Élections européennes – UPR – partis politiques : entretien avec « L’affranchi » (10 min.)

Ces nouveaux virus ont besoin d’aide, semble-t-il :
https://www.youtube.com/channel/UC36iF0NyHglcUBqNn9UB1rA

https://www.lepotcommun.fr/pot/8zh0tsqs

5 réponses à “Élections européennes – UPR – partis politiques : entretien avec « L’affranchi » (10 min.)

  1. François Asselineau chez Bourdin sur RMC :
    (c’est pas trop tôt)

    Et un échange sur Agoravox :
    http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/francois-asselineau-chez-bourdin-45256

  2. Cher Etienne, bien qu’adhérent à l’UPR je suis assez d’accord avec vous. Mais je pense que l’UPR est une première étape pour éduquer les gens sur la vraie nature de l’UE, et leur faire prendre conscience de la tromperie générale des médias et politiques à ce sujet. Je pense que la focalisation sur l’article 50 n’a pour but que de mettre en lumière les mensonges par omission ; bien entendu, un traité peut toujours être dénoncé, mais si c’est très simple à faire et prévu alors ceux qui n’en parlent jamais sont des menteurs.

    Et je suis d’accord pour dire qu’il faut se réapproprier notre constitution, mais pour cela, il faut d’abord reprendre notre souveraineté nationale. On n’écrira pas de constitution européenne !

  3. Si l’UPR de François Asselineau ne divise que des intellectuels non encartés,…ce n’est pas bien grave…
    Ce qui les empêche d’adhérer?… Peut-être,pour certains,la quasi certitude de n’y figurer,au mieux,qu’en Poulidor…
    Et si ces intellectuels trouvent leurs idées meilleures que celles de l’UPR,justifiant ainsi de n’y pas adhérer,qui les retient de créer leur propre parti,sinon une aversion profonde pour le camboui?

    Pour NDA,une analyse partielle mais plutôt bonne suivie d’une mauvaise décision n’a jamais fait un bon chef .
    Si vous aimez la clarté,adhérez à l’UPR…Si vous aimez l’ambiguïté,adhérez à DLR…Si vous aimez les deux à la fois,faites l’intellectuel…

    Les partis divisent ?…Qu’elle trouvaille !
    Seuls les partis uniques ne divisent pas…
    L’UPR se démarque effectivement de la totalité des autre partis par les conclusions radicales qu’elle tire de ses analyses.Elle induit une division tranchée entre ceux qui veulent prioritairement sortir de l’UE et tous les autres.

    Dire qu’il n’y a pas plus de chances d’avoir une majorité UPR qu’une majorité favorable à un changement de constitution est faux…Aucun changeur de constitution ne se présente comme tel aux différentes élections…
    Il reste la pression de la rue…
    Mais là où les meilleurs leaders politiques ne parviennent pas à s’entendre pour se rassembler,les intellectuels chagrins parviennent-il à s’entendre pour soulever les peuples?
    En attendant,à l’UPR,on cherche des sous et des bras pour amplifier l’action…Les UE-sortants radicaux et convaincus sont tous les bienvenus…

  4. @Francois,

    « Je pense que la focalisation sur l’article 50 n’a pour but que de mettre en lumière les mensonges par omission ; bien entendu, un traité peut toujours être dénoncé, mais si c’est très simple à faire et prévu alors ceux qui n’en parlent jamais sont des menteurs. »

    Ce n’est pas une focalisation… C’est la seule option qui subsiste quand on a fait le tour de toutes les autres.
    Quelle qu’elle soit,…et alors qu’un transfert bancaire se fait en quelques millièmes de seconde, la sortie des traités ne nous épargnera pas la fuite de capitaux,… alors autant s’épargner les plaintes qui seront inévitablement déposées par les états-membres et par la commission pour non respect des traités… L’article 50, ils l’ont tous ratifié…

    S’émanciper aura un prix… Mais nous récupèrerons la souveraineté monétaire et pourrons recapitaliser les entreprises les plus utiles…

    Et puis pourquoi envenimer inutilement nos relations avec nos voisins, alors que nous voulons poursuivre avec eux des échanges fructueux ?

  5. Si l’UPR progresse trop, on mettra en place d’autres mouvements aux idées d’apparence proches qui seront plus médiatisés. Ces mouvement ne feront bien entendu pas le nécessaire pour rendre à la France sa liberté.
    La seule solution est une révolte violente …. mais qu’on ne voudra pas
    Elle arrivera toutefois lorsque nos politiciens auront trop tirés sur la corde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *