De la trahison du référendum de 2005 à la cause des causes

Un nouveau petit montage vidéo (merci Darben), comme aide-mémoire de la trahison historique du peuple français par ses propres « représentants », le triste jour du coup d’État du 4 février 2008, quand les députés et les sénateurs, réunis en « Congrès », nous ont imposé par voie parlementaire ce que nous venions de refuser expressément par référendum le 29 mai 2005.

Aide-mémoire de ce viol politique, donc, et aide-mémoire de la seule analyse qui en découle et qui vaille pour s’en protéger à l’avenir, analyse radicale, c’est-à-dire cherchant la racine des problèmes :

Tous ces mauvais coups de la classe politicienne ne restent impunis et ne peuvent se perpétuer que parce que
nous n’avons pas de représentants,
– nous n’avons pas de représentants parce que nous n’avons pas de constitution,
– nous n’avons pas de constitution parce que nous avons laissé écrire la constitution par les professionnels de la politique, qui sont précisément ceux qui ne devraient JAMAIS y toucher, ni pour l’écrire, ni pour la modifier, à cause du conflit d’intérêts.

La cause des causes de notre impuissance politique (et des injustices qui perdurent faute de résistance efficace), c’est notre propre démission du processus constituant.

D’où l’idée d’apprendre entre nous, librement, de façon autonome, comme des adultes politiques, d’apprendre à écrire nous-mêmes la constitution qui nous manque, pour nous émanciper nous-mêmes de nos maîtres tyranniques.

Cette idée de généralisation d’ateliers constituants populaires, partout, tout le temps, ne fonctionnera que si vous vous en emparez, vous, oui vous, là, vous qui lisez ce petit texte, personnellement, avec vos proches ou avec vos collègues, tous les jours un peu, quelques phrases, quelques pensées, quelques réflexions constituantes, quelques efforts quotidiens pour animer vous-mêmes votre propre mutation : il s’agit de vous transformer (de votre propre initiative et par votre propre travail, sans rien attendre d’aucun maître) d’électeur obéissant en citoyen constituant.

Je ne sais pas si cette idée fonctionnera, mais ce que je sais c’est que ça ne dépend que de nous, il faut arrêter de dire que c’est la faute des autres.

Merci pour tous vos messages, c’est émouvant. On n’est forts qu’ensemble. On progresse.

Étienne.
Chouard – De la trahison du référendum de 2005… par darben

2 réponses à “De la trahison du référendum de 2005 à la cause des causes

  1. Catherine Deslandes

    Merci à vous Etienne ! C’est vous qui nous redonner forces et confiance ! Je suis entrain d’écrire ……des choses sympas pour la prochaine constitution ….si !!! 🙂

  2. « De la sorte, chaque sentiment, quand il atteint une certaine intensité et une certaine durée, se crée un monde choisi, irrésistible, son propre monde, … » (R. Musil).

    Rome ne s’est pas faite en un jour, et il s’agit rien moins que de cela. En le faisant, on la rêve et cela finit par exister. Il n’y a pas d’autre moyen, l’alternative c’est « jamais ». Ce qu’il faut comprendre en fait est que jamais les autres font les choses à notre place, sauf un bon cuisinier, un bon médecin, mais sinon chacun de nous a un immense potentiel. Les choses ne sont pas si compliquées en fait, en économie notamment, il suffit de comprendre que les revenus ne proviennent que de ce qui a été vendu, puisque c’est la vente qui permet de payer salaires, et profit. Et c’est tout, à partir de là il est clair que tout doit être dépensé, ce qui est une autre absurdité puisqu’on interdit l’épargne. Et l’on voit également qu’il n’existe pas de croissance (la quantité d’argent reste la même), et donc qu’il n’y a pas de capitalisme au sens propre du terme, comme système « naturel ». C’est une fiction, et on le voit quand on contemple la Rome brûlée sous-jacente, qui est la dette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *