Initiative citoyenne européenne : un revenu pour tous, sans conditions

Un bel appel collectif , qui nous permettra peut-être de favoriser un débat essentiel pour nous tous : revenu de base, salaire à vie, dividende universel…

Source : http://www.bastamag.net/Un-revenu-pour-tous-sans

Initiative citoyenne européenne :
un revenu pour tous, sans conditions

(collectif)

Chômage de masse, pauvreté, précarité, pression insoutenable sur les ressources naturelles et sur les hommes… La bataille pour l’emploi et la course à la croissance menées depuis plus de 30 ans semblent conduire à une impasse. Face à ce constat, des personnalités de différents bords politiques suggèrent de changer de logiciel de pensée et soutiennent l’instauration d’un revenu de base : le droit à un revenu pour tous, sans condition. Ils appellent à signer l’Initiative Citoyenne Européenne en cours, afin d’obliger l’Union européenne à ouvrir le débat sur le sujet.

Notre pays n’a jamais été aussi riche. Pourtant, 8,5 millions de Français, dont 2,5 millions d’enfants, vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté. Nous sommes installés depuis quarante ans dans une situation de chômage de masse qui touche près de 5 millions de personnes. De nombreux travailleurs sont en situation précaire, occupent des temps partiels subis ou des emplois trop mal payés pour les sortir de la pauvreté. Sans compter l’explosion de la souffrance au travail qui, en plus de coûter 3 à 4% du PIB, détruit des vies.

La solution à ces problèmes, nous dit-on, serait la croissance économique. Or malgré tous les efforts mis en œuvre pour la retrouver depuis quarante ans, celle-ci n’a jamais suffi à résorber le chômage. Au contraire, les gains de productivité réalisés au cours du dernier siècle ont permis d’automatiser de nombreuses tâches, réduisant ainsi le besoin de main d’œuvre. En outre, l’explosion de la production industrielle nous a conduits à accroître notre pression sur les ressources naturelles et nos émissions de gaz à effet de serre.

Notre proposition : le revenu de base

Mais ce constat ne constitue pas un horizon indépassable. Nos sociétés modernes sont en mesure d’assurer à tous une vie digne. Pour y parvenir dès maintenant, nous, citoyens français et européens de tous bords politiques, demandons l’instauration d’un revenu de base. Il s’agit de distribuer à tous, de la naissance à la mort, un revenu inaliénable, inconditionnel, individuel et cumulable avec les revenus du travail salarié et du patrimoine, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie.

Il ne faut pas voir dans le revenu de base une nouvelle forme de charité ou un simple outil pour gérer la pauvreté, mais un nouveau droit humain garanti par la société au même titre que le droit à l’éducation ou le droit de vote.

Le revenu de base donne sens à l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme : “Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille”. Le Conseil européen a d’ailleurs reconnu l’existence d’un « droit fondamental de la personne à des ressources et prestations suffisantes pour vivre conformément à la dignité humaine ».

Sans revenu, pas de citoyen

L’idée du revenu de base n’est pas nouvelle. Dès la fin du XVIIIème siècle, l’homme politique franco-américain Thomas Paine la défendait dans son essai sur La Justice Agraire en expliquant que “sans revenu, point de citoyen”. Depuis, de nombreux penseurs lui ont emboîté le pas, dont 5 prix Nobel d’économie (James Meade, James Tobin, Milton Friedman, Jan Tinbergen et Herbert Simon).

Le revenu de base a été expérimenté au Canada, en Inde en Namibie et en Alaska, avec des résultats notables sur le développement de petites activités productives, l’éducation des enfants, l’accès aux soins, la diminution de la délinquance et une construction positive de soi. Et ce projet séculaire pourrait bientôt devenir réalité. Suite à une forte mobilisation citoyenne, les citoyens suisses décideront par référendum d’ici 2015 d’inscrire dans la loi le versement d’un revenu de base 2500 francs suisses [1] à tous les résidents du pays.

Le revenu de base libère le travail et les initiatives humaines

Le revenu de base est un vecteur de transformations positives pour notre économie et notre société. Il ne permet pas seulement d’éradiquer la misère et de relancer une économie laissée atone par l’insuffisance de la demande. Il libère également des énergies nouvelles en donnant la possibilité à chacun de choisir librement une activité réellement épanouissante et enrichissante, utile socialement et économiquement.
En nous soulageant du travail subi et de la contrainte vitale que représente la recherche d’un moyen de subsistance, le revenu de base permettrait de travailler autrement. Il libère du temps pour donner un nouveau souffle à l’activité associative, l’engagement citoyen, les projets professionnels, la création artistique et ainsi recréer du lien social, familial et de la confiance dans nos villes, nos quartiers et nos villages.

Au-delà de ses effets positifs sur la pauvreté, l’activité économique et le lien social, le revenu de base permet de mettre fin aux effets pervers du système actuel d’aides sociales générant humiliations et stigmatisations injustifiées [2]. Inconditionnel, le revenu de base est distribué automatiquement, sans qu’aucune démarche ne soit nécessaire pour le percevoir. On peut en outre accepter un emploi sans craindre de perdre son revenu de base, ni même de le voir diminué, contrairement au RSA. Ainsi, avec le revenu de base, le travail paie toujours.

Une proposition économique équilibrée

Le revenu de base n’a pas vocation à se substituer à notre modèle social mais plutôt à le parfaire pour le rendre plus émancipateur. Les travaux d’experts sur son financement ne manquent pas. Seule la volonté politique fait encore défaut. C’est pourquoi nous, citoyens français, suisses et européens, au-delà de nos clivages politiques et idéologiques, soutenons et signons l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) pour le revenu de base. Nous avons jusqu’au 14 janvier pour récolter 800 000 signatures à travers l’Europe et ainsi contraindre la Commission Européenne à étudier cette proposition.

Le Revenu de Base n’est pas une solution clé en main à tous les problèmes actuels. Mais il pose les bases d’une société plus juste, plus humaine, et propose enfin une vision positive du 21ème siècle.

Pour signer l’initiative citoyenne européenne : http://basicincome2013.eu/ubi/fr/

Voir le mouvement français pour un revenu de base

Premiers signataires : Yves Cochet (eurodéputé écologiste, ancien ministre), José Bové, Eva Joly, Karima Delli, Michèle Rivasi (eurodéputé(e)s), Jean Desessard (Sénateur EELV), Christophe Girard (Maire PS du 4ème arrondissement de Paris, Conseiller régional IDF), Corinne Morel Darleux (Conseillère régionale Rhône Alpes PG – FdG), Paul Ariès (rédacteur en chef de la revue les Z’indigné(e)s), Jean-Paul Jouary (philosophe), Vincent Liegey, Stéphane Madeleine, Anne-Isabelle Veillot et Christophe Ondet (auteurs du manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie), Yves Citton (enseignant et philosophe) et la revue Multitudes, Frédéric Brun (inspecteur général au ministère de l’agriculture, président de Oikia, organisme de coopération écologique européen), Anne Querrien (Sociologue, urbaniste), Yann Moulier Boutang (Professeur de sciences économiques), Baptiste Mylondo (enseignant en économie et philosophie politique), Marie Pezé (docteur en psychologie, spécialiste de la souffrance au travail), Marc de Basquiat (docteur en économie), Étienne Chouard (enseignant, blogueur), David Poryngier (Président du Mouvement des libéraux de gauche), Thierry Crouzet (écrivain, blogueur), François Rouillay (Co-fondateur des Incroyables comestibles France).

Notes

[1] Soit environ 2000 €, ce qui correspond au seuil de pauvreté suisse

[2] Complexité administrative, fort taux de non recours, effets de seuil économiquement néfastes

Source : http://www.bastamag.net/Un-revenu-pour-tous-sans

10 réponses à “Initiative citoyenne européenne : un revenu pour tous, sans conditions

  1. Eh oh les copains, vous causez à « L’Europe »… un engin totalitaire pas réformable pour un franc, je vous l’apprends ? D’un point de vue institutionnel, l’exemple est désastreux. Rien à attendre d’une construction confédérale, et Étienne devrait le savoir.

    Plus accessoirement, le budget européen est insignifiant, et les « députés » du « Parlement européen » qui n’ont que très peu de prise sur les dépenses n’en ont rigoureuse aucune sur les recettes. Pour cause, leur contrôle appartient par construction aux États (« -membres »). L’usurpateur à qui vous mendiez n’a rien comme pognon en propre. Et il n’a aucun pouvoir d’intervention directe sur les salaires. Il n’ a même pas le droit de définir le régime de propriété dans les « É-M » ».

    Le plus attristant, peut-être, c’est que les compétences qu’ont gardé les États « -membres » manquent bien souvent mais pas en l’espèce. Compétitivité, je me marre si le salaire n’est plus que le complément…

    Quant à la mauvaise loi d’initiative parlementaire et soi-disant citoyenne en France, elle vaut toujours bien mieux que le machin européen qui se prétend équivalent.

    Il aurait fallu lancer un tel appel au plan national, bougres d’ânes, et non pas continuer à légitimer le monstre européen en lui mendiant ainsi ce que vous n’aurez jamais sans commencer par lui régler son compte… Mais non, on s’agite et personne ne s’emmerde à revendiquer la destruction de l’UE. Et de l’effet de serre en rabe… Quel cirque… Merde, quoi, où sont les priorités ?

    Pff, ça me désole, ça me dégoûte, dsl, … je retourne à mes travaux.

  2. Bonjour,

    Sur ce sujet, je vous conseille le Pr John K. Galbraith qui a élaboré des théories et des analyses très poussées sur cette idée qu’il a défendu durant une longue partie de sa longue vie. Du côté des conservateurs, ou des libéraux (en France), regardez les travaux du Pr Milton Friedman sur ce sujet, aussi intéressant.

  3. Francis Cousin : « La seule sortie de crise, c’est la déstructuration totale de cette société de merde absolue »

    http://www.youtube.com/watch?v=D3gVdWIPbxQ

    • A la question qu’est ce que vous conseillez aux français qui vont voter pour les municipales? la réponse de françis Cousin :

      « Alors je ne m’adresse pas aux français qui vont aux urnes mais à tous les êtres humains en rupture de marchandises pour retrouver les terrains de la communauté universelle.

      Ce que nous a appris la Commune de Paris, comme ce que nous ont appris les insurrections chouennes et vendéennes, ce que nous ont appris toutes les grandes fractures de 36 et 68, c’est que l’avenir de notre vie humaine contre la marchandise n’est pas dans les urnes : les urnes, quel que soit le racket politique qui les organise, sont des systèmes qui visent à proroger par la votation le système de la servitude de l’aliénation et de la domestication.

      Le choix qui nous est posé aujourd’hui pour les années à venir n’est pas de choisir un mode de domestication en la marchandise pour une économie donnée contre une autre économie donnée, le choix qui nous est posé c’est : à bas la politique, à bas l’économie et vive l’insurrection de l’être pour l’abolition de l’argent. »

      J’ADORE

  4. Je suis assez daccord sur le fait qu’il ne faut pas faire de compromis avec des élus apparchis. Je ne pense pas non plus qu’il faut calquer une société sur celle pourri dans laquelle nous vivons déjà.
    Pensons notre nouvelle société, une société non pas corrompue, marchande, financière, mais bien égalitaire, avec un regard hagard sur ce qui se passe autour de nous.

  5. Étienne,
    après mes chansons sur la démocratie et le tirage au sort,
    j’en ai écrit deux autres sur : LE REVENU DE BASE et LA MONNAIE.
    je suis prêt à aller les chanter où tu veux…

  6. Tant que la société sera basé sur le Capitalisme, l’humain sera écrasé et asservi ! il n’est pas utopique de croire que nous ! le peuple ! nous pouvons changer les choses ! tous ensembles ! dans le respect de chacun ! je pense aussi que si chaque personne avait un revenu de base on en serait pas là ! cela ferait moins de chômeur ! moins de demande d emploi, les patrons seraient obligés de revoir les salaires car moins de main d’oeuvre ! et la ça ne serait plus le citoyens qui s abaisseraient pour un salaire de misère ! mais des patrons bien dans le tracas pour faire marcher leur capital ! je ferais aussi payer les machines qui remplacent les hommes ! 1 machine 40 personnes  » la machine cotise pour le nombre de personne qu’elle remplace ! moins de trou a la sécu ! enfin bon il y a tant de chose a dire pour changer ce monde de merde. mais si chacun avançait ses idées ! et que tous ensemble on en discute ! je pense que l’on peu faire un monde meilleur !
    bien cordialement
    N. kerdraon

    PS si vous avez quelque location que ce soit ! ben je déménage a Saillant !

  7. à Sam, la « construction » européenne, c’est Chuck Norris !

    Un jour la Mort apparaît à la vue de la Construction Européenne.

    « J’apprends que vous vous prétendez aussi inévitable et irréversible que moi ! »

    « Non, vous étiez en situation de monopole et ainsi vous ne vous êtes jamais attaqué à l’État-Nation, l’État-Providence, la Souveraineté nationale et populaire, la protection sociale, la Démocratie. Eh, bien avec la Concurrence libre et non-faussée, je vais terminer le job mieux que vous et pour moins cher ! »

  8. Le revenu de base ? Une avancée sociale ? Mon cul oui ! Des miettes que nous laisse le système sans qu’il ne change d’un poil. Je vois d’ici le RDB servir de prétexte à la déconstruction de tous les acquis sociaux qu’il nous reste, et le RDB ne suffira pas à vivre. C’est le contraire de ce que propose Friot pour le salaire à vie. Quand au mode de financement d’un tel projet, on nous dit que les propositions des experts ne manquent pas de ce côté là, mais bon, ils ont beau être experts, j’aimerai bien avoir le détail car le peu que j’ai lu à ce sujet ne me semble pas vraiment réalisable…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *