« (Re)prenons notre vie en main », rdz-vs près d’Annecy, les 27 et 28 sept. 2014, aux ‘Journées Nationales de la Transition Citoyenne’

Rendez-vous avec les gentils virus de Savoie (et des environs), à l’occasion des Journées Nationales de la Transition Citoyenne, samedi 27 septembre 2014, à 14 h30 à Poisy, près d’Annecy :

Nous aurons plus de temps que d’habitude, pour nos échanges et ateliers : samedi après-midi et dimanche matin. Ceci nous permettra d’approfondir la réflexion sur des articles qui le méritent.

Le planning : http://framacalc.org/planning_journer_transition

Ce sera au Lycée agricole de Poisy
Route École Agriculture, 74330 Poisy

Nous aurons le grand plaisir d’y retrouver Ana 🙂

À tout bientôt.

Étienne.

[Mise à jour, 10 octobre 2014 :

Quelques images, quelques traces, arrivent, de tous ces bons moments passés ensemble. Des entretiens à côté de la conférence et des ateliers, et puis la conférence et le débat.

La vidéo de la conférence — nous étions quelque 400, je crois — (coupées en plusieurs petits films sur deux pages) :
(Je ne sais pas les enregistrer, ni les placer en incrustation ici. Si quelqu’un peut m’aider…)

http://www.librinfo74.fr/2014/10/a-la-fete-de-la-transition-citoyenne-etienne-chouard-nous-propose-detre-des-constituants/

http://www.librinfo74.fr/2014/10/suite-a-la-fete-de-la-transition-citoyenne-etienne-chouard-nous-propose-detre-des-constituants/

Étienne.]

44 réponses à “« (Re)prenons notre vie en main », rdz-vs près d’Annecy, les 27 et 28 sept. 2014, aux ‘Journées Nationales de la Transition Citoyenne’

  1. A priori je serai présent samedi et dimanche. J’ai hâte !

  2. hihi je me pensais t’envoyer les affiches sous peu 🙂

    (Il s’en prépare une autre avec un gentil virus)

  3. Sur le framacad, on indique une fin vers 18h30 pour le samedi, mais si on veut, c’est jusqu’à point d’heure.
    On verra ……. 😉

  4. Je pense dormir sur place, donc pas de soucis pour le point d’heure !

    Je te raconterai comment se passe la constitution de notre groupe de tirés au sort 😉

  5. C’est adorable…

  6. Je suis désolé mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir ni diriger personne, je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, musulmans, blancs et noirs, nous voudrions tous nous aider si nous le pouvions, les êtres humains sont ainsi faits. Nous voulons donner le bonheur à notre prochain, pas lui donner le malheur.
    Nous ne voulons pas haïr ni humilier personne. Dans ce monde, chacun de nous a sa place et notre terre est bien assez riche. Elle peut nourrir tous les êtres humains. Nous pouvons tous avoir une vie belle et libre. Mais nous l’avons oublié.
    L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction.
    Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous pensons beaucoup trop et nous ne ressentons pas assez.
    Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité.
    Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse.
    Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu. Les avions, la radio nous ont rapprochés les uns des autres, ces inventions ne trouveront leur vrai sens que dans la bonté de l’être humain, que dans la fraternité, l’amitié et l’unité de tous les hommes.
    En ce moment même, ma voix atteint des millions de gens à travers le monde, des millions d’hommes, de femmes et d’enfants désespérés victimes d’un système qui torture les faibles et emprisonne les innocents.
    Je dis à tous ceux qui m’entendent ne désespérez pas. Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’avidité de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplisse l’humanité.
    Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples et tant que les hommes mourront la liberté ne pourra pas périr.
    Soldats, ne vous donnez pas à ses brutes, à une minorité qui vous méprise et fait de vous ses esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, et qui se sert de vous comme de chair à canon et qui vous traite comme du bétail.
    Ne donnez pas votre vie à des êtres si inhumains. Ces hommes machines, avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.
    Vous n’êtes pas des machines !
    Vous n’êtes pas des esclaves !
    Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur.
    Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour.
    Soldats, ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.
    Il est écrit dans l’évangile selon Saint Luc « Le Royaume de Dieu est dans l’être humain », pas dans un seul humain ni dans un groupe humain, mais dans tous les humains, en vous, en vous le peuple qui avez le pouvoir : le pouvoir de créer les machines, le pouvoir de créer le bonheur. Vous, le peuple, vous avez le pouvoir : le pouvoir de rendre la vie belle et libre, le pouvoir de faire de cette vie une merveilleuse aventure.
    Alors au nom même de la démocratie, utilisons ce pouvoir, il faut tous nous unir, il faut nous battre pour un monde nouveau, décent et humain qui donnera à chacun l’occasion de travailler, qui apportera un avenir à la jeunesse et à la vieillesse, la sécurité. Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir. Ils mentaient, ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses. Jamais ils ne le feront.
    Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple alors il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses, il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité et avec la haine et l’intolérance.
    Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur.
    Soldats, au nom de la démocratie, unissons-nous tous !
    Charlie Chaplin dans « Le Dictateur »

  7. Bonjour à tous,

    Quelle belle initiative et que ce projet laisse réveur…
    Transformer, que dis je, révolutionner cette Vième République en Iière Démocratie.

    A l’heure où un ancien monarque souhaite revenir dans un premier temps sur la scène médiatique puis politique. Il faut que cette idée de Ière Démocratie à défaut d’une VIième république se fasse entendre pour que cette idée soit dans les pensées de tout le monde, pour enfin donner le pouvoir au peuple, par le peuple et pour le peuple…

    Engageons nous dans cette voie, elle est magnifique…

  8. David B, bonjour,
    La 1ere Démocratie est mal barrée!
    « TAFTA, le Préfet rappelle les Maires à l’ ordre »
    Pas de zone hors TAFTA! Ce serait anti-constitutionnel.
    Tiens, ils lisent donc parfois la Constitution, ou ce qu’il en reste?

    http://www.lemedia05.com/2014/12432/marche-transatlantique-tafta-les-maires-rappeles-a-lordre-par-le-prefet/
    —————————————————-
    La Commission européenne rejette la proposition citoyenne contre TAFTA:

    https://www.collectifstoptafta.org/l-actu/article/la-commission-europeenne-rejette
    —————————————————-
    Regard ironique de la presse russe sur les limites de la démocratie à l’européenne:

    http://french.ruvr.ru/2014_09_15/La-democratie-a-l-europeenne-tout-excepte-la-critique-7567/
    ————————————————--
    Il semble quand même que ces Traités passeront par un accord des Parlements nationaux et du Parlement européen qui seront consultés.
    Comme ils sont largement peuplés d’europathes compulsifs, le résultat ne devrait pas réserver de surprises.
    D’autant que les Etats européens ont délégué leur droits souverains de négociation à la Commission européenne, qui décide en dernier ressort. Donc même si la consultation était contre, la décision sera pour.

    http://www.joellegarriaud.com/2014/07/role-parlement-francais-dans-ratification-traite-transatlantique/
    ——————————————————

  9. Mercredi 24 septembre 2014 :

    L’économiste Bernard Maris est professeur des universités à l’Institut d’études européennes de l’université Paris-VIII. Il est membre du conseil général de la Banque de France.

    Alors qu’il était pour la monnaie unique depuis 25 ans, il a changé d’avis : maintenant, il est pour la sortie de l’euro.

    Bernard Maris écrit cet article fondamental :

    « L’autre politique économique,
    ou comment échapper aux Chinois.

    Sortir de l’euro permettrait de retarder la conquête de notre marché du travail par la Chine.

    Existe-t-il un autre modèle que le modèle Valls – Fillon – Juppé – Sarkozy ? Oui, il y en a un, et un seul. C’est le modèle macroéconomique fondé sur une sortie totale ou partielle de la zone euro. Autrement dit, et je pèse mes mots, si on ne sort pas partiellement ou totalement de la zone euro, la seule politique macroéconomique possible est celle de Valls-et-les-autres.

    – Si l’on garde l’euro, le seul moyen de ne pas crever face à la politique menée par l’Allemagne est de mener une politique de contre-offensive en vendant nos produits faits par nos petites mains, travaillant plus dur et plus longtemps pour des salaires plus faibles. A cette seule condition, on peut espérer tenir sur le radeau. Combien de temps ? Un demi-siècle environ. Après, toute la technologie sera passée aux Indiens et aux Chinois, qui deviendront nos employeurs.

    – Une sortie totale ou partielle de la zone euro permettrait à l’économie française de se redresser plus rapidement, avec un coût inférieur en termes de pouvoir d’achat et de souffrance sociale. On gagnerait 25 ans environ par rapport au plan Juppé-Valls. Une génération de gagnée. Une cohésion sociale plus forte, pour envisager l’avenir (les conditions de travail offertes par nos futurs employeurs, les Chinois et les Indiens ; les conditions de rivalité de nos anciens amis – les Espagnols, les Allemands, etc, à qui nous aurions damé le pion).

    Je ne vais pas exposer à nouveau les conditions d’une sortie intelligente et raisonnée de l’euro, négociée avec nos partenaires de la zone.

    On aura beau dire que, français ou étranger, un patron est d’abord un patron, et que son capital comme son âme, par définition, sont mondialistes ou apatrides ou internationaux, un gouvernement français dominé par des patrons étrangers serait totalement soumis, muselé, sans aucun pouvoir.

    Un gouvernement français dominé par des patrons français aurait plus d’autonomie parce qu’il pourrait négocier ses prébendes, fiefs, affermages contre quelques avantages sociaux relevant du modèle dit « français ». Or, pour pouvoir négocier ces fiefs, affermages (ainsi les concessions des autoroutes honteusement refilées par Villepin), il faut au moins être propriétaire du bien public fondamental qu’est l’argent.

    Donc il faut sortir partiellement ou totalement de l’euro. Pourquoi l’euro ? Pour l’Europe fédérale. Qui veut de l’Europe fédérale ? Hollande et Bayrou. C’est peu. L’Allemagne ne veut pas d’Europe fédérale, ni l’Espagne, ni l’Italie, ni personne. Peut-être la Belgique et le Luxembourg, mais certainement pas le Royaume-Uni, la Pologne ou l’Irlande. Ou l’Italie. Ciao l’euro, et vraiment pas de regret !

    (Charlie Hebdo, mercredi 24 septembre 2014, page 6)

  10. Propositions de Sages Réflexions pour nourrir les réflexions citoyennes…

    St Exupéry d’abord:  » Une cathédrale est bien autre chose qu’une somme de pierres. Elle est GEOMETRIE et ARCHITECTURE. Ce ne sont pas les pierres qui la définissent, c’est elle qui enrichit les pierres de sa propre signification »

    Puis un certain Fontenelle dont je ne connais pas le prénom qui dit:  » Le monde politique aussi bien que physique se règle par poids nombre et mesure »

    Avez-vous bien entendu ce Monsieur Fontenelle, par poids, nombre et mesure…

    Quel poids? Quel nombre? Quelle mesure pour la fonction citoyenne? Et quelle est sa géométrie à la démocratie, quelles places sont dévolues aux uns et aux autres, bref quelle construction entretient-elle?

  11. L’ORQUE : de la méritocratie à l’usurpation du mérite.

    Source : http://loeildebrutus.over-blog.com/2014/09/l-orque-de-la-meritocratie-a-l-usurpation-du-merite.html

    Billet invité de Marc Rameaux.

    Comment le mérite véritable a été remplacé par son imposture et porte des hommes médiocres aux postes de décision – Une nouvelle organisation de la société et de l’économie pour y remédier – Une certaine idée de l’homme

    Cet article résume l’analyse et le projet de société de l’ouvrage « L’orque », de Marc Rameaux

    http://www.amazon.fr/dp/1500687499

    « L’ego est en raison inverse de la personnalité »

    Vladimir Jankélévitch

    Le monde économique moderne soulève des inquiétudes croissantes, qui ont déjà fait l’objet de plusieurs ouvrages. Nombreuses sont les critiques qui en ont dénoncé la dureté, l’extrême rapidité, parfois la violence psychologique.

    L’évolution vers un monde de plus en plus compétitif et globalisé, ou bien la remise en question de l’économie de marché elle-même, sont les critiques les plus fréquemment invoquées, accompagnées de solutions diverses selon les tendances politiques des auteurs.

    Mais si le problème n’était pas là ? Nombreux pensent que l’économie et le monde de l’entreprise sont restés à peu près les mêmes, mais en plus dur, plus rapide, plus complexe. Le malaise que nous ressentons provient de beaucoup plus loin.

    Le fonctionnement des entreprises a profondément changé depuis une quarantaine d’années, selon une tendance qui s’est renforcée progressivement, produisant maintenant des impacts décisifs non seulement sur le monde économique mais sur toute la société, jusqu’à notre conception même de l’homme.

    De façon inconsciente, une certaine idée de l’homme s’est substituée à une autre, avec des conséquences très néfastes, qui expliquent à la fois la violence psychologique et l’impasse économique dans laquelle nous nous trouvons.

    Il ne s’agit pas de philosophie abstraite. Cette évolution a eu des conséquences très pratiques sur le fonctionnement de l’entreprise, qu’il faut avoir vécu de l’intérieur pour en comprendre les ressorts. Elles sont à ce point concrètes qu’elles relèvent de la sociologie des organisations et du cours pratique de management.

    Cette évolution peut se résumer simplement : le système méritocratique se trouve maintenant inversé, jusqu’à permettre à ce que l’humanité a de pire d’accéder aux postes de décision et de commandement.

    Une brèche s’est ouverte dans le système de la méritocratie, permettant d’opérer un véritable vol du mérite d’autrui. Certains passent l’essentiel de leur temps à récupérer le travail et l’initiative d’hommes bien meilleurs qu’eux. En consacrant toute son énergie à cette « activité », plutôt que de travailler avec compétence et produire de la valeur, il est maintenant possible de jouer un jeu gagnant.

    Un véritable détournement du mérite est à l’œuvre, aboutissant à une anti-sélection des responsables économiques vers les plus médiocres, transformant la méritocratie en une répugnante caricature inversée de ce qu’elle devrait être.

    Toute théorie du complot est écartée : le simplisme ou la démagogie ne sont pas de mise. Cette évolution s’explique par des mécanismes d’auto-organisation issus des sciences cognitives. La question n’est pas « qui tire les ficelles ? » mais « à quel jeu joue-t-on ? ». Si la règle du jeu est pervertie, des hommes de peu s’y engouffreront sans même d’ailleurs qu’ils le sachent vraiment, les emportant eux aussi dans l’abîme avec l’ensemble de la société.

    Ce mouvement a touché principalement les grandes entreprises. Pour des raisons que l’ouvrage explique, les petites entités indépendantes ont été épargnées, et restent le refuge de ceux qui attendent une juste reconnaissance de leurs capacités.

    L’orque est le récit et l’explication de cette évolution, faite insensiblement mais invinciblement.

    L’orque est aussi un ouvrage de combat, afin d’organiser la défense contre ce danger et les impacts humains graves qu’il engendre : une contre-organisation de la société est bâtie et développée.

    Pourquoi cette référence au plus grand des delphinidaes, comme titre de l’ouvrage ?

    Parce qu’une phraséologie à la violence sourde a envahi les entreprises, s’appuyant sur de nombreuses justifications soi-disant naturalistes pour asseoir son autorité.

    Les « mâles dominants », « tueurs » et « prédateurs » sont apparus, afin d’intimider et d’effrayer les plus faibles, afin également d’obtenir une résignation et une soumission au nouvel ordre, en le faisant croire inscrit dans l’ordre naturel. Naturellement de tels termes ne sont pas employés directement, mais enrobés dans un double discours dont chacun sait ce qu’il signifie, au cours duquel ces mots crus échappent parfois. Ou bien constamment dans des dialogues privés entre « gens de bonne compagnie ».

    Au passage, cette vision a fait reculer de plusieurs siècles ce que la civilisation et la liberté avaient permis de construire, comme modèle d’un homme de valeur. Egalement, la condition de la femme a reculé brutalement dans nos sociétés du fait de cette mentalité, depuis maintenant plus de 30 ans comme d’autres ouvrages l’ont déjà relevé.

    L’orque est l’antidote lumineux de ce sinistre bestiaire. Afin de contrer le néo-darwinisme des arriérés qui s’emparent des postes de décision, nous rétablissons d’authentiques références éthologiques, montrant que la vraie compréhension du darwinisme dépasse largement les rêves de domination servile de quelques-uns.

    L’orque est un animal extrêmement sensible, accompli dans tous les sens du terme, vivant au sein d’une organisation sociale très élaborée, souvent plus sage que celle de l’ordre humain.

    Mais c’est aussi le tigre des mers, capable d’éventrer un requin blanc de 4 mètres sans coup férir, si la nécessité se présente. Les requins du monde économique et politique sont prévenus. Notre défense est plus que féroce : elle ne prône bien sûr aucune violence physique, mais engage une lutte psychologique et économique inédite et sans merci, montrant la véritable nature lâche des « prédateurs ». Le livre détaille comment mettre en place ce combat.

    Aux caïds sont opposés des samouraïs, recrutés parmi les éléments les plus capables et les plus énergiques du monde économique. La civilisation ne se défend pas par des bons sentiments ou des suppliques, mais par les plus hautes vertus guerrières.

    Il y a urgence à cet engagement. Le cynisme et la dépravation des castes dirigeantes atteint de tels seuils qu’il ne s’agit plus seulement de lutter contre des conditions pénibles du travail en entreprise. Des violences extrêmes sont perpétrées, derrière un discours feutré et en apparence raisonnable, masquant les plus bas instincts.

    La violence directe et physique de nos sociétés en résulte : l’exemple venant d’en haut, la voyoucratie en col blanc devient le modèle des caïds de banlieue. L’exemple de gains faciles et sans aucun mérite ne vient pas de ces classes déshéritées : ce sont d’autres « dealers » bien plus néfastes mais propres en apparence, qui leur ont montré la voie.

    Il y a menace grave sur la civilisation, menace à laquelle des hommes libres et déterminés doivent répondre. « L’orque » révèle la mécanique de l’usurpation dans ses moindres détails, et sans aucune concession. Il prépare également une riposte s’appuyant sur ceux qui se sont toujours distingués dans l’indépendance et la création de valeur.

  12. Oups Etienne, dans le stress du départ j’ai oublié de te donner les sabliers ;(

    ;;;;;;;;;;;;

    @toustes

    Ce week end d’Annecy a été géant.

    Nous avons été par moments 3 ou 400 ( je n’ai pas les chiffres de la préfecture hihi, mais l’ami des RG était là)
    Le samedi nous avons fini vers 1h du mat, quand les paupières tombaient alourdissant la passion.
    Et le dimanche, rebelote, avec ateliers au soleil, quelle chance.
    Nous allons en organiser d’autres, plus petits, les uns chez les autres, ou mieux encore, dans les jardins.
    La naissance du futur au jardin en quelque sorte.

    Mon sentiment est qu’est en train de naître, sous l’impulsion d’Etienne, modestie tenace et ténacité dans la modestie, admirable, il en faudrait des centaines des comme ça, soyons donc ceux là qui sont nécessaires …. nous devons le relayer urbi et orbi pour que le résultat ne se limite pas à l’écho de ses pas, est en train de naître un mouvement puissant, collectif sans règle et pourtant coordonné, uni.

    Il y avait l’inviteur et l’invité.

    L’inviteur, « transition citoyenne Semnoz » est aussi un collectif, pas loi 1901 😉
    Mouvement de moins d’un an qui monte en puissance maintenant dans un nombre de villes à trois chiffres.

    Transition citoyenne s’engage dans la voie de la création et de l’invention de nouvelles façons d’être ensemble ou dans la réhabilitation d’anciennes façons de fonctionner, et cela sans attendre ni les conseils ni les ordres ni les autorisations d’un pouvoir à l’imaginaire trop réduit pour mériter notre confiance et notre docilité.

    Et l’invité, Etienne , avec nous donc, qui en simplifiant est engagé dans la voie de la réflexion sur les institutions à culbuter réformer repenser, exigence première.

    On pourrait croire ces chemins distincts, voire contraires.
    Ce n’est pas la bible et le fusil, mais plutôt la pioche et le cerveau.

    Il n’en est rien, car dans les deux cas, il s’agit de favoriser l’émergence du citoyen qui de couché se dresse debout, droit dans ses bottes, qui s’assume, adulte et non plus infantilisé.

    Et ces deux voies sont nécessaires l’une à l’autre ->

    -- Sans la citoyenneté incarnée dans l’acte, les idées d’Etienne seraient comme les vagues contre les falaises, vagues qui creusent mais ont besoin de l’éternité pour réformer le paysage.

    Sans les idées d’Etienne, la reprise en main matérielle de nos vies dans nos jardins solidaires serait en danger d’attaque musclée/armée des pouvoirs dès que cette incarnation non violente de la révolution des esprits menacerait tout ce qui nous considère comme « ressources humaines » de se voir privé de son jardin infernal.

    Pour résumer : jsuis vachement contente 🙂

    Vidéos et compte rendus dès que les virus auront bossé.

  13. (Hors-sujet, à titre informatif)

    Le Etienne CHOUARD de cette problématique plus aérienne que sont les C.., pour ne pas les nommer ^^

  14. Interview d’Etienne à Annecy :

  15. Une autre interview d’Etienne lors des mêmes journées, cette fois-ci par librinfo74 :

    http://www.librinfo74.fr/2014/10/etienne-chouard-repond-a-librinfo-sur-ses-relations-avec-des-militants-dextreme-droite/

    Avec la vidéo :

    http://www.youtube.com/watch?v=P835JQmtKOk

    Où l’on voit Étienne s’énerver un peu contre le journaliste qui l’interroge. Ce qui semble agaçant chez celui-ci, c’est la propension à personnaliser quand il faut parler de structures, et au contraire à évoquer les structures là où ce sont les individualités qui les composent qui comptent (travers assez fréquent sur ce genre de sujet). Néanmoins, il est remarquable que le journaliste donne la parole à Étienne 20 minutes, alors que visiblement, il n’est pas du tout sur la même longueur d’onde : rien que pour cela je dis bravo.

    Sur le fond, pas grand-chose à rectifier, j’aurais fait à peu près les mêmes réponses. Juste une précision que je voudrais apporter sur l’idée que « Le FN n’est pas un parti fasciste, ce sont le PS et l’UMP qui le sont » et que « Le FN n’accédera jamais au pouvoir ». Je ne pense pas qu’on puisse être aussi tranché. Un parti dans l’opposition pendant longtemps peut accéder au pouvoir à un moment donné. Les partis ont une naissance, une vie et une mort. On a toujours vu des partis installés disparaître et être remplacé par des partis contestataires. Les partis communistes ont longtemps été considérés comme infréquentables (bien plus que le FN aujourd’hui) avant d’être intégré au « système ».

    Ce qui se passe, c’est qu’actuellement le FN est anti-oligarchique justement parce qu’il n’a jamais été au pouvoir. Il est encore plein d’idéalistes romantiques (dont Jean-Marie le Pen en premier lieu). Mais au fur et à mesure qu’il se rapproche du pouvoir, on assiste à un glissement : il s’enrichit en éléments oligarchiques, tandis que les éléments populaires sont écartés. On a vu Marine le Pen très fière d’attirer des énarques et autres professionnels de la >gouvernance< (Philippe Martel ou autres). Alors qu’en parallèle, les militants locaux qui ne servent pas les stratégies de l’appareil central sont écartés au profil de hiérarques (cf par exemple les nominations de têtes de liste à Forbach : http://www.lepoint.fr/politique/municipales-philippot-fn-pressenti-pour-etre-candidat-a-forbach-13-06-2013-1680619_20.php , ou Villeneuve-sur-Lot : http://www.ladepeche.fr/article/2013/09/07/1703406-dechirements-au-fn-pour-l-investiture.html)

    Finalement, le caractère « populiste » ou « oligarchique » d’une structure partisane ne tient pas tant à sa nature qu’à sa participation ou non au pouvoir.

  16. [Mise à jour, 10 octobre 2014 :

    Quelques images, quelques traces, arrivent, de tous ces bons moments passés ensemble. Des entretiens à côté de la conférence et des ateliers, et puis la conférence et le débat.

    La conférence (coupées en petites vidéos sur deux pages) :
    (Je ne sais pas les enregistrer, ni les placer en incrustation ici. Si quelqu’un peut m’aider…)

    http://www.librinfo74.fr/2014/10/a-la-fete-de-la-transition-citoyenne-etienne-chouard-nous-propose-detre-des-constituants/

    http://www.librinfo74.fr/2014/10/suite-a-la-fete-de-la-transition-citoyenne-etienne-chouard-nous-propose-detre-des-constituants/

    Étienne.]

  17. Rien de spécial à ajouter sur votre exposé à Lausanne, effectivement c’est du déjà rodé. C’est bien vu que les constitutions ne disent pas expressément « le peuple n’a aucun pouvoir », mais plutôt qu’il n’y a aucun article qui institue le pouvoir du peuple.

    Juste un détail : Vous évoquez à nouveau Hallstein en reprenant Asselineau. Celui-ci affirme que Hallstein s’est vu confier la mission par Hitler d’établir les bases juridique d’une Nouvelle Europe dans le cadre du pacte avec Mussolini en 1938. Je n’ai rien trouvé qui confirme cela. La source unique d’Asselineau semble être Matthias Rath :
    http://www.relay-of-life.org/nazi-roots/pdf/chap-uk-hallstein.pdf
    De ce que j’ai pu lire, je n’ai trouvé aucune preuve de cela. Rath évoque un Groupe de travail pour les relations juridiques germano-italiennes (« Arbeitsgemeinschaft für deutsch-italienische Rechtsbeziehungen »), qui a bien été mis en place en 1938. Mais aucune source sur Internet ne confirme qu’Hallstein en ait fait partie. Aucune trace non plus d’un texte d’Hallstein contenant « Das Neue Europa » qui soit antérieur à la guerre. Pour ma part, pour ne pas prêter le flanc aux accusations de complotisme, je laisserais tomber cette histoire qui semble au moins douteuse.

  18. Proche d’Hitler ? Je n’ai rien trouvé allant dans ce sens. le poste le plus haut qu’il semble avoir eu à l’époque est professeur d’université. Il y a des biographes qui affirment qu’il était hostile au régime nazi ( http://www.cvce.eu/obj/jurgen_elvert_walter_hallstein_biography_of_a_european_1901_1982-en-a1adea08-b8ee-4e00-87c8-2fe9bc18c176.html ) , mais bon, après 1945, il y a sans doute beaucoup d’Allemand qui ont expliqué qu’ils étaient hostiles au régime nazi …

    Sur Wikipedia, toutes les références aux éventuels liens entre Hallstein et le régime ont aussi été supprimées comme non sourcées.

    Merci pour le lien sur le site de France2, il m’avait échappé.

  19. Poisy et la banlieue d’Annecy c’est trop déprimant, on y voit le le grand bétonnage de la société bobo du Caddie (3 à 4% d’augmentation de population-béton / an … un massacre … les souchiens riches se réfugiant en Savoie, chassés par les colonies de la traitre négrière capitaliste baudruchonienne du Paristan et autres béton à dealers rappeurs touche pas à mon melting potes acculturel …

    Les veaux du parc consumériste des Seigneurs Capitalistes se nourrissent du foin de leur propre production, ça n’a rien à voir avec la constitution, c’est anthropologique. Si le veau bobo de gôôôche (UMPS+ La Baudruche etc …) n’achetait pas le dernier i-ped18 pour le casser en sortant dans le troupeau en rut, le système capitaliste s’effondrerait de lui même.

    Que les veaux soient dominés, c’est naturel, que le souchien soit grand remplacé c’est la loi de l’évolution.
    Tirer au sort des veaux vous aurez toujours des veaux.

    Non, Chouard a tort, on ne transforma pas un veau en grec, les seuls qui ont la solution sont le amish, mais mieux, le khmer rouge. Redéfinir une anthropologie humaine se fait à coups de cravaches.

    Comme Marx, Chouard n’est qu’un libéral …
    Le veau d’or pour les veaux, le programme lotocrasse.

    « Un abîme nous sépare de ceux qui se battent pour un bien-être matériel. » Ernst Jünger

  20. La répartition de la plus-value :
    http://www.vineyardsaker.fr/2014/10/17/comment-pense-classe-dirigeante-raul-zibechi/

    « En dissolvant les nationalités, l’économie libérale fit de son mieux pour généraliser l’hostilité, pour convertir l’humanité en une horde de bêtes féroces – les concurrents sont-ils autre chose ? – qui se dévorent mutuellement parce que les intérêts de chacun sont égaux à ceux de tous les autres. Après ce travail préliminaire, il ne restait plus à l’économie libérale qu’un pas à faire pour atteindre son but : il lui fallait encore dissoudre la famille »
    Manifeste du parti communiste Marx et Engels décrivent la pute du Capital, le gôôôchiste.

  21. @Yeti

    Poisy, un village, avec des fleurs et des prairies.

    Nous étions au lycée agricole, avec des vaches et des abeilles, et une vue sur le Mont Blanc, sans oublier Mandallaz, Parmelon, Tournette, j’en passe.

    Mais le plus important fut ce qui fut dit entre nous toustes, ~400 personnes, dans la quiétude active de ceux qui rêvent le monde afin de mieux l’incarner.

    Maintenant, si tu nous organises un pow wow géant tel que celui vécu ici, mais dans un cadre strictement végétal, là tu seras applaudi.

    Chiche ?

  22. Le bétonnage de la Savoie, le trottoir HQE de Valence à Chamonix, avec des poubelles de 7 couleurs différentes :

    http://www.insee.fr/fr/insee_regions/rhone-alpes/themes/syntheses/lettre_analyses/01101/img/01101_RA_densite.gif

    http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=8&ref_id=14205

    Benêtland +0,5% de veaux / an
    1 département bétonné tous les 15 ans
    la superficie de l’espace urbain en Benêtland a progressé de 19% en 10 ans

    Bobo le shiteux de gôôôche ne ferait pas la révolution, car bobo mourait de faim si le Seigneur Carrefour ne remplissait pas son caddie. Bobo vit sur un trottoir HQE, mais loin du béton Duflot des colonies de la traitre négrière bobodruchonienne.  »

    « Vive le béton ! Vive l’immigration »
    Bobo le shiteux vert, dit « zéro sur compte de dealer »

  23. Le communiste (le vrai) veut que tous soient des gueux, le lotocrasse veut aussi Argent mieux réparti, plus de bénédiction du Dieu jaloux d’Israël. Le fasciste veut l’Idée comme volonté de Puissance. Le Seigneur Capitaliste veut La Machine comme fourmilière dominatrice.

    Tous sont des faux culs, car les buts philanthropes et les déclamations égalitaires, boboïstes sirupeuses et larmoyantes, où les appels à l’État, entraide abstraite des gueux, l’apologie de la liberté, de l’échange, de l’anti-racisme où de l’ouverture, ne sont jamais que des armes de combat (où pour remplir son néant pour benêt). En appelant au grégarisme instinctif du mammifère inférieur qu’est benêt, lotocrasse est une variété dégénérée du gueux rouge, sans sa force morale de la Classe où de la Terre (anarchiste). Il n’y a pas de conscience prolétarienne chez les i-pedistes HQE, et encore moins d’hypostase terrienne Gionoissienne.

    Ce pourquoi combat le vrai révolutionnaire est décidé à l’avance : c’est la puissance, qui n’a besoin d’aucun but ni justification. La révolte des soumis commence lorsque le ressentiment lui-même devient créateur et enfante où adopte des valeurs inconnues de Petit Homme. Sinon le veau mange son foin du caddie et en donne un peu (devant les caméras) si ça flatte son ego (des fois il court pour le Sida aussi).
    La vengeance imaginaire de l’esclave rebelle prend corps dans l’Idée, et l’Idée méprise l’Argent seulement quand il n’existe pas. L’Idée fut la nature, la tribu amazonienne, la horde mongole, le peuple germain, la Cité grecque, Dieu miséricordieux, la race aryenne, la charrue gionoissienne, jamais l’Argent, sauf pour les juifs qui sont les maîtres de bobo (qui en est jaloux), mais qui déifie en fait l’Argent comme arme de la race (et prônent le métissage amollissant pour les « gentils » benêts). Un jour l’Idée sera l’Immortalité.
    Chouard ne sera jamais un pitbull du pathos, n’ayant pas de pathos, ni de dent, ni de direction où les orienter, juste une curiosité pour la Machine. Si la lotocratie advenait, la Machine rirait, 15 milliards de veaux réclameraient alors l’i-ped 299 aux tirés au sort terrorisés.

    « Le libéralisme n’a pas le moindre point commun avec la liberté. Sa liberté n’est que la liberté pour l’individu de devenir un homme moyen » Arthur Moeller

    « La véritable liberté consiste à comprendre la nature des nécessités du moment. » Hegel

    • Le lotocrate veut que l’analphabète s’exprime

      • Exactement, le Seigneur aussi. Peuvent s’exprimer ceux qui n’ont rien à dire. Mais cela ne tient pas à la culture , mais à la civilisation.
        Bobo confond culture et civilisation, la culture « plug anal géant » de ses boyaux crâniens dégénérés décadents très alphabétisés (hellénistes chez les romains grands remplacés) et la civilisation du ventre du souchien de la Terre sans-dent, sans-alphabet, mais civilisé, cad avec ses mœurs (politesse, éthique, religion, traditions …) Le Seigneur détruit les mœurs de la civilisation pour la culture dégénérée (des étrons magnifiquement exposés, le rap, ‘les Marseillais’, le Mc Do etc …) de bobo le soumis déraciné.

        De là vient la fameuse fausse formule (tirée d’une pièce en fait) attribuée à Goering le gramcien:
        « Quand j’entends le mot culture, le sors mon Browning »

        « Nous gagnons la bataille des idées car les Autres n’en ont pas, ce n’est pas glorieux. » Feric Jaggar

  24. Les 400 … rebellotocrasses … ont tous les cloches portables des veaux … la verroterie asiatique qui sonne, que leurs ont accrochée les Seigneurs du Caddie.

    Alors Léonidaesh le barbu fou de Dieu, rigole et dit ironiquement :

    « 400 à Poisish ? Alors Chourad a tous les hommes qu’ils lui faut, car ils vont tous mourir ! »

    ***********************************
    1 COLON + 4 FEMMES = 46 ENFANTS
    ***********************************
    http://www.lejdd.fr/Societe/Actualite/Polygamie-Hortefeux-Lies-Hebbadj-199813
    aux frais du veau grand remplacé, qui a baissé son pantalon, pour ne pas recevoir de coup de pied au cul, pour le foin, et il chie sa diarrhée réglementaire de la société civile capitaliste droitdelhommiste du Grand Marché, comme exigent les Seigneurs.

    «Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour faire irruption dans l’hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire»
    Boumedienne, 1974, annonce le grand Remplacement à l’assemblée de l’ONU

    déjà 30% de naissances africaines au Benêtland
    déjà les quartiers riches sécurisés entourés de gardes et de barbelés (Marseille)
    déjà la fin des acquis sociaux, de l’entraide abstraite, par séparation des âmes
    déjà la séparation spatiale de l’arlequin de l’Argent et de la Race
    déjà le droit au dessus de l’État
    déjà l’Argent privé
    déjà la marchandisation des utérus, des organes
    déjà la fin de la filiation, du sexe, de la race, du peuple, de la Cité, de la nation, de la Terre

    La pute gôôôchiste du Capital a fait son œuvre, le négrier baudruchonien, la Ploutocratie Sexialiste, l’Unoin Mondialiste ….

    « Avant j’étais noir, maintenant je suis riche » Champion du monde poids lourd devenu blanc (et juif)

    Mais du Purinement Sociétal, la déconstruction gôôôchiste nait le terreau. La dictature de l’Argent, le Dieu jaloux d’Israël, triomphe, la bête sauvage de Hegel, et le monde de Stirner, et celui de Huxley, à 15 milliards celui d’Orwell, grâce à bobo le vôôôô de gôôôche.

    « La solidarité ne peut exister que dans de véritables communautés ; la planète uniformisée et atomisée que Jacques Attali appelle de ses vœux sera un enfer dans lequel la cupidité anonyme règnera sans limites. »
    ‘Moi, pute capitaliste de gôôôche’ Ed. GlobalState
    Amateur de chaussures cirées par des sans-dent, sans-lettre, sans-permis, au sanhédrin, mais avec papier souchien.

  25. Ping : Rendez-vous à Livron (Drôme) vendredi prochain, 20h30 : pour en finir avec les prétendues « crises », la formidable idée des citoyens constituants | Blog du Plan C

  26. https://www.youtube.com/watch?v=P835JQmtKOk

    C’est impressionnant le nombres de réponses dans certains commentaires.

  27. Atelier constituant du samedi 1er novembre 2014

    Lieu : Parvis de la mairie d’Annecy
    Début vers 15h et fin vers 20h avec un changement de lieu vespéral vers chez l’un des participants
    Une douzaine de participants
    Des panneaux étaient affichés sur la palissade de la mairie le temps de l’atelier
    Certains messages (lesquels ?) furent considérés comme trop virulents (liste en annexe)

    Les parties rédigées sont en vert dans les encadrées jaunes

    Échanges
    -- Ana résume l’intention. Contrairement à d’autres ateliers passés ou à venir, il est proposé que les gens présents choisissent le thème.

    -- Rappel : un atelier constituant n’a pas pour but de réécrire la constitution mais de s’entraîner à le faire et de démontrer notre compétence.

    -- Le premier intervenant souligne comme source de ce qui ne va pas : La façon dont les gens se considèrent, manque de civilité, manque de liant.

    Quelques réponses :
    Les assoces ne sont pas là-dedans
    La compétition (compétitivité) est de nos jours présentée comme un bien
    Les institutions poussent à ça

    -- Est posée la question de la difficulté de la démocratie au-delà du local

    -- Nicole : La personne officielle occupe toute la place et c’est elle qui parle, les autres se taisent ; c’est le groupe qui doit s’exprimer via le référent et pas le référent tout seul

    -- Exemple de la commune de Saillans ; ça venait des citoyens

    -- Comment donner envie
    a) aux citoyens
    b) au maire (((b sera repris plus tard)))

    -- Exemple de Saint André de Valborgne, importance de l’initiative individuelle et de la réticence des élus, rôle du tirage au sort.

    -- Exemple de Seynod : une liste citoyenne est projetée, y sont intégrés des militants d’un parti qui plus tard squattent l’affaire et la font capoter.
    Les encartés prétendaient être seuls compétents à répondre aux journalistes.

    Choix du thème de l’atelier
    -- On remarque, ce qui va conduire à cadrer la suite de l’après midi (!) que de toute façon, l’expérience de Seynod c’est fini car il va y avoir conurbation, fusion de communes. Annecy + Annecy-le-Vieux + Cran-Gevrier + Seynod + Meythet ! Pas encore certain, mais probable, le préfet est bien capable de l’imposer malgré les réticences

    -- C’est par les communes que, peut être sans violence, nous pouvons conquérir la démocratie

    (Vient s’asseoir Camille, qui est gêné que nous n’ayons pas déjà défini un thème, il repart assez vite mais coordonnées échangées)

    -- Il y a eu près de Nice un cas où les citoyens refusaient une fusion et organisaient un referendum que le préfet voulait interdire.

    -- C’est le préfet qui décide (même pas élu …)

    -- Une fusion de communes devrait être décidée par les citoyens et eux seuls.
    (exemple de la landsgemeinde)

    -- La question du referendum conduit à rappeler que celui de 2005 a été piétiné (traité de Lisbonne)

    -- Nous convenons de nous focaliser sur le referendum.

    -- Caractère impératif du referendum, non modifiable pour un temps donné (à définir)
    Le parlement ne doit pouvoir ni biaiser ni annuler une décision du peuple souverain.

    -- Question de l’initiative référendaire (état ou Peuple, c’est très différent)

    Thème retenu : Droit d’initiative citoyenne
    Là on rédige 😉 :
    « A tout niveau d’agrégation (village ville bassin de vie région nation ou au delà) tout citoyen ou groupe de citoyens peut proposer un referendum sur un sujet de son choix »
    (modalités abordées plus loin)

    -- Contrôle (contrôle citoyen, éventuel tirage au sort) des médias pendant la campagne référendaire (exemple du CSA ou OJD) ; médias à lister (par qui ?) ;
    -- Obligation d’une étiquette pour/contre chaque fois que le thème est abordé
    -- Obligation par le média de comptabiliser les temps/volumes
    -- Rapide allusion aux divers types de référendum (abrogatoire, constitutionnel, révocatoire, etc.) Pas approfondi …

    Modalités de déclenchement du référendum d’initiative populaire
    1ère technique : technique du seuil
    Est relevé le risque de perversion du mécanisme si seuls les riches ou les partis peuvent déclencher.
    Nombre de signatures à obtenir pour déclencher le référendum :
    1000 habitants è 10% ou un fixe (300 000)

    Est évoquée la possibilité de glaner des promesses de signatures sur le net.
    Le net peut être utilisé pour la récolte de signature, car là une tricherie est moindre mal, mais pas pour la votation

    2ème technique : technique du test à diamètre croissant
    Des gens (ce peut être un citoyen isolé !) organisent un référendum très très local, par exemple dans une rue (de leur choix ?).
    Si succès, il sont aidés pour quartier, puis ville, puis au delà. (Aide financière et technique)

    3ème technique (peu applaudie et peut être à reconsidérer)
    À l’occasion d’un scrutin sont proposées des initiatives à soutenir. Les gens peuvent signer à ce moment.
    Objection : risque de disperser l’attention du votant.

    Question posée : Qui contrôle la validité des signatures ?

    A l’attention de qui découvre ce thème : Les signatures ne sont pas le vote, mais seulement une demande de referendum.

    Deuxième thème retenu mais non traité faute de temps : comment faire en sorte que le résultat du referendum soit contraignant, c’est-à-dire réellement appliqué

    Poursuite des travaux de cet atelier = 3 décembre
    Le travail sur ce thème est engagé et à poursuivre.
    On prévoit le 3/12, chez Christian & Martine Metzinger à Poisy à 19h
    On bossera et on picorera sans sortir les grands plats
    15 places, déjà 6 inscrits.

    Prochain atelier = 8 novembre
    Rappel : samedi 8/11 Atelier Chez Ana toute la journée (voir le site transition)

    Prochaine séance publique = 30 novembre
    Nous allons demander un stand le 30 novembre le jour de la Gratiféria à Pringy + une salle d’une trentaine de places
    Horaire de la Gratiféria : 11h-16h
    Horaire du stand : 11h-16h où on informe et invite les gens à rejoindre l’atelier ; prévoir une rotation des permanences sur le stand
    Horaire de l’atelier : 13h-16h commençant par une demi-heure de conférence sur le thème « Faut-il encore aller voter ? » (ou, idée après coup : une mini-projection ? Par exemple le film « j’ai pas voté » mais il dure quand même 46 minutes)

    Se soucier de la politique qui passe au-dessus de nos têtes
    Faire rechercher par la salle la liste de nos pouvoirs politiques
    Transition de l’oligarchie vers la véritable démocratie
    Transition vers un pouvoir citoyen véritable
    Commencer par « pourquoi vous êtes venus ? »

    Thèmes pour le 30 novembre :
    Comment on vote ?
    Discuter quelques articles de l’actuelle constitution (nous avons lu l’article 11)
    Voter est-il utile ?
    Faut il encore voter ?
    Le concept Wroblevski (candidat du vote blanc)
    (Maigre) liste des pouvoirs citoyens.
    Processus de transition vers un vrai pouvoir citoyen ?

    Remarques sur la séance du 1er novembre
    Les gens ne s’arrêtent pas
    Groupe « fermé » (cercle)
    Se mettre en demi-cercle, donc ouverts pour faciliter les entrants
    Venir avec ses pliants (en prévoir pour les entrants)
    Il faudrait un ou deux externes pour répondre au passant (avec une table ?)
    Avoir la sono de JFP pour s’entendre (motos !)
    Qualité symbolique de la mairie, mais bruit ; Pâquier ? ; Rues vieille ville ?
    Prévoir flyers, banderole, un grand panneau explicatif
    « Venez, nous avons besoin de vos idées »
    « On s’exerce, mais ce n’est pas pour tout de suite »
    Mais le froid arrive …….

    Définir au préalable et afficher le thème (les gens sont encore désarçonnés par la liberté ……)

    Préciser qu’on est des citoyens ordinaires qui se posent des questions et n’ont plus envie de vivre dans le système actuel, on n’est PAS un parti politique, PAS une association

    Prévoir une séance critique de l’actuelle constitution ?
    Voir le texte sur le site du gouvernement (version la plus récente : décembre 2013)
    Le texte est repris et précisé dans le règlement de l’assemblée nationale
    Tiens, le fait qu’il s’appelle « site du gouvernement » prouve que ce n’est pas le site de la population !
    Choisir un ou deux articles (par exemple l’article 27 ou un extrait de l’article 11)
    La nouvelle constitution devra être lisible par des enfants et pourra même servir pour apprendre à lire (comme au Vénézuéla)

    ANNEXE : panneaux affichés
    A reconsidérer ….
    >>>>>>>>>>>

    ATELIER DÉMOCRATIE

    Lorsque je vote, je donne mon pouvoir donc je ne l’ai plus !

    « Faites confiance aux experts,
    ils s’en chargeront pour vous »

    En 1789 le bien
    commun nous a été volé
    et remplacé par le profit :
    reprenons notre bien !

    SOMMES-NOUS EN DÉMOCRATIE ?

    « Estimez-vous heureux
    que votre pays soit une démocratie
    et pas une dictature ! »

    « Braves gens
    dormez en paix :
    on s’occupe de tout »

    Si vous aviez un rêve de démocratie, ce serait quoi ?

  28. Deux ateliers programmés

    1) sur le RIP (suite) mais chez des gens, restent quelques places

    2) sur la police (public mais places géométriquement limitées) (conjoint avec gratiferia des colibris)

    plus de renseignements sur http://transitioncitoyennesemnoz.org/

  29. grâce à mes enfants, je découvre ce mouvement citoyen et suis très enthousiaste. Peut-être remplacerons nous la fatalité ou la colère , la
    résignation ou la « râlerie » par une prise en main de nos destinées , ensemble,
    pour tous et surtout pour l’espoir!
    Y a t il un relai des Ateliers à Toulouse?
    merci

  30. Hier soir (3 décembre) nous poursuivions un atelier entamé au tout début novembre et relatif au RIP.

    Il y avait quatre nouveaux …

    La question du processus de déclenchement est considérée comme majeure.

    Le déclenchement par seuil pour un pays fouleux semble inadéquat :
    Si le seuil est trop bas, il y a une avalanche de votations, et s’il est trop haut, il faut pour déclencher disposer de moyens puissants, argent , médias, ou appareil de parti, ce qui ravage l’intention initiale qui est d’offrir un pouvoir égal à tous les citoyens et à toutes les propositions.

    Le déclenchement par test géographique à diamètre croissant (qui à ma connaissance n’existe nulle part) séduit mes amis car il semble ne présenter aucun de ces inconvénients et en outre autorise le totalement inédit référendum d’initiative monocitoyenne (un citoyen isolé si son idée est puissante peut convoquer la nation !!!).

    Nous avons aussi évoqué la question médiatique qui elle aussi peut casser les vertus du RIP.
    Des solutions ont été avancées :

    -Obligation de créer dans chaque village ou quartier une agora libre d’accès aux citoyens.

    Lorsque le RIP concerne un vaste territoire, afin que le débat ne soit pas un débat en public de VIP, tirage au sort d’ assemblées délibérantes avec retransmission des débats, ayant pour mission de faire ressortir de façon équitable tous les arguments pour ou contre.

    Je pense que cette question doit encore être approfondie.

    Nous devons aussi décliner une liste des différents types de référendums au delà des listes classiques.

    Distinguer aussi les RIP à motif urgent et les RIP « tranquilles » qui ne peuvent être traités sous un même standard ( analogie avec le chef iroquois qui ne dirige quen cas de guerre)

    Du pain sur la planche donc.

    L’atelier se poursuivra mi-janvier.

    J’écris ce message surtout pour inciter tous et chacun, surtout les timides, à impulser. Vous verrez : on prend un pied géant.

    • Géolocalisation et Monocitoyenneté, des terminologies évidemment trés prometteuses et pas si aisément récupérables… oui, il y a bien là matière à impulsion ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *