Exerçons-nous à écrire une constitution citoyenne

Un court extrait (3 minutes) de l’entretien récent avec La Mutinerie,
à la maison (14 février 2014) :

On est jeudi. À combien d’ateliers avez-vous participé depuis lundi ? Oui, vous.
Allez, il faut s’entraîner, ça roupille là-dedans !
Pas besoin d’être 50 ! Un atelier, ça fonctionne très bien à deux ou trois personnes.
Et n’oubliez pas d’inviter des inconnus (voisins, passants..), ou votre famille encore endormie (papa, maman, rejetons, cousins, cousines…), ou vos collègues de travail… Et au boulot, tous les jours de toute la semaine 🙂 Ben oui, quoi, faut savoir ce qu’on veut : si c’est une bonne idée, c’est une bonne idée… Alors, on s’en occupe : on éteint la télé et on réfléchit (tout le temps) à notre prochaine constitution.

6 réponses à “Exerçons-nous à écrire une constitution citoyenne

  1. Robert Cabagni

    Bien beau de vouloir nous faire bosser mais je n’ai pas toutes les cartes en main et ne sais par ou commencer.
    Ne pourrions nous avoir un carnet de route je pense que ce serait très constructif et motivant.
    Un carnet de route bien réalisé serait un élément moteur. Il le faudrait simple amusant à la portée du plus grand nombre. Pas un laboratoire rébarbatif. Pourquoi pas un jeu electronique …
    Un truc festif pour que le plus grand nombre s’en empare …
    A toi Etienne de bosser la dessus toi tu as les cartes.
    Clt.

  2. Tout en mangeant et en écoutant la fin de cet entretien à la maison, m’est venu tout à coup une idée, une idée « lumineuse » !… oui, ça fuse fort ces temps, un peu dans tous les sens en ce qui me concerne, entre vertige verbal ou volubile imagination, aussi fantasque et farfelue soit-elle. Je ne vous en soumets pas moins cet idée originale ou ce prétexte à réflexion, c’est selon.

    Eh bien voilà, j’ai trouvé comment devenir acteurs de notre propre destin tout en utilisant le système et les procédures en place, du moins dans un premier temps…

    … je suis pour la création d’un parti politique et citoyen portant nos revendications et nos aspirations démocratiques_et je lui ai même trouvé un nom ! enfin, une idée comme ça, une proposition…

    … le ACCE !… à prononcer comme « Assez » ! ^^

    Mais qu’est-ce que cela veut-il bien pouvoir dire ?!… je vous laisse un peu devenez, ne faites pas compliqué, c’est très facile !

  3. Cela peut paraître comme une boutade, une énième fantaisie de ma part ou appelez cela comme vous voulez, moi qui ne saurais être juge ici que sous l’angle intérieur de la subjectivité, le bon sens étant justement de la bonne juxtaposition (bonne exposition à la lumière en photographie) du ressenti et de la réalité extérieur, cette réalité brute qui ne prend d’importance et de ce sens que sous l’oeil de celui qui a tout autant de raison que de conscience… wouah ! et dire que je rêvais à une époque d’exprimer ce que je n’arrivais pas bien à comprendre, le seul ressenti étant comme un enfant ignorant encore de bien des choses ou un adolescent trop passionné pour avoir ce minimum de recul nécessaire. Oui, tout prend sens quand on s’ouvre à soi et aux autres en même temps, et ce cerveau collectif vaut bien tous les bouquins inutiles et prétentieux qui n’ont jamais rien changé aux choses. Alors…

    … ACCE ? ^^

  4. ACCE !

    Le parti qui se refuse au jeu politicien ! initiant un mouvement populaire, citoyen, en marge de la proposition institutionnelle, officielle et pseudo-démocratique ; un mouvement fédérant tous les insatisfaits, tous les révoltés à ce système faisant fi de l’intérêt général et des libertés, des autonomies individuelles, plaçant le capital et le profit au-dessus de tout au détriment de l’humain et d’un Contrat Social respectueux des différences et convergeant toutes les richesses, cette dignité à vivre comme cette abondance mieux partagée, ces droits, ces devoirs, ces libertés et responsabilités de chacun.

    ACCE… ^^

    « en marge » disais-je… oui, à savoir, telle une boutade, un mouvement contestataire purement alternatif et parallèle à cette proposition/imposition officielle, une contestation agissant dans la dérision autant que dans ce déni des institutions impies et arbitraires… ou tel un vrai parti sans programme (…) et sans candidats qui affichent d’entrée ses intentions : élu, le tirage au sort d’une Constituante ! mais dans cette démarche électorale et le port de tous ces insatisfaits, de tous ces révoltés, de toutes ces abstentions enfin exprimées ramené dans quelque majorité élue et gagnante (c’est dans ce scénario faire un peu vite abstraction des médias et des manipulations de toutes sortes, voire ultimes en considérant le vote entièrement exprimé par voie numérique, par exemple), comment fait-on pour gouverner tout en parallèle à cette Constituante ? qui ou quis ou quoi prend les commandes à l’Elysée nous qui n’avions présenté aucun candidat à l’élection ?… d’où l’impossibilité légale, j’imagine, pour un parti sans tête d’affiche de se présenter ? Si tel est le cas, il nous reste toujours la boutade et tout l’imprévu historique que cela suppose et peut surtout déterminer.

    ACCE, alors ? personne n’a trouvé où ces posts se sont glissés dans le hors-sujet inconscient des zappeurs ?! ^^

  5. ACCE :

    Alliance Citoyenne pour une Constitution sans Esclaves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *