à une société qui a l’ambition d’être démocratique!

    Or il semblerait que par rapport à cette question : doit-on obéissance aux autoritaristes tu prenne une position sans aucune ambiguïté!…

    • Momo,
      je reconnais que dans: « Soral est plus ‘un déconneur’ monté en épouvantail qu’un véritable danger pour la démocratie d’autant qu’il la revendique et ne s’y oppose pas », mon clavier devait être un peu gras, je voulais signifier: est plus ‘un déconneur’ monté en épouvantail qu’un véritable danger pour la démocratie d’autant qu’il fait mention du tirage au sort et ne s’y oppose pas…

      • « est plus ‘un déconneur’ monté en épouvantail qu’un véritable danger pour la démocratie d’autant qu’il fait mention du tirage au sort et ne s’y oppose pas… »

        Personellement je l’ai écouté, et il dit en gros qu’Etienne est trop naïf de penser que le peuple pourra s’autogouverner comme ça, et qu’avant il faut établir un despotisme éclairé. En gros il pense que le peuple est trop con pour savoir lui même ce qu’il veut et où est son intérêt et que lui, être suprême, devrait aider cet imbécile de peuple avant. Pensée typiquement fasciste au passage.
        Donc le fait qu’il ne s’y oppose pas, c’est que dans son esprit il n’y a pas à avoir peur de ça, et puis vu qu’Etienne (et tous les autres) fait quand même parler de cette idée, qu’elle devient « à la mode », ça serait une grosse erreur politique de d’aller à son encontre. En gros il dirait « je suis pour la démocratie je le jure » je le croirais pas.

        « Momo t’a viré antifa ou quoi, tu tenais des propos beaucoup plus sensé il y a quelques mois! où mais où a-tu entendu Étienne défendre un état puissant et une police puissante, ni même entendu défendre des gens qui défendent un état etc… »

        j’ai toujours été antifa, désolé^^ Je pense que tu te fais (et d’autres sur ce blog) des idées aussi sur les antifa mais bon… A croire que c’est le nouveau fl »au, désolé on veut juste pas vivre un nouveau fascisme et se voir enlevé toutes nos libertés^^

        Le fait est qu’Etienne ne défend pas un Etat puissant etc…, je n’ai pas dis ça (ou je me suis mal fait comprendre), mais que Soral lui le fait, et que pour un anarchiste, je vois pas comment il peut encore le tolérer.

        Soral hélas n’est pas un « déconneur » comme tu dis, tout comme Dieudonné, l’actualité je pense aujourd’hui va en ce sens là (sinon je sais pas ce qu’il faut de plus). Ce sont des hommes politiques, avec une vision politique, selon laquelle les sionistes (les juifs en fait, mais ils vont pas reprendre un truc si primaire, il faut rendre le paquet joli avant de le refourguer) dirigent la France, et avec les USA le monde (ce qui est quand même fort).
        En gros Soral est un mec intolérant et autoritaire, je vois pas en quoi ça va aider la société de parler avec un mec comme ça.
        Et je suis pour la société avec tout le monde, mais ceux qui veulent pas être avec tout le monde, on fait comment? Ceux qui tabassent quelqu’un car il est différent (gay, trans, noir, violet, vert etc…) il en voudra de ta société avec tout le monde?
        J’ai des doutes…

        • Pour Momo encore:
          je suis sûre que le propoos n’est pas du tout cela: « quelqu’un de différent sera exclu … » si tu es « different » tu apportes des choses importantes, puisque tu regardes par un autre angle. Voilà c’est tout. Par contre je ne vois pas de règles que tout le monde qui est différent apporte automatiquement du bon. C’est pas parce que Jacques Lang est homosexuel qu’il apporte du bien. Vous voyez? D’aprés ce que j’ai compris -- et j’insiste à ce que Soral n’est absolument pas le propos dont il s’agit en vérité -- mais d’après ce que j’ai compris, Soral parle de ces courants-là. (« Ah! un tel me critique parce que je suis homosexuel! » … « mais non ,il te critique parce que tu es criminel! » … « mais bien sûr! en plus, je suis membre de la communauté x ou y! » … « mais non, il te critique parce que tu a fait des trucs énormes! ».. « Ah! Tu vois, si je n’étais pas membre de ci ou de cela, tu me critiquerais sûrement pas! » … Mais si, mais si, je te ne critiques pas pour être membre de ci ou de cela, mais parce que tu dis des trucs affreuses, parce que tu fais des trucs incroyables… ») -- voyez-vous?

          On a mieux à faire.

          • Le but c’est pas que quelqu’un apporte quelque chose de différent ou non, c’est qu’il puisse l’être sans être stigmatisé. La simple liberté d’être qui tu veux être.

            Concernant Soral je vois oui, mais il a écrit des choses aussi, concernant le lobby homosexuel (comme ça on pense qu’ils dirigent le monde et je sais pas quoi) par exemple, sur les femmes pas la peine de préciser on sait ce qu’il en pense^^
            Et puis il a écrit bien sur « Comprendre l’Empire », qui donne sa vision du monde et autant dire qu’elle est assez étrange…
            Il essaie de passer pour quelqu’un qui veut mettre un terme au communautarisme, alors qu’en fait lui même divise les communautés entre elles (à part pour les musulmans et les chrétiens).

        • « Un jour où l’autre il faut prendre position contre l’intolérance et le pouvoir, et arrêter de rester flou ». Totalement d’accord avec toi Momo.

          Et le grand argument de ‘gauche’ (les ‘  » ‘ sont pour signifier que cette gauche autoritaire est une usurpatrice) : « on ne peut pas parler avec tout le monde », donc Chouard doit virer ses liens avec patin couffin, suivi du truc genre ‘il y a une ligne à ne pas franchir’.

          c’est de cette ligne et où elle se place dont je veux parler.

          Momo, je crois jusqu’à preuve du contraire que tu pose cette ligne à l’extérieur, dans le champ politique objectif, pendant que c’est en moi, dans mon champ politique intérieur, que Je me dois de l’imposer.

          Et d’abord parce que je ne me reconnais aucune droit à exercer une autorité personnelle sur qui que ce soit. Et c’est exactement ce que je reproche à cette gauche autoritaire, comme à tous les autoritaires, de quelque bord qu’ils soient: à la Sénéchal, ou à la façon des tous les dominants depuis la nuit des temps, qui s’arrogent le droit d’exercer une autorité sur autrui.

          les autoritaires ne sont pas de gauche démocratique, si tant est que gauche autoritaire ait le moindre sens.

          Il s’en suit que dans l’analyse du champ politique, aux oppositions droites/gauche, et haut/bas, il faut ajouter l’opposition intérieur/extérieur, et comprendre que l’exercice du pouvoir sur les autres est contraire à l’émancipation, alors que la seule autorité véritablement légitime est celle qui s’exerce de soi sur soi, parce qu’elle est la seule source authentique d’émancipation.

          • Je suis plutôt d’accord avec tout ce que tu as dis.

            Mais cette ligne dont tu parles, tu dis la mettre à l’intérieur de toi, sinon en gros tu exerce une autorité sur quelqu’un d’autre c’est ça?
            Pour moi c’est ce que devrait faire tous les humains^^
            Mais il faut bien reconnaître que certains veulent exercer un pouvoir sur les autres, sinon il n’y aurait déjà plus de présidents, ministres, capitaines ou chefs (bref plus de hiérarchie).
            Or si tu dis ça à certains ils vont te dire « Oh Mon Dieu! C’est impossible, ça serait la loi de la jungle! » et d’autres « C’est impossible, les hommes ne sont pas égaux donc certains doivent diriger les autres ».
            Or les gens d’extrême droite c’est plutôt la dernière, pour eux, des gens sont nés leader et doivent diriger le reste du troupeau, trop abruti pour ça.
            Comment défendre ces gens là, ou même leur donné un quelconque crédit quand ils ne rêvent qu’à exploiter leurs frères?

          • Momo,

            Il ne s’agit pas de défendre les autoritaires, mais de s’en défendre!

            Et je n’ai jamais entendu Étienne prendre fait et cause pour des méthodes autoritaires, sinon je ne m’intéresserais pas à son travail!
            Étienne s’est intéressé à la teneur de certaines analyses de qui vous savez, mais a clairement signifié qu’il s’opposait à ses méthodes!

            Ce n’est pas l’origine des autoritaires, de droite ou de gauche qui soit un préjudice à l’émancipation de tous. C’est le fait qu’ils exercent ou désirent exercer une autorité, abusive et arbitraire sur les autres.

            De ce point de vue, démocratique, les autoritaires de gauche ne sont pas moins à blâmer que ceux de droite. Quand on voit le mépris avec lequel un sénéchal traite les idées et les volontés démocratiques, on n’a que l’embarras du choix sur les conclusions à en tirer, soit que la gauche est antidémocratique, ou que l’autorité de certain leader (dealer?) de gauche qui font fureur et oui! est antidémocratique! voir les deux!?

            L’abus d’autorité ne commence pas à la hiérarchie. difficile de priver de hiérarchie quelqu’un qui la revendique, comme un enfant y cherche des mesures.

            À mon sens, une des erreurs moderne de la gauche est de vouloir ‘remplacer’ un refus des hiérarchies illégitimes par une volonté forcenée d’égalité, de confondre les deux. Alors que la disparité de nos qualités ‘naturelles’ montrent à l’évidence que nous ne sommes pas égaux. Mais ces différences ne justifient en rien, en aucun cas, de se prétendre investi d’un quelconque autorité sur autrui!

            Et ceci est précisément l’objet de l’élaboration démocratique.

            Ceux qui disent le contraire sont des forcené de pouvoir sur autrui, généralement inféodés à un chef, des sandys transparentes… 100 obscures 10 transparente…

            L’abus d’autorité commence dès que l’un veut exercer un pouvoir sur l’autre contre son gré, même s’il n’est pas formulé par les plus faibles, les enfants, les animaux.

            Considérer comme légitime une autorité qualifiée de naturelle mais qui n’est en fait que personnelle est en soi un abus de pouvoir. suivez mon regard….

    • Mic El, quand Etienne fait l’éloge de Soral et conteste qu’il soit fasciste d’un côté et que Soral explique que la juste hiérarchie c’est les aryens qui dominent et les juifs qui obéissent :
      http://www.dailymotion.com/video/x1zst4f_du-national-soralisme-ou-alain-soral-se-lache_webcam#from=embediframe
      Ca commence à 2min34.
      N’est-il pas normal de se poser des questions sur Etienne ?

  17. Jacques Lang est homosexuel ?

  18. « Alain Soral et ses discours délirants » ;
    « Soral produit un discours que j’exècre » …

    Oh mon Dieu, mais qui est ce Soral, « tout le monde en parle » mais personne l’invite, personne ne veut débattre avec la Bête immonde !!!
    Que Monique ne comprenne pas ce qu’il dit, passons, mais Soral s’est expliqué en long en large maintes fois, faute être sourde ou pas futée, suffit de lire/voir ses productions !
    C’est sans doute pour çà qu’elle n’a pas compris ce qu’était Médiapart, la « 6ème république » ou Mélenchon : elle adhère aux idées gauchistes au service du mondialisme, alors que nous pauvres antisémites, nous voulons sauver not’ pays !
    Si çà vous fait plaisir, soit, soyons antisémites puisque votre compréhension ne peut visiblement s’élever plus haut -- çà bloque -, mais la question reste la même : QUE FAIRE face à l’austérité de l’UE et de la haute finance ?
    Et là, la solution de Mélenchon de fonder un parti de gauche européen, c’est niet : il ne veut pas sortir de l’UE, il veut y rester ce collabo, normal pour un trotskiste !
    Vive la Réconciliation Nationale, un peuple, une nation, .-

    • Monsieur PATRIE il ne s’ agit pas d’ aimer ou de ne pas aimer « PATRIE » « réconciliation nationale » ou ‘Mr Soral » mais bien plus de voir dans la « zone d’ autonomie temporaire » actuelle et la « crise des instruments financiers du capital » la conséquence des contradictions internes de la pieuvre capitaliste et Mr Soral doit le savoir lui qui a fréquenté les marxistes (il a, ou dois je dire vous avez, pris connaissance par exemple de la théorie de la baisse tendancielle du taux de profit). Le capital est en crise de l’ investissement, son dernier retranchement est la manne guerrière.
      Capitalisme ou barbarie voilà ce que susurre le monstre à l’ agonie.
      Face à ce talon d’ Achille, et face à la mondialisation de l’ économie totalitaire,
      le repli national est une illusion dont certains pourraient s’ emparer pour déclencher la guerre civile. Face à cela .. la force tranquille de l’ Être humain recouvrant sa capacité d’ être politique (politeia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Politique ) relevant la tête, se mettant debout n’ a pas besoin de l’ agitation, du mouvement brownien des agitateurs professionnels.
      L’ obsolescence programmée des partis est à la mesure de ma dignité retrouvée. Vite une constituante tirée au sort !!

    • Tiens un fan!

      Est ce que tu es pour l’émancipation de l’individu et leur reprise en main de leurs vies (j’entends par eux même bien sur)?

      « C’est sans doute pour çà qu’elle n’a pas compris ce qu’était Médiapart, la « 6ème république » ou Mélenchon  »

      C’est quoi en fait?

      « QUE FAIRE face à l’austérité de l’UE et de la haute finance ? »

      Tu penses que la nationalisation ça va faire que ça va mieux? Car l’austérité et la haute finance ça vient du capitalisme, or un capitalisme d’Etat ça marche très bien aussi (et ça ne changera donc pas grand chose).

  19. Madame, Judith je vous soupçonne une capacité d’écoute pour le moins peu banale, qui souligne une générosité singulière.
    Comment vous dire, vous êtes une journaliste que j’aimerai entendre tout les matins.
    Nous sommes des millions a souhaitez un monde plus juste, ou nous aurions la charge de nous occuper de ce qui nous incombe, de nous approprier notre pouvoir politique. Je suis Belge et de ce fait, je subis comme l’immense majorité de mes convives , le dictat de l’antidémocratie par excellence .
    Comme l’ explique très justement étienne, celle-ci n’est pas due a un complot quelconque, c’est plutot l’addition de tout nos renoncements respectifs abandonnés a peu de frais , pour la promesse d’un veau d’or dont on ne saurai que faire.
    Bien entendu, nous ne sommes pas encore très nombreux, mais votre intérêt pour le tirage au sort, a pour effet immédiat de me redonner de courage dans cette lutte. Donc merci a toi, étienne et tous les autres.
    Un proverbe indien nous raconte que avant de prendre une décision, il y a lieu de penser a ses conséquences pour les sept générations a venir.
    Je prends donc la décision de défendre le tirage au sort pendant les deux cent prochaines années.

    • Certes Monsieur il y a addition de renoncements … mais
      1) la bête du profit est rapide, agit avec constance et obstination.
      Elle a le corps armé.
      2) il fallait travailler … à notre survie.
      La promesse du veau d’ or personne n’ y a cru au début puis à cause de la propagande spectaculaire marchande, certains s’ y sont résolu par fétichisme (de la marchandise).
      L’ économie totalitaire d’ exploitation, pourvoyeuse de la condamnation à mort qu’ elle prononce à l’ endroit de celui qui ne travaille pas à en accroître la puissance, est entrain de rencontrer son propre débordement chaotique.
      Fin du délire de l’ Icare capitalistique.
      Ceci pour dire que ce n’ est pas faute de lucidité et grâce à ses luttes (de révolte) que l’Être humain se met debout encore et encore. A drogua basta !

      • … par fétichisme (de la marchandise) et par intoxication par la valeur travail dernier bastion de l’ esclavage … lisons ici la : « lettre aux vivants sur la mort qui les gouverne » .. et de quelques moyens de s’ en débarrasser

          • je lis (et ne fait pas que ..) :
            Je n’ai ambitionné ici qu’à relier entre elles les résurgences d’une vie désirable, à noter brièvement quelques mesures d’une symphonie du vivant, à relever les signes d’une autre réalité, que la pensée dominante occulte en lisant et relisant sans relâche un monde mis en pages par l’ennui de son dépérissement.

            La faiblesse de l’entreprise tient moins aux balbutiements et aux maladresses, par lesquels la réalité nouvelle tente de s’exprimer, qu’à l’emprise du passé qui s’y perpétue malgré moi.

            Il n’est pas facile de s’éprendre chaque jour de la vie à créer quand chaque jour prédispose à la fatigue, au vieillissement, à la mort. Et l’intelligence de soi est assurément la chose la moins partagée dans une époque qui ne conçoit l’intelligence qu’en la science de parfaire son absurde et croissante inadéquation au vivant.

  20. Charte pour la gouvernance mondiale: c’est insuffisant, il faudrait une Constitution pour la gouvernance mondiale.

    http://www.collegium-international.org/index.php/en/contributions/127-how-big-is-big

    http://www.collegium-international.org/index.php/en/presentation/textes-fondateurs/vers-une-gouvernance-mondiale

    http://www.collegium-international.org/index.php/en/presentation/textes-fondateurs/vers-une-gouvernance-mondiale

    J’ai vu dans le premier texte, en français, deux expressions francophones imbriquées dans le texte:  » A volonté générale capable of practical action » et  » Après moi le déluge ».

    De plus, l’auteur faisait référence à un texte de Jean-Pierre Dupuy: Pour un catastrophisme éclairé »
    http://www.seuil.com/livre-9782020660464.htm

    Alors, bonne journée constituante!

  21. Toute cette chasse aux sorcières ressemble furieusement à la cabale subie par le site le Grand Soir sous la férule d’une certaine Ornella Guyet, infiltrée des services US comme la France et l’Europe en comptent des centaines tant dans les médias que dans le monde politique ou économique (cf. les Young Leaders, voir aussi les dénonciations récentes du journaliste allemand repenti Udo Ulfkotte).
    Compte tenu de l’incroyable ressemblance entre les arguments utilisés par Pascale Fautrier ou Clément Sénéchal et ceux utilisés autrefois par Ornella Guyet (avec notamment le « concept » central de « confusionnisme qu’on retrouve sous la plume de Pascale Fautrier quand la même Ornella Guyet vient de créer le site « confusionnisme.info »), toute cette affaire a du moins le mérite de nous montrer (et d’alerter qui de droit au sein du Parti de Gauche) que le M6r s’est fait infiltré et que des Pascale Fautrier ou des Clément Sénéchal qui ne visent pas le débat mais le sabordage du mouvement (en prétendant à une infiltration du M6r par les tenants du tirage au sort donc, selon le concept extrêmement rigoureux du confusionnisme, des « fascistes »…) jouent un jeu pour le moins suspect.

  22. Constitution mondiale d’Origine Citoyenne, pour une gouvernance mondiale: des textes fondateurs auxquels il manque la vision du plan C

    http://www.collegium-international.org/index.php/en/textes-fondateurs

    Il y a donc ici place à la créativité.

  23. J’ai agi!

    This is a copy of the following message you sent to Collegium International via Collegium International

    This is an enquiry email via http://www.collegium-international.org/ from:
    claude saint-jarre

    Bonjour. L’idée de la gouvernance mondiale est intéressante. J’aime l’article sur Buckminster Fuller. Je vois trop peu d’intérêt au bonheur. De plus, il faudrait au préalable de la gouvernance mondiale, une écriture citoyenne d’une Constitution mondiale dans l’esprit du site Internet Le Plan C
    Portez-vous bien!

  24. Hors sujet:
    Dans son: « Appeal by the Collegium International », il y a mention de proposer un  » Pact of the Peoples » lors de la conférence Paris-climat 2015.
    Il y a une opportunité de faire valoir le besoin d’écriture d’une Constitution d’origine citoyenne locale et globale. Mais  » à qui parler » est difficile à connaître.
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/climat/actualites-liees-au-dereglement/actualites-2014-liees-au/article/paris-climat-2015-la-france

  25. une belle interview avec Daniel Barenboim en ce qui concerne le rôle de l’intellectuel:

    http://en.qantara.de/content/interview-with-daniel-barenboim-the-world-is-suffering-from-a-lack-of-leadership

  26. Laurent Queffelec

    Quelques points important, dont l’oubli me semble être à la racine des arguments utilisés par certains défenseurs du m6r contre Etienne:
    Etienne définit le fascisme comme l’oppression du 1% sur les 99%, mise en place par les partis majoritaires et autorisée par la Constitution. De ce point de vue, Soral n’est pas fasciste. Les tenants du m6r, en majorité, définissent le fascisme comme le pouvoir autoritaire d’un chef omnipotent et xénophobe, et de ce point de vue Soral est fasciste. Encore une fois redonner du sens aux mots. Etienne explique bien cette différence de définition, mais certains « extrémistes » du m6r ne veulent pas l’entendre. Ils sont englués dans leur vision du monde « nous la gauche contre les autres », alors qu’Etienne, si je l’ai bien compris, à plutôt un espoir de « tous ensemble, dans notre diversité d’exploités, pour se défendre des possédants », laquelle vision me paraît incompatible avec la diabolisation de Soral ou de n’importe quel autre. Discuter pour comprendre, discuter pour apprendre, discuter pour convaincre.

    • En changeant le sens des mots on interdit de penser les idées qu’ils portent. Quand Chouard change le sens du mot fasciste et qu’il dédouane ainsi Soral de tout fascisme, n’est-ce pas là typiquement une manipulation ?
      Quand on sait que c’est l’argument produit par Soral lui-même pour essayer de réhabiliter le national socialisme. N’y a-t-il pas quelques questions à se poser ???

      • Laurent Queffelec

        Certes. Je reste sur l’idée qu’il n’y a pas de manipulation (qui implique une volonté d’induire en erreur) mais beaucoup de maladresse. Et que les condamnations d’Etienne vis a vis du racisme, du libéralisme, du Chef Suprême, du gouvernement représentatif sont minimisées par tous ses détracteurs. Le sentiment de révolte qui semble l’animer quand on l’attaque sur ce sujet le pousse a s’emballer et est contre-productif. J’admets que la prise de position contre certaines idées de Soral devrait être plus claire, car ce que je crois comprendre de son analyse ne se défend pas en 3 minutes…

        • Laurent, il y a une autre explication, il a adopté leurs idées tout simplement et il les défend.

          • Laurent Queffelec

            C’est insensé, les idées qu’Etienne défend vont à l’encontre de la doctrine fasciste. Son appréciation de l’homme Soral ou du mouvement E&R n’est en aucune façon une validation idéologique. Par exemple, Etienne soutient Lordon qui affirme qu’on devrait offrir la citoyenneté aux étrangers qui payent leurs impôts, et la retirer aux évadés fiscaux. Soral s’étrangle à une telle idée !!!

          • Insensé ?
            http://frontnat36.hautetfort.com/archive/2012/11/03/etienne-chouard-protectionnisme-frontiere-et-nation-video.html

            Le libre-échange est une folie mortifère, sauf pour les multinationales, qui s’en goinfrent : elles n’ont qu’à choisir dans cet immense supermarché les travailleurs les moins chers, là où elles veulent. (…) Les pauvres ont besoin de frontières. Ce sont les riches qui ont besoin d’abolir les frontières, pour « passer d’un hotel à l’autre » comme dit Attali.(…) Il y a désormais une pensée interdite, celle qui parle du degré d’immigration ou de la quantité d’étrangers qui fait que le corps social disparait. On est sommé d’accepter n’importe quelle immigration…

          • Salut Sandy (28 novembre 2014 at 10:16)

            Est-ce que tu mets Fakir dans le même sac idéologique ? Je pose la question car je pense que Ruffin aurait pu signer sans problème le texte en italiques.

          • Je ne connais pas désolé.
            Mais de toute façon le FN avec toute l’aide qu’il reçoit des gouvernements successifs a bien réussit à coloniser les esprits et il y a beaucoup de personnes qui se laissent avoir par le discours immigration = levier des patrons.
            Ce qui est « grave » dans le discours d’Etienne ici, c’est qu’il va jusqu’à adopter l’idée qu’il y aurait un complot pour essayer de faire taire cette idée et d’une manière générale l’idée qu’il faut « réguler l’immigration » et compte tenu du reste de son discours, il l’incorpore dans sa lutte pour la démocratie / contre l’oligarchie / les puissants.

          • C’est une légitimisation des principales thèses du FN et c’est assez hallucinant.

          • Et en même temps cela place toute la gauche ( vu qu’elle s’oppose à ces idées ) dans le camp de l’oligarchie.

          • Mais il y a un truc que je ne comprends pas du coup. Pourquoi la Gauche s’oppose-t-elle à cette idée ? Est-ce parce que c’est une idée défendue par le Front National, ou est-ce que c’est parce qu’elle a la preuve irréfutable que l’immigration n’est pas un levier des patrons ?

          • Parce que c’est faux et parce que c’est faire du mal à des gens innocents.

  27. Constitution globale: Club de Rome

    http://www.clubofrome.org/?p=4753

    Un courriel au Club de Rome, une lettre à la mer.(e) terre.

    Bonjour . Vous n’avez jamais parlé d’une Constitution d’origine Citoyenne, préalable à une gouvernance mondiale. Il faudrait vous ajuster.
    Svp visitez le Plan C
    Merci,
    claude saint-jarre

    • Une gouvernance mondiale ? Vous voulez l’ Europe à l’ échelle mondiale ?
      Tout le pouvoir aux soviets .. aux communes !!

    • vous vous trompez de combat

      • Sans vergogne je n’irai pas loin. Je fais peut-être erreur. Mais le Collegium international s’occupe bel et bien de Gouvernance mondiale. Il s’agit de savoir si on les laisse nous organiser ou bien si on travaille en plus sur une constitution globale. Elle ne sera pas difficile à faire , une fois que les locales auront été faites… et il ne manque pas grand chose , selon moi, même si les ateliers constituants ne se chiffrent pas encore dans les millions.

    • Vous organisez comment la subsidiarité ?

      • Il y a déjà une dictature mondiale; un gouvernement mondial va venir. Aussi bien préparer une constitution globale par anticipation. Mais je suis si faible, je ne suis pas une menace. Maintes constitutions locales aboutiraient au même résultat, j’imagine.

      • Je ne connais pas la subsidiarité. Et vous?

        • Le territoire est structuré en poupées russes, donc avec des espaces contenus et des espaces contenants.

          Subsidiarité réelle :
          De tous les domaines de décision, le contenu ne PARTAGE avec le contenant que les thèmes estimés ne pouvant pas relever que du seul local, estimés après NEGOCIATION.

          JAMAIS le contenant ne doit pouvoir décider unilatéralement de ses domaines de compétences.

          Le contenant ne doit rien pouvoir imposer au contenu par les armes.

          Le contenant ne concède pas des libertés au contenu (subsidiarité factice), c’est le contraire : le contenu décide de travailler avec le contenant (subsidiarité réelle).

          Sachons que plus le rayon d’action d’un pouvoir est grand, plus ce pouvoir est autiste. C’est mécanique.

          Sachons que la démocratie réelle ne peut se concevoir que fondée sur la démocratie locale tempérée, mais en concertation, par la subsidiarité.

          « ILS » rêvent d’un gouvernement mondial, ne le leur offrons pas.
          Curieuse militance que celle qui au prétexte d’harmonie rêve à l’impuissance généralisée.

          Il y a certes un danger climatique, mais « ILS » vont l’utiliser pour nous faire rêver à une prison mondiale. Serons nous assez STUPIDES pour marcher dans la combine ?!?

        • La subsidiarité ascendante permet que la plus petite unité (faisant corps social et organe de co-décision exemple : échelle communale) prenne les décisions qui lui agréent (les lois locales?) et délègue (par désignation de mandataires impératifs) au niveau supérieur (fédération de communes) des décisions dont elle ne peut ou ne veut pas assurer la gestion.

          • Ana Sailland

            Le principe de subsidiarité peut ne pas concerner que la topographie de la décision. Il peut aussi concerner les fonctions internes à la société, comme par exemple lorsque l’université est ou fut considérée comme rigoureusement indépendante de l’Etat. Mais cette subsidiarité des fonctions et fonctionnements peut être perverse, comme par exemple dans le cas de l’indépendance de la BCE.

          • Ana Sailland

            De la commune de Paris on retient surtout le drame, et du coup est oublié le feu d’artifice d’idées neuves qu’elle produisit et qui furent reprises plus tard.

            Ici chez ce cher Henri un échantillon :

            http://www.rts.ch/archives/tv/culture/dossiers-de-l-histoire/3448593-des-gens-scrupuleux.html

  28. Les partis politiques ne sont rien d’autre que des courtisans du roi, et ils sont encore plus fourbes depuis qu’un clan de courtisans a renversé le roi un jour de putsch 1789.

    Il faut être un bon parti pour être accepté par un de ces clans de courtisans, le roi accepte que les clans se chamaillent entre eux, mais il ne veut pas d’un bouffon qui oserait s’en prendre à lui plutôt qu’à ses laquais.

    C’est pourquoi la cour du roi planqué regorge de mauvais partis pour le peuple, et ressemble plus à une cour de récréation qui donne le mauvais exemple à nos enfants.

  29. AVEUGLES et STUPIDES, telle est notre condition dite « civilisée » d’acculturation biaisée et négative, formative… bref, tout ce peu pour ne pas dire grand chose que nous sachions déjà, mais la magie des poupées russes, ça c’est incontestable, l’ensemble compris dans le tout, la diversité, le local compris dans ce même bien en commun, la plus grosse des poupées symbolisant l’ensemble de la Nation, l’ensemble des communes, des localités, cette union et dimension (géométrique) nationale, cette grosse poupée unique relevant de toutes ces poupées égales en taille et en droit édifiant l’ensemble par la base et leur nombre, leur diversité, leur intérêt premier, dépendant lui-même en premier lieu de celui de l’individu et du citoyen.
    Cela devient-il plus clair pour ceux pour qui le concept de subsidiarité n’est pas encore très familier ? ou c’est moi qui n’en ai pas encore bien saisi toutes les subtilités ? ce qui est fort possible cette découverte également récente pour moi aussi !

  30. LCP right now

    • Je viens de découvrir la mise en place, ce jour, d’un groupe de travail sur les institutions à l’Assemblée Nationale.
      http://www2.assemblee-nationale.fr/14/commissions/avenir-des-institutions

      Voici la fine équipe chargée de réfléchir à l’avenir de nos institutions.
      http://www2.assemblee-nationale.fr/14/commissions/avenir-des-institutions/a-la-une/personnalites-qualifiees

      Voici la captation de la première réunion.
      http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6150.avenir-des-institutions--discours-inauguraux-des-co-presidents--presentation-de-la-methode-de-trav-27-novembre-2014

      Il apparait que les membres qualifiés ont la possibilité de transmettre le nom de personnes susceptibles d’apporter des contributions écrites. Parmi les membres du groupe de travail, il me semble que Mme buffet s’est prononcée publiquement en faveur d’une constituante d’une part, et d’une élection des constituants par le sort d’autre part. Peut-être souhaite-t’elle relayer cette idée.

      Je me souviens de l’étonnement d’Etienne lors de son échange avec l’organisateur du G1000, lorsqu’il apprit que les élus belges eux-mêmes avaient décidé de modifications importantes visant le Sénat. Cet intervenant misait sur le peuple mais également sur les politiciens pour modifier les institutions. Même si la constituante formé de tirés au sort ne sera pas retenue par le groupe de travail, je pense que d’autres combats peuvent être menés à cette occasion, je pense notamment à l’instauration d’un véritable RIP.

      Ce débat public, diffusé, devrait être l’occasion d’une part de proposer, revendiquer, un droit concret et pouvant être mise en oeuvre par les parlementaires (ex le RIP) et d’autre part de provoquer une prise de position sur la question du tirage au sort des constituants. Enfin, il est nécessaire de confirmer par des actions l’énorme attente des citoyens que nous souhaitons devenir.

      Comment transformer un débat de spécialistes en un débat populaire, le peuple étant le principal intéressé ? Un contre-débat. Des pétitions pour demander à ce que certaines questions soient abordées. Des contre rendus. Démontrer l’incohérence de la composition parisienne et élitiste du groupe, pour proposer des contributions externes populaires. ………

      Je ne fais que lever le doigt pour dire qu’il y a, à mon sens, un truc à faire, j’espère que le reste de la salle est plus imaginatif que moi.

  31. Que c’est ennuyeux de devoir perdre son temps à répondre à de telles âneries. Cette dame, je parle de P. Fautrier, qui ne comprend visiblement rien à votre discours et à votre combat, Etienne, se permet de vomir ses inepties sans la moindre vergogne. Il y a fort à parier qu’elle ne comprendra pas plus la réponse que vous allez minutieusement et longuement lui concocter.
    Je comprends très bien qu’il doit être exaspérant de subir de telles attaques imbéciles, et comme vous devez ressentir l’urgence de répliquer, cependant je me demande si la meilleure réponse à lui faire ne serait pas simplement du genre : Je suis totalement responsable de ce que je dis, mais pas de ce que vous comprenez. Et basta !
    Economie de temps et d’énergie, et ceux qu’il veulent savoir qui vous êtes n’ont qu’à faire l’effort de vous lire vraiment.

  32. ça y est les trolls du net ont encore frappé, on ne peut que le constater, ils ne lacheront probablement pas, mais vous qui êtes sinçères, n’hésitez pas à poster sans tenir compte de tous ces confusionnistes, gardez la tête froide et le coeur chaud. Et vous les verrez bientôt en perte d’imagination qui feront encore rendre leur propos plus gros, plus absurdes et inquisiteurs. Surtout ne leur tendez pas la perche, ils en seraient que trop content, c’est leur retirer leur gasoil, ça évitera de les faire polluer l’atmosphère pour des cacahuètes. Merci pour la nature 🙂

  33. Tête froide: Se concentrer sur les sols, outre sur les ateliers constituants.

    https://www.youtube.com/watch?v=dbnGozAISHE

  34. LE VOTE DE LA HONTE.

    Le scandale Luxleaks vient de révéler que le Luxembourg avait passé des accords fiscaux secrets avec 300 entreprises multinationales.

    Ces accords fiscaux secrets ont privé la France, l’Allemagne, etc, de centaines de milliards de rentrées fiscales.

    Le Luxembourg était dirigé par Jean-Claude Juncker de janvier 1995 à décembre 2013.

    Aujourd’hui, les députés européens devaient se prononcer pour ou contre le maintien de Jean-Claude Juncker au poste de président de la Commission Européenne.

    Que croyez-vous qu’il arriva ?

    461 députés européens ont voté pour protéger le Parrain.
    461 députés européens ont voté pour garder cette mafia européenne.

    Ce vote est une honte.

    L’Union Européenne est complètement pourrie.

    L’Union Européenne est pourrie par les paradis fiscaux, par les banquiers, par les financiers, par les affairistes … et par les partis politiques qui sont leurs complices.

    L’Union Européenne n’est qu’une grande mafia, qui protège son Parrain.

    Jeudi 27 novembre 2014 :

    La Commission européenne ne tombera pas. Malgré le scandale Luxleaks qui ébranle le président de la Commission et ancien Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, le Parlement européen a renouvelé jeudi sa confiance envers l’exécutif européen. La motion de censure déposée par des partis eurosceptiques du Parlement européen, dont le Front national français, a été repoussée jeudi à Strasbourg par 461 voix contre 101 en faveur et 88 abstentions. Une majorité des deux tiers des suffrages exprimés était requise.

    Ce résultat était attendu, les principales formations de droite et de gauche ayant maintenu leur soutien au collège de commissaires et à son président, Jean-Claude Juncker.

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203971156199-malgre-le-scandale-luxleaks-le-parlement-europeen-maintient-sa-confiance-a-juncker-1068865.php

  35. L’humain est cet Être qui a le don de côtoyer le divin et son extrême opposé.

  36. « La presse dominante est subventionnée pour débiter de la propagande libérale »
    http://www.regards.fr/web/sebastien-fontenelle-la-presse,8000

  37. Bonjour Etienne, bonjour tout le monde.

    Ca germe aussi au Québec ! Je ne sais pas si quelqu’un a déjà posté cette vidéo, mais elle est très intéressante : https://www.youtube.com/watch?v=-yI0OUqDXmA
    Francis Dupuis-Déri met le doigt sur quelque chose qu’on peut voir esquissé dans « L’entraide » de Kropotkine, à savoir l’existence de véritables « cités libres » où les hommes s’organisaient entre eux sans être exploités par quiconque. Malheureusement ce n’est pas le sujet central de son discours. Je cherche à avoir des informations sur ces organisations citoyennes médiévales libérées (ou pas encore sous l’emprise) de rois, seigneurs et de certaines organisations monastiques. Il semble y avoir assez peu de documentation à ce sujet sauf pour dénigrer toute révolte, toute cité résistante face à l’oppression (ceux qui savaient écrire étaient du côté des puissants), mais peut-être quelqu’un ici connaît un ouvrage qui traite du sujet !
    Je suis par ailleurs en train de lire « Communautés rurales en Europe au Moyen Age » de Fabrice Mouthon, où l’on voit que les paysans au Moyen-Age peuvent être très actifs, participent à la vie politique et font valoir leurs droits, extrait :

    « L’atteinte portée aux droits des ruraux sur les eaux et forêts est au centre de la plus fameuse des révoltes de l’an mille, celle des paysans normands en 996-997. Dans le récit qu’en donne le moine de Jumièges Guillaume, trois quarts de siècle après les évènements, les paysans résolvent de se gouverner d’après leurs proprs lois « tant dans la profondeur des forêts que dans le voisinage des eaux ». (…) Le récit de Guillaume est aussi exceptionnel dans la mesure où il donne à voir que la révolte est menée dans le cadre de communautés dont il suggère le mode de fonctionnement : des associations villageoises tiennent des assemblées où les chefs de famille désignent des délégués dûement mandatés pour aller discuter au sein d’une assemblée générale « tenue au milieu des terres ». Il y a là, comme dans l’exemple castillan examiné plus haut, le témoignage de l’existence à la fois de communautés organisées sur une base territoriale, et de solidarités horizontales entre ces communautés. Celles-ci supposent à leur tour le maintien ou la formation d’une forte conscience collective cristallisée par l’existence d’intérêts partagés (le libre usage des eaux et forêts) et peut-être, l’embryon de ce que l’on peut appeler, au moins au niveau local, une conscience de classe. »

    On réapprend aussi dans ce livre à quel point l’image des paysans a été maltraitée par les puissants comme le prouve encore notre langue actuelle, qui a fini par attribuer un sens péjoratif à ces mots : rustre, vilain, manant.

  38. Compromis entre TIRAGE AU SORT et élection de la future constituante.

    J’ai trouvé dans les commentaires cette remarque de Jacques Jaouen. Elle est, de mon point de vue, la forme la plus aboutit, la plus neutre et la plus sécurisée du Tirage Au Sort de la constituante.

    -- Notre Contrat Social se doit d’être écrit par l’ensemble de la population. Car une constitution il ne suffira pas de l’écrire, il faudra aussi et surtout que le peuple soit en capacité de la défendre ! Et/ou de l’améliorer une fois adoptée. Une fois que ses implications auront été mise à l’épreuve de la réalité concrète, à l’épreuve de la vie.
    Le monde changera encore (technologie, écologie, besoins collectifs etc) une fois cette Constitution écrite, elle doit donc pouvoir être amendée et/ou défendue PAR l’ENSEMBLE de la population.

    Mais tout cela ne peut être mis en pratique et fonctionner de façon pérenne que si, cette approche constitutionnelle des responsabilités politiques, est rendue effective par le droit politique de tous Citoyens à pouvoir se saisir pleinement de l’essence même, de l’importance et de la profondeur Humaine de ses droits constitutionnels.
    Le peuple devant être mis en capacité de s’emparer pleinement de ces derniers afin de pouvoir les faire respecter à TOUS moments.

    (Le grand nombre connaissant tout juste le mot Constitution. Et sachant encore moins à quoi elle sert, et ce, malgrès son importance politique vitale pour TOUS. Le fait Politique, au sens large et noble de ce mot, étant réduit à un simple bulletin de vote tous les 5 ans.)

    Cela ne sera donc rendu possible QUE par la reconnaissance et la mise en place concrète de la puissance politique du peuple. Ce peuple qui sera chargé de mettre en œuvre et de faire appliquer, respecter et protéger les règles constitutionnelles au quotidien.
    L’ensemble de la population doit donc être élevée au rang qui lui est dû, au rang de VRAI Citoyen. Et pas de simple électeur soumis à des Maîtres qu’il ne choisit pas, contre lesquels il n’a rien à dire, et qui surtout, décident de TOUT à sa place. Même les pires horreurs.
    Pour se faire le peuple doit-être à l’initiative, à l’origine, et à la racine de la loi des lois, donc de SON contrat social. Il doit pouvoir échanger, partager, s’élever, s’émanciper, grandir, devenir adulte politiquement. Pas par droit ou par devoir : mais parce que c’est son intérêt.

    Mais la proposition de Jacques va encore plus, et c’est de mon point de vue là qu’est toute sa force.

    Car, elle SUPPRIME aussi le Pouvoir des Constituants !
    (Du coup, qu’ils soient élus où TAS ne pose plus AUCUN problème. Et permet de relier les deux camps, pro TAS et pro élections.)

    Mais, ne serait-ce que pour le symbole, il serait bien que cette Constituante « synthétiste » et SANS pouvoir soit TAS sur les listes de recensement parmi la population.

    DémoKratiquement Patrick

    Bonjour,
    Votre volonté de créer une assemblée constituante tirée au sort est
    certes louable sur le fond mais à mon avis ne garantit aucunement
    qu’elle ponde une constitution franchement démocratique.

    En effet, tirer au sort une poignée de constituants sur 44 millions
    d’électeurs inscrits donne peu de probabilités de tomber sur des
    personnes qui ont une culture d’une vraie démocratie.

    Ça risque fort de tomber sur des gens imbibés par les médias et qui
    n’auront probablement pas la vision de ce qu’implique la souveraineté du
    peuple.

    Je préfère mille fois plus que ce soit toute la population qui écrive la constitution.

    Qu’il soit organisé dans tout le pays des ateliers constituants où
    chaque groupe établira ses propositions d’articles. Une synthèse globale
    par villes puis par départements puis par régions puis nationale
    permettrait de réaliser une constitution reflétant la volonté du peuple.

    On ne peut faire plus démocratique.

    Certes ça prendrait du temps mais il faut le prendre. En Tunisie leur
    assemblée constituante a mis 3 ans pour établir leur constitution (qui
    au final berne le peuple car c’était une assemblée constituante formée
    par les partis !).

    Et puis dire au peuple que c’est trop compliqué de les faire tous
    participer et qu’on va désigner des représentants tirés au sort, c’est
    un très mauvais signal pour la participation populaire aux décisions et
    pour la démocratie. La constitution qui est le texte le plus important
    pour l’orientation de notre démocratie, on dirait au peuple : laissez
    tomber, des représentants s’en occupent !! Il y en a marre des
    représentants fussent-ils tirés au sort ! Si tout le monde participe,
    cela créera un engouement populaire à se sentir pleinement intégré à
    l’avenir du pays.

    Pour ces raisons je dis donc NON à une Assemblée Constituante qui
    écrirait la Constitution et OUI à une Assemblée Constituante chargée de
    veiller au bon déroulement des ateliers constituants et au respect de la
    Constitution écrite par tout le peuple.

    Jacques JAOUEN

    Président de l’association « Les Citoyens Constituants du Grand Biterrois »

    http://www.m6r.fr/…/constituante-citoyenne-democratique-do…/

  39. Un salut amical à Etienne Chouard (et à ses GV) que je lis souvent bien que n’intervenant pas ici. Judith Bernard fait aujourd’hui face aux mêmes attaques et calomnies qu’Etienne doit endurer depuis des mois. De prétendus antifas (dont un ex-soralien qui se permet de donner des leçons de cohérence et de rectitude politique aux autres ici ou sur @SI) reconvertis en flicaillons de la pensée autorisée qui jouent de la matraque idéologique en verbalisant qui aura franchi la ligne jaune qu’ils ont eux-mêmes délimitée.
    Judith Bernard a semble-t-il décidé de siffler la fin de la cour de récré et de porter plainte contre ses calomniateurs et elle a raison. Je suis pour une liberté d’expression la plus large possible, mais elle n’inclue pas le droit de diffamer les personnes à l’envie dès qu’on est en désaccord avec elles.
    J’admire la patience et la constante gentillesse d’Etienne qui continue de répondre aux interpellations plus ou moins pertinentes alors qu’il est parfois mis en cause sur un ton qui rappelle certains commissariats de quartier. Je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit, mais il me parait être honnête sur le fond et c’est tout ce qui importe. Parfois il a raison, et parfois il se trompe (à mon avis) mais tel est le cas de tous ceux qui cherchent, tâtonnent, et réfléchissent.
    Merci pour ce blog riche et instructif.
    Amicalement.

  40. Ce soir (ou jamais !) : Trop de démocratie tue la démocratie (ou le contraire) ?
    France 2 -- 22:30 -- Magazine (1h30)

    Judith Bernard (membre du comité d’initiative du m6r) fera partie des invités.

  41. Gauche, Droite, Résistant, dissident, collabo, fasciste, extrême-droite, républicain, …

    Je trouve que ces divisions empêchent de penser clairement la réalité, qui pourrait se simplifier à la séparation 1% / 99% (ou encore, ceux qui consomment la part des autres / producteurs exploités), différence fondamentale qui englobe en elle toutes ces autres différences et oppositions (importantes souvent mais secondaires). Ca n’est que mon avis.

    Même si je n’en trouve aucune mention de gauche ou de droite ou de résistance (…) sur gentilsvirus.org, ça a l’air fichtrement essentiel pour certains ici. Alors si on doit vraiment utiliser ces termes, y a-t-il un endroit sur ce blog où je peux trouver la définition précise de tous ces mots que je vois employés pour dire « lui il en est, lui il en est pas donc on peut lui parler ou alors on peut pas » ?

    Et y a-t-il aussi une liste établissant la hiérarchie entre ces concepts ? Où la trouver ? Qui l’a écrite ? C’est-à-dire, si on apprend que Alexander Fleming était de « gauche », pour le tirage au sort mais vicieux avec les femmes et qu’il puait des pieds, doit-on s’interdire de prendre de la pénicilline ? Moi je m’en fous, je ne suis pas spécialement démocrate ou de gauche, mais j’essaie de comprendre.

    Si le but (très noble) de votre combat est bien la démocratie comme j’ai pu le comprendre, il me semble que chaque individu composant le peuple devrait être entendu (écouté et compris), même (et peut-être surtout) le plus affreux. Pourquoi ? Parce qu’il peut changer (si on l’accepte comme interlocuteur valable, c’est-à-dire qu’on lui laisse la chance de NOUS changer si finalement il avait raison) et qu’il peut apporter un éclairage différent et peut-être poser la question inhabituelle qui permettrait à tous d’avancer. Sans cela, je trouverais votre démocratie et votre tolérance paradoxalement sectaires et ces débats bien vains.

    • merci pour ce commentaire -- je m’ennuye depuis longtemps dans des discussions de « t’es ceci, t’es cela, t’es pas ceci, t’es pas cela… ».
      Ce serait LE PAS vers l’avant: arrêter d’adhérer à quelque chose, mais de reconnaître le « non seulement, mais encore » qui remplacerait le « l’un OU l’autre ».
      « L’un ET l’autre » voilà le propos adulte exigé dans une future démocratie.
      Le corps humain p.e. dispose de tête et coeur, de pied et main etc. On n’exclut pas la tête en faveur du coeur ou le pied en faveur de la main etc. Normal! Mais on sait cela depuis longtemps… Sauf qu’avec des « non seulement mais encore » on ne mobilise pas les gens de partir en guerre, voilà tout le secret.

      • Je vous remercie de me remercier, être lu et apprécié de surcroît, tout le plaisir est pour moi.

        Passer du « ou » au « et » pourrait prévenir les guerres, c’est vraiment percutant. Je vais avoir besoin d’un peu de temps pour imaginer les changements profonds que ça pourrait provoquer, l’idée est très intéressante. Les mots formant la pensée et non l’inverse, oui, c’est tout à fait possible… On éviterait en tout cas de nombreuses querelles.

        Dans le même ordre d’idée, le fabuleux « mais » qui implique une cohérence là où il n’y en a pas forcément. « Il est de gauche mais contre les navets » (et son acolyte) « donc » ça ne peut être un membre de notre fière tribu des résistants ».

        Fini les « ou » et les « mais », voilà une position ouverte et reposante, très chinoise au final (ils utilisent très peu de coordination et on trouve toujours du Yin dans le Yang, et inversement, la pureté n’existant pas, à part dans la mort). Bon, ça ne les empêche pas de faire la guerre vous me direz, l’idée reste à creuser.

      • Je relis votre commentaire et vous avez parfaitement raison sur un point plus important que je n’avais pas saisi hier.

        Je me laisse à réfléchir tout haut, façon d’écrire.

        Ces « gauche » « droite » sont vraiment un déni de l’être humain dans son ensemble, dans ce qu’il fait qu’il est humain, c’est-à-dire sa matérialité, sa non-perfection. C’est sa bassesse qui fait l’être humain, ces petites zones d’ombre, sinon d’humain il devient un mythe. On touche au concept du corps face à la pensée, à Nietsche face à Descartes et à son « Je pense donc je suis. »

        Faux ! Je suis ! point.

        Je suis ! Et ! Je pense !

        La pensée est le fruit d’un corps, d’une époque, d’une culture, de sentiments, d’hormones et de neurones et de bien des choses encore. Elle puise sa source dans le réel, dans le fumier comme une rose, elle ne saurait être pure, sauf morte.

        A vouloir séparer la pensée du corps qui la créé, on en vient à chercher une pureté, une perfection qui n’existe pas et à se battre sur qui est assez pur pour avoir le droit à la parole ou pas, sur qui est de gauche ou pas.

        Finalement oui, ils ont peut être raison tous ces gens de gauche ! Ceux qui sont vraiment de gauche cherchent une société idéale où vivrait un homme nouveau, quitte à bazarder le modèle actuel que j’aime bien pourtant.

        Ce mythe de pureté ne mène qu’à l’exclusion progressive de tout le monde, jamais assez chimiquement pur. La question à élucider par le ministère du Bien, du Beau, du Juste et de l’Amour (qu’est-ce qu’on nous rabâche les oreilles avec la Haine !) étant toujours de déterminer quel défaut est le plus inacceptable aujourd’hui et donc à éliminer.

        Ca me rappelle un livre de Drac.

        La question que je me pose alors, c’est : doit-on définir ces concepts de Droite et Gauche (…), la mauvaise définition des mots amenant toujours des injustices et/ou finalement les rejeter sans appel parce que dangereux en tant que graines de violence ?

        • Bonsoir, cela fait plaisir de vous relire! Ce soir je n’arrive plus à écrire une chose intelligente, mais il y a un livre que j’aimais récemment: Winter Journal de Paul Auster. Et puis Le Journal d’un voyage en Italie de Montaigne, qui est si beau.
          Ce sont deux auteurs qui adorent découvrir l’humain d’un regard humain et ouvert. Et pour moi l’état démocratique devrait protéger l’humain et assurer sa vie autonome. C’est tout.

          • De la beauté, merci beaucoup, ça sera un changement agréable. Ca fait un moment que Montaigne me tente sans avoir jamais franchi le pas, le livre est commandé.

            De la beauté me fera du bien, parce que je suis un peu sous le choc.

            Mon but étant de comprendre tout le monde, essayer en tout cas, j’ai décidé de commencer par écouter les plus éloignés de mes sentiments, les gens plus affreux, les plus ignobles ou présentés comme tels. Ca m’a offert parfois de bonnes surprises et parfois des oreilles qui saignent.

            Je venais exceptionnellement sur ce forum en m’attendant donc à ce que ce soit reposant, un forum peuplé de personnes ouvertes et démocrates, qui cherchent la vérité, plein de respect pour les différentes sensibilités… Il y en a et je les salue.

            Pourtant la phrase qui m’est revenue le plus souvent en tête quand je lisais certains commentaires (ici et dans les articles suivants),

            avec tous ces « pas de démocratie pour les non-démocrates » et les « on ne se mêle en aucune façon aux gens impurs/pas de gauche » et je ne parle même pas des « remettez-vous profondément en cause »,

            tous ces anti-trucs ou anti-machins qui au final deviennent (sans s’en rendre compte apparemment) ce qu’ils détestent le plus, sans même s’apercevoir qu’en remplaçant « Soral » ou « extrême-droite » par « juif » ou « noir » et en remplaçant « de gauche » par « aryen » ou « blanc », le discours devient soudainement moins « de gauche », mais en plus se jugeant supérieurs aux autres avec cette assurance de leur bon droit, voire une arrogance venue de ces bons sentiments, des « bons progressistes » face aux « vilains réactionnaires »,

            cette phrase je vous la donne :

            « C’est dur d’être aimé par des cons. »

            Pauvre Etienne Chouard qui essaie d’éveiller les consciences ! Mieux vaut des ennemis déclarés que des supporters aveugles.

            Après cette lecture, je préfère mille fois un raciste qu’un antiraciste, mille fois un véritable facho qu’un « démocrate pour les démocrates ».

            « De gauche » sera désormais pour moi une insulte, un subtil mélange entre « suffisance et mépris pour les autres », un peuple élu laïc comme dirait Atzmon.

            Que je suis heureux d’être de non-gauche, que je suis heureux et fier même d’être sale, bête et méchant et égoïste, avec mes zones d’ombres et mes sentiments mesquins, raciste même, tout ce que vous voulez, en deux mots, le plus impur et le plus laid possible aux yeux « de Gauche ».

            Mon seul parti désormais, c’est d’être pour la liberté d’expression et de pensée (et autant pour les cons que pour les autres, même si ça me coûte, et même si on trouve ici de véritables publicités vivantes pour une ploutocratie éclairée ou même une tyrannie, tout sauf une démocratie).

            La liberté de conscience et de parole, et rien d’autre, le reste suivra.

            Vive l’impur, vive l’humain !

            Je vous salue, vous semblez être une bonne personne, moi je retourne chez les « fachos » avec votre livre sous le bras, merci.

          • merci, « Lantuti », vous m’avez fait beaucoup de bien, j’ai rigolé comme une bossue avec votre commentaire . J’espére que vous êtes pas décu du « Voyage en Italie » et vous re-salue!

          • Foirant mon bel effet théâtral, je reviens claquer la porte une deuxième fois, comme dans un mauvais Vaudeville. (et j’attends toujours les réponses d’un certain S. (et de vos nouvelles bien entendu), donc je repasse de temps à autre).

            Vous riez comme une bossue des cloches et de mes infâmes pitreries ? Sachez que cette bosse ne vous rend que plus impure à mes yeux.

            Cependant, je vous en prie, ne m’encouragez pas dans ma bassesse. J’ai d’ailleurs si peu de valeurs que je ne peux m’empêcher de vous dénoncer en signalant aux braves gens que non seulement vous vous montrez « complaisante » à mon égard et qu’en plus, dans l’expression « comme une bossue », vous stigmatisez les bossues (démontrant là votre haine des handicapés) ET discriminez les hommes bossus (quel sexisme outrageant !). Les bossus ne riraient-ils pas ou plus ? Allez-vous jusqu’à leur dénier ce qui est le propre de l’Homme ? (Mince, me voilà contaminé.)

            Je reviens donc pousser un peu plus loin mon discours délirant. Parce que si j’étais venu ici, au départ, ça n’était pas pour critiquer les commentaires, c’était pour comprendre l’article lui-même et surtout « la coupable indulgence » d’Etienne Chouard à l’égard de Judith Bernard.

            Et oui !

            Etienne Chouard (loué soit son nom, pour son investissement surhumain et pour tous les progrès et les auteurs que je lui dois, moi qui avais voté Socialisme toute ma vie durant, c’est dire), Etienne Chouard donc trouve « formidable » le discours de Judith Bernard sans même le contextualiser, discours dont je pasticherai l’extrait marquant (pour moi) ci-dessous.

            L’original :
            « X produit un discours que j’exècre. Les relents antisémites, sexistes et homophobes qui émanent de ses allocutions suffisent à discréditer pour moi sa position politique »

            Ce qui donne dans la bouche de Mme Pascale Truc (Etienne perd du temps à lui répondre et moi à lui répéter qu’on ne convainc pas quelqu’un qui utilise des procédés malhonnêtes)  :
            Judith Bernard/le défenseur du TAS produit un discours que j’exècre. Les relents antisémites, sexistes et homophobes qui émanent de ses allocutions suffisent à discréditer pour moi sa position politique

            Ce qui pas loin d’ici pourrait donner :
            La non-gauche produit un discours que j’exècre. Les relents …

            Et ceci aussi, en poussant un tout petit peu le raisonnement, vraiment pas tant que ça :
            Le Français blanc produit un discours que j’exècre. Les relents …

            J’ai mis « Français blanc », ça reste du racisme mais ça change de « noir », «immigré» ou « juif » et puis bizarrement ça heurte aussi un peu plus les oreilles « de gauche », ce qui n’est pas pour me déplaire.

            Voilà, je m’en veux de lui jeter la pierre dans ce moment déjà difficile mais je suis faible et je me console honteusement en me disant que ça n’est pas la première déjà, qu’on dirait qu’il est déjà de retour plus fringant que jamais (ou pas finalement) et que si un jour quelqu’un l’assommait pour de bon, il serait obligé de faire une pause (de plus de deux heures) et écrire enfin ce foutu bouquin dont on a tant besoin. Il n’est pas immortel malheureusement.

            Alors ma maigre explication tient dans le fait qu’il aurait décidé récemment de défendre le Tirage au Sort et la réécriture de la Constitution en priorité sur le reste.

            Faisant moi partie d’un bout du reste, de l’ELCEH ( l’Ecole de la Liberté de Croyance, d’Expression et d’Honnêteté-quand-c’est-possible (et oui ça évolue vite)), je ne suis pas sûr qu’il soit efficace de défendre un sujet en approuvant ou en utilisant les méthodes (la nausée comme argument) et en validant les catégories mentales (gauche = gentil, extrême-droite = racisme = méchant) de celui qu’on combat, infiniment plus puissant et surtout imbattable sur son propre terrain. J’imagine que ça n’est pas pour rien s’il fait tout pour amener les possibles gêneurs là.

            Après personne n’est parfait, de là vient le « quand-c’est-possible », chacun fait de son mieux, j’espère juste que nos deux écoles pourront fusionner un jour.

          • je relis après coup et peut-être que « on ne convainc pas une personne QUI S ACHARNE à utiliser des procédés malhonnêtes » aurait été plus juste, errare foutrement humanum est.

  42. Gérard Foucher (le mini show) met en ligne un débat à l’ assemblée britannique
    sur la création monétaire .. je n’ ai pas tout regardé mais le début est signifiant :

  43. Petit rectificatif de mon post précédent.

    Les Citoyens Constituants (LCC) m’ont informés que Jacques Jaouen usurpait leur identité et qu’il n’était pas chez LCC. Donc ne tenez pas compte de sa signature.

    « Président de l’association « Les Citoyens Constituants du Grand Biterrois » »

    Ceci dit, cela n’enlève rien à la pertinence de son propos 🙂
    Patrick

  44. Plaidoyer pour un peuple constituant et vigilant :
    http://r-eveillez-vous.fr/plaidoyer-pour-un-peuple-constituant-et-vigilant-2/
    c’est aux Citoyens d’écrire eux-mêmes leur Constitution et ensuite de la protéger. Pour rester libres, les citoyens doivent toujours rester vigilants à l’encontre des pouvoirs.

    La démocratie (la vraie) est une réponse des hommes au problème qu’ils ont avec les pouvoirs.

    En effet, sans exception, « le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument ».

    Depuis la nuit des temps, aussi vertueux soient-ils au départ, tous les hommes au pouvoir changent et finissent par abuser de ce pouvoir s’ils restent longtemps au pouvoir.

    Tous les pouvoirs, et notamment les exécutifs (les gouvernements), tendent à « s’autonomiser », c’est-à-dire à concentrer le plus possible de pouvoirs et surtout à s’affranchir de tout contrôle rigoureux.

    Donc, pour les humains, les pouvoirs sont à la fois nécessaires et dangereux.

    C’est pour cette raison que les gouvernés ont imaginé, pour leurs gouvernants, un pacte appelé Constitution, une règle supérieure qui institue les pouvoirs et qui fixe surtout les limites de chaque pouvoir, sans exception. Une Constitution est un acte de défiance.

    Montesquieu a montré qu’il fallait, par le moyen de la Constitution, affaiblir les pouvoirs, notamment le pouvoir exécutif qui est le plus dangereux, en séparant les pouvoirs et en contrôlant les pouvoirs (à tout moment, évidemment, et non pas seulement au moment des élections).

    Mais Montesquieu a oublié de dire de faire très attention à QUI va écrire la Constitution : en effet, si les citoyens laissent les hommes au pouvoir écrire eux-mêmes les limites de leurs propres pouvoirs, c’est perdu : cette négligence citoyenne conduit naturellement à l’institutionnalisation de l’impuissance politique des gouvernés : transformation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes en un droit des élus à disposer des peuples.

    Ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir ;ce n’est pas aux ministres, ce n’est pas aux parlementaires, ce n’est pas aux juges, d’écrire ou de réviser la Constitution, car ils sont, en l’occurrence, à la fois juges et parties : ils ont un intérêt personnel dans les règles qu’ils instituent et ils trichent en établissant des contrôles simulés et des pouvoirs citoyens factices.

    Quand des ministres, des présidents, des parlementaires ou des juges créent ou modifient une Constitution, c’est un abus de pouvoir. Ils ont un pouvoir important et ils en profitent pour en abuser. C’est une juste cause d’insurrection.

    Les parlementaires et les ministres ne sont pas propriétaires de la souveraineté nationale, ils n’en sont que les dépositaires temporaires. Quand ils transfèrent notre souveraineté sans notre accord direct, sans référendum, ils se comportent comme des locataires qui vendraient la maison en douce…

    Pour comprendre ce qui nous est arrivé à l’occasion de la construction de l’Union européenne, il faut voir que l’important, ce n’est pas qui VOTE la constitution, ce qui compte, c’est qui ÉCRIT la Constitution.

    Le “Traité établissant une Constitution pour l’Europe”, le TCE, est un traité anticonstitutionnel :

    d’abord parce qu’il est constitutionnel : le TCE crée une constitution de fait, par la nature même des règles qu’il impose en matière de pouvoirs, règles dangereuses par essence : pouvoir de légiférer, pouvoir de gouverner, pouvoir de juger… De fait, sans notre accord, les institutions européennes remplacent progressivement les institutions nationales.

    Indépendamment de l’étiquette que lui collent ses auteurs, —”traité” ou “constitution”—, c’est assurément une (mauvaise) constitution qui n’avait jamais dit son nom que nos ministres ont écrite depuis 50 ans :

    a. faiblesse extrême du parlement (masquée par de petits progrès montés en épingle),

    b. confusion des pouvoirs dans les mains de l’exécutif (dans des domaines importants et dissimulés (“actes non législatifs”, par ex.),

    c. dépendance étroite des juges envers les exécutifs,

    d. non contrôle des pouvoirs (aucun organe n’est responsable de ses actes),

    e. protection excessive et injustifiée des fonctionnaires,

    f. impuissance politique des citoyens (pas de référendum d’initiative populaire),

    g. information manipulable : médias, organes statistiques et instituts de sondage sous influence (aucune règle constitutionnelle ne protège l’indépendance politique et économique des organes d’information),

    h. sabordage monétaire (indépendance de la BCE dont la mission de lutte contre l’inflation favorise le chômage ; interdiction aux États de créer de la monnaie pour financer des investissements publics, ce qui impose intérêts ruineux et dette publique asphyxiante),

    i. révisions constitutionnelles à deux vitesses : impossibles avec le peuple (procédure “ordinaire” à triple unanimité) et faciles sans le peuple (procédure “simplifiée” sans référendum).

    Ensuite parce qu’on n’impose pas une Constitution par traité, la seule source acceptable du pouvoir étant la souveraineté populaire, le TCE, comme les autres traités qui l’ont précédé, fondamentalement inacceptable pour les peuples qu’il viole, le TCE est un traité anticonstitutionnel.

    Les Citoyens doivent donc se réapproprier la Constitution. Ils doivent l’écrire eux-mêmes et c’est ensuite encore à eux de la protéger comme leur outil le plus précieux contre les abus de pouvoir. On peut tout déléguer, sauf ce pouvoir-là.

    Donc, il nous faut un processus constituant honnête, une Assemblée Constituante dans laquelle les membres n’écrivent pas des règles pour eux-mêmes, des membres indépendants des partis et de toute organisation qui exerce ou brigue le pouvoir.

    Et le seul moyen de désigner des constituants indépendants des hommes de pouvoir, c’est de laisser chacun choisir librement les citoyens qu’il juge “valeureux”, sans se laisser imposer les candidats des partis.

    Il faut surtout choisir les constituants par tirage au sort parmi ces “valeureux” désignés hors partis.

    Enfin, les constituants doivent se déclarer inéligibles aux fonctions qu’ils instituent eux-mêmes.

    En somme, il faut rigoureusement séparer le pouvoir constituant des pouvoirs constitués. Quand les citoyens auront réussi à imposer cette hygiène démocratique fondamentale, ils sortiront enfin de la « préhistoire de la démocratie ».

    Et bien sûr, inutile de compter sur les partis et leurs amis pour débattre et faire connaître cette thèse : c’est aux simples citoyens de faire circuler cette idée, s’ils la trouvent bonne, pour s’émanciper des voleurs de pouvoir. Cet enjeu ressemble à celui du débat référendaire de 2005.

    Les principaux candidats au pouvoir, ceux que nous imposent les partis et les médias, vont tout faire pour être élus sans avoir à débattre une seule fois de leurs abus de pouvoir au plus haut niveau. Ils vont tous faire diversion avec des non sujets. À nous d’imposer que ces abus de pouvoir soient débattus publiquement.

    Une « insurrection électorale » pourrait tout changer : le seul moyen de nous émanciper de la tutelle des partis, c’est d’élire un candidat hors parti, dont le seul programme serait d’organiser le tirage au sort d’une Assemblée Constituante. C’est la seule procédure viable pour protéger durablement le peuple contre les abus de pouvoir.

    Par : Etienne Chouard

  45. Je l’ai toujours préssenti — la cause de la cause de toute cette ignoble poursuite aux « coupables », c’est Mme Judith Bernard. Elle ne vaut rien, elle a écrit un truc impossible dans son truc sur internet en disant des trucs mais ignobles sur Etienne Chouard — c’est une agente? Peut-être je délire mais soit c’est une agente soit elle est psychiquement malade. Comment peut-on faire un tel coup sur un homme si généreux, si juste, si gentil? On peut quand on est soit une agente soit psychiquement malade.

    • Judith serait-il le féminin pour Judas ?

      Vos craintes sont tout à fait légitimes et ne s’opposent absolument pas.

      Il me semble que vous oubliez une troisième option complémentaire : la bonne foi (ou Foi), « rétrovirus » = « pleutre antifa », un idiot utile préférant se battre derrière son clavier que physiquement.

      J’ai le très mince espoir qu’ils se soient mis d’accord entre eux, un complot nullissime avec un peu plus de sacrifice pour Etienne, il n’est plus à ça près, et une image de félon pour JB mais qui permettrait de « sauver » ainsi le mouvement… aux yeux des médias…

      Evidemment je pencherais plutôt pour l’évidence :

      Judith Bernard n’a fait que poursuivre dans la logique du « seuls les plus purs méritent d’exister ».

      • ^^ … Jud… Bien vu !

      • Oui, nouvelle définition de la « plus pure » selon Sainte Bernard: on trahit ses amis. Ah! C’était pas un ami? Donc d’être pur c’est de trahir ses non-amis, ou plutôt ses anciens amis, ou plutôt de ne pas les trahir, s’il faut pêcher des signatures en se déclarant entièrement d’accord, puis de se déclarer plus ami, quand les signatures sont faites.
        Voilà du purpur. Comme souvent je suis d’accord avec vous, « Lantuti ».

  46. Judith Bernard est passée d’accusation de « complaisance » à « hérétisme mal-assumé ».

    Suite logique et cohérente du raisonnement antiraciste, ou antiantidémocratie.

    Grâce à un subtil copié-collé de son »magnifique » article précédent, suivi d’un petit « cherche et remplace », Chouard est désormais le nouvel homme à abattre dans cette course à la pureté, qui sera le suivant ?

    Bricmont ? Asselineau ? Vous ?

    J’essaie de voir les choses du bon côté. Les choses sont effectivement plus claires et ça devrait motiver Etienne à se reposer et à prendre ses distances quelques temps pour panser ses plaies déjà et analyser ce qui vient de lui arriver.

    • J’ose espérer qu’il en prend bien note, persuadé que couper ainsi les ponts quelques temps avec les faux-semblants de l’actualité et la contre-attaque de l’Empire ( celui de l’évidence, non celui d’ALADIN, alias Alain Soral) ne pourra que lui faire le plus grand bien et se ressourcer, au cœur de tout lâcher-prise et de tout in-conscient.
      Merci à vous, LANTUTI !

      • Merci 222, j’adore qu’on me remercie, (attention quand même à ne pas nourrir le troll) mais j’ai pas tout compris à votre message.

        « la contre-attaque de l’Empire ( celui de l’évidence, non celui d’ALADIN, alias Alain Soral) » (Aladin Soral, ça sonne bien d’ailleurs).

        Quel est cet empire de l’évidence ? Et Alain Soral a un canapé rouge il me semble, pas un tapis volant. Bref, lapin compris.

        Par contre, pour « Judith Iscariote », je n’en suis pas très fier. D’après certains, Judas était le disciple préféré de Jésus et le seul qui ait accepté (à la demande de Jésus) de porter le poids de l’infamie pour l’éternité, afin que le destin de Jésus Christ puisse s’accomplir.

        Si ça avait inspiré Etienne et Judith, je continue de penser que c’est zéro comme calcul mais je prie alors Judith de m’excuser, mes attaques seraient injustes. De m’excuser… De m’excuser de la trouver nulle -- j’essaie d’y croire mais j’ai du mal -, de son « magnifique » plaidoyer pour le TAS à son « magnifique » plaidoyer contre Chouard, je n’aime ni le fond, ni la forme et encore moins la méthode et l’incohérence.

        Toute proportion gardée, ça va permettre à Etienne d’accomplir son destin (qui selon moi est maintenant d’écrire un livre), ce qui le rendra éternel. (Pas de pression Etienne)

        J’espère par contre qu’elle s’assoira bien profond sur ses quarante pièces d’or.

        • ^^

          Je vous rassure, LANTUTI, les TROLLS ne font pas le poids face à un EFFAB et j’ai bien la ferme intention que la Démocratie s’instaure_la tangente au cercle est bien reliée au centre de tout, cette part commune comme cet échelon plus local et plus incarné.

          CHOUARDament vôtre !

          EFFAB

  47. J’en suis rendu à penser que tout mouvement « anti- » amène à la tyrannie.

    • « pro » et « anti » correspondent à deux états d’esprit fondamentalement différents.

      Le pro dépensera son énergie dans la construction et le anti la dépensera dans la destruction.

      Mathématiquement, pro bonheur et anti malheur, c’est équivalent, mais l’un est, comment dire …, magie blanche, tandis que l’autre est magie noire.

      Et les outils ne seront pas du tout les mêmes.

      • Bonjour Ana,

        désolé j’ai mis du temps à vous répondre. Quelque chose me chagrinait dans votre raisonnement mais le cerveau n’arrivait pas à suivre le corps.

        J’aime beaucoup l’idée d’énergie positive constructive et négative destructive, je suis moins sûr de votre arrivée mathématique.

        Il me semble que ça ne serait juste que si Bonheur + Malheur = Univers entier des possibles et comme ce sont deux sentiments, ils sont plein de nuances et aussi teintés d’autres sentiments, comme la colère, la surprise et d’autres,… On a la nostalgie, la sérénité, …,

        Certains ont des schémas où ils se sentent plus à l’aise en étant malheureux…

        Et ça va en plus dépendre beaucoup des définitions personnelles de chacun.

        Et peut-on dire que les Pro-libéralisme ne font que construire ? Les pro-guerres ?

        Très compliqué tout ça.

        « Je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu. »

        Et pour la magie noire et la magie blanche, je suis tenté de croire une critique que j’avais lu de StarWars où l’auteur voyait la bataille magie noire contre magie blanche au-delà de la lutte des rebelles contre l’Empire, mais bien à l’intérieur de chacun, comme on le voit avec la dérive de Darth Vador et les penchants parfois malsains d’Han Solo. Le Jedi par exemple incarne le bien, car il lutte pour un contrôle intérieur, il lutte contre son propre côté sombre alors que le mal cherche à se servir de son énergie négative pour contrôler le monde extérieur.

        StarWars serait-il un film sur les gens de gauche contre ceux qui se disent de gauche ? Je vous laisse juge.

        • Bonjour Lantuti,

          j’adore votre propos bien que je comprenne Ana.
          Puis je crois même que la raison pour laquelle Soral est si massivement attaqué par les bobos, c’est cela. D’après ce que j’ai compris, Soral réclame l’action et l’insoumission dans un sens « viril », il réclame de se battre de manière « fière ». Pour suivre Star wars, le combat existe de manière honorable et déshonorable.
          Peut-être je me fais attaquer maintenant, mais j’ai entendu récemment un mot que je trouve drôle, mais bien sûr assez gros. C’était dans les rues de Berlin, un homme a reproché à un autre que « tu veux faire l’amour avec ma b… (puisque le reproché avait emprunté de l’argent et ne l’a pas rendu, cet argent, alors qu’il aurait pu le faire). .. Tu n’en a pas, toi, de b…? » L’attaqué de la sorte s’est replié immédiatement et a supplié celui qui lui a prêté cet argent de trouver une solution. Même si le mot est un peu grossier, je trouvait qu’il avait touché dans le mille.
          On pourrait dire que les « propriétés » se sont réalisées dans cet esprit. Et il n’est pas par hasard que dans la Commedia dell’Arte du 16ème siècle, le riche comercant, Pantalone, qui emmerde tout le monde avec son avarice, est en fait impuissant dans l’amour .
          Depuis 225 ans et avant. Alors celui qui en parle, sera banni. Voilà. C’est simple. Il ne se réplie pas, il montre du doigt de l’index.
          Des propriétaires qui n’ont pas la notion de protéger et de soigner ceux dont le travail ils vivent sont comme celui de ma petite histoire des rues de Berlin.
          Même chose pour les prétendus « écrivains » (BHL etc.), « artistes », « intellectuels » sans en avoir assumé la responsabilité et la valeur.

          Mais il y avait le roi René en Provence et d’autres qui n’étaient pas comme cela.. Mais en gros, voilà une raison… d’aprés moi…

  48. Ce qui est intéressant avec ce nouvel article, c’est que tous ceux qui disait « Bravo Judith, Bravo Etienne ! » sont désormais au pied du mur :

    C’est SOIT « bravo Judith ! » SOIT « bravo Etienne ! » Il vous faut choisir maintenant brave gens, et vite, tout retard vous sera reproché.

    On ne peut être et pour Judith et pour Chouard car selon le théorème de Judith Bernard, dit de l’accusation par association :

    Etienne Chouard est un salaud en ne condamnant pas Soral qui est un salaud, donc en ne condamnant pas Chouard, vous êtes vous-même un salaud et tout ce que vous pourrez dire sera « a priori disqualifié ».

    L’option Chouard est intéressante, vous pouvez garder le meilleur de chacun sans pour autant soutenir ce qui vous dérange. Par contre vous aurez toutes les Judith Bernard et tous les antifas modérés sur le dos et vous serez aux yeux du plus grand nombre un salaud antisémite d’extrême-machin, …

    tic tac tic tac, dépêchez-vous l’heure tourne. Judith s’impatiente…

  49. … face à l’infinie patience et gentillesse d’ETIENNE, évidemment, ce n’est pas mon choix qui veut en rajouter une couche là où les uns font tout pour diviser mais bien mon cœur, ma raison et ma vertu qui me guident et m’inspirent, en connaissance de Cause et le plus conséquemment qui soit, tout perfectible que je suis moi-même.

    CHOUARDament vôtre, Citoyennes et Citoyens

    • 222, vous félicitiez Judith ?

      • Je ne crois pas, pas vraiment en tout cas si ce qu’on dit d’elle et de sa ‘trahison’ est vrai… en vérité je n’ai pas vraiment suivi l’affaire mais je pense assez bien connaître ÉTIENNE pour ne pas y flairer l’entourloupe et quelque mauvais coups bas à son encontre (d’ETIENNE, j’entends bien, pas de la ‘sorcière’ de MORPHEUS) ^^

  50. Le Troll est de retour.

    Deux trucs vraiment « de gauche » que je découvre sur les forums (allez sur le Cercle des Volontaires d’ailleurs, ça se bataille allègrement sur Soral et donc indirectement sur Chouard, avec les articles « sorcière ? » et « je viens de découvrir que Soral avait une personnalité déplaisante ») :

    1. C’est dire « moi j’ai des valeurs » pour signifier « vous, vous n’en avez pas ».

    Et je tiens à dire que les valeurs, de respect, de tolérance, … , ça s’applique à soi, pas aux autres.
    Si on respecte quelqu’un, pour moi c’est accepter ses différences, et donc l’accepter même s’il n’est pas aussi parfait que soi, s’il est intolérant ou non-démocrate ou même l’horreur absolue, non de gauche.

    2. La Gauche, c’est l’absence de nuances accompagnée d’une étrange fierté due à cette infirmité.

    Il est de gauche, on peut lui parler, il est pas de gauche, il est vilain, son discours est disqualifié avant d’ouvrir la bouche.

    Alors que c’est pas si difficile :

    Cas concret : Jo Dalton

    Il dit : « Soral, t’es une vraie mercredi », c’est son avis pas de souci. Beaucoup ici le soutiendront là-dessus, pas de place pour les fachos tout ça, mais l’accepteront-ils de gauche avec ce qui suit ?
    Il dit à Dieudonné « t’es un vrai blanc » parce qu’il aurait cherché à l’arnaquer, pas de problème de mon côté, je ne suis pas d’accord mais je suis pour la liberté d’expression alors s’il le pense autant qu’il le dise.
    Il n’est pas cohérent avec ses clips de gonzesses qui se prennent pour des chiennes en chaleur, ok aussi, personne n’est parfait et je ne regarde pas, sa musique m’agresse les oreilles.
    Beaucoup de courage physique et d’abnégation, je respecte la sueur, un putain d’athlète, chapeau !
    Son analyse, ben… j’en ai pas trouvée.. donc rien à m’apporter de ce côté-là et c’est plutôt ça que je recherche malheureusement.

    Bilan : je trouve qu’il est limité sur beaucoup de points et qu’il peut être considéré comme un exemple pour sa carrière de sportif et son implication.

    Suffit d’arrêter d’utiliser « mais » et le remplacer par « et », j’ai appris ça de quelqu’un sur ce forum. Finalement ça n’est pas si compliqué. Pourquoi ne pas essayer ? Vous (l’Homme de Gauche) ne courez pas grand risque à essayer, et c’est intéressant de comprendre comment d’autres voient le monde. Pas grand risque, si ce n’est d’être un peu moins de gauche et d’avoir Judith Bernard à vos trousses…

  51. Après avoir encensé Judith Bernard, tout le monde lui tombe à bras raccourcis pour un message, ce qui prouve bien qu’ici aussi, on est dans la pureté. Je ne le ferai pas car on ne sait rien des tenants et aboutissants de cette affaire. On peut tout à fait imaginer que pour garder a place au sein du m6r, celle-ci devait faire un compromis. Il lui a peut-être été demandé de dénoncer de la sorte Etienne. Chez ces gens-là, on accorde beaucoup d’importance à la confession publique des fautes. Si elle est évincée du m6r, c’est certain que le tirage au sort n’a aucune chance d’être adopté par le mouvement. Dans ce cas, sa position est la bonne. Moi, je préfère qu’Etienne soit diabolisé comme Jean-Marie Le Pen (1), si cela peut éviter que le m6r tombe aux mains des sénéchaliens (bon, je sais bien, c’est pas moi non plus qui me fait insulter sur tout le net), et peut permettre que la Constituante soit tirée au sort. Je pense même que toute cette histoire a fait plus de publicité pour ses travaux (il a sans doute les statistiques du site) dans des milieux qui ne le connaissaient peut-être pas encore, et qu’il a plus de partisans maintenant qu’avant l’affaire.

    (1) Pardon, on me signale que dorénavant Le Pen n’est plus diabolique pour les milieux autorisés et que l’on peut même s’en payer une bonne tranche avec lui : http://www.front-national-savoie.com/jean-marie-le-pen-ca-vous-sur-france-5-1122014/ Je rectifie donc : Etienne est plus diabolique que Jean-Marie Le Pen.

    • Ce « compromis » de la miss ne la regarde qu’elle et s’il faut montrer pattes blanches au m6r pour espérer quelques développements positifs pour le Tirage au Sort, c’est encore croire à beaucoup de choses, l’Histoire avec cet enfumeux H et la politique politicienne, sans parler de cette sorte d’allégeance à donner à un parti et non sa parole à une idée !
      A méditer

      EFFAB

  52. Le M6R m’a tout l’air d’un SOS Oligarchisme, avec une belle main jaune dans la poche du contribuable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *